Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« "Il regarda l'eau, onduleuse et gonflée avec des fluorescences d'opale." (Sartre) | Page d'accueil | "Je suis curieuse des gens. C'est l'essence même de mon jeu d'actrice..."* »

jeudi, 01 août 2019

“Islands are metaphors of the heart, no matter what poet says otherwise.” *

 

J'ai rencontré une île. Mull. En Ecosse. Des amis anglais m'en avaient parlé, j'en ai rêvé pendant pas mal d'années, et cette année je me suis décidée. 

ukmap.gif

L'Ecosse est bien plus loin que beaucoup de gens s'imaginent. A partir de Glasgow, les kilomètres annoncés peuvent être doublés en temps, à cause des méandres de la route, des routes à deux voies simplement, très chargées, du temps (je veux dire la météo) qui parfois rend la circulation humide et glissante et des paysages qu'on a envie de regarder où que l'on passe. J'ai donc voulu nous épargner de circuler de Douvres au nord de l'Angleterre et d'entrer tout de suite dans le vif du sujet en voyageant de Zeebruge à Hull en bateau, de nuit. C'est comme une mini croisière, qui nous évite de conduire 564 miles (908 kilomètres). 

y1.jpg

A Oban nous avons repris un petit ferry pour une traversée de 45 minutes maximum, et nous sommes arrivées à Craignure (oui, drôle de nom) sous la pluie, mais même sous les cordes, l'île nous a tout de suite conquises. Pendant 5 jours nous avons parcouru toutes ses routes, oui toutes, et avons foulé ses chemins, son herbe rase agréable comme un tapis, croisé ses moutons qui paissent en liberté, ses vaches dont les troupeaux peuvent nous surprendre sur des voies très escarpées. 

IMG_20190725_182558.jpg

IMG_20190723_170147.jpg

IMG_20190723_115537.jpg

IMG_20190723_141037.jpg

Nous avons visité quelques lieux historiques, mais surtout nous avons donné à nos yeux de la beauté et de l'immensité. Non stop ! 

Je vous conseille ce lieu pour des vacances reposantes, inspirantes. Emportez avec vous jumelles, cartes d'état-major (Ordnance Survey en anglais), de bonnes chaussures imperméables et un ciré, mais aussi des vêtements légers, car il ne fait jamais froid. On nous avait parlé des midges, nuées de moucherons, mais ils nous ont épargnées. 

Mais n'hésitez pas, c'est un lieu de rêve. Les gens y sont très cools, la circulation sur routes à une voie se fait avec beaucoup de politesse et de respect, quel que soit la taille de votre véhicule. On n'y trouve pas beaucoup de magasins, mais quelques pubs, cafés, hôtels où l'on mange bien, ainsi que les "cafés" et salons de thé où les sandwiches du midi sont délicieux, et pas trop coûteux. Vous pouvez opter pour le gîte, mais emportez quelques provisions ! 

Le reste de l'Ecosse vaut la peine aussi. Nous avons séjourné dans les Borders, moins touristique apparemment que le nord du pays, mais très beau aussi pourtant, et où les châteaux et bières sont abondants. Et nous avons terminé par Glasgow, ville très intéressante où nous avons été conquises par le musée et par un resto indien, qui fait oublier tous ceux que j'ai testés en France. 

IMG_20190728_123319.jpg

IMG_20190728_181529.jpg

*Jeanette Winterson, Sexing the Cherry

Commentaires

Mon mari est allé en Ecosse avant que je ne le connaisse, avant 1973, car un de ses copains avait connu une Ecossaise en faisant du stop (Le copain s'est marié avec elle et ils ont eu 2 enfants, ils sont toujours ensemble et vivent à Annemasse). Mon mari et moi on devait y aller ensemble mais on n'a pas eu le temps... on est allé en Irlande en 2014. J'aurais bien aimé y faire un séjour d'une semaine, mais seule, maintenant.... cela ne me tente pas. Bon mois d'août. Bises.

Écrit par : ELISABETH | mardi, 06 août 2019

Répondre à ce commentaire

C'est un pays magnifique. Je te souhaite de trouver quelqu'un pour y aller avec toi. Un voyage avec une amie peut aussi être un plaisir. Pas besoin d'aller tout au nord, le sud est déjà un dépaysement.

Écrit par : Ed | mardi, 13 août 2019

Écrire un commentaire