Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 14 février 2017

PEN-"L"-OH-PEE - Origin: Greek - Means: Duck - Gender: Female

Ah.... 42 jours déjà !

Le temps d'un carême. Du coup, on va fêter ça au resto à midi. Je n'avais pas réalisé que c'était la Saint Valentin, et j'ai eu peur qu'on ne trouve pas de table, mais si.

Boogie grandit. 

Fillon ne ressort pas grandi. Avant cette affaire, je n'avais jamais imaginé qu'il ait pu être un ancien chanteur des Poppys.

Trouverez-vous l'escroc catho?

 

Je suis enfin de nouveau en vacances, sans grippe ! Et chaque minute est un cadeau.

Je dors.

J'ai redécouvert ce qu'était un magasin, autre que ma supérette locale. Mais je ne vais pas abuser. Une visite me suffit. Un jean neuf, deux t-shirts. Mission accomplie. Il me reste à trouver une lampe de bureau pour ma nouvelle pièce atelier, où je vais pouvoir bricoler et peindre. J'adore cet endroit, qui avait été ma chambre pendant 11 ans et était devenue dès mon départ de chez mes parents un grenier. 

Je suis en train de planifier un weekend à Londres au printemps. Je sens que cela va être mon carburant pour le reste de l'année. Pourvu que T. May ne nous massacre pas l'ambiance. J'aime ce pays et je compte bien y séjourner autant que je l'entends. J'avais même prévu y passer une partie de ma retraite. Cela ressemble à mission impossible maintenant.

Résultat de recherche d'images pour "Le Royaume Uni reste européen pour moi"

mardi, 31 mai 2016

Grammaire et syntaxe approximatives de la pub...

"Câlin de Yoplait est satisfait ou remboursé !"

 

Ou, comment les publicitaires nous prennent encore et toujours pour des billes. Nous faisant croire que le yaourt est content ou pas !

 

Bébé et tout autre récepteur de câlin, sont souvent satisfaits. Le câlin, on ne lui demande pas son avis !

mardi, 05 avril 2016

PUTAIN UN MOIS !

J'avais jamais fait aussi pire.

Que dire pour ma défense ?

L'info me mine.

La météo me mine.

Mes copies de bac blanc et l'organisation du vrai bac en contrôle continu m'ont minée.

Mais ça, c'est fait, et je suis en vacances, et je me sens mieux.

Au programme : Vidage de deux chambres au premier, remplissage du grenier, pour pouvoir faire des travaux. Comme je n'ai pas mes entrées au Panama, il n'y a que dans la maison que je peux placer et éventuellement faire fructifier mon fric. Et au moins ceux qui resteront quand je me casserai auront quelque chose à se mettre sous la dent.

Hier, des jeunes, qui ne savaient pas quoi faire alors que la douceur de la nuit annonçait enfin le printemps, ont eu l'idée désormais sans originalité ici et ailleurs de faire flamber une voiture. Je dis des jeunes, car vu que les flics et les pompiers arrivés extrêmement rapidement ne les ont pas croisés, ils ont encore des jambes qui leur permettent de se barrer vite fait. C'est con pour eux, car les flammes à leur paroxysme, c'était joli. Et ils n'en n'ont même pas profité.

Ils n'ont même pas vu ma tête un peu sans expression quand j'ai réalisé que j'allais peut-être perdre mon véhicule assez neuf, mais assuré, et surtout mon matériel de peinture, qui lui ne l'est pas, assuré. Mais bon, tout ça n'est pas très grave, et finalement il n'y a que l'arrière de ma voiture qui a fondu, mais bien fondu.

Comme je suis vieille et riche (enfin, c'est ce qu'ils pensent sans doute), je paye un max d'assurance et du coup après une heure et quart de coups de fil quand même, on m'a prêté une voiture.

En revanche, personne ne verra non plus la tête des étudiants habitant l'immeuble devant la voiture, et dont les pompiers ont violemment enfoncé les portes des appartements pour vérifier qu'aucun d'eux n'était inconscient, asphyxié par la fumée. A leur retour de vacances, ils se diront sans doute qu'ils n'avaient pas besoin de ça, dans la dernière ligne droite de leur année universitaire.

Mais je remercie les cons qui ont fait ça, car ils m'ont permis hier après-midi de passer trois quarts d'heures dans mon commissariat de quartier, à entendre des gens déposer plainte pour bien pire que ce que je venais de subir et le flic de service prononcer des réflexions grosbeaufesques comme on n'imagine même pas que c'est possible. J'ai eu la chance de tomber sur la flique, pas très subtile, mais efficace et aimable. 

Y'a aussi des remarques qui font du bien. Au musée, samedi, une gardienne de salle m'a dit bonjour quand je suis arrivée. Et quand je suis repassée devant elle, m'a demandé : "Vous n'êtes pas une actrice?" Moi : "Non." Elle : "Ah bon, parce qu'on dirait que vous êtes une actrice."

 

dimanche, 10 janvier 2016

JE SUIS UNE INCOMPÉTENTE QUI DÉCIDE DE SUPPRIMER QP1C... JE SUIS...*

Ils ont donc décidé que Julien Lepers devait quitter Questions Pour Un Champion. Je ne suis pas une groupie, mais ça me rend triste. Et surtout, je ne comprends pas pourquoi, s'il ne le souhaitait pas.

Dans un peu plus de 2 ans, son jeu aurait eu 30 ans, c'était l'occasion rêvée de terminer sur une semaine ou deux de super super champions, d'invités surprises, etc.

On entend divers arguments:

L'audimat a baissé. Mais quelle émission de France 3 ou de la télé en général n'a pas perdu de public? Les gens ne regardent plus la télé, il faudra que les producteurs et les directeurs de chaînes s'y fassent. Mes élèves sont accros au net, mais pas à  la télé, ça c'est sûr.

Le public a 69 de moyenne d'âge et la télé doit être pour tout le monde ! Ça c'est le plus stupide argument que j'aie entendu. Si la télé est pour tout le monde, pourquoi les vieux n'auraient-ils pas droit à 35 minutes d'intelligence tous les soirs de la semaine? De plus, il y a de plus en plus de jeunes qui sont candidats. Cela veut-il dire qu'ils n'ont jamais regardé l'émission?

La même directrice qui a pris cette décision inepte a ajouté qu'ils allaient changer d'animateur, de décor et de style de questions ! Autant dire qu'ils suppriment l'émission. Autant changer de nom aussi, ce serait plus honnête.

Le type qui va remplacer Julien Lepers, j'ai vu sa photo, il a 44 ans et en fait 60. Grisonnant, maigre, sec. Je me souviens l'avoir vu présenter le journal de temps en temps, pas l'impression qu'il ait l'énergie de lire les questions comme Julien Lepers. C'est un métier ! 

Le décor ? Allez, quelques dépenses vont renflouer la chaîne. 

Le style des questions ? Sûrement pour faire du Nagui, ou comme celui de TF1 le midi, je ne sais plus son nom. Tiens, FR3 aurait dû demander à Artur ou Hanouna, ça aurait été parfait pour leurs projets !

Bref, je vais perdre une émission qui me détendait, animée par un mec sympa, je l'ai rencontré, qui était fier de son jeu, car il l'avait créé et qu'elle offrait à tous un vrai challenge intellectuel. Qui pratiquait un comique de répétition qui mettait les candidats à l'aise. (Et si ça agace certains, tant pis.) Qui n'était jamais méchant, et avait à cœur avec son équipe, de ne jamais ridiculiser qui que ce soit à l'écran. On ne peut pas en dire autant de tous les animateurs de jeux ! 

 

Afficher l'image d'origine

* Dana Hastier

lundi, 30 novembre 2015

« Le libéralisme est une valeur de la gauche » *

Ce que je retiens des nouvelles du jour, c'est que la femme de Macron, Madame Trogneux, prof de lettres de son état à Amiens, vient de se mettre en disponibilité pour aider son mari bénévolement ! Comme aurait dit mon copain Coluche, (ben oui, c'était vraiment un pote dans ma tête), dont nous fêtons le 30ème anniversaire des restos (enfin, fêter, n'est pas vraiment le mot adéquat), bref, comme aurait dit Coluche, je me marre !!!!

Je suis même étonnée qu'elle ne se soit pas arrêtée avant. Le vrai courage aurait été de continuer à travailler. Le plus dur, pour elle, ça ne devait pas être les élèves, ou les copies, comme pour tout prof normal, mais imaginez la salle des profs ! Le jour où ils ont dévoilé le contenu de la réforme des collèges, ou la suppression des postes, ou encore celle des horaires de latin, ben oui, pour une prof de lettres, ça la fout mal de penser que le latin ne sert à rien. Pourtant son mari, lui, il veut pas dépenser plus pour toutes ces options qui ne se monnayeront pas plus tard. Je me régale à la pensée des vannes qu'on a dû lui faire, des pétages de plomb dont elle a dû être victime. Perso, si je voyais la tête de la meuf à Macron, ou à tout autre génie de la finance dans ma salle des profs, j'aurais envie de m'en servir comme punching-ball. 

Quant à aider son mec ! Mais depuis quand une femme de ministre est censée s'immiscer dans la vie professionnelle de son mec ? Depuis quand les ministères embauchent-ils des bénévoles. C'est ceux qui sortent de l'ENA ou de Sciences Po et qui galèrent à trouver du taf qui vont être contents.

Bon, j'imagine que tout ça c'est du blabla, et que comme la bonne bourgeoise tranquille (encore plus tranquille depuis que son mec est plein aux as et est sûr d'avoir une retraite dorée) qu'elle est, elle va tout simplement faire femme à la maison, avec de multiples hobbies. Pas la peine de se la jouer femme politique engagée! 

Lisez quand même ça, c'est lamentable.

« Son avis m’importe et elle est là pour ça car on ne travaille pas bien quand on n’est pas heureux », dit le ministre. « Je suis la présidente de son fan-club », s’amuse sa femme qui insiste sur leurs « échanges parfois musclés ».

Bienvenue dans le monde de Oui-Oui trader !

Afficher l'image d'origine

CLIQUEZ ICI POUR LIRE L'ARTICLE ENTIER.

* Macron Emmanuel. Oui, il a dit ça. Sa femme, quand elle était sa prof, n'a pas dû bien lui expliquer le sens du mot "libéralisme" à notre époque.

 

samedi, 10 octobre 2015

Mes lunettes, c’est ma burqa à moi. Je suis un peu myope, et les myopes, quand ils retirent leurs lunettes, ils ont un air de petit chiot mignon qui veut se faire adopter. *

Un petit air d'automne ensoleillé depuis une semaine aurait tendance à me rendre le moral, mais le boulot et ses obligations en plus des cours habituels (réunions de parents, organisation de l'emploi du temps de l'assistante, copies à corriger, sorties "culturelles") me rendent morose.

Je n'ai plus l'âge. Je suis fatiguée. Je me suis endormie sur le canapé hier en rentrant à 15 h 30 et ne me suis réveillée que deux heures plus tard ! Je voulais pourtant seulement faire une mini-pause. Mon genou gauche me fait mal suite à une chute fin septembre. Et une bizarre douleur, genre brûlure, me harcèle sur l'épiderme. Pourtant, pas de trace, ni d'irritation apparente. Et pour clore le tout, je ne supporte plus mes lentilles de contact, et ça, ça m'attaque vraiment le moral !

Pour notre mariage, on a eu entre autres cadeaux tous bien choisis, un bon pour une séance de photos. Je n'arrive pas à m'imaginer me faire photographier avec mes lunettes. 

Afficher l'image d'origine

Il y a quelques bons côtés. Hier soir, au réveil, je suis allée chercher ADMV à la gare et on a passé une bonne partie de la soirée dans un bar à vins tenu par deux copines, et c'était vraiment sympa et délicieux. 

Et dans une semaine je serai en vacances. Dormir ! mais aussi corriger. J'ai 7 paquets en souffrance. Je traverse une phase de phobie corrective aiguë. 

La deuxième semaine on fait notre deuxième voyage de noces. Ça, c'est cool.

Et pour finir, parce que mieux vaut rire de tout :

Afficher l'image d'origine

*Karl Lagerfeld... qui n'est pas à une connerie près quand il l'ouvre.

lundi, 01 juin 2015

Le premier Gouvernement à contester, c'est sa mère. *

La fête des mères m'irrite. Cette année, je n'ai pas eu droit à la traditionnelle rose offerte par les caissières de mon supermarché à toutes les ménagères de plus de 30 ans qui sont supposées d'emblée être mères. J'étais malade. J'ai évité ça.

Mais, à la télé, à la radio, sur Facebook, dans les conversations croisées cette semaine, au boulot et ailleurs, j'ai eu droit au même refrain: "Qu'est-ce que je vais bien pouvoir lui offrir?" "Une mère, c'est irremplaçable", "Rien de plus beau que l'amour d'une mère", etc. 

Du coup, j'ai gougueulisé et j'ai découvert qu'il existait une "fête des non-parents". Ce serait logique, non ? Mais ceux qui sont à l'origine de cette journée disent que c'est la fête de ceux qui ne veulent pas d'enfants. Je trouve cela TRÈS réducteur. Comme si toutes les femmes (et les hommes !) qui ont des enfants l'avaient voulu ! Comme disait mon père (qui ne manquait pas d'humour) "c'est l'occasion qui fait le lardon." Et c'est le manque d'occasions, l'absence de loi le permettant, l'incapacité technique qui font l'absence de lardon dans d'autres cas.

Alors, à quand la fête de celles qui ne font chier personne ? de celles qui ne sont pas castratrices, envahissantes, névrosantes (et j'en passe) ? De toutes celles qui n'ont pas d'enfants, qu'elles l'aient choisi ou non.

Le hasard a fait qu'hier soir on a regardé "Non, ma fille, tu n'iras pas danser!" de Christophe Honoré. Un véritable hymne à la non-maternité comme remède à toutes les pathologies mentales de la société. Un beau film.

* Guy Bedos

lundi, 27 avril 2015

Il ne faut pas confondre le trésor de la monarchie et la galette des rois. *

Un cabinet de cardiologie qui met les patients en attente musicale pendant 13 minutes avant qu'un humain ne leur parle et leur annonce qu'il n'y a pas de rendez-vous avant 4 ou 5 mois, ... pour finalement leur donner le rendez-vous espéré. C'est une technique pour faire  augmenter les palpitations ?

Une mairie qui donne aux mariées, juste après la célébration, un "bulletin de mariage" sur lequel figurent 3 noms. C'est une ouverture d'esprit formidable pour des élus UMP ou une incompétence avérée ?

Une collègue qui répond à un de tes mails par une question dont tu donnais la réponse dans ledit mail, puis la même collègue dans un troisième mail qui t'annonce qu'elle suggère ce que tu avais initialement proposé. C'est un besoin de toujours tout diriger et décider ou la fatigue du deuxième trimestre ?

Un blog où on ne publie plus qu'une note par mois, c'est de la paresse ou du surbooking ?

 

* Franquin

mercredi, 25 mars 2015

Parfois vaut mieux me taire que de venir vous embêter avec ma mauvaise humeur.

Pascale râle.

Pascale a raison.

C'est pas humain de vous laisser sans nouvelles aussi longtemps !

Mais qu'est-ce que vous voulez que je vous raconte de drôle, quand je vais aller dans mon bureau de vote dimanche avec pour choix de voter ÜAIMEPEZ, EFFHAINE ou blanc. En plus j'ai cet horrible choix à faire deux fois parce ADMV m'a donné procuration.

Ca non plus c'est pas humain. Le candidat EFFHAINE local a dit dimanche soir qu'il était "contre l'antisémitisme, le racisme musulman, et, euh, le racisme japonais". Si ! Si ! je vous assure. 

Il arrivait pas à dire "le racisme anti-musulman", alors il a dit "le racisme musulman", puis s'est aperçu que ça allait pas le faire, alors il nous a sorti "le racisme japonais". C'est vrai que des japonais qui me snobent parce que je suis européenne, y'en a un paquet dans ma région !

La seule chose qui m'a fait plaisir dimanche soir c'est de voir la petite vermine de Sharko avec un gros coup de vieux dans la face, et un teint jaune que je ne lui envie pas.

Bon, ma hargne contre les électeurs fachos qui m'entourent étant sortie, je peux reprendre le cours normal de mes activités, c'est à dire le boulot ! je dois rendre mes copies de bac blanc lundi et je suis en retard. Du coup ADMV a eu une chouette idée d'aller voir son père ce weekend là, je vais pouvoir faire du plein temps armée de mon stylo rouge.

Ah, et puis j'ai eu mal à la gencive et au sinus, et me retrouve sous antibios, maousse costaud, que je supporte pas bien, mais faut pas arrêter avant la fin du traitement qu'elle a dit la dame.

Bref, tout va bien, c'est le printemps et il caille comme pas possible. Et la retraite, c'est pas tout de suite.

10462748_10152223139306977_7995800607053813398_n.png

 

 

jeudi, 12 mars 2015

Qui veut devenir prof? L'Education Nationale recrute 25000 enseignants

violence collège.jpg

 

Ma citation, là-haut, c'est le titre d'une émission de France Culture de fin janvier, on peut encore l'entendre dans le poste.

