Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 18 octobre 2012

Je ne suis pas vraiment libre si je prive quelqu'un d'autre de sa liberté. L'opprimé et l'oppresseur sont tous deux dépossédés de leur humanité.*

J'ai un métier et j'ai de la chance, j'en conviens. Que vous dire sur ce métier qui est tout de même à l'origine de l'existence de ce blog ? Il m'a permis hier de réaliser que certains de mes terminales "ne savaient absolument rien" à propos de Nelson Mandela. Ils me l'ont dit, un peu comme une excuse légitime au fait qu'ils n'allaient pas pouvoir traiter une partie de la question. Comme il fallait comparer les causes de sa popularité avec celles de Lady Di, il y en a qui ont été bien dans l'embarras, vu qu'à la fin du cours, on m'a posé des questions du genre "Diana elle faisait de l'humanitaire ?", "C'était bien la femme du Prince Charles". Ceux qui ne m'ont rien demandé, ne savaient peut-être absolument rien sur elle non plus. Il est vrai que cette année on ne nous a pas du tout bassiné sur le mariage de son fils, en nous rebattant les oreilles de son destin tragique... (et l'illustration, là, en bas, vous prouvera que c'était une grande philosophe !) J'ai aperçu, en jetant un oeil sur quelques copies ( je l'ai récupéré, ne vous en faites pas.) qu'ils étaient plus savants sur le troisième personnage, James Bond. On est sauvé !

Je ne vous raconterai pas comment j'en bave à expliquer la chanson de Bruce Springsteen, American Land, qui met les immigrants vers l'Amérique du XIX et début du XX siècles au rang de héros. Quand on leur décrit la misère qui les a poussés à partir et les conditions difficiles où ils se sont retrouvés à construire des voies de chemins de fer, bosser dans des fonderies, où parfois ils mourraient, vous cherchez à faire sortir le mot "victim", et ils vous proposent "losers", "héros" et ils ne produisent que "winner". L'an prochain, ils seront en école de commerce.

Heureusement j'en ai d'autres un peu moins formatés, qui s'intéressent à l'art, au design, et ça égaie mes semaines. Et puis mardi, on a mangé bio, et le soir, j'étais convoquée à une réunion inutile et vide, mais où on nous a payé un verre plein à la fin, bien mérité. Le mercredi après-midi, on n'a pas à se demander comment on va occuper notre temps, on corrige les fameuses copies, cauchemar du prof de base. Cette année, j'ai 171 élèves, je vous laisse déduire combien je corrigerai de copies à raison de trois ou quatre devoirs par trimestre... Le problème en vieillissant, c'est que l'on a du mal à ne pas s'endormir dessus pendant la correction, alors que la nuit l'insomnie guette quasiment tous les jours. Allez comprendre !

En conclusion, ne me dites pas que je râle, y'a du bon j'vous ai dit, mais vous avez réclamé une note, voici la seule que j'ai pu écrire.

* Nelson Mandela

vendredi, 14 septembre 2012

Il ne suffit pas de partager un patrimoine commun, encore faut-il vivre dans le même monde. *

Toute la semaine j'ai eu envie d'écrire une note. Et toute la semaine j'ai eu des trucs qui m'ont retardée. D'abord not' chat, qu'est pas vraiment not' chat, mais qui nous a adoptées, (d'ailleurs a-t-il le droit ? puisque tant de gens sont contre le droit à l'adoption des homosexuelles), car not' chat s'était battu et avait l'oeil dans un sale état. Puis j'ai eu des coups de fil. ADMV était en stage, loin, toute seule, enfin au début parce qu'après elle est allée au restau avec ses co-stagiaires, mais bon, au début, elle avait besoin de causer. Et puis j'ai eu du boulot. Après un weekend à corriger les évaluations pour faire les groupes de compétences, il a fallu taper les listes. J'ai préparé de beaux cours, mais il a fallu aller en avance au lycée pour vérifier que le vidéo-projecteur fonctionnait, trouver le bon code du portable, le bon câble qui ne donne pas une image verte sur l'écran. Mercredi j'ai mangé chez ma tante, qui aime bien que sa nièce mange chez elle. Mais bien que quittant à 11 h 50, je n'ai pu arriver chez elle qu'à 12 h 50. Bref, à 15 h, re-boulot. A 18 h, visite de E., et petites courses à faire pour manger car le frigo était vide, ou quasi. Hier, c'était presque cool, mais j'ai eu la flemme de rédiger une note. Alors là, malgré une migraine soudaine, que je suis en train d'essayer de tuer avec un zomig et du baume du tigre, je me suis dit "là, il faut faire quelque chose, ou bien ils vont tous se sauver. J'ai plus de visites. A croire que la politique ça les gonfle." Vous avez vu, aujourd'hui, je vous parle pas de politique. Pourtant là, j'avais envie de dire que Peillon, pour l'instant il a pas fait grand chose, mais il a quand même eu une réaction saine vis-à-vis des deux profs qui se sont fait agresser. Je ne résiste quand même pas à exprimer mon agacement quand le 11 septembre, les journalistes ont annoncé la visite de Ségolène Royal à l'Elysée en commençant par donner la couleur de son tailleur, et ont eu du mal à parler du fond, disant seulement qu'elle n'avait pas abordé de question d'ordre privé ! Du non-scoop donc. Autant fermer sa gueule. Mais avec tout ça, je ne connais pas la couleur du costard de François Hollande.  Ce matin, j'ai fait cours avec une de mes anciennes élèves devenues prof. On a une heure de cours à mener ensemble : dans sa matière, mais en anglais. C'est un peu bizarre, mais c'est intéressant et émouvant un petit peu. Ce soir, si ma tête me lâche un peu, je sors, car on inaugure un bâtiment rénové dans ma ville, et y'a un tas de trucs sympas organisés. J'avais rien dit de la semaine, mais je me suis rattrapée ! Merci pour votre patience, pour m'avoir attendue, puis lue.

Pour info, c'est comme ça depuis deux semaines, et pourtant je reste de très bonne humeur.

Journées du patrimoine 2012* Edwy Plenel

mercredi, 08 décembre 2010

MON MOIS DE DECEMBRE

Déjà commencé depuis 8 jours ! Je n'en reviens pas. Pour la première fois de ma vie, je n'ai aucun cadeau de prêt, sauf celui d'ADMV à qui j'ai offert un nouvel ordi, faut dire qu'elle nous a offert une nouvelle porte ! Je ne sais pas, Noël, cette année, ça va être spontané, non prémédité. Ca ne veut pas dire que je ne le fêterai pas, car contrairement à plein de gens, j'aime cette période. J'aime toutes les fêtes. Mais autour de moi, il y a tellement de gens qui ont des soucis, et moi, j'ai tellement de boulot, que à part donner du temps à ces gens-là, je ne fais pas grand-chose. Mais ce n'est pas grave. Je regarde les gros flocons tomber et s'amonceler, et je me sens bien. 100_1160.JPGJe me blottis dans ma maison avec un bon chocolat et des copies, et ça roule.100_1156.JPG Ne croyez pas en regardant la photo que je joue les Sherlock Holmes, non, c'est seulement que quelques écritures sont difficiles à déchiffrer par mes yeux presbytes. Il y a quelques réjouissances néanmoins ! Vendredi, la réunion des parents de secondes, évènement traditionnel indétrônable, et pour que les parents des élèves en difficulté n'aient pas l'impression d'être sur un fauteuil à ressort ce jour-là, j'en reçois 11 entre le 3 et le 12 décembre ! Mais le jeudi, il y a toujours dessin, et le lundi on s'est créé un créneau ciné. On a vu Harry Potter et Potiche. Deux petits bonheurs, grands même ! Pour lundi, on n'a pas encore décidé. Des fois, ça dépend des places que je gagne chez Pascale, des fois, ça dépend de la programmation de mon ciné qui est un peu erratique. Mon mois de décembre sera occupé, mais cotonneux, molletonné même, et j'espère le finir en venant écrire ici plus souvent.

mardi, 05 janvier 2010

QUEL SOUVENIR GARDERAI-JE DE MA JOURNEE ?

C'est pour ça que j'ai pas pu écrire. Je me rattraperai demain !

 

dimanche, 08 février 2009

HOME SWEET HOME

Il est utile, branché, fidèle, et économe. Vous en rêvez tous/tes !

econome 001.jpgeconome 002.jpgeconome 003.jpgeconome 004.jpg

 

 

 

 

J'avais promis à zapette de le présenter ici.

Et je voudrais aussi rappeler à votre mémoire, et à son auteur, s'il passe par ici, un blog auquel j'ai eu l'honneur de contribuer, mais qui nous a quittés lors de la dernière Fête Nationale. La Marseillaise l'a tuer ?

samedi, 24 novembre 2007

La forme, ça tient à un cheveu !

Hier matin, je m'étais dit : ce soir ADMV rentre, on va se passer une bonne soirée, soyons belle ! Et je m'étais donné du mal.e22353ff230367efad86d5130f7ab5c6.jpg

Mais après deux nuits d'insomnie, sans personne pour jouer au jeu hyper intelligent de Pascale et son amoureux, j'ai eu du mal à assumer ma journée de sept heures, les allers et venues entre la salle de devoirs, et ma salle de classe, les élèves qu'avaient pas écouté  compris dans quelle salle était ce fameux devoir, la pro-adjointe qui essayait de m'expliquer quelque chose à propos de la réunion de parents, l'assistante américaine qui voulait ses listes (et qui avait bien raison), les deux tests à finir de mettre en page et photocopier pour les assistants d'éducation pour le jour où je serai absente parce que j'accompagne un voyage de 8h à 2h du matin !, l'affiche pour dire aux collègues qu'ils peuvent poser des questions pour le prochain CA, après tout ça donc, j'étais lessivée, explosée, claquée.65e38912c2cccb8c919b8f13bc68c513.jpg Comme m'a dit ADMV "T'es un dada fringant des cheveux, mais flapi du reste !"

L'essentiel, est qu'elle ait vu mon brushing.

J'étais tellement HS que j'ai oublié de neutraliser mon radio-réveil, et ce matin, 6h20, réveil avec je ne sais quelle chanteuse que je ne connais pas... J'éteins tout de suite, mais faut se rendre à l'évidence, je nous ai niqué la grasse mat' ! En plus je décèle tout de suite une migraine dont je suis sûre qu'elle ne va pas partir comme ça. Alors j'emploie les grands moyens : oro-dispersion de mon médoc miracle, baume du tigre sur les tempes et la nuque. J'embaume la chambre. ADMV se réveille définitivement. Elle râle même pas, et va me faire un café bien fort, ce qui est le troisième élément de mon traitement anti-migraineux. C'est pour ça que c'est l'ADMV, elle est aux petits soins !7ccda60f067404182401b8a4ed35f009.gif

N'essayez pas de me la piquer, elle est gentille qu'avec moi !