Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Spring ! it's spring ! | Page d'accueil

mercredi, 19 avril 2017

Le pessimisme face au futur ne doit pas être un argument supplémentaire pour l'inaction dans le présent.*

On est mercredi 19 avril, alors je vais arrêter de parler politique ce soir. Comment ça, je n'en ai pas parlé du tout depuis le début de la campagne ? Ah oui, c'est vrai. Ed se calmerait-elle ? Deviendrait-elle moins engagée ? Non point ! Mais Facebook a fait de l'ombre aux blogs de ce côté-là. Parce que la communication va plus vite. La réaction des lecteurs aussi. Et que pour parler politique, finalement, les gens se contentent de courts textes ou phrases accompagnant leurs publications, leurs partages. Mais quand même, ils écrivent plus de mots que d'habitude. Donc, il y a du positif dans cette campagne que Raffarin a décrétée violente ce matin sur France Inter. Il a osé dire au journaliste "Vous ne savez pas ce que c'est que l'austérité !" Comme si, lui, savait mieux ce que c'était. Il a nié que ce que l'économie capitaliste faisait vivre aux chômeurs, aux smicards, ce n'était pas de la violence. Il semble avoir découvert ce mois-ci ce que sont les réseaux sociaux. Bref, il est toujours aussi loin des réalités. Mais il soutient Fillion, par honnêteté, si j'ai bien compris. Par respect des règles. Si ce n'était pas si important de voter pour ceux qui décideront des cinq années à venir, et même plus sans doute, Raffarin me ferait me gausser. Mais non. Avec son air patelin habituel, tout ce qu'il a pu reprocher à Macron, c'est son inexpérience, quant à Fillion, il ne lui reproche rien, car il y a (eh oui, on avait oublié) une présomption d'innocence. En gros, il a terminé son raisonnement par : Mieux vaut voter Fillion, même si on se retrouve avec un président et une femme de président mis en examen, car sinon, on aura la guerre. 

La peur est l'argument de beaucoup en ce moment. 

Alors voilà. On a le choix entre une candidate fasciste, un candidat véreux et homophobe soutenu par le mouvement "Sens Commun", un ballon de baudruche qui dit oui à tout le monde pour faire croire qu'il est modéré, mais qui en fait est un banquier capitaliste extrémiste, un socialiste très gentil qui n'a même pas su se faire respecter par son propre parti, alors, permettez moi de douter de ce qu'il saura faire respecter si jamais il est élu, et un candidat de gauche que tous les autres et les médias traitent "d'extrême gauche", qui a un programme bien construit (même le monde et le figaro le reconnaissent) et a donc montré qu'il savait s'entourer de gens compétents, mais dont la façon dont il réagit aux propos fascistes, intolérants ou provocateurs, avec passion et dans un bon français, avec un bagage culturel évident, le fait accuser d'être un futur dictateur. 

Alors ensuite, il y a ceux qu'on ne critique même pas, parce qu'on se dit qu'ils auront déjà du mal à rembourser les frais de campagne (heureusement que Poutou n'a pas loué de costume !).

Je ne serai pas là dimanche. ADMV votera à ma place. Une procuration était chose facile. Pas d'excuse à ceux qui ne l'ont pas fait. Il est encore temps pour le deuxième tour au moins. Et si au deuxième tour, on avait, excusez-moi de rêver, Le Pen contre Mélenchon, ne croyez pas ce qu'on vous dit, ils n'ont rien en commun ! Ne faites pas comme si vous ne le saviez pas.

C'était mon quart d'heure politique. 

Si vous aimez les sondages : 

http://www.linternaute.com/actualite/politique/1357555-pr...

 

Chaque voix autre que pour le FN fait baisser son pourcentage de voix exprimées. C'est mathématique.

Chaque bière bue sur votre canapé, élira leur candidate.

 

*Jean-Luc Mélenchon dans son livre L'Ere du Peuple, 2014.

Commentaires

J'y serai aussi et manifestement nous déposerons le même bulletin ;-)

Écrit par : Pascale MD | mercredi, 19 avril 2017

Répondre à ce commentaire

:-)
Bon weekend alors !

Écrit par : Ed | mercredi, 19 avril 2017

Je ne parle pas non plus politique, ni avant ni après les élections. Quand je vois depuis ce matin les disputes sur Facebook, sur le mur d'une amie en particulier (ce sont les amis de cette amie qui se disputent sur son mur..... l'amie est déprimée de lire tout ce qu'elle lit), je me dis que je fais bien de ne rien dire. Chacun vote ce qu'il veut, d'ailleurs le vote c'est secret. Alors pourquoi dire pour qui on a voté ? Bon après midi.

Écrit par : elisabeth | lundi, 24 avril 2017

Répondre à ce commentaire

J'aime bien exprimer mes idées, mais il faut critiquer les acteurs de la politique. Sur les réseaux sociaux, les gens insultent ceux qui votent en leur reprochant ce qu'il y a à reprocher aux politiciens.
De toutes façons, on a 15 jours à attendre, autant se protéger et rester calme !

Écrit par : Ed | mercredi, 26 avril 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire