Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 25 avril 2020

Avec le confinement, tout est à retardement.

Le confinement est une étrange expérience. Je ne sais pas si c’est dû à mon âge, ou si cela fait la même chose à beaucoup de monde, mais j’ai l’impression que cela me fait assister à ma transformation. Je me vois vieillir. Je me demande si je vais savoir ressortir, remarcher, re-rencontrer du monde et avoir envie de parler. Je m’habitue bien à ne plus être entourée au quotidien de gens dont la plupart ne représentaient pas grand-chose pour moi. Je parle de mon boulot. Mes collègues, sympathiques dans l’ensemble par ailleurs, mes élèves, à qui je souhaite le meilleur pour l’avenir. Mais ne plus les voir ne me manquera pas.

Non, le confinement fait ressortir l’essentiel. Ma famille. Mes amis. Des personnes âgées que je ne reverrai peut-être pas. Un ami est en train de perdre son père qui est en maison de retraite. Une autre, sa maman qui, elle, a la chance d’être chez elle avec son mari. Mais dans les deux cas, je ne les reverrai pas, car je n’ai pas un lien de famille directe avec eux. Vraisemblablement, je ne serai même pas aux obsèques.

Le plus dur dans tout cela, c’est de ne pas pouvoir être présente auprès de mes amis. J’apprends les nouvelles par téléphone, par sms, par mail ou par lettre. Est-ce que cela rend les mauvaises nouvelles plus acceptables, moins traumatisantes ? En tout cas, je peux réagir seule, à distance, et continuer mon confinement. Je n’interromps pas ma vie, comme je l’aurais fait en temps normal, pour rendre visite, serrer dans mes bras, prendre le temps de veiller avec quelqu’un. Le nombre des mauvaises nouvelles a augmenté, et pourtant la douleur étant en mots, mais pas en actes, elle semble me toucher moins. Mais est-ce que ça ne sera pas une explosion d’émotion, de tristesse, de douleur, quand je reverrai en même temps ou presque tous ces gens que j’aime et qui ont perdu, ou sont en train de perdre quelqu’un d’important ?

Ma colère aussi va exploser à retardement. Je ne sais pas comment. Mais tout ce que je lis et entends de la part des gens de pouvoir et d’argent, s’accumule et me rend comme insensible, tellement il y a d’injustices, d’inepties, de violences, dont je suis témoin à distance, mais contre lesquelles je ne peux pas réagir. Pas encore.

 

https://www.amesauvage.com/blog/achat-tableau-n391

achat tableau moderne

mercredi, 08 avril 2020

“Il faut croire que la plus grande inconscience de l’homme, c’est celle de sa propre vie.”*

 

AIRE DE PIQUE NIQUE LE PONT DES BUTTES, BRISSAC LOIRE AUBANCE

Confinement Jour 23

On a d’abord su que les écoles, collèges et lycées fermaient. C’était tellement étrange, inédit, qu’on ne savait pas si l’on devait s’en réjouir ou pas. Evidemment cela signifiait que l’épidémie de Coronavirus devait être grave. On entendait parler de ce qui se passait en Italie, en Alsace, mais sur place, encore rien. D’un autre côté, j’étais prête à exercer mon droit de retrait, et cette annonce de fermeture simplifiait tout. Pas de certificat médical à demander à mon médecin, pas de courrier à faire au médecin de prévention. Dans le weekend, on a fait des courses, comme tout le monde, mais peut-être mois que d’autres, car ADMV qui est prévoyante, avait déjà fait des provisions de produits de base au fur et à mesure qu’elle lisait la presse. Elle était rentrée de son boulot en région parisienne fatiguée, et toussant depuis le mercredi. Moi, j’allais bien, et puis elle est fragile côté ORL, tousse souvent, donc je ne me suis pas inquiétée plus que ça. Mais ça évoluait bizarrement. Une bonne gastro, de la fièvre. Moi, toujours rien. Sauf le lundi soir, de la fièvre aussi. Mal à la tête. On avait déjà décidé depuis le weekend précédent de dormir et se laver chacune à un étage, pour que si l’une était contaminée, l’autre puisse éviter de l’être aussi. Au lycée je passais mon temps à me laver les mains entre chaque cours, depuis dix jours au moins. Le mercredi, elle allait vraiment mal, alors le jeudi elle a obtenu un RV chez son médecin, et est revenue avec un papier la décrivant comme « symptomatique ». On a encore fait plus attention. Ses symptômes se sont aggravés. Toujours fièvre, maux de tête, douleurs dans le dos et les jambes, et puis elle avait perdu l’odorat et le goût. Tout m’est arrivé pareil, à chaque fois 4 jours plus tard. J’ai parlé à mon médecin. Oui, j’étais sûrement contaminée aussi. Pas d’arrêt de travail, je ne voulais perdre ma journée de carence. Pas de test, on ne serait testées que si on était hospitalisées pour essoufflement grave et problème pulmonaire. Pas de traitement. Prendre un peu de doliprane, mais pas trop, car le corps doit se défendre seul et on doit savoir où on en est côté fièvre. Bref, 21 jours pour ADMV, 17 jours pour moi ! Des symptômes variés qui s'enchaînent de manière étonnante. On va mieux. On n’est pas dans les statistiques. On espère ne plus être contagieuses et immunisées, mais les infos sont vagues et contradictoires. On n’est pas sorties pendant tout ce temps, sauf chez le médecin et à la pharmacie. Et hier, première sortie « courses », masquée, parce qu’on ne sait jamais. Autour de nous c’est un peu l’angoisse. Des membres de ma famille sont en Ehpad, d’autres attendent des opérations pour des maladies graves, d’autres bossent en hôpital et risquent leur vie. Et nous, après avoir beaucoup angoissé, on se sent beaucoup mieux, comme guéries, protégées dans notre maison, qu’on se sent privilégiées d’avoir, avec son jardin. Il fait beau. Je bosse, mais c’est plutôt moins fatigant que la classe en vrai. Parfois on oublie presque le monde extérieur. Je vis dans un quartier où les gens respectent assez bien le confinement. Mais je vois des images de rues et de villes où les gens se comportent comme des inconscients. J’ai lu un titre d’article qui parlait d’un « suicide collectif », mais ce n’est pas que ça, c’est aussi un « meurtre collectif ». Et puis il y a des confinés qui craquent, de tous âges. J’appelle régulièrement mes copines célibataires. On a la chance d’être deux. Pour se soigner c’était plus facile aussi.  J’espère que vous allez bien, mes lecteurs.trices.  D’écrire tout ça m’a fait du bien. Je n’arrive pas à être drôle. Désolée.

A midi, on a fait un pique-nique au soleil, accompagnées par le chant des oiseaux et les bourdonnements des insectes. C’était tellement bien !

* Marc Levy

mercredi, 18 mars 2020

“La création, comme la vie, est par définition un processus hors équilibre qui nécessite un certain degré de confinement.” *

Je suis confinée. Je l’attendais. Entre jeudi dernier et dimanche matin, on a eu ordres et contre-ordres de notre hiérarchie, car au ministère, Blanquer a joué à celui qui sait mieux que tout le monde, et s’est fait à chaque fois contredire par le gouvernement, parfois quasi immédiatement.

