Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Les chats sont malins et conscients de l'être.* | Page d'accueil | Pizza et nostalgie, mieux que les antiviraux ! »

mardi, 20 décembre 2016

Noël, c'est de la nostalgie, et c'est pour ça que je l'aime.

La période de Noël me pousse à regarder la télévision. Le temps est souvent trop gris pour donner envie d'aller me balader dans la campagne, trop froid parfois. Il y a trop de monde en ville pour me donner envie d'aller faire du shopping. Les marchés de noël sont devenus des lieux à éviter. Et mon canapé me fait de l'œil, surtout depuis que mon nouveau chat est là. Il réclame des câlins et quelle autre activité que la télé contemplation me permettrait de pouvoir en même temps câliner Boogie alors qu'il se prélasse sur mon épaule, mes genoux, mon ventre, ma tête...?

Les programmes sont souvent à la culture ce que sont à la gastronomie les nounours en guimauve. Faciles à consommer, nostalgiques à souhait, colorés et pas chers. Mais voilà, on a tous ses faiblesses, j'aime ça. Un bon film sentimental ou drôle pour les gosses, surtout depuis que la TNT nous permet d'y avoir droit en VO, j'adore. Hier soir, pas de film. Mais une émission que je ne m'attendais pas à voir si longue sur Maritie et Gilbert Carpentier. Deux noms magiques, qui annonçaient pendant mon adolescence deux heures de bonheurs et de rigolades en famille. On s'amusait, on critiquait, on adorait, c'était selon, en tout cas, contrairement à la règle familiale habituelle, on avait le droit de causer devant le poste, et ça occupait des samedis soirs où on ne sortait pas.

Maritie-et-gilbert-carpentier.jpg

Quasiment 90 % des séquences montrées hier soir ne m'étaient pas inconnues. J'ai eu l'impression étranges de les avoir vues hier. Elles m'ont transportée dans une époque de ma vie où j'étais heureuse. De ce bonheur évident que j'ai eu la chance de vivre dans mon enfance et mon adolescence. La plupart des extraits d'émissions dataient de 1969 à 1977. Je ne me rappelais pas qu'on regardaient tous les Sacha shows, Top A, etc. Et pourtant je me rappelais de Sylvie Vartan chantant avec Carlos "2 minutes 35 de bonheur", de Dalida, de Joe Dassin. Que des gens dont je n'ai jamais eu de disques, mais dont je connais toutes les chansons par cœur. J'ai regardé ça avec mon chat, qui ne s'est pas ennuyé une minute. Trois heures ! Pour une fois une émission qui ne lésine pas, qui donne le temps de voir.

Je ne regarde plus d'émissions de variétés, n'en croise même plus. A part peut-être Taratata. Mais c'est souvent tard, ça se prend au sérieux et il y a trop de chansons en anglais. Alors que là, on voyait des filles et des garçons, qui dans la vie n'étaient peut-être pas des copains, mais qui acceptaient le temps d'une émission de se "mettre en danger" pour notre petit bonheur du weekend. Ils se déguisaient, faisaient des duos improbables, chantaient des vieilles chansons ou modernes, mais totalement éloignées de leurs répertoires. Ils faisaient des sketches, et Coluche chantait. Et c'était de l'humour, mais aussi de l'émotion.  

Afficher l'image d'origine

 

(Je ne me lasse pas de la voix de Joe Dassin en anglais !)

 

Je crois que c'est la première fois que j'entendais Maritie et Gilbert Carpentier parler, que je les voyais. C'était vraiment des gens bien.

(Cliquez sur les photos pour trouver les articles ou videos en lien.) Edit le 21.12.2016

Commentaires

Pour moi aussi des souvenirs, bien qu'à partir de fin 1971 je n'avais pas la télé, je vivais près de Lille, en formation professionnelle, en internat (et ensuite jusqu'en 1974 où j'étais jeune mariée et pas le temps d'acheter une TV). Mais cela ne m'a pas manqué trop. Souvenirs aussi quand ma maman se mettait devant la télé, le soir après la vaisselle. Elle aimait à peu près tout ce qui passait. On n'avait qu'une ou deux chaînes TV et le noir et blanc mais on appréciait les diverses émissions. Ce sont nos souvenirs, pas ceux des générations qui ont suivi. Je viens également te souhaiter de passer de belles fêtes de fin d'année. Bises.

Écrit par : Elisabeth | jeudi, 22 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Merci, à toi aussi, belles fêtes. Nous on a eu la télé en juin 1967, parce qu'on est venu vivre chez mon arrière-grand-tante. Mais la couleur fin 1972. Puis j'ai eu une longue coupure sans télé aussi, de 1976 à 1986.
On peut vivre sans, mais la regarder de temps en temps, permet de se raccrocher au monde qui nous entoure, même si on ne l'aime pas plus que ça.

Écrit par : Ed | jeudi, 22 décembre 2016

Je ne connaissais pas les Carpentier dont tu parles... Nous n'avions pas de télévision, j'essaierai d'en savoir plus avec mon ami Wiki...

Écrit par : Rosa | lundi, 26 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Ah oui, la télé, en ce temps là, c'était une chaîne, puis deux, puis 3. Ca veut dire que ceux qui la regardaient avaient un "socle commun de culture..." :-)
Bon noël Rosa !

Écrit par : Ed | mardi, 27 décembre 2016

Écrire un commentaire