En 2003 le forum "Auféminin.com" quelqu'un posait pourtant la question : 

Pourquoi est ce que presque ts les jeunes veulent etre profs?

Elle ajoutait : ca me depasse, packe mes deux parents st profs, ms, niveau financier c loin de l'eldoraldo.......!!!!

je ne comprends pas.....

On voit que si la question a changé, l'orthographe était déjà inquiétante.

Nord: A 7 ans, il vient à l'école avec un pistolet. J'ai entendu que c'est son père qui va faire de la prison pour avoir mis la vie d'autrui en danger. Quand même.

Celui-là est en avance. Un autre était plutôt en retard. A 16 ans, élève en troisième, il réussit à modifier ses notes et à demander des codes d'accès en se faisant passer pour son principal. Il s'est fait prendre. Le meilleur de ce scoop, c'est que sa mère "aurait évoqué un éventuel piratage de son propre ordinateur… " !!!

Elle voudrait nous faire croire qu'un malhonnête auraient pris tous ces risques et dépensé toute cette énergie pour changer les notes de SON fils. Elle est encore plus bête que lui.

Dans un autre collège, un élève a été molesté par d'autres et filmé, et ensuite tout cela a été mis sur internet. En tout : 11 coupables ! Ceux-là sont en 5ème...

Et vous vous demandez pourquoi on n'a plus de candidats aux concours ? J'ai la solution : supprimons les parents. 

dimanche, 15 février 2015

"Rhume : tempête sous narine."*

Vous avez déjà entendu quelqu'un jouer une mélodie en tapant sur différents objets, en remplissant des verres à des niveaux différents ou la musique des gouttes d'eau de pluie qui s'écrasent en tombant sur différentes surfaces ? Oui.

C'est une idée poétique de la musique qui existe partout autour de nous, sans avoir besoin de spécialistes pour la faire vivre.

Eh bien cet après-midi, j'ai écouté une symphonie pour reniflements et éternuements. Vingt-cinq élèves de seconde en devoir sur table. Ça fait au moins quinze nez qui font remonter vers des profondeurs insondables ce qu'ils refusent de déposer dans des mouchoirs. Les bourgeois, disait le Grand Jacques, ça fait des grands slurps. Leurs enfants font des grands chnurfs, d'autres de petits. Il y en a des sonores et des sourds. Mais je vous assure, ils sont tous graves !

reniflement.jpg

 

 

*Léo Campion

samedi, 13 décembre 2014

JE N'AI PAS TENU.

Je n'ai pas tenu jusqu'au 26 décembre. Trop bavarde sans doute.

Mon marathon annuel du 25 novembre au 12 décembre vient de se terminer. Pour un marathon c'est long, quand on pense que les champions courent ça en deux heures !

Il y a eu la coupure salutaire d'un weekend à Paris, mais du coup trois fois plus de boulot étalé sur la semaine d'avant et celle d'après. Puis toutes les copies à corriger pour remplir les bulletins à temps, 5 conseils de classes, se terminant de préférence à 19 h, une commission éducative, une réunion du fonds social, une autre pour la préparation de la semaine européenne en mai, et hier soir, le pompon du pompon, la fameuse réunion de parents de seconde !

Depuis l'année dernière je ne suis plus professeure principale ce qui aux yeux des parents me retire beaucoup d'attrait, j'en suis consciente. mais hier, ils m'ont montré à quel point mon avis sur leurs enfants, les conseils que je pourrais leur donner, à eux, pour les aider, les concernent comme peut me concerner la couleur de la cravate du ministre de l'agriculture de l'Ile Maurice. Pour un ensemble de 43 élèves... J'ai vu 6 parents entre 17 h et 18 h 30 ! Ensuite j'ai attendu une heure... et plus rien.

J'avais pourtant expliqué la méthode : s'il y a plus de 6 parents devant une salle, se rendre d'abord vers les salles "mineures" et revenir vers le dieu du français ou des maths, ou celui qu'on appelle "principal", quand les premiers consultants acharnés se seront éloignés. Eh bien non. Je n'ai pas poussé l'audace jusqu'à aller compter le nombre de parents qu'il y avait encore sûrement devant ces fameuses salles, (sûrement encore une quinzaine), car il y en aurait sûrement eu un qui m'aurait demandé d'attendre qu'il ait fini pour me rencontrer.

samedi, 18 octobre 2014

Je ne peux être favorable à ceux que j’appelle les fossoyeurs de l’humanité, ceux qui n’assurent pas l’avenir, les homosexuels *

Une éternité que je n'ai pas écrit. Mes lecteurs s'en vont et c'est ma faute. Bon, pour les fidèles, quelques nouvelles.

Je croyais que je vivais au 21ème siècle et puis j'ai emmené mes élèves voir PRIDE. Résultat: un élève qui est venu se plaindre qu'on ne pouvait pas l'obliger à aller voir ce film car c'était un film déviant, des publications sur twitter de la part d'un élève dont on soupçonne que c'est le même, mais on ne va quand même pas se décarcasser à rechercher l'IP, (il n'en vaut pas la peine ce petit con facho, ce twit a quand même été repris par de nombreux pseudos à  la gloire du Effhaine), et un mail/sms envoyé le matin même de la séance par le président d'une fédération de parents à tous ses adhérents ayant des enfants en terminale pour les avertir de la sortie, en employant des arguments totalement homophobes et hors de la ligne officielle de l'Educnat sur ce sujet, et finalement un de mes deux groupes de terminales qui est resté muet pendant la séance de travail sur le film, le groupe où il y a un couple de filles. C'est ce problème qui me dérange le plus, j'avoue. Que deux filles qui sortent ensemble, ça ne puisse être vécu correctement dans une classe d'élèves de 17 ans en 2014, cela me désole.

Heureusement que les lois précèdent toujours les mentalités.

*François Abadie, sénateur du Parti radical de gauche, Nouvel Observateur, juin 2000

Vous aviez cru que ça avait été dit au XIXème siècle ?! 

mardi, 05 août 2014

Un métier, ça s'apprend.*

Vous trouvez que vous êtes accro à internet et au téléphone. Vous aimeriez un sevrage pas cher et rapide. Une semaine sans connexion, c'est POSSIBLE !

Voici le nom de la société à laquelle vous pouvez vous adresser. 2014-08-03 10.39.jpg

Un mardi, d'une habile manoeuvre de leur engin à chenille, ils détruisent la maison en face de chez vous et, en même temps, coupent à sa base le poteau auxquels sont reliés tous les fils de 5 maisons environnantes ! 

Une semaine plus tard, si vous avez un portable ou une cabine téléphonique pas loin, car sinon, je pense que vous pouvez bénéficier non pas d'une semaine, mais de 4 semaines, sans internet ni téléphone fixe, les techniciens de chez Orange viennent réparer.

Si vous avez opté pour le dégroupage total, il vous faudra attendre qu'une voisine ayant comme moi choisi de garder une ligne fixe chez eux rentre de vacances, car ils ne se déplacent pas pour la concurrence !

Je vous assure, je n'ai pas inventé le nom de l'entreprise.

*Moi

lundi, 07 juillet 2014

Mieux vaut être marteau qu’enclume. *

Du 24 juin au 26 juin inclus, j'ai mis toute mon énergie à corriger les 65 copies qu'on m'avait confiées. Cette année, j'ai eu de la chance, j'ai corrigé le bac technologiques et cela fait une vraie différence. Deux heures d'épreuve au lieu de trois par copie et des questions de compréhension peu "ouvertes", c'est-à-dire surtout des éléments à relever dans le texte, des points à remettre dans l'ordre ou des exercices "Vrai ou Faux", bref, cela va bien plus vite à corriger.

Néanmoins, il a quand même fallu que je m'applique pour être prête pour le 26 au soir et pouvoir rentrer mes notes sur ordinateur le 27 au matin avec l'aide d'ADMV, évitant ainsi les erreurs de saisie fort possibles quand on fait ça tout seul.

Pourquoi tant de diligence me direz-vous? Eh bien parce que ADMV et moi nous sommes payé un long weekend à la mer : les plages de sable fin, le ciel bleu, les moules savamment cuisinées, les oiseaux à Marquenterre, toutes ces choses qui font qu'on se croit en vacances, même si ce n'est en fait qu'un weekend.

2014-06-30 15.28.22 - Copie.jpg

Je suis une prof un tant soit peu inquiète et consciente des responsabilités qui lui incombent. Laisser mes copies 4 jours "unattended" m'inquiétait un peu. Alors je les ai rangées dans un des deux meubles classeurs que je possède et qui ferment à clé. Je ne sais pas pourquoi, j'y ai joint le livre photos que j'avais réalisé pour une collègue qui partait en retraite.

Mercredi dernier à une heure d'une dernière répétition pour une chanson d'au revoir avec l'équipe d'anglais, je me décide à sortir le livre du meuble pour faire un paquet cadeau. Mais, stupéfaction et crise de panique : la clé fonctionnait, mais le panneau enroulant qui se baisse normalement pour ouvrir le meuble, ne s'enroulait plus. Grâce aux deux centimètres de vide en haut je me suis pendue de tout mon poids pour faire descendre ce panneau, peine perdue. J'ai essayé de sortir le panneaux de ses glissières avec un pied-de-biche, mais je n'aurais réussi qu'à le massacrer. J'ai bougé le meuble et ai réalisé que le fond du meuble n'était qu'une plaque d'aggloméré qui ne résisterait pas à ma détermination. Alors, telle Monica détruisant le baby-foot de Joey pour sauver le caneton et le poussin coincés à l'intérieur (dans Friends) j'ai tué mon classeur à coups de marteau et de tournevis. Ne me souvenant pas à quelle hauteur exactement j'avais posé copies et livre, j'ai dû essayer plusieurs fois et le résultat n'est pas très propre, mais j'ai vaincu !

2014-07-02 14.29.15 - Copie.jpg

Il ne m'a fallu ensuite que peu de temps pour emballer le cadeau, acheter les fleurs et aller chanter un au revoir sur l'air d'une chanson des Beatles. 

* Proverbe français

jeudi, 29 mai 2014

La bêtise est infiniment plus fascinante que l'intelligence... L'intelligence a des limites, la bêtise n'en a pas!*

Deux petits événements viennent de confirmer ce que je pense depuis quelques années.

Le premier a eu lieu en salle des profs. Une collègue a organisé une "action culturelle" au cours de laquelle des élèves sont passés à l'improviste dans des classes dire des poèmes. Sur le programme, elle avait écrit "commandos poétiques". Des collègues de philo, n'y ont vu aucune métaphore, aucun effet de second degré, (est-ce un oxymore, je n'en suis pas sûre. Amis profs de français, HELP!) mais se sont offusqués de l'usage du mot et je les soupçonne d'en avoir référé à la hiérarchie. (Laissons-les bénéficier de la présomption d'innocence) Néanmoins, une chose est sûre ils ont vociféré en salle des profs. 

Va-t-on bannir de notre vocabulaire : "la salve d'applaudissements", "le baroud d'honneur" sous prétexte que cela pourrait avoir une connotation guerrière? Dans ce cas toute tentative d'écriture risque d'être "une Berezina"!

Le deuxième micro-événement est la demande du maire d'une mairie des Yvelines de faire retirer toutes les affiches publicitaires pour des bijoux, montrant une femme qui est sur le point d'embrasser son propre reflet dans un miroir, sous prétexte qu'il a reçu "une dizaine" de coups de fil !!! Evidemment cette personne, comme mes collègues philosophes, manque cruellement de culture ... et d'acuité visuelle. Il n'a pas vu qu'il s'agissait de la même femme, n'y a vu aucune référence culturelle, et a cédé immédiatement à une pression homophobe de saison.

Personnellement, cette affiche, je la trouve plutôt belle, et ADMV l'avait photographiée avant que les culs-bénits-coincés du 78 ne réagissent. 

http://www.lexpress.fr/actualite/societe/publicite-deux-femmes-sur-le-point-de-s-embrasser-la-mairie-censure_1547240.html

En lisant l'article, j'apprends que l'auteure de cette censure est une femme. Qu'elle aille, si elle n'a aucune connaissance du mythe de Narcisse, voir du côté de l'analyse du refoulement. 

 Tout en faisant mes recherches sur le net, j'ai trouvé cette affiche, qui a parait-il fait polémique en Afrique du Sud. 

http://www.sochoklate.com/?p=1454

Les Yvelines n'en sont peut-être pas à l'Apartheid sexuel, mais méfions-nous.

Et méfions-nous de tous ceux qui montre leur inculture autant que leur intolérance.

* Claude Chabrol

mercredi, 16 avril 2014

Heureusement il fait beau, et dans deux jours je suis en vacances.

Ma dernière note a une suite. 

Récemment quelques collègues et moi avons découvert sur une page de réseau social des propos déplacés, plus ou moins humoristiques, souvent moins que plus, à propos de membres du personnel du lycée, dont les noms étaient cités en toutes lettres. 

Intervention auprès de la hiérarchie, finalement la page est supprimée. Mais demain tous les fautifs (dont nous avons heureusement capturé les écrits et les écrans) seront convoqués pour rappel à la loi. Nul n'a le droit de critiquer une personne privée en citant son nom. Leurs parents seront informés. Je suis sûre qu'ils n'imaginent même pas de quoi sont capables leurs trésors, éloignés qu'ils sont, souvent, des outils informatiques que leurs progénitures utilisent.

Il n'y a pas mort d'homme. Mais quand même. Quand j'ai lu mon nom et mon prénom, accompagnés d'une critique qui fut "aimée" par trois autres de mes élèves ainsi que par une que je ne connais absolument pas, j'ai réalisé que en gougueulisant mon nom, n'importe qui allait tomber sur cette phrase, qui, j'espère, ne résume pas tout à fait qui je suis. Quoi que le propos ne fût pas injurieux, cela m'a confirmé en tout cas, que la rigueur dont j'essaye de faire preuve dans mes cours, n'est plus du tout, mais vraiment plus du tout !, comprise par les adolescents de 2014.

Il y a encore quelques années, 5 ou 6, j'avais d'excellentes relations avec mes élèves. Ils percevaient quasiment toujours mon humour, et les échos que je glanais par ci par là, s'ils n'étaient pas toujours uniquement positifs, me flattaient le plus souvent. Aujourd'hui, je ne suis à leurs yeux qu'une vieille acariâtre. 

Putain, 6 ans ! *

* Référence que les moins de 40 ans ne peuvent pas connaître.

 

dimanche, 02 mars 2014

Les préjugés marchent en troupeaux, comme les bêtes. *

Les lois évoluent. Elles sont parfois contestées, mais elles sont passées. Mais il faut bien du temps avant que la société ne les intègrent.

Récemment je suis allée me requinquer deux jours dans un centre de spa. ADMV avait fait les réservations, sans doute en donnant son nom et en précisant que c'était pour deux personnes. On ne lui a rien demandé et en arrivant, sur ma fiche c'était imprimé Mr. ADMV !

(Ensuite, et que comprennent les initiés, moi qui suis un cheval qui parle, on m'a appelé "Agneau" !)

Cela pourrait passer pour un incident banal. Mais c'est surtout un réflexe bien ancré dans la société française. Si une dame réserve pour deux personnes, l'autre est un homme et évidemment porte le même nom que la dame.

Effectivement en réservant un gîte pour les vacances de pâques, j'ai signé le mail "Madame Quiparle", et le contrat est arrivé à : Monsieur et Madame Quiparle !

Cela relève de la même grandeur d'imagination et de tact que quand on a réservé une chambre pour deux personnes avec un grand lit, qu'on nous voit arriver à la réception et que l'on dit d'un air gêné : "Vous avez bien réservé une chambre avec un grand lit ?"

A réception du contrat de location, je me suis également fait la réflexion que Madame n'était pas considérée comme capable de signer le contrat seule. Pourtant il y a bien longtemps (enfin pas tant que ça) que Madame a le droit d'ouvrir un compte en banque seule, de prendre un emploi seule, et de signer des contrats sans forcément avoir l'autorisation de son mari ! Et elle a également le droit de garder son nom. (de jeune fille ! ah ! j'adore ce terme. Pourquoi pas "nom de vierge" ou de "pucelle" ???)

 

* Anne Barratin

mercredi, 05 février 2014

Putain : personne publique qui racole, fait des promesses, monnaie ses avantages, se fait payer d'avance et vous baise. Député : idem. *

En ce moment, les après-midi sont plus ensoleillés que les matins, au propre comme au figuré. Sauf le mardi. Le top du top ça a été samedi.

Partie le matin sous la flotte, mais ADMV m'a emmenée en voiture à la gare, je suis arrivée à Paris (avec 25 mn de retard grâce à la Seuneuceufeu) par temps sec, et à la sortie de l'exposition Brassaï à l'Hôtel de Ville, il faisait quasiment grand beau.

Vive la Vie, blog de femme, femmes, femme, féminisme, machisme, hollande n'est pas honnête.

Super timing, vu que l'après-midi je suis allée manifester en soutien aux femmes espagnoles dans les beaux quartiers de la capitale.

Vive la Vie, blog de femme, femmes, femme, féminisme, machisme, hollande n'est pas honnête.

On était bien 30 000, mais j'ai quand même rencontré deux personnes connues, et tchatché avec un tas de gens sympas, dont un mec super souriant qui tenait la banderole de l'association "Regards de Femmes" en attendant ses copines parties boire un café. S'il se reconnait en passant par ici (ben oui, pourquoi pas ?) je lui fait une grosse bise. Il y avait des personnes de tous âges, sexes, milieux sociaux, couleurs, préférences sexuelles, une belle représentation de la vraie vie, quoi. Les esprits était dynamiques, déterminés, convaincus. On a répondu comme il se doit aux insultes proférées courageusement de certains balcons du 16ème arrondissement. Plutôt fières d'être des salopes, finalement, après avoir regardé la tête de celles qui nous hurlaient dessus en secouant leurs drapeaux. On a marché trois heures et demie en contournant la Tour Eiffel, et le soir, j'étais trop fatiguée pour me faire une deuxième visite culturelle. J'ai donc vu Beaubourg, mais de l'extérieur uniquement, et je suis rentrée tranquillement par le train, à l'heure cette fois. En tout j'ai corrigé 5 copies, pas top, mais déjà pas mal. 

Déterminées, en colère et insultées, je pense que les femmes, surtout les homosexuelles présentes par solidarité samedi, le sont encore plus aujourd'hui. Voir le gouvernement revenir en arrière sur des promesses de progrès en matière de famille et de droits égaux pour tous, pour une manifestation de plus de tarés fascistes racistes réactionnaires, cela suffit à donner envie de vomir.

http://www.luipresident.fr/toutes-promesses

http://www.huffingtonpost.fr/2014/02/04/loi-famille-pma-gpa-statut-beau-parent-loi-prevoyait_n_4721467.html?utm_hp_ref=tw

* Régis Hauser (Les Murs se Marrent)

 

mercredi, 06 novembre 2013

J'en ai assez d'être aimé pour moi-même, j'aimerais être aimé pour mon argent.*

Avant j'avais un vieux téléphone Connia, collector pour ceux que ça branche, purement et basiquement utilitaire pour les gens comme moi qui aiment pas parler tout haut dans la rue. Je lui faisais manger un code de temps en temps et ça m'allait bien. Et puis sont apparues les petites merveilles qui font des tas de choses en plus de permettre de causer dedans : prendre des photos, en envoyer, en recevoir, jouer à des tas de jeux, savoir répondre aux questions qui empoisonnent les repas de famille, lire ses emails, enfin, tout quoi. Et je me suis laissée avoir, j'ai cédé à la folie consommatrice, et ADMV m'en a acheté un pour Noël. Oui je sais, ce n'est pas Noël, mais les promos, elles, elles sont là maintenant.

Depuis je suis déjà spamée par des sms intrus, et ce matin, fin du fin, j'ai eu un message de Popaul :

"Pole emploi/Offre 010PNGT. Envoyez CV+Lettreà AIR-ASS-AIDE-INSUFFIS-RESPIRAT, courriel : j.derel@airbassenormandie.fr"

Voilà ce que j'ai répondu voulu répondre :

"Ce message ne m'est pas adressé. Pour qu'un demandeur d'emploi ne pâtisse pas de votre erreur, je prends la peine de répondre. Je vous saurai gré de bien vouloir renvoyer le message d'origine à la personne concernée."

Et là, on m'a dit que ceci étant un message automatique, ma réponse ne pouvait pas être traitée. Pauvre monde déshumanisé ! Encore un demandeur d'emploi pour lequel on comptabilisera une proposition d'emploi auquel ce feignant n'aura pas donné suite...

pole-emploi-radiation.jpg

*Réplique du film Docteur Popaul, de Chabrol, 1972

(Spéciale dédicace à Zapette qui a su partir !)

samedi, 05 octobre 2013

Le Conseil des sinistres, c'est le mercredi, le jour des gosses. Ils vont au sable, ils font des pâtés, c'est sympa. Le Garde des seaux est là.*

Question intéressante: qu'est-ce que j'ai fait de mon mercredi ?

Je devrais plutôt dire : qu'est-ce qu'ils ont fait de mon mercredi ?

A 6 h 15 je me suis levée. Petit-déj, douche, départ à 7 h 25. Bouchons. Ca devient de plus en plus craignos de circuler dans Maville ! Mes 4 heures de cours. Normal. Avec les pannes habituelles de l'informatique, les élèves qui n'ont pas fait leur travail, la proviseure qu'il faut voir, pour confirmer la réunion dont on a eu connaissance la veille, mais qui a lieu l'après-midi ! Je croyais que c'était congé pour tout le monde au lycée, j'ai dû me tromper.Je m'arrange avec ma collègue, (on est deux à être concernées) elle fera le début de la réu de 14 h à 16 h et je ferai la suite. Il s'agit pour tout vous dire de l'accueil de l'assistant américain qu'on a été chercher lundi après-midi à la gare, mais qui a passé deux jours dans un centre d'hébergement, parce que c'est plus convivial qu'ils disent, les organisateurs. Le midi, j'ai mangé avec ma tante dans un petit restau près de chez elle, parce qu'elle a pas vraiment la frite, et surtout pas pour en cuisiner ! Ensuite je suis rentrée chez moi où j'ai discuté avec le couvreur qui démousse mon toit, et remplace 3 vélux, et qui m'a annoncé, photos à l'appui, qu'il y en aurait pour 2000 euros de travaux en plus, si j'étais d'accord, évidemment. Un toit de 1932, ça demande de l'entretien, on ne mégote pas, donc j'ai dit oui. A 16 h, je suis allée chercher Bill au lycée où se passait la réunion, pour l'emmener avec ses bagages au rectorat où nous attendaient discours et heureusement, champagne ! Y'a quand même des compensations dans notre métier, faut pas se plaindre. A 17 heures, je l'ai remmené dans notre lycée : re-bouchons, la mauvaise heure, des travaux, tout ça... Je suis allée lui imprimer son emploi du temps, lui faire un petit tour des lieux, et ensuite l'installer dans sa suite chambre. Il avait l'air content. Bon, avec 7 heures de décalage horaire, deux jours de formation et visites et deux soirées de fiesta avec les autres assistants, on est assez crevé pour trouver tout merveilleux. J'ai insisté sur le fonctionnement de l'alarme après 22h, sur l'interdiction de fumer (oui, on a un américain rebelle ! qui fume), et je l'ai laissé dormir. A 18 h 30, j'ai repris le boulot que j'avais commencé entre le couvreur et le rectorat, et le soir, j'étais trop crevée pour faire une note. Sorry.

Mes mercredis ne sont pas toujours top, mais bon, y'en a qu'ont demandé que je raconte. 

* Extrait inoubliable d'un sketch de Coluche !

jeudi, 22 août 2013

Vieillir, c’est savoir perdre. *

En partant pour le Québec, j'ai perdu ma veste et mes clés à l'aéroport. Une fois dans l'avion seulement, après avoir passé les étapes de la fouille détaillée des bagages, du passage dans le sas de verre où l'on vérifie le passeport biométrique et deux fois deux empreintes de doigt sur un lecteur à infra-rouge (enfin, c'est rouge, quoi), j'ai réalisé que j'avais laissé ma veste avec dans la poche gauche mon gros trousseau de clés où y'a toutes mes clés, de la maison et du lycée, des antivols de vélo, et même ma petite carte fidélité Carrouf. Y'avait pas mort d'homme vu que rien sur les clés ne laissait mon adresse (je me demande si avec ma carte carrouf on peut retrouver ma trace. J'essaierai.) Mais ça m'a moyennement perturbée quand même, juste après l'épisode du toit et du dégât des eaux. 

Durant ces trois semaines ou presque au Québec, j'ai perdu autre chose : deux kilos ! C'est étonnant vu tout ce qu'on a mangé, mais faut croire que ce qu'on m'a servi n'était pas trop gras. Je n'ai mangé que deux ou trois fois des frites. Nous avons également remarqué que malgré l'américanisation de la culture (même si les québécois prétendent que non, c'est pas vrai, ils ne sont pas américains, ils sont avant tout français... ha!ha!ha!) il y a beaucoup moins d'obèses qu'aux USA. Il y a en revanche beaucoup de SDF, de mendiants, de gens qui ont l'air complètement à l'Ouest. (bon, je sais, ça n'a rien à voir avec le poids.)

Au retour, j'ai retrouvé mes clés ! je n'entrerai pas dans les détails, mais il y a un employé pas très honnête chez Frenchy's, une brasserie du Terminal D2, qui a prétendu rapporter ma veste et mes clés au service des objets trouvés. Et il y a une employée adorable à ce service qui a tout fait pour me les restituer, alors que la personne qui les avait rapportées les avait trouvées sur une poubelle, et sans la veste ! Miracle donc, j'ai retrouvé tout mon trousseau. C'est l'intendante du lycée qui va être contente, sans le savoir. Elle aurait eu à me refaire au moins 5 clés. Et c'est ADMV qui a été contente, car je me suis tellement dépêchée qu'on a eu notre TGV ! 

Autre bonne nouvelle. Deux jours après mon retour, je n'ai toujours pas retrouvé mes kilos.

http://histoiredefils.canalblog.com/archives/2010/09/10/1...


*Wolinski

mercredi, 14 août 2013

Le moustique pique et la miss tique

Nous sommes à Cap-Chat, à l'entrée de la Gaspésie. On nous avait promis des lynx(s?), des orignaux, on a vu des grenouilles et des chenilles, mais en tout cas, pas de chat. Nous sommes dans un village "grande nature". On peut marcher, respirer, voir les montagnes quand il ne pleut pas, ce qui est le cas ce matin. Cet endroit est situé à la lisière d'une réserve faunique, non, nous n'y entendons pas de musique particulière, si ce n'est nos éternuements et le bruit d'un essaim d'abeilles qui devaient butiner quelque part hier pendant notre balade.

Mais l'animal qui n'est dans aucun document publicitaire et que l'on peut rencontrer et admirer phoniquement et corporellement, sans difficulté, c'est le moustique ! En trois jours j'en suis à 13 piqûres, dont trois sur le visage, et je n'ose imaginer ce que serait la situation si nous n'avions pas apporté divers sprays (naturel et nocif), bracelets répulsifs (ils ne sont répulsifs qu'à la vue pour ce que j'ai à en dire), vendus en France en pharmacie, ou chez Nature et Découvertes. La découverte, ce fut mon visage au lendemain de l'île. Rien que 10 piqûres concentrées sur cette peau d'ange ! Esthétiquement, si vous aimez les pommettes carrées, je suis votre idéal féminin ! En effet, si le moustique québéquois fait mal quand il vous agresse, les boutons ne démangent pas trop, mais en dessous cela gonfle d'une manière encore inédite pour moi.

 

 

mercredi, 24 juillet 2013

Nuisances de vacances et solutions diverses

C'est l'été, et vous en avez peut-être marre de ça :

Quoique ça m'étonnerait vu que je n'ai pas trop de parisiens pure souche dans mes lecteurs. Mais quand même, la chaleur, ça vous poussera sans doute à trouver des solutions, genre, la piscine. Mais là aussi, méfiez-vous :

Si vous préférez faire du sport chez vous, il y a aussi cette solution :


Si vous n'avez pas d'animaux, prenez des enfants. Passé deux ans, ça risque d'être éprouvant malgré tout.

Bon, voilà, c'était ma note "conseils et vidéos neuneus". La chaleur, sans doute. 

mercredi, 17 avril 2013

Ma participation à ce mercredi en Angleterre