Résultat de recherche d'images pour "blanquer contredit"

Jeudi dernier, j’étais à deux dois d’exercer mon droit de retrait. Mon âge, et un dossier médical qui peut me rendre « à risque ». Le médecin de prévention en est au courant, puisqu’elle m’a accordé un allègement de service. Et à 17h, Blanquer clamait haut et fort que les écoles ne seraient jamais fermées. Jeudi soir, Macron annonce que toutes les écoles, collèges et lycées seraient fermé.es. J’étais soulagée. Vendredi, au lycée, élèves en ébullition, ambiance de pré-vacances. Je mitige leur joie en leur disant qu’on allait assurer une « continuité pédagogique », donc sans doute un travail sur internet. Mais quand même. Tout le monde était un peu énervé. Samedi matin, lettre à tous les profs, de mon chef : on allait effectivement faire du télétravail, mais du lycée, et pour commencer, on était convoqué aux conseils de classes, et à une grande réunion de tous les profs, de la vie scolaire, de la direction. En tout, bien une centaine de personnes. Là, mon sang n’a fait qu’un demi-tour, et je n’étais pas la seule, puisque deux collègues ont tout de suite écrit qu’elles ne viendraient pas, pour raisons médicales. Pour une fois, j’ai essayé de réfléchir avant d’écrire, et j’ai envoyé ma lettre ouverte à la première heure : Je n’irais pas non plus, j’étais solidaire avec les deux collègues, mais je trouvais aberrant et contraire aux propos d’Edouard Philippe de la veille au soir, ou du vendredi, je ne sais plus, qui disait à tout le monde de se confiner ! de favoriser le télétravail quand il était possible. Je montrais clairement le manque de confiance que nous faisait notre hiérarchie, alors que depuis toujours les enseignants travaillent plus d’heures à la maison qu’en classe ! Nous faire venir au lycée aux heures de notre emploi du temps, pour risquer de se contaminer, était véritablement une insulte. J’insistais sur le fait que ce n’était pas parce que nos enfants avaient 16 ans et demi, ou que nous en avions 59, que nous n’étions pas à risque. J’ai eu à peine le temps d’envoyer ma lettre, mon proviseur de me répondre en faisant semblant de penser que j’avais envoyé ma lettre à tous par erreur, que, quelques heures plus tard, contrordre : personne ne viendrait travailler au lycée !

Bref, depuis lundi, je suis de manière quasi-apaisée à la maison. Je travaille environ 4 heures par jour. Le premier a été dur, car la connexion à notre espace numérique de travail buggait, mais depuis ça va. Je communique bien avec mes élèves. Je ne les surcharge pas de travail, mais essaye surtout de leurs donner des pistes pour travailler seul, faire des recherches sur les notions du programme, s’entraîner à la compréhension orale sur You Tube, trouer des exercices de grammaire correspondant à leurs difficultés particulières, et en les soutenant avec un peu d’humour.

Chez nous c’est un peu tendu. ADMV a de la fièvre depuis samedi. Moi, j’en ai eu lundi et la nuit qui a suivi, mais ça va mieux. On guette les symptômes, car tant qu’ils ne sont pas là, on doit prendre du doliprane, et c’est tout. Après tout c’est peut-être un simple virus hivernal, comme ceux qui nous ont pourri la vie depuis le 7 décembre…

Il semble faire beau, mais j’essaye de ne pas trop y penser. Nous essaierons de profiter du jardin quand il fera un peu plus chaud. Je vais lire, écouter les podcasts de France Inter et France Culture. Faire mon courrier en retard.  Mais surtout ne pas sortir ! La rébellion franchouillarde à ce propos m’agace vraiment, tout comme les mensonges de nos dirigeants. Au lieu de nous envoyer voter, ils auraient dû nous confiner une à deux semaines plus tôt. Mais on est toujours plus forts que les autres !

rue-de-paris-vide-1abfc1-0@1x.jpeg

* Pierre Joliot  - La Recherche Passionnément 

jeudi, 26 décembre 2019

"Mille cinq cents oies du Périgord ont entamé une grève de la faim à quelques jours de Noël. On ignore encore les causes d'une telle décision." *

Je crois que je n'ai jamais eu un premier trimestre aussi difficile : nouveaux programmes, en même temps que les anciens, nouvelles formes d'examens, imposées au dernier moment, sans aucune rigueur, des élèves de moins en moins prêts au lycée, à cause de la réforme des collèges, une réforme des retraites qui va toucher tout le monde, mais qui dans l'enseignement semble un assaut final dans la destruction des forces et du moral des troupes, des tensions au sein de l'équipe entre qui fait et ne fait pas grève, des reproches, des culpabilisations, des auto-victimisations, de la fatigue, l'impression qu'au moindre pas cela va exploser.

Et cela a explosé.

Dans mon cas, le 28 octobre, en Angleterre, à Brighton, une ville que j'adore, mais où j'ai shooté malencontreusement du pied gauche le nez en l'air à regarder les peintures murales qui inondent la zone piétonne. Depuis, je boîte. Au début, beaucoup, et ça faisait mal. A l'entorse s'est ajouté une déchirure musculaire dans le mollet. Aujourd'hui, je boîte encore, pas que j'aie mal, mais il y a une flexion que je ne peux plus faire. Il me reste 10 séances de kiné. Je garde donc espoir. Mais j'ai la hantise de rester handicapée. Ce serait idiot, alors que je vais bientôt être totalement libre, que je ne puisse pas marcher !

1_Street-Art-murals-on-Victoria-Road-New-Brighton-Photo-by-Colin-Lane.jpg

Tout est prêt, je quitte l'éducation nationale le 1er octobre 2020. Cela va être une grande date pour moi, et qui sait, le renouveau de ce blog ?

En attendant pour terminer l'année dans l'ambiance de ce trimestre, je suis atteinte d'un virus bronco-pharyngo-etc, depuis le 16 décembre, et ce noël a vraiment été le pire de ma vie. De notre vie, puisqu'ADMV, elle, est malade depuis le 9 décembre. Ce matin elle m'a dit que pour la première fois elle se ressentait "normale". J'ai donc de l'espoir. Je devrais me sentir vraiment mieux le 1er janvier, et il me restera 5 jours de vacances, juste assez pour préparer mes cours, corriger mes copies, etc, pour la rentrée. 

pn-malade.jpg

Je vous souhaite vraiment de ne pas avoir eu à affronter de virus, il parait qu'ils sont plus agressifs à cause du réchauffement climatique, et d'avoir pu tranquillement profiter de ceux que vous aimez. S'ils n'ont pas pu tous venir par le train, dites-vous que vous les retrouverez un peu plus tard, et un dîner en petit comité n'a pas que du négatif !

Tradition_Noel_680.jpg

* Daniel Prévost

 

lundi, 04 mars 2019

Le travail, c'est la santé, rien faire, c'est la conserver.*

C’est le mois de mars. Un air de printemps, une lumière différente, oui, on y est. Ça ne me donne malheureusement pas vraiment envie de bosser. Envie ou pas, je croule sous les copies et autres pensums, donc je m’exécute.

De plus notre grand chef, Blanc qu'erre, n’en finit pas de nous agresser, de rendre notre boulot insupportable, ses sous-fifres (qu’il ne doit par ailleurs pas ménager non plus) font leur possible pour faire appliquer sa politique inhumaine.Récemment un collègue m’a fait remarquer que les media ne parlent jamais des suicides dans l’éducation nationale. C’est vrai. La police, Orange, la SNCF… Les entreprises ou corps de métiers ne manquent pas où mourir est moins dur que travailler. Mais l’éducation nationale, on n’en parle pas. Pour tout le monde nous sommes ceux qui bossent 18 heures par semaines et sont toujours en vacances, pourquoi voudrions-nous en finir. Pourtant, autour de moi, je vois des gens qui souffrent, qui sont au bout du bout, et ça me fait peur, car certains ne sont ni vieux comme moi, ni jeunes et sans défenses. Non, ce sont des quarantenaires, qui ont de l’expérience, ont ou avaient encore des projets, et ont une vie privée remplie.

Vive la Vie, blog de femme, femme, prof, education nationale, épuisement psychologique

Je ne suis pas la seule à m’inquiéter de l’état psychologique de mes collègues, peut-être parce qu’en 35 ans de carrière, j’ai dû par deux fois prendre des antidépresseurs pendant 2 ans et demi, et la dernière fois, j’ai vraiment frisé le burn-out, à cause de la réforme des langues vivantes en lycée.

Le mépris, la surcharge des responsabilités, les changements dans les ordres donnés en permanence, le fait de passer pour des cons aux yeux de nos élèves, tout cela m’avait fait craquer. A chaque fois, j’ai pris les comprimés magiques, avant l’effondrement, mais tout le monde ne le fait pas. J’ai trouvé plusieurs blogs à ce sujet, mais peu de documents officiels.

https://mobbingdock.wordpress.com/2016/06/28/suicides-dan...

Plus ancien :

https://blog.francetvinfo.fr/l-instit-humeurs/2011/10/22/...

Il y a même eu des questions au Sénat sur notre suivi médical : https://www.senat.fr/questions/base/2015/qSEQ151018322.html

La réponse dit que « les agents qui le souhaitent peuvent avoir une visite médicale ». En 35 ans, je n’en ai jamais entendu parler. On ne m’a jamais dit que je pouvais voir un médecin. Et l’initiative d’aller voir ce médecin spontanément ressemble tellement à un aveu de faiblesse, que peu de gens en dépression iront. Là où travaille ADMV, il y a un médecin du travail qu’elle voit régulièrement. Si elle n’y va pas spontanément, on la convoque, et si elle fait remarquer une douleur, ou une maladie due à son travail, on demande à ses supérieurs de faire des aménagements, et on veille à ce qu’ils soient faits. Pour tous les employés de l’EN, profs ou non, ceci est de l’ordre de l’imaginaire !

Vive la Vie, blog de femme, femme, prof, education nationale, épuisement psychologique

Je vais donc faire attention à mes collègues, et à moi, et essayer de tenir encore 21 mois.

* info pour les jeunes : Maurice Pon, parolier d'Henri Salvador, chanson sortie en 1965.

mercredi, 20 février 2019

La confiance n'exclut pas le contrôle.*

Il y a d'abord cette "loi de la confiance".

Education_Nationale_Ses_Nouvelles_Lubies-ebd21-ac1eb.jpg

Votée tard un soir, alors que la majorité des députés sont dans leur circonscription. Heureusement il restait sans doute les meilleurs.

Résultat : 

Instauration d'un uniforme, en vertu d'une tradition qui n'a jamais existé, sauf dans quelques anciens territoires coloniaux où les britanniques étaient passés.

Les chefs d'établissements veilleront à ce que les enseignants portent une tenue inspirant l'autorité. Il est vrai qu'aujourd'hui nous allons au lycée dépenaillés ou en tenues choquantes. 

Dans chaque salle de classe seront placés deux drapeaux et le texte d'un ou deux couplets de la Marseillaise. Comme je change de salle, et que je n'ai pas encore acquis cette confiance que notre ministre veut rétablir, pour être sûre que les drapeaux (français et européen) ne manqueront jamais à l'appel, je les porterai en pendants d'oreille. Mais lequel sera à droite ? et lequel sera à gauche ?

Ces rats ne sont même pas prêts à financer les drapeaux. Pour preuve : 

 "Désireux de « jouer le jeu de l’ouverture au débat parlementaire », le ministre de l’éducation Jean-Michel Blanquer a soutenu cette disposition, en assurant que la mesure pourrait s’appliquer « de façon très simple », les drapeaux en question pouvant prendre la forme de photos sur une affiche…" trouvé dans un article de La Croix du 13.02.2019

Pour gagner (en quoi me direz-vous ? en argent bien sûr.), l'essentiel n'étant plus de participer, les élèves de CM et peut-être plus jeunes, seront intégrés dans les collèges. Le principal deviendra le supérieur hiérarchique de tout ce beau monde. Tant pis pour les directeur.trice.s qui seront rétrogradé.e.s. Les gagnants dans ce nouveau système seront les troisièmes qui auront un panel plus grand de victimes pour le racket et le harcèlement.

Evidemment, tout cela se fait en supprimant un nombre élevé de fonctionnaires (ne me demandez pas le nombre exact, les chiffres m'emmerdent et me dépriment de plus en plus.), en supprimant des classes, des écoles, mais en augmentant le nombre d'élèves par classes. Au lycée, nous travaillerons sur une base de 36/37 élèves par classe, sans dédoublements sauf en physique - chimie.

Puisque je parle du lycée, les heures de cours par matières vont encore diminuer. Les choix de spécialités aussi. Et malgré la confiance, on fait croire aux parents et aux élèves, dans des réunions où les professeurs ne sont pas conviés, que cela améliorera les choses. 

Toute cette réforme n'est que comptable, et va promouvoir l'enseignement privé. Non seulement les écoles privées sans contrat pourront s'organiser comme elles le veulent, mais ils imposent la scolarité à 3 ans, ce qui à mon avis est une bonne chose, mais sans ouvrir de classes supplémentaires, et en exigeant des maires qu'ils financent les écoles maternelles privées !!!

Pour finir, nous continuons d'être de moins en moins bien payés, mais ça, vous vous en foutez et vous avez bien raison. Chacun sa m...., c'est le motto de tous, gilets jaunes ou non.

Je ne voyais pas comment vous parler de mon premier demi-trimestre 2019, sans vous dire tout ça d'abord. Pourtant, si l'on en croit cette nouvelle loi, je ne suis pas autorisée à vous dire tout ce qui précède. Seulement peut-être à publier in extenso le texte de cette belle loi de la confiance. Nous sommes désormais tenus à un devoir de "réserve". Comme les uniformes, on voudrait nous faire croire que cela a toujours existé. Non, c'est nouveau, ça vient d'sortir, comme disait mon ami Coluche.

inqv_bm82uqcah7hf4vitoj4tso.jpg

Je ne résiste pas à l'envie de republier ici les deux photos qui montrent une ressemblance évidente entre JMB et le juge Demort dans Roger Rabbit. Cela m'a frappée dès que j'ai vu notre ministre pour la première fois :

23472440_10155860998867387_8385923397639383096_n.jpg

23518945_10155860998807387_4984562289924146237_n.jpg

Heureusement, je suis en vacances et suis partie une semaine à Limoux, dans de la famille. Pour la première fois en 20 ans, il a fait beau tous les jours et il n'y avait pas de vent. Comme quoi il faut rester optimiste. En plus, mon oncle et ma tante avaient fait provision de champagne et nous n'avons pas bu de Blanquette. La vie vaut vraiment la peine d'être vécue. 

 

*Lénine (Blanquer serait-il bolchévique ???)

 

jeudi, 17 janvier 2019

Le Futur est prêt à être créé et le passé est déjà une page tournée.

Je ne suis pas encore passée par ici depuis le début de l'année 2019. J'espère que celle-ci a bien commencé pour vous. J'ai eu une très grosse crève du 26 à midi au 31 à midi. Au lit, à tousser, moucher et surtout avoir mal à la tête. Puis, ça s'est arrêté, presque brusquement, pour me permettre de boire une flûte de champagne le 31 au soir. On était 3. On s'est couché à 23 h. Ça ressemble à mon année 2018. 2019 sera plus réveillée, moins douloureuse côté tête, mais il me faut trouver des solutions. Mon médecin dit que mes migraines viennent du fait que mon cerveau à trop de choses à gérer, qu'il n'y parvient pas. Je sais ce qui permettra à mon cerveau de se débarrasser des questions qui dérangent, du poids superflu des soucis : la retraite. Ce sera en principe au plus tôt dans 19 mois, au plus tard dans 21 mois.

Comment-soigner-la-fatigue.jpg

Sinon, l'actualité, la politique, comme tout le monde, ça pollue ma vie et ne me fait pas voir l'avenir avec beaucoup d'optimisme. Tout ce jaune, et maintenant ce rouge (soi-disant) chez les enseignants, ça n'apportera que du brun. 

La retraite, de futurs voyages en Ecosse, si May et les conservateurs britanniques le permettent, cela m'aidera sans doute à supporter tout cela. 

scannerdarkly.jpg

Et vous ? Pas trop d'angoisses, et des projets qui vous portent malgré tout ce qui se passe sur notre planète j'espère. 

file-20170421-25594-63dwoj.jpg

 

 

dimanche, 19 août 2018

la science peut mener à la découverte de l'énergie atomique mais elle ne peut pas nous préserver d'une catastrophe nucléaire.*

Il y a quelques temps j'ai eu l'occasion d'entendre sur France Inter une émission où quelqu'un qui semblait vraiment savoir de quoi il parlait nous a expliqué que tout ce qu'on avait raconté sur le nucléaire au moment où on le mettait en place en France était faux, à savoir : ce n'est pas pas cher, ce n'est pas propre, et cela n'est pas sans danger.

https://france3-regions.francetvinfo.fr/hauts-de-france/f...

Non seulement il y a les mêmes risques qu'à Fukushima, car nos réacteurs sont du même type, mais en plus les déchets que l'on va dorénavant enterrer à Bure, ne se détruiront jamais, et même finiront par contaminer tout le monde, on en est sûr. Et pourtant, hier, j'ai lu que "le gentil Xavier Bertrand", mouillé dans le scandale du médiator il y a quelques années, eh bien, il a sans vergogne affirmé : "Foutez-moi la paix avec les Éoliennes: "Ça coûte les yeux de la tête, ça ne crée pas d'emploi et ça détruit nos paysages." 

Alors s'il préfère, comme dans la Drôme d'où je viens, agrémenter les paysages de son département avec des centrales nucléaires, je voudrais lui dire ici (mais lira-t-il les propos d'Ed le Cheval qui parle ???) que je préférerais cent fois voir mon paysage envahi par des éoliennes que d'être polluée par le nucléaire en plus des glyphosates dont trois départements de ma région sont dans le peloton de tête des utilisateurs.

Je trouve criminel, voire assassin de tenir ce genre de propos. 

Voilà, c'était mon coup de colère. J'essaye tous les jours à mon niveau de polluer moins, de manger bio, et tous ces enfoirés nous rappellent tous les jours que l'on est impuissant. Quelle chance j'ai de n'avoir ni enfants, ni petits-enfants. Au moins je ne m'angoisse pas au sujet de leur avenir. Ce mec en a trois, des enfants, et apparemment, il s'en fout.

Vive la Vie, blog de femme, nucléaire danger, politicien pourri

*Vaclav Havel

mercredi, 20 juin 2018

Je reviens !

Retour, absence, bonheur

C'est avec une joie non dissimulée que je vous annonce mon retour ici. Renforcée par la lumière qui n'a pas beaucoup quitté notre région, épargnée par les tempêtes et inondations, je vais m'efforcer du publier régulièrement. L'essentiel, c'est que grâce à mon blog, c'est un peu comme si je n'étais jamais partie. Je vais aussi essayer de ne pas m'énerver. L'actualité s'y prête pourtant, à l'énervement, mais c'est mauvais pour moi. Alors comme, parmi les nouveautés dans ma vie, il y a le yoga, je devrais réussir à rester zen. Je ne me censurerai pas pour autant. Tout le monde a, je pense, besoin d'un exutoire, et ce blog est le mien. Tant pis pour vous ! 

Je suis ravie de vous retrouver ici. Je ne sais pas combien d'entre vous passent encore de temps en temps. Mais vous serez tou.s.tes les bienvenu.e.s. Pendant ces neuf mois d'absence, j'ai ressenti à peu près tout ça, mais aujourd'hui, sans hésitation, mon emoji, c'est le troisième à droite dans la ligne du milieu !

Retour, absence, bonheur

Eh oui, dans les nouveautés, il y a aussi l'écriture inclusive. Je m'y suis mise hyper vite, tellement c'est pratique. Mais rassurez-vous, je n'ai pas tant changé que cela, j'ai toujours horreur des sigles.

A la prochaine !

mardi, 09 janvier 2018

Je vais bien ne t'en fais pas

Bonne année à tous. C'est un peu pompeux, car déjà quand je publiais je n'avais plus guère de lecteurs, je devrais d'ailleurs plutôt dire lectrices, mais aujourd'hui je suppose que tout le monde a arrêté de passer ici et mange des chocolats  ou de la galette des rois en attendant les prochaines vacances.

Que 2018 ne soit pas trop effrayante, déprimante, mais au contraire douce et rassérénante.

Mon vœu, c'est d'être capable en humeur, forme et en temps de revenir ici commenter ma vie de prof et de citoyenne, au printemps ou au seuil de l'été.

Happy NEW YEAR.jpg

mardi, 14 février 2017

PEN-"L"-OH-PEE - Origin: Greek - Means: Duck - Gender: Female

Ah.... 42 jours déjà !

Le temps d'un carême. Du coup, on va fêter ça au resto à midi. Je n'avais pas réalisé que c'était la Saint Valentin, et j'ai eu peur qu'on ne trouve pas de table, mais si.

Boogie grandit. 

Fillon ne ressort pas grandi. Avant cette affaire, je n'avais jamais imaginé qu'il ait pu être un ancien chanteur des Poppys.

Trouverez-vous l'escroc catho?

 

Je suis enfin de nouveau en vacances, sans grippe ! Et chaque minute est un cadeau.

Je dors.

J'ai redécouvert ce qu'était un magasin, autre que ma supérette locale. Mais je ne vais pas abuser. Une visite me suffit. Un jean neuf, deux t-shirts. Mission accomplie. Il me reste à trouver une lampe de bureau pour ma nouvelle pièce atelier, où je vais pouvoir bricoler et peindre. J'adore cet endroit, qui avait été ma chambre pendant 11 ans et était devenue dès mon départ de chez mes parents un grenier. 

Je suis en train de planifier un weekend à Londres au printemps. Je sens que cela va être mon carburant pour le reste de l'année. Pourvu que T. May ne nous massacre pas l'ambiance. J'aime ce pays et je compte bien y séjourner autant que je l'entends. J'avais même prévu y passer une partie de ma retraite. Cela ressemble à mission impossible maintenant.

Résultat de recherche d'images pour "Le Royaume Uni reste européen pour moi"

jeudi, 29 décembre 2016

Pizza et nostalgie, mieux que les antiviraux !

Plus que deux jours avant qu'on passe à 2017 ... et que rien ne change, ou en moins bien. Oui, je suis peu optimiste. C'est sans doute la grippe, l'âge, les mauvaises nouvelles, le froid dehors, le boulot que je n'ai pas eu le temps de faire à cause de la grippe, les deux stagiaires que j'ai acceptés pour rendre service et qui vont être là, dès mardi matin, à regarder, noter, mes moindres paroles, gestes, remarques... Heureusement, à midi, je brave l'hiver et vais manger une pizza avec des amis de ma jeunesse, que j'ai retrouvés récemment, grâce à mon mariage. On va parler du passé, pas trop, pour ne pas ennuyer ADMV, mais le passé, la nostalgie, ça aide à supporter le présent.

j-2.gif

Et pour ne pas penser à l'avenir proche, réécoutez Pierre Barouh. Il vient de nous quitter, lui aussi, mais heureusement sa voix et ses mélodies sont toujours sur ma clé usb et ne me quitteront pas à chaque fois que je partirai en vacances.

 

mardi, 20 décembre 2016

Noël, c'est de la nostalgie, et c'est pour ça que je l'aime.

La période de Noël me pousse à regarder la télévision. Le temps est souvent trop gris pour donner envie d'aller me balader dans la campagne, trop froid parfois. Il y a trop de monde en ville pour me donner envie d'aller faire du shopping. Les marchés de noël sont devenus des lieux à éviter. Et mon canapé me fait de l'œil, surtout depuis que mon nouveau chat est là. Il réclame des câlins et quelle autre activité que la télé contemplation me permettrait de pouvoir en même temps câliner Boogie alors qu'il se prélasse sur mon épaule, mes genoux, mon ventre, ma tête...?

Les programmes sont souvent à la culture ce que sont à la gastronomie les nounours en guimauve. Faciles à consommer, nostalgiques à souhait, colorés et pas chers. Mais voilà, on a tous ses faiblesses, j'aime ça. Un bon film sentimental ou drôle pour les gosses, surtout depuis que la TNT nous permet d'y avoir droit en VO, j'adore. Hier soir, pas de film. Mais une émission que je ne m'attendais pas à voir si longue sur Maritie et Gilbert Carpentier. Deux noms magiques, qui annonçaient pendant mon adolescence deux heures de bonheurs et de rigolades en famille. On s'amusait, on critiquait, on adorait, c'était selon, en tout cas, contrairement à la règle familiale habituelle, on avait le droit de causer devant le poste, et ça occupait des samedis soirs où on ne sortait pas.

Maritie-et-gilbert-carpentier.jpg

Quasiment 90 % des séquences montrées hier soir ne m'étaient pas inconnues. J'ai eu l'impression étranges de les avoir vues hier. Elles m'ont transportée dans une époque de ma vie où j'étais heureuse. De ce bonheur évident que j'ai eu la chance de vivre dans mon enfance et mon adolescence. La plupart des extraits d'émissions dataient de 1969 à 1977. Je ne me rappelais pas qu'on regardaient tous les Sacha shows, Top A, etc. Et pourtant je me rappelais de Sylvie Vartan chantant avec Carlos "2 minutes 35 de bonheur", de Dalida, de Joe Dassin. Que des gens dont je n'ai jamais eu de disques, mais dont je connais toutes les chansons par cœur. J'ai regardé ça avec mon chat, qui ne s'est pas ennuyé une minute. Trois heures ! Pour une fois une émission qui ne lésine pas, qui donne le temps de voir.

Je ne regarde plus d'émissions de variétés, n'en croise même plus. A part peut-être Taratata. Mais c'est souvent tard, ça se prend au sérieux et il y a trop de chansons en anglais. Alors que là, on voyait des filles et des garçons, qui dans la vie n'étaient peut-être pas des copains, mais qui acceptaient le temps d'une émission de se "mettre en danger" pour notre petit bonheur du weekend. Ils se déguisaient, faisaient des duos improbables, chantaient des vieilles chansons ou modernes, mais totalement éloignées de leurs répertoires. Ils faisaient des sketches, et Coluche chantait. Et c'était de l'humour, mais aussi de l'émotion.  

Afficher l'image d'origine

 

(Je ne me lasse pas de la voix de Joe Dassin en anglais !)

 

Je crois que c'est la première fois que j'entendais Maritie et Gilbert Carpentier parler, que je les voyais. C'était vraiment des gens bien.

(Cliquez sur les photos pour trouver les articles ou videos en lien.) Edit le 21.12.2016

samedi, 26 novembre 2016

Nausée du 21ème siècle

Dimanche dernier des amies sont allées voter aux primaires et vont sans doute aller revoter demain. Leur peur ? Fillon. Homophobe autoproclamé, puisqu'il ne rêve que d'une chose empêcher les gays d'adopter, et même de leur retirer le droit de se marier. Gageons qu'il n'y parviendra pas, le conseil constitutionnel veille. Enfin, j'espère. Car il est quand même soutenu par des gens sympathiques comme Scie Vie Tasse et L'essence comme un. 

Depuis des années on excuse les gens qui votent Effène en appelant leur vote "un vote de contestation". Perso, j'ai toujours pensé que pour voter pour eux, il fallait être facho. Consciemment, pas consciemment, bêtement, tout ce que vous voulez, mais facho quand même. On y est. Aujourd'hui, ils n'ont que l'embarras du choix ! La France s'extrême-droitise ouvertement et l'avenir va être plombé.

La tête de Fillon, on l'a assez vue quand il était le ministre de l'énervé. Mais lui ou Juppé, honnêtement, je m'en fous. Je ne voterai pas pour eux aux élections, à aucun des deux tours, quoi qu'il arrive. Les électeurs de droite n'ont qu'à prendre leurs responsabilités et ne pas choisir un candidat proche du FN. S'ils le veulent, ils s'en mordront les doigts, et l'auront bien mérité. Je ne vois pas pourquoi, étant de gauche depuis toujours, je devrais les aider à choisir le moins mauvais.

Ce mec contre le manque d'humanité duquel j'ai défilé en 1995 ne représente aucun espoir pour moi. J'ai de la mémoire.

Et puis, peut-être ces deux ultra-droitistes vont-ils réussir à faire se réveiller la gauche, la vraie, pas Macron, ni Hollande et ses sbires. On peut rêver, non ?

 

 

 

vendredi, 22 juillet 2016

Il n'y a rien à trier parmi ces ordures

Il y a des jours où l'on se demande où ça va s'arrêter. Le monde devient implosif, partout, la guerre mondiale qui sévit depuis des années en Afrique, au Moyen-Orient, touche les endroits que l'on croyait tranquilles, et soudain, cela prend une réalité, encore plus grande quand on connait quelqu'un dans la ville concernée, quand on apprend avec du retard, de l'étranger, que 84 personnes ont été tuées, et que parmi elles, peut-être il y a le fils d'une amie d'enfance, chez qui on était à boire un coup tranquilles il y a deux mois et demie. Deux minutes d'angoisse avant de vérifier la page facebook de cet ami, et voir, ouf, qu'il est vivant. facebook a du bon donc. Puis lire, toujours sur ce réseau social, le témoignage d'une autre personne qu'on connait, et qui a vécu l'horreur en direct. Oui, tout cela est bien réel, pas comme les nombres de victimes que l'on lit journellement dans les journaux. Et du coup, la France se réveille, accuse, insulte, se montre sous son vrai visage, et ce n'est pas très beau. Entre les récupérations politiques de part et d'autres, les interpellations publiques des dirigeants fondées sur leurs erreurs, leurs manquements véritables ou bien sur des hoaxes lus et crus tout de suite sans discuter ni vérifier sur le net, et les amalgames entre Islam, Arabes, Extrémisme, Réfugiés, Profiteurs, toutes ces notions mélangées sans complexes, par de simples fbookers ou même des journalistes, tout cela donne la nausée.

Comme tout le monde, je suis choquée, atterrée, mais je n'ai pas de théorie sur ce qui devrait être fait, ou pas fait par le gouvernement. La seule chose qui me hérisse, c'est la manière dont les medias font tout pour rendre célèbre des ordures qui ne le méritent vraiment pas. Publient des noms, des photos, qui font qu'on se rappelle plus des assassins que des victimes ou leurs familles.

A ce propos, il y a une pétition, et même deux, que vous pouvez signer.

Sur Change.org

 

http://www.mesopinions.com/petition/medias/anonymat-compl...

2016-04-12 14.01.44.jpg

 

jeudi, 19 mai 2016

“La fortune ne devrait être possédée que par les gens d'esprit : autrement, elle représente un danger public.” *

Vous vous croyez riche, vous culpabilisez, ou vous pensez que les gens se plaignent d'aise avec toutes les heures sup' qu'ils touchent, et que si ces heures sup' baissent, ce n'est que justice ? Alors cliquez sur l'image et reprenez lien avec la réalité. Vous serez outrés, mais ne pourrez vous empêcher de sourire tellement c'est énôôôrme !

Convertissez vos revenus en Unités Liliane Bettencourt.

Et venez manifester avec moi (entre autres). Soyons plus nombreux que les casseurs, pour arrêter cette médiatisation mensongère de ce que sont les manifestants anti-loi El Khomri.

* Nietzsche

mardi, 05 avril 2016

PUTAIN UN MOIS !

J'avais jamais fait aussi pire.

Que dire pour ma défense ?

L'info me mine.

La météo me mine.

Mes copies de bac blanc et l'organisation du vrai bac en contrôle continu m'ont minée.

Mais ça, c'est fait, et je suis en vacances, et je me sens mieux.

Au programme : Vidage de deux chambres au premier, remplissage du grenier, pour pouvoir faire des travaux. Comme je n'ai pas mes entrées au Panama, il n'y a que dans la maison que je peux placer et éventuellement faire fructifier mon fric. Et au moins ceux qui resteront quand je me casserai auront quelque chose à se mettre sous la dent.

Hier, des jeunes, qui ne savaient pas quoi faire alors que la douceur de la nuit annonçait enfin le printemps, ont eu l'idée désormais sans originalité ici et ailleurs de faire flamber une voiture. Je dis des jeunes, car vu que les flics et les pompiers arrivés extrêmement rapidement ne les ont pas croisés, ils ont encore des jambes qui leur permettent de se barrer vite fait. C'est con pour eux, car les flammes à leur paroxysme, c'était joli. Et ils n'en n'ont même pas profité.

Ils n'ont même pas vu ma tête un peu sans expression quand j'ai réalisé que j'allais peut-être perdre mon véhicule assez neuf, mais assuré, et surtout mon matériel de peinture, qui lui ne l'est pas, assuré. Mais bon, tout ça n'est pas très grave, et finalement il n'y a que l'arrière de ma voiture qui a fondu, mais bien fondu.

Comme je suis vieille et riche (enfin, c'est ce qu'ils pensent sans doute), je paye un max d'assurance et du coup après une heure et quart de coups de fil quand même, on m'a prêté une voiture.

En revanche, personne ne verra non plus la tête des étudiants habitant l'immeuble devant la voiture, et dont les pompiers ont violemment enfoncé les portes des appartements pour vérifier qu'aucun d'eux n'était inconscient, asphyxié par la fumée. A leur retour de vacances, ils se diront sans doute qu'ils n'avaient pas besoin de ça, dans la dernière ligne droite de leur année universitaire.

Mais je remercie les cons qui ont fait ça, car ils m'ont permis hier après-midi de passer trois quarts d'heures dans mon commissariat de quartier, à entendre des gens déposer plainte pour bien pire que ce que je venais de subir et le flic de service prononcer des réflexions grosbeaufesques comme on n'imagine même pas que c'est possible. J'ai eu la chance de tomber sur la flique, pas très subtile, mais efficace et aimable. 

Y'a aussi des remarques qui font du bien. Au musée, samedi, une gardienne de salle m'a dit bonjour quand je suis arrivée. Et quand je suis repassée devant elle, m'a demandé : "Vous n'êtes pas une actrice?" Moi : "Non." Elle : "Ah bon, parce qu'on dirait que vous êtes une actrice."

 

dimanche, 06 mars 2016

Y'a pas grand chose de drôle à raconter, mais...

Certaines nouvelles laissent sans voix.

On apprend que le Primat des Gaules n'a pas dénoncé un crime de pédophilie.

primat des gaules.jpg

Cet homme qui affirmait en 2012 "le mariage entre personnes d'un même sexe ouvrirait la voie à la polygamie et à l'inceste".

Et à part ça, bonne fête à toutes les grands-mères !

dimanche, 10 janvier 2016

JE SUIS UNE INCOMPÉTENTE QUI DÉCIDE DE SUPPRIMER QP1C... JE SUIS...*

Ils ont donc décidé que Julien Lepers devait quitter Questions Pour Un Champion. Je ne suis pas une groupie, mais ça me rend triste. Et surtout, je ne comprends pas pourquoi, s'il ne le souhaitait pas.

Dans un peu plus de 2 ans, son jeu aurait eu 30 ans, c'était l'occasion rêvée de terminer sur une semaine ou deux de super super champions, d'invités surprises, etc.

On entend divers arguments:

L'audimat a baissé. Mais quelle émission de France 3 ou de la télé en général n'a pas perdu de public? Les gens ne regardent plus la télé, il faudra que les producteurs et les directeurs de chaînes s'y fassent. Mes élèves sont accros au net, mais pas à  la télé, ça c'est sûr.

Le public a 69 de moyenne d'âge et la télé doit être pour tout le monde ! Ça c'est le plus stupide argument que j'aie entendu. Si la télé est pour tout le monde, pourquoi les vieux n'auraient-ils pas droit à 35 minutes d'intelligence tous les soirs de la semaine? De plus, il y a de plus en plus de jeunes qui sont candidats. Cela veut-il dire qu'ils n'ont jamais regardé l'émission?

La même directrice qui a pris cette décision inepte a ajouté qu'ils allaient changer d'animateur, de décor et de style de questions ! Autant dire qu'ils suppriment l'émission. Autant changer de nom aussi, ce serait plus honnête.

Le type qui va remplacer Julien Lepers, j'ai vu sa photo, il a 44 ans et en fait 60. Grisonnant, maigre, sec. Je me souviens l'avoir vu présenter le journal de temps en temps, pas l'impression qu'il ait l'énergie de lire les questions comme Julien Lepers. C'est un métier ! 

Le décor ? Allez, quelques dépenses vont renflouer la chaîne. 

Le style des questions ? Sûrement pour faire du Nagui, ou comme celui de TF1 le midi, je ne sais plus son nom. Tiens, FR3 aurait dû demander à Artur ou Hanouna, ça aurait été parfait pour leurs projets !

Bref, je vais perdre une émission qui me détendait, animée par un mec sympa, je l'ai rencontré, qui était fier de son jeu, car il l'avait créé et qu'elle offrait à tous un vrai challenge intellectuel. Qui pratiquait un comique de répétition qui mettait les candidats à l'aise. (Et si ça agace certains, tant pis.) Qui n'était jamais méchant, et avait à cœur avec son équipe, de ne jamais ridiculiser qui que ce soit à l'écran. On ne peut pas en dire autant de tous les animateurs de jeux ! 

 

Afficher l'image d'origine

* Dana Hastier

lundi, 30 novembre 2015

« Le libéralisme est une valeur de la gauche » *

Ce que je retiens des nouvelles du jour, c'est que la femme de Macron, Madame Trogneux, prof de lettres de son état à Amiens, vient de se mettre en disponibilité pour aider son mari bénévolement ! Comme aurait dit mon copain Coluche, (ben oui, c'était vraiment un pote dans ma tête), dont nous fêtons le 30ème anniversaire des restos (enfin, fêter, n'est pas vraiment le mot adéquat), bref, comme aurait dit Coluche, je me marre !!!!

Je suis même étonnée qu'elle ne se soit pas arrêtée avant. Le vrai courage aurait été de continuer à travailler. Le plus dur, pour elle, ça ne devait pas être les élèves, ou les copies, comme pour tout prof normal, mais imaginez la salle des profs ! Le jour où ils ont dévoilé le contenu de la réforme des collèges, ou la suppression des postes, ou encore celle des horaires de latin, ben oui, pour une prof de lettres, ça la fout mal de penser que le latin ne sert à rien. Pourtant son mari, lui, il veut pas dépenser plus pour toutes ces options qui ne se monnayeront pas plus tard. Je me régale à la pensée des vannes qu'on a dû lui faire, des pétages de plomb dont elle a dû être victime. Perso, si je voyais la tête de la meuf à Macron, ou à tout autre génie de la finance dans ma salle des profs, j'aurais envie de m'en servir comme punching-ball. 

Quant à aider son mec ! Mais depuis quand une femme de ministre est censée s'immiscer dans la vie professionnelle de son mec ? Depuis quand les ministères embauchent-ils des bénévoles. C'est ceux qui sortent de l'ENA ou de Sciences Po et qui galèrent à trouver du taf qui vont être contents.

Bon, j'imagine que tout ça c'est du blabla, et que comme la bonne bourgeoise tranquille (encore plus tranquille depuis que son mec est plein aux as et est sûr d'avoir une retraite dorée) qu'elle est, elle va tout simplement faire femme à la maison, avec de multiples hobbies. Pas la peine de se la jouer femme politique engagée! 

Lisez quand même ça, c'est lamentable.

« Son avis m’importe et elle est là pour ça car on ne travaille pas bien quand on n’est pas heureux », dit le ministre. « Je suis la présidente de son fan-club », s’amuse sa femme qui insiste sur leurs « échanges parfois musclés ».

Bienvenue dans le monde de Oui-Oui trader !

Afficher l'image d'origine

CLIQUEZ ICI POUR LIRE L'ARTICLE ENTIER.

* Macron Emmanuel. Oui, il a dit ça. Sa femme, quand elle était sa prof, n'a pas dû bien lui expliquer le sens du mot "libéralisme" à notre époque.

 

dimanche, 15 novembre 2015

Je n'ai rien contre Dieu. J'ai juste du mal avec ses clubs de supporters.*

Après les vieux qui avaient envie de vivre comme bon leur semblait, les jeunes, qui avaient envie de vivre, et le droit.

Je me demande comment je vais en parler à mes élèves demain. Je n'ai que deux heures de cours, et lâchement, je suis soulagée. Avec une de mes classes, le hasard m'a fait donner un exercice de compréhension sur la chanson "Imagine". Ils auront eu des idées sur les rêves de bonheur à imaginer. Pour eux, le bonheur et la paix vont paraître loin et très imaginaires en effet.

Comme tout le monde je suis atterrée. L'envie de dire quelque chose, de hurler se confond avec celle de se taire, car si on écoute, la radio, et même france info, on entend beaucoup de conneries.

Je pense surtout à ceux qui ont perdu quelqu'un, à ceux qui cherchent encore, et à ceux qui se battent pour que les fous furieux n'aient pas gagné, c'est à dire pour vivre.

Je ne sais pas si on peut voir cette vidéo si on n'est pas inscrit sur facebook. Mais Marc Trevidic y résume très clairement où l'on en est. 

https://www.facebook.com/frederic.bruel/videos/1015325121...

Afficher l'image d'origine

* Croisé sur Facebook

lundi, 14 septembre 2015

Des vacanciers en septembre ? C'est possible, sans aucun d'août. *

Je sens qu'on grogne, qu'on maugrée, qu'on dit pis que pendre sur ma paresse. Nous sommes le 14 septembre, et ce n'est que ma deuxième note depuis la rentrée. Eh bien sachez que le 14 septembre c'était la date traditionnelle de ma rentrée quand j'étais petite. Alors du coup, me voici.

Que vous dire. C'est comme les autres années, avec quelques têtes nouvelles, de plus en plus difficile à mémoriser et à associer aux noms de mes listes. Sur les 198 élèves que j'ai cette année, je n'en connais qu'une vingtaine. Et ma mémoire, elle, ne s'arrange pas.

Cela m'inquiète d'ailleurs, car je vais bientôt participer à mon jeu TV préféré, l'enregistrement est très bientôt, et comme je l'ai dit à mon chef aujourd'hui "Ça va être moins flamboyant qu'il y a six ans..." Je révise, je m'entraîne. Quand je bute sur une question cinéma, je me dis "Oh, Pascale va être furieuse" et quand c'est sur une question musique, je n'ose plus regarder ADMV. J'aimerais bien tomber sur le thème "blogs et sites", au moins dans ce domaine j'ai de l'expérience.

En dehors de cela, samedi soir je suis allée ré-écouter Francesca Solleville à Ivry. Je ne me lasse pas de son engagement, de l'émotion qu'elle transmet, de son amour pour Ferrat et Leprest. A Ivry, il y a le Forum Léo Ferré, et c'est vraiment un chouette endroit, avec une programmation de chanson française riche et variée. Dommage que j'aie quand même quelques kilomètres à faire pour y arriver. Et samedi, la pluie battante qui s'est abattue sur nous à quelques kilomètres du périphérique ne nous a pas aidés !

A part ça, jeudi je fais grève, l'occasion d'avancer mon boulot et de réviser mes capitales et mes présidents de la république. 

Marc Escayrol

mardi, 01 septembre 2015

PETITS SOUVENIRS DE VACANCES

Me voilà rentrée. C'était chouette. Vivre la vie Guernesiaise au quotidien, découvrir ses bons et ses moins bons côtés, mais surtout revenir à peu  près reposés : objectif atteint.

Les bons côtés : les plages sont magnifiques, sablonneuses, peu peuplées et on peut s'y baigner sans danger, y nager vraiment car les vagues ne sont pas trop fortes. Il y a des promenades magnifiques le long de la côte, des falaises vertigineuses, des points de vue étonnants. Les pubs servent de la cuisine délicieuse et les prix sont décents. La maison de Victor Hugo est une petite merveille et nous apprend beaucoup de choses sur l'auteur de nos récitations et sujets de devoirs de première. Les autochtones sont sympas et serviables. 

Les moins bons côtés : les routes sont très étroites et hyper fréquentées. C'est une attention, une tension devrais-je dire, de tous les instants. Il faut quelques minutes pour comprendre que pour que deux voitures se croisent il faut absolument que l'une d'elles montent sur le trottoir, qui n'existe en général que d'un côté de la chaussée. Mais parfois pas du tout, et là, il faut juste espérer. Il faut quelques jours pour comprendre le système de "Filter" aux croisements. L'île est autonome et a ses propres lois, qui sont pour beaucoup un peu arriérées. L'ouverture d'esprit n'a peut-être pas atteint ce petit bijou du milieu de la Manche. Le climat n'est pas forcément celui dont vous rêvez. Mais il est supportable car changeant, et ce petit côté "surprise, surprise" a son charme. Bilan du séjour 8 jours avec, 9 jours sans... pluie.

Des photos pour vous faire partager mes impressions.

 

jeudi, 09 juillet 2015

Il n’existe guère de texte, si ennuyeux soit-il, qui ne contienne une perle susceptible de faire rire.”*

Ca y est !!!!

A 8 h 20 je me suis dit qu'il était raisonnable de me déclarer en vacances, car le centre d'examens ne m'avait pas appelée, et cela voulait dire qu'aucun candidat n'avait choisi de prendre anglais à l'oral. C'est grâce à France Infos qui, comme tous les media, fait appel à des "experts" qui expliquent qu'il faut choisir des matières où l'on a obtenu une note extrêmement basse. Ce qui est totalement inepte, si l'on n'ajoute pas "et dans laquelle on obtient d'habitude la moyenne". Imaginez le mec qui prend maths, parce que c'est une matière "importante", coeff 5, qui a eu 3 et a 4 à l'année. L'heureux candidat gagnera maximum 10 points. Alors que celui qui prend anglais où il a eu 9, mais qui a d'habitude 12, peut espérer avoir 13 et gagner 12 points. D'autant plus que les profs de langues sont rarement ceux en jury qui disent "moi, je n'ajoute pas de points. je suis contre, par principe." Fin du paragraphe spécial candidat malheureux au bac.

Hier soir je m'étais couchée très tard, car j'ai regardé sur la 3 un excellent documentaire sur le massacre de Srebenica. C'était il y a 20 ans. Les Casques Bleux n'ont rien empêché, bien au contraire. J'y étais en vacances 4 ans avant. D'autres y sont allés très peu de temps après. Et les Serbes refusent de parler de génocide. Dur de dormir après ça.

Plus léger. Sur le net on trouve des sites incroyables. En quelques secondes, j'ai créé ça :

Edcall.jpg

Pôscôle.jpg

zapette.jpg

Et un peu plus tard, je suis tombée sur cette page où les citations sont très fortes ! Cliquez sur la photo et dites-moi quelle est votre préférée.

 

Moi, j'ai choisi celle-là, parce que le représentant des parents au fonds social a proposé le mois dernier que, plutôt que d'aider les parents à payer l'abonnement aux transports en commun, nous ferions mieux de leur conseiller d'acheter en vélo. Si tu es pauvre, t'as qu'à pédaler !

* Didier Nordon

 

samedi, 16 mai 2015

Les hommes sont des homosexuels. Tous les hommes sont en puissance d'être des homosexuels, il ne leur manque que de le savoir, de rencontrer l'incident ou l'évidence qui le leur révélera. *

Demain, c'est la journée mondiale de la lutte contre l'homophobie. Je le sais, Pascale me l'a écrit, et c'est en grosses lettres sur le fronton de la mairie. Mairie qui d'ailleurs n'est pas homophobe, puisqu'on a même eu droit à un sourire le jour de notre mariage. Oui, bon, ben, puisque Zapette nous a démasquées, je peux le dire, je suis mariée ! Y'a des trucs qu'on pense qu'on fera jamais dans sa vie, comme grimper en haut de l'Everest, rencontrer Obama, se marier, voir plus de films que Pascale en une semaine, manger un petit pois avec des baguettes, passer à Questions Pour Un Champion, exposer ses peintures à Beaubourg... Eh bien moi, j'en ai fait deux des trucs dans ma liste. Et le mariage, c'était le plus improbable. Ben oui, parce que j'avais pas le droit. J'étais sûrement trop con aux yeux de certains pour écouter la dame et signer leur registre, pour avoir le droit d'adopter un enfant avec quelqu'un (alors que toute seule, j'avais le droit, cherchez l'erreur !) et de me dire qu'un jour ADMV aurait un peu de sous pour améliorer l'ordinaire s'il m'arrivait quelque chose. Trop con, ou autre chose. Mais bon, maintenant on a le droit, et je vous assure, c'est agréable ce côté légal, ce côté égal.

Mais des journées du 17 mai, faut qu'il y en ait encore malheureusement, parce qu'il y a encore des gens qui se permettent des insultes, des violences, des discriminations envers les homos, mais aussi les transsexuels. Toujours pas de couple homo qui se bécote dans le couloir dans mon lycée. En 20 ans, j'en ai vu 3 !

Et sinon, ce soir, c'est la Nuit des Musées. Mais dans Maville, y'a pas beaucoup de musées. On a failli en avoir un nouveau, mais le maire (qui aime les homos) n'aime pas l'art. 

Nobody is perfect.

* Marguerite Duras