Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« “ Le secret du succès est de faire de ta vocation tes vacances.” * | Page d'accueil | Encore un soir de rêve * »

samedi, 08 octobre 2016

Si j'avais le pouvoir, je commencerais par redonner leur sens aux mots (Confucius).

Notre chat n'est plus là. Et ça se sent. Trop. L'avantage, quand on perd un animal, quel que soit la tristesse que l'on puisse ressentir, c'est qu'on peut se dire, on va en reprendre un. On va trouver un autre petit animal à poils et à ronrons à dorloter, à rendre indispensable et dépendant, à protéger. Ça ne nous empêchera pas de repenser à celui-ci, tellement gentil et intelligent, mais on n'a pas besoin d'années pour s'y faire et avoir une dose d'amour disponible.

Mais quand on perd un humain, évidemment, c'est tellement différent. Ça n'a rien à voir.

J'ai besoin de dire ça, parce que beaucoup de gens m'ont parlé, pleins de compassion exagérée, comme si j'étais en deuil. Ça m'a rappelé des moments autrement plus douloureux, et j'aurais pas voulu. Le discours était inadapté.

Vous savez, c'est comme les gens qui disent qu'un cambriolage, c'est comme un viol. Eh bien non. J'ai été cambriolée. Et je vous assure, qu'à choisir, je préférerais être cambriolée des centaines de fois, quitte à repartir sans rien pour le reste de ma vie, qu'être violée.

Donc, voilà, dans quelques semaines, j'espère que nous aurons un autre chat, un tout petit, car je n'ai jamais fait cette expérience d'avoir un tout petit chat et de le suivre jusqu'à ce qu'il soit vieux. 

2016 08 08 (2).JPG

*(Confucius)

 

Commentaires

Je ne veux plus d'animaux, je n'en ai plus depuis la fin des années 90. A chaque fois, je suis malade, bouleversée, quand ils disparaissent. Même pour les cochons d'Inde ET le rat femelle de ma fille, j'ai le coeur brisé. Bon week end.

Écrit par : elisabeth | samedi, 15 octobre 2016

Répondre à ce commentaire

Mais nous, nous allons pourtant insister. J'ai déjà perdu des gens que j'aimais et qui m'étaient essentiels. Je n'ai pas peur d'en rencontrer de nouveaux pour autant.
Mais c'est vrai que cela rend triste. (encore que pour un rat, je n'aurais pas de tristesse, car je n'arriverais pas à l'aimer.)

Écrit par : Ed | lundi, 17 octobre 2016

Répondre à ce commentaire

J'avoue avoir mis plus de 20 ans à "remplacer" mon félin, et j'en ai adopté deux :) Par contre, ce qui concerne les humains, pas moyen de les remplacer aussi aisément, même après un certain temps, pour ne pas dire un temps certain.
Mais il est gentil que tes amis te parle de ta petite bestiole.
J'espère que tu arriveras à trouver vite ton bonheur

Écrit par : FredMJG | samedi, 05 novembre 2016

Répondre à ce commentaire

Oui, mes amis en ont parlé gentiment, mais je n'avais pas envie qu'on en fasse trop. Notre petite bête nous manque bien sûr, mais la déchirure irrémédiable que l'on ressent quand on perd un humain qu'on aime n'a rien à voir avec ça, et dans ces moments là, les amis sont encore plus utiles. Même s'ils n'arrivent pas toujours non plus à dire la chose juste, à agir pour soulager et non blesser. La perte de gens que j'aime, je connais, et je fais la différence.
Nous n'avons pas encore de nouveau félin, mais peut-être avant Noël ?

Écrit par : Ed | lundi, 07 novembre 2016

Répondre à ce commentaire

Ou sous le sapin, voire dessus ^^

Écrit par : FredMJG | lundi, 07 novembre 2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire