Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Nous appellerons émotion une chute brusque de la conscience dans le magique. * | Page d'accueil | “Il faut croire que la plus grande inconscience de l’homme, c’est celle de sa propre vie.”* »

mercredi, 18 mars 2020

“La création, comme la vie, est par définition un processus hors équilibre qui nécessite un certain degré de confinement.” *

Je suis confinée. Je l’attendais. Entre jeudi dernier et dimanche matin, on a eu ordres et contre-ordres de notre hiérarchie, car au ministère, Blanquer a joué à celui qui sait mieux que tout le monde, et s’est fait à chaque fois contredire par le gouvernement, parfois quasi immédiatement.

Résultat de recherche d'images pour "blanquer contredit"

Jeudi dernier, j’étais à deux dois d’exercer mon droit de retrait. Mon âge, et un dossier médical qui peut me rendre « à risque ». Le médecin de prévention en est au courant, puisqu’elle m’a accordé un allègement de service. Et à 17h, Blanquer clamait haut et fort que les écoles ne seraient jamais fermées. Jeudi soir, Macron annonce que toutes les écoles, collèges et lycées seraient fermé.es. J’étais soulagée. Vendredi, au lycée, élèves en ébullition, ambiance de pré-vacances. Je mitige leur joie en leur disant qu’on allait assurer une « continuité pédagogique », donc sans doute un travail sur internet. Mais quand même. Tout le monde était un peu énervé. Samedi matin, lettre à tous les profs, de mon chef : on allait effectivement faire du télétravail, mais du lycée, et pour commencer, on était convoqué aux conseils de classes, et à une grande réunion de tous les profs, de la vie scolaire, de la direction. En tout, bien une centaine de personnes. Là, mon sang n’a fait qu’un demi-tour, et je n’étais pas la seule, puisque deux collègues ont tout de suite écrit qu’elles ne viendraient pas, pour raisons médicales. Pour une fois, j’ai essayé de réfléchir avant d’écrire, et j’ai envoyé ma lettre ouverte à la première heure : Je n’irais pas non plus, j’étais solidaire avec les deux collègues, mais je trouvais aberrant et contraire aux propos d’Edouard Philippe de la veille au soir, ou du vendredi, je ne sais plus, qui disait à tout le monde de se confiner ! de favoriser le télétravail quand il était possible. Je montrais clairement le manque de confiance que nous faisait notre hiérarchie, alors que depuis toujours les enseignants travaillent plus d’heures à la maison qu’en classe ! Nous faire venir au lycée aux heures de notre emploi du temps, pour risquer de se contaminer, était véritablement une insulte. J’insistais sur le fait que ce n’était pas parce que nos enfants avaient 16 ans et demi, ou que nous en avions 59, que nous n’étions pas à risque. J’ai eu à peine le temps d’envoyer ma lettre, mon proviseur de me répondre en faisant semblant de penser que j’avais envoyé ma lettre à tous par erreur, que, quelques heures plus tard, contrordre : personne ne viendrait travailler au lycée !

Bref, depuis lundi, je suis de manière quasi-apaisée à la maison. Je travaille environ 4 heures par jour. Le premier a été dur, car la connexion à notre espace numérique de travail buggait, mais depuis ça va. Je communique bien avec mes élèves. Je ne les surcharge pas de travail, mais essaye surtout de leurs donner des pistes pour travailler seul, faire des recherches sur les notions du programme, s’entraîner à la compréhension orale sur You Tube, trouer des exercices de grammaire correspondant à leurs difficultés particulières, et en les soutenant avec un peu d’humour.

Chez nous c’est un peu tendu. ADMV a de la fièvre depuis samedi. Moi, j’en ai eu lundi et la nuit qui a suivi, mais ça va mieux. On guette les symptômes, car tant qu’ils ne sont pas là, on doit prendre du doliprane, et c’est tout. Après tout c’est peut-être un simple virus hivernal, comme ceux qui nous ont pourri la vie depuis le 7 décembre…

Il semble faire beau, mais j’essaye de ne pas trop y penser. Nous essaierons de profiter du jardin quand il fera un peu plus chaud. Je vais lire, écouter les podcasts de France Inter et France Culture. Faire mon courrier en retard.  Mais surtout ne pas sortir ! La rébellion franchouillarde à ce propos m’agace vraiment, tout comme les mensonges de nos dirigeants. Au lieu de nous envoyer voter, ils auraient dû nous confiner une à deux semaines plus tôt. Mais on est toujours plus forts que les autres !

rue-de-paris-vide-1abfc1-0@1x.jpeg

* Pierre Joliot  - La Recherche Passionnément 

Commentaires

A en lire tous les témoignages de profs que je peux croiser ici ou là, C’est toujours le même scénario qui fait bien peu de cas du bien-être du personnel des écoles...
Quand le second tour arrivera, certains vont le sentir passer et il seraa as bien temps de leur retourner leur mépris dans la poire.
D’ici là, TAKE CARE !

Écrit par : Fredmjg | jeudi, 19 mars 2020

Répondre à ce commentaire

Malheureusement dans ma ville, grâce au confinement, et la crainte du virus, le maire sortant a été réélu au premier tour !
Take care too !

Écrit par : Ed | jeudi, 19 mars 2020

Répondre à ce commentaire

Travailler dans une boite qui nous demande de croire tout et son contraire m'a préparé à la communication officielle pour le coronavirus. Lundi, on ouvre et on travaillera 1 jour sur 2. Je veux bien aller travailler mais avec toute la sécurité qui va avec.
Prends soin de toi, et de ADMV.

Écrit par : Cunégonde | samedi, 21 mars 2020

Répondre à ce commentaire

Je vous donnerai des news dans une prochaine note. Pour l'instant, protège toi tant que tu peux. Sibeth ne t'as pas encore proposé d'aller aux fraises les jours où tu ne travailles pas ???

Écrit par : Ed | jeudi, 26 mars 2020

J'espère que tu vas mieux et ta "colocataire" aussi ? C'est vraiment une catastrophe... bon courage et au moins la pollution des villes a nettement baissé. Ce sera une expérience pour tout le monde. Bises et bon week end .

Écrit par : ELISABETH | samedi, 28 mars 2020

Répondre à ce commentaire

On l'a eu ! ou plutôt, il nous a eues. Mais au bout respectivement 15 et 12 jours, on en est presque sorties. Ça n'a pas été une partie de plaisir, mais je crois que nous ne risquons plus de rechute grave.
Surtout, ne voyez personne. Que les gens qui se promènent comme si de rien n'était aient conscience qu'ils sont des bombes à retardement.
Porte toi bien Elisabeth. Et profite, respire !

Écrit par : Ed | samedi, 28 mars 2020

Écrire un commentaire