Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« “La chanson est l’Art de l’Instant.”* | Page d'accueil | “Face au monde qui change, il vaut mieux penser le changement que changer le pansement.”* »

dimanche, 28 mai 2017

"L'inquiétude est la crainte tempérée par l'espérance." *

Nous nous sommes fait une frayeur. Hier matin, au réveil, pas de Boogie. Pourtant nous avions profité du weekend de l'Ascension pour faire une grasse matinée, il était donc déjà 9 h 15, et le soleil dardait ses rayons, comme on disait quand j'étais à l'école primaire. ADMV avait déjà regardé partout dans et autour de la maison, appelé, cherché, attendu. Rien. Nous avons déjeuné. Rien. J'ai signalé sa perte sur "Pet alert", une page facebook dont les appels sont parfois efficaces, envoyé un mail à l'organisme où il est officiellement identifié grâce à sa puce, mis un post sur facebook, puis nous sommes parties, affiches en main, faire le tour du quartier, après avoir regardé sur google earth quels jardins pouvaient l'avoir attiré. Nous avons collé les affiches, sonné chez les gens, surtout ceux qui semblaient avoir des garages et des soupiraux mal fermés. Tous les gens du quartier se sont avérés avoir des chats eux aussi. Plutôt sympas, ils nous ont encouragées et ont pris nos papiers, promettant d'ouvrir l'œil. Pour l'oreille, c'est plus dur, car Boogie ne sait pas encore vraiment miauler. Mais toujours pas notre tigré en vue. J'étais triste, n'osant pas dire à ADMV toutes les images qui me venaient en tête. Je le voyais déjà assommé, puis mort, parce que c'est un casse-cou, dans un coin où personne ne le trouverait. Nous avons alors appris qu'un cambriolage avait eu lieu dans la nuit dans notre rue. Alors, la vision de Boogie enlevé pour le vendre à un laboratoire où utiliser sa fourrure, m'a hantée. Je me suis raisonnée. D'accord, j'étais triste, inquiète, mais mon Boogie est un chat. Un chat prend des risques et peut mourir, ce n'est pas une tragédie. La mère de la jeune fille qui est morte samedi matin en sortant de boîte parce qu'un taré l'a tabassée pour une cigarette non donnée vit, elle, une tragédie. Alors je suis allée, comme prévu, voir une expo, dans un jardin. J'ai même réussi à voir de belles choses. Mais on a rencontré des copines et reparlé de notre chat. Au retour, on est reparti faire un tour. Pour rien. La soirée s'est passée, longue, avec l'impression que Boogie apparaissait derrière la vitre de la porte. C'est fou le nombre d'ombres qui peuvent faire penser à un chat. A 11 h, on est allé dormir. Enfin, dormir. Pas de poids pour tirer sur la couette, pas de petite boule de poil qui vient se faire câliner. Du mal à dormir. Mais dormir quand même avec toutes ces images de torture sur animaux en tête. Je lis trop la presse, je regarde trop les photos sur le net. J'ai lu un peu, car je ne dormais pas. J'ai entendu un bruit. Je me suis dit qu'il ne fallait pas que ça tourne à l'obsession. Je me suis levée quand même, suis allée faire pipi, le stress..., ai quand même jeté un coup d'œil à la gamelle. Rien, bien sûr. Me recoucher, réessayer de dormir. Et soudain, deux pattes, un nez froid. Il était là. Comme si de rien n'était. Enfin presque. Enervé, excité, voulant mordre, pas pour faire mal, hein, mais pas prêt à dormir. Sans doute enfermé depuis la nuit précédente dans un garage. On a fermé la chatière. Mais on a aussi fermé la porte de la chambre. Dormir était vraiment nécessaire. Ce dimanche, je me sens légère.

 

Vive la Vie, blog de femme, femme, femmes, animaux, chat, boogie

*Pierre-Marc-Gaston de Levis (1808)

Commentaires

Alors le chat a bien dormi, seul dans le reste de l'appartement ? J'espère qu'il vous a laissé dormir. On se fait tant de soucis avec ces animaux.... ce sont des personnes. Bonne fin de week end.

Écrit par : elisabeth | dimanche, 28 mai 2017

Répondre à ce commentaire

Oui, depuis, il dort bien. Et s'est calmé. Il continue de grimper comme un fou en haut des arbres, même sur les toutes petites branches des cerisiers et nous ne sommes pas près d'arrêter de nous inquiéter !
Pour l'instant, il fait tellement chaud qu'il ne quitte pas la maison ou quasi pas. Il s'étale de tout son long sur le carrelage. A nous de faire attention où nous marchons.

Écrit par : Ed | lundi, 29 mai 2017

Répondre à ce commentaire

Je deviendrais cinglée si ça m'arrivait (quoique je n'ai pas besoin de ça

Écrit par : FredMJG | samedi, 22 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

Tiens ! Mon bidule a été coupé.
Je disais donc : Je deviendrais cinglée si ça m'arrivait (quoique je n'ai pas besoin de ça). Parfois quand ils dorment, je vérifie qu'ils respirent normalement. Pire que si c'étaient des gosses. Je ne supporterais pas l'idée de les perdre.

Écrit par : FredMJG | samedi, 22 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

Il ne nous a pas refait ça ! Je crois qu'il s'est fait encore plus peur qu'à nous.

Écrit par : Ed | samedi, 05 août 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire