Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« “La création, comme la vie, est par définition un processus hors équilibre qui nécessite un certain degré de confinement.” * | Page d'accueil | Avec le confinement, tout est à retardement. »

mercredi, 08 avril 2020

“Il faut croire que la plus grande inconscience de l’homme, c’est celle de sa propre vie.”*

 

AIRE DE PIQUE NIQUE LE PONT DES BUTTES, BRISSAC LOIRE AUBANCE

Confinement Jour 23

On a d’abord su que les écoles, collèges et lycées fermaient. C’était tellement étrange, inédit, qu’on ne savait pas si l’on devait s’en réjouir ou pas. Evidemment cela signifiait que l’épidémie de Coronavirus devait être grave. On entendait parler de ce qui se passait en Italie, en Alsace, mais sur place, encore rien. D’un autre côté, j’étais prête à exercer mon droit de retrait, et cette annonce de fermeture simplifiait tout. Pas de certificat médical à demander à mon médecin, pas de courrier à faire au médecin de prévention. Dans le weekend, on a fait des courses, comme tout le monde, mais peut-être mois que d’autres, car ADMV qui est prévoyante, avait déjà fait des provisions de produits de base au fur et à mesure qu’elle lisait la presse. Elle était rentrée de son boulot en région parisienne fatiguée, et toussant depuis le mercredi. Moi, j’allais bien, et puis elle est fragile côté ORL, tousse souvent, donc je ne me suis pas inquiétée plus que ça. Mais ça évoluait bizarrement. Une bonne gastro, de la fièvre. Moi, toujours rien. Sauf le lundi soir, de la fièvre aussi. Mal à la tête. On avait déjà décidé depuis le weekend précédent de dormir et se laver chacune à un étage, pour que si l’une était contaminée, l’autre puisse éviter de l’être aussi. Au lycée je passais mon temps à me laver les mains entre chaque cours, depuis dix jours au moins. Le mercredi, elle allait vraiment mal, alors le jeudi elle a obtenu un RV chez son médecin, et est revenue avec un papier la décrivant comme « symptomatique ». On a encore fait plus attention. Ses symptômes se sont aggravés. Toujours fièvre, maux de tête, douleurs dans le dos et les jambes, et puis elle avait perdu l’odorat et le goût. Tout m’est arrivé pareil, à chaque fois 4 jours plus tard. J’ai parlé à mon médecin. Oui, j’étais sûrement contaminée aussi. Pas d’arrêt de travail, je ne voulais perdre ma journée de carence. Pas de test, on ne serait testées que si on était hospitalisées pour essoufflement grave et problème pulmonaire. Pas de traitement. Prendre un peu de doliprane, mais pas trop, car le corps doit se défendre seul et on doit savoir où on en est côté fièvre. Bref, 21 jours pour ADMV, 17 jours pour moi ! Des symptômes variés qui s'enchaînent de manière étonnante. On va mieux. On n’est pas dans les statistiques. On espère ne plus être contagieuses et immunisées, mais les infos sont vagues et contradictoires. On n’est pas sorties pendant tout ce temps, sauf chez le médecin et à la pharmacie. Et hier, première sortie « courses », masquée, parce qu’on ne sait jamais. Autour de nous c’est un peu l’angoisse. Des membres de ma famille sont en Ehpad, d’autres attendent des opérations pour des maladies graves, d’autres bossent en hôpital et risquent leur vie. Et nous, après avoir beaucoup angoissé, on se sent beaucoup mieux, comme guéries, protégées dans notre maison, qu’on se sent privilégiées d’avoir, avec son jardin. Il fait beau. Je bosse, mais c’est plutôt moins fatigant que la classe en vrai. Parfois on oublie presque le monde extérieur. Je vis dans un quartier où les gens respectent assez bien le confinement. Mais je vois des images de rues et de villes où les gens se comportent comme des inconscients. J’ai lu un titre d’article qui parlait d’un « suicide collectif », mais ce n’est pas que ça, c’est aussi un « meurtre collectif ». Et puis il y a des confinés qui craquent, de tous âges. J’appelle régulièrement mes copines célibataires. On a la chance d’être deux. Pour se soigner c’était plus facile aussi.  J’espère que vous allez bien, mes lecteurs.trices.  D’écrire tout ça m’a fait du bien. Je n’arrive pas à être drôle. Désolée.

A midi, on a fait un pique-nique au soleil, accompagnées par le chant des oiseaux et les bourdonnements des insectes. C’était tellement bien !

* Marc Levy

Commentaires

Contente de lire que vois allez mieux.
Oui à Paris, le respect du confinement est aléatoire.

Écrit par : Cunégonde | vendredi, 10 avril 2020

Répondre à ce commentaire

Il est aléatoire ici aussi ! C'est pourquoi nous avons décidé de ne plus sortir du tout. De plus, apparemment, la guérison est un peu floue aussi. La fièvre fait des réapparitions qui ne sont pas les bienvenues.
Prends garde ! :-)

Écrit par : Ed | samedi, 11 avril 2020

Répondre à ce commentaire

Il est aléatoire ici aussi ! C'est pourquoi nous avons décidé de ne plus sortir du tout. De plus, apparemment, la guérison est un peu floue aussi. La fièvre fait des réapparitions qui ne sont pas les bienvenues.
Prends garde ! :-)

Écrit par : Ed | samedi, 11 avril 2020

Répondre à ce commentaire

Diable ! Je croise les doigts pour que vous vous remettiez toutes les deux au mieux. Ici à Paris ça dépend des quartiers, beaucoup de gens sont partis à la campagne ; ma rue est parfois quasi déserte Mais les gens continuent de fréquenter les commerces de bouche. C’est un peu un rituel ici.
Avec mon asthme je ne sors que tous les 10/12 jours et masquée, ne serait-ce que pour éviter d’éternuer sur les gens vu que c’est le printemps ô joie ineffable.
Mes deux matous m’aident pleinement à supporter la solitude. D’ailleurs je ne la déteste pas. J’M simplement pouvoir sortir de chez moi quand j’en ai envie. Mais je ne suis guère à plaindre.
J’espère que ça t’a fait du bien de mettre tout ceci noir sur blanc que les pépins sont derrière toi/vous. Prenez grand soin de vous

Écrit par : FredMJG | dimanche, 12 avril 2020

Répondre à ce commentaire

Merci Fred. Tu as très bien compris, comme on ne voit personne, écrire est un soutien.
Je pense qu'on est quasiment guéries, mais voilà, on est à cet âge où quand ça les arrange on est senior, mais quand il faut bosser, on ne l'est pas...
Tu as raison de ne pas sortir. D'ailleurs, le confinement, comme les masques, c'est pour protéger les autres, pas soi-même.
J'ai découvert le Drive, et le remplacement surprise des produits commandés mais pas disponibles, la solidarité des potes et voisins qui rendent service en apportant des courses dans la cour, on se fait coucou par la fenêtre, et comme toi, passer du temps seule à mon bureau, dans mon jardin ou dans mon fauteuil ne me pèse pas. Je ne sais pas si je dirais pareil sans internet, je lirais, mais les angoisses ne seraient ni anéanties, ni augmentées à la lecture des actus.
Fais attention à toi, l'asthme n'est pas un atout. C'est bien de pouvoir se regarder des vieux films et de voir ceux qu'on a loupés, non ?
A bientôt pour une note un peu moins coronocentrée !

Écrit par : Ed | lundi, 13 avril 2020

Vu mon âge, sans avoir d'obésité ni de problème cardiaque, juste légèrement asthmatique, je crains beaucoup le covid-19, si bien que si je l'attrapais je me dis que je me verrais mourir. Je le crains car pour moi ce serait la mort... Je le dis et pourtant on peut très bien en guérir. Du coup, je ne suis allée faire les courses que 2 fois depuis un mois et j'ai un flacon d'eau de javel et d'eau mélangée sur moi, je pulvérise la barre du caddie avant de la toucher. Et avant de remonter dans ma voiture après avoir fait les courses, je me lave les mains avec ce mélange à l'eau de javel. Je m'essuie avec un sopalin que je jette dans une poubelle près des caddies. J'ai bien des masques mais ils datent de 2013 et je les ai lavés plusieurs fois, je m'en servais pour me protéger au jardin des poussières de pollen. Je suis avec mon fils pour faire les courses, nous vivons dans la même maison. J'ai fait un masque en tissu (voir mon blog), mais je ne l'ai pas mis mardi quand j'ai fais les courses. Quand je vois ton témoignage, je suis un peu plus optimiste pour le cas où je l'attraperais. Du coup, tu ne sauras pas si tu l'as eu et si ta compagne aussi l'a eu, à moins que l'on vous teste ? Bon rétablissement à vous deux... et attendons au jour le jour les nouvelles. Bises.

Écrit par : ELISABETH | jeudi, 16 avril 2020

Répondre à ce commentaire

En fait, d'après nos médecins et ce que je lis, je pense qu'on est sûres de l'avoir eu. Mais on ne sait pas si on est immunisé maintenant. Et je n'ai pas de papier pour prouver ça à mon administration. Ce qui est mon problème présent, vu que Macron a annoncé qu'il voulait qu'on reprenne face à nos élèves (j'en vois 170 dans la semaine !) le 11 mai. Des enfants de collègues ont été malades, ont contaminé leurs parents, et l'inverse. Donc, dire que c'est sans risque est une aberration. Mais si tu te protèges bien, reste à distance des autres humains, et désinfecte ce que tu touches, ça devrait aller. Et non, on n'en meurt pas forcément, heureusement ! Et les femmes semblent touchées en moins grand nombre que les hommes. Garde donc le moral !

Écrit par : Ed | samedi, 18 avril 2020

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire