Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« “Face au monde qui change, il vaut mieux penser le changement que changer le pansement.”* | Page d'accueil | Il se peut qu’un jour la France cesse d’exister, mais la Dordogne survivra... * »

mercredi, 21 juin 2017

“Le saké pour le corps Le haïku pour le coeur”*

La canicule donne-t-elle envie d'écrire ? Je rêve de trouver un coin d'ombre où la chaleur n'excède pas les 30 degrés, où le bruit se réduise aux cris des petits d'à côté et au miaulement de mon chat, et où j'écrirais au stylo sur un des nombreux cahiers qui dorment dans mon armoire de bureau. Je les ai achetés ou on me les a offerts parce que j'ai toujours aimé le contact du papier, lisse ou rugueux, mat de préférence, mais je n'ai rien contre les couleurs vives ou pastelles, et les motifs ou jeux de mots rigolos. J'aime le bruit que j'entends au fil des lettres quand j'écris dehors et que mon ordinateur ne m'est d'aucune utilité parce que son écran devient illisible. Alors voilà, ce matin, j'avais envie d'écrire. Il était 6 h 12 et je prenais mon café sur ma terrasse. Quel privilège !

Hier j'ai lu dans un texte officiel que l'Education Nationale m'autorisait à la "Production des œuvres de l'esprit. Toutefois, la production d'œuvres dont il est question doit rester autonome (l'agent doit être rémunéré à l'acte et ne pas bénéficier d'un véritable contrat de travail) et manifester la personnalité de son auteur".

Comme ils sont ouverts d'esprit ! Si j'écris un livre ou peins une toile qui ne manifestent pas ma personnalité, et que j'arrive à les vendre, serai-je hors-la-loi si je n'ai pas demandé l'autorisation ? 

Il y a des tas d'autres choses que j'ai le droit de faire en demandant une autorisation. Même pour m'occuper d'ADMV si elle devenait trop malade ou handicapée pour travailler, et que je touche pour cela une indemnité, il faudrait que mon ministère de tutelle soit d'accord. Faut pas pousser non plus. 

Vu qu'il n'y a que du 25 juin au 1er septembre que je pourrais éventuellement trouver le temps de devenir créative rentablement, je ne vais pas me prendre le chou avec ça.

Ces derniers temps, étant donné le manque de disponibilité à la création, je me suis mise aux haïkus. J'ai même gagné un concours. Je ne sais plus si je vous en avais parlé. C'est sympa le haïku. Ça rapproche de la nature et en même temps de la profondeur de notre cerveau. Et ça met dans une humeur très positive. Enfin, je trouve. Et quand, grâce à un haïku de nouvelle année publié sur facebook tu gagnes des chocolats et un beau cahier, la vita è bella !

Voici celui que j'ai écrit ce matin.

Chat plongeant dans thé glacé

Ciel bleu soleil

Et vivre mon rêve d'été

chats.jpg

* De Santoka

Commentaires

Ils sont craquants ces chats... avec leurs grandes dents ils rient, mais on se demande si c'est un rire jaune.
En tout cas, la canicule sera oubliée dès qu'elle sera partie, non ? Et qu'en tirer comme leçon ? Bon courage, dans mon sud cela dure depuis 15 jours et je pense (comme en 2015 et 2016) que cela va durer, durer, durer jusqu'en septembre-octobre.... Du coup, ménage dans le champ du ventilateur qui tourne et pas de repassage (sauf baisse de température, alors je prendrai mon fer à repasser pour faire le peu que je garde. Tant pis si tout est froissé en attendant). Bon après midi.

Écrit par : Elisabeth | jeudi, 22 juin 2017

Répondre à ce commentaire

Oui, je ne sais pas si cette peinture murale est encore là. Mais elle est bien sympathique. L'air est redevenu respirable ce matin. Beau timing puisque je commence mes corrections de bac. Mais ma note était encore plus sur l'écriture que sur la météo qui est, évidemment, très éphémère ! Belle journée !

Écrit par : Ed | vendredi, 23 juin 2017

Répondre à ce commentaire

J'avais du temps.
Je t'ai lu.
Bonheur.

Écrit par : FredMJG | samedi, 22 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

Merci pour ce haiku de mi-été.

Écrit par : Ed | samedi, 05 août 2017

Écrire un commentaire