Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 24 décembre 2011

L'enfance c'est de croire qu'avec le sapin de Noël et trois flocons de neige toute la terre est changée.*

bloggif_4ef58f87d9e7a.gif

JE SOUHAITE UN JOYEUX NOEL A TOUS MES BLOGGEURS ET BLOGGEUSES FIDELES,

QU'IL SOIT PETIT OU ENORME, FESTIF OU CONTEMPLATIF, FAMILIAL OU AMICAL...

*André Laurendeau

mercredi, 21 décembre 2011

Une idée c'est comme un pain au chocolat. Il faut la laisser refroidir pour voir si elle est vraiment bonne.*

Certains pensent qu'on est plus en sécurité en province que dans la région parisienne. Légendes urbaines que tout cela. Pour preuve différents braquages qui ont eu lieu ces derniers jours... dans des boulangeries.

, on a quand même volé 60 et 100 euros !

alors qu'ici, on n'a pris que des pains au chocolat.

On ne sait pas s'il s'agit d'une vraie arme dans cas, comme dans l'autre. Mais j'ai entendu une boulangère dire que le voleur de viennoiseries est très poli. C'est déjà ça.

Mais la boulangère, elle, lui avait-elle souri la veille ?

*Serge Uzzan

mardi, 20 décembre 2011

Sans innovation, la stratégie est inutile ; sans stratégie, l'innovation n'a pas de but. *

Déjà deux jours de vacances. A part l'impression que j'ai plein de trucs à faire, mais que je les ai toujours pas faits et que je vais en oublier, mais bon, je suis en vacances, j'ai bien le droit de glander, et bien je pense aussi à ce que je pourrais bien vous raconter dans une note. Alors je lis les brèves. Il y a des titres dont on se remet mal.

"Un chien meurt électrocuté par les illuminations de noël." Qui ne croit toujours pas à la magie de Noël ?

Mais aussi :

"La Poste met en place des boîtes aux lettres "intelligentes"

Celui-ci, il est grave. J'ai lu l'article, c'est pour les gens qu'ont des i-pads (dans "qu'on des i-pads", y'a "des i-pads"). Je ne suis donc pas concernée. Ca va leur dire aux mecs à quelle heure est la levée. Moi, ça me prends un quart de seconde pour le lire sur la boite, eux, il faudra qu'ils "photographient le 'tag' 2D pour savoir si l'heure de levée est dépassée et obtenir des informations sur les heures de levée des autres boîtes situées à proximité" ou toute information utile sur le quartier (coiffeur le plus proche, etc). Pour les appareils équipés d'une puce NFC, il suffit de les passer à proximité de la boîte pour obtenir les informations."

Incroyable ! Le mec il a une lettre à poster (déjà, s'il en est à l'i-pad pour savoir l'heure de la levée, le mec, il envoie plus de lettre. Il a plus de stylo.) et d'un coup en passant, non seulement il s'aperçoit qu'il a raté la levée, mais en plus son i-pad lui dit d'aller chez le coiffeur, le pourcentage de chauves dans le quartier, et le nombre de flics au mètre carré. Il avait rien demandé, mais il va perdre une heure chez le coiffeur et une journée en garde à vue, à se faire des cheveux !

*John KAO

 

lundi, 19 décembre 2011

Ballotté, manipulé, automatisé, l'homme perd peu à peu la notion de son être*

Les morts se suivent et ne se ressemblent pas. Hier Vaclav Havel.

La veille, mais on ne le savait pas, le "Cher Leader" de la Corée du Nord.

A ne pas confondre avec les "Cheer leaders" !

Le monde change. Mais là encore, ce qui va suivre n'est pas forcément mieux.

A propos des photos : dans un cas comme dans l'autre, c'est une émotion forcée.

*Vaclav Havel

dimanche, 18 décembre 2011

Si éclairants soient les grands textes, ils donnent moins de lumière que les premiers flocons de neige*

IL NEIGE

DSC00360.JPG

Cliquez sur le lien suivant, et écoutez la chanson 14.

 http://www.deezer.com/fr/music/gilbert-laffaille/piano-vo...

Le jour se lève, la place est vide,
le ciel est noir mais tout est blanc,
sur le Musée des Invalides
et la Fontaine des Innocents

Il neige

Sur les trottoirs, les caniveaux,
les tickets bleus des cinémas,
le Normandie, l'Eldorado,
les esquimaux, les papiers gras,

Il neige

De la terrasse de l'Univers
au Grand Hôtel des voyageurs,
du Moulin Rouge au Sacré-Coeur,
comme dans les bulles d'une boule de verre,

Il neige

Le temps se fige, plus rien ne bouge,
Rue d'Aboukir, rue du Ranelagh,
sur le pavé des banlieues rouges,
les vieux sommiers des terrains vagues,

Il neige

Sur les péniches au bord de l'eau,
les tôles rouillées, les wagons noirs,
sur le charbon des entrepôts,
le sang gelé des abattoirs,

Il neige

Comme un prélude, un long silence,
de Notre-Dame aux Blancs-Manteaux,
sur les buildings de la Défense,
les fausses ruines du Parc Monceau,

Il neige

Il neige mais Paris dort encore,
de l'Etoile au Jardin des Plantes,
dans la Galerie des dinosaures,
à côté des cristaux qui chantent,

Il neige

Sur le Musée Carnavalet,
l'aquarium du Trocadéro,
la Gare du Nord, le Grand Palais
et les deux ours blancs du Zoo,

Il neige

Paroles et Musique: Gilbert Laffaille
Poème à relire dans A Hauteur de Paris, un livre regroupant des photos de Marcel Bovis accompagnées de nombreux textes poétiques.
(Ed. Lamartinière)
 
* Christian Bobin

samedi, 17 décembre 2011

Si j'avais su que les jeunes pouvaient mourir, je n'aurais jamais aimé personne.*

Elle avait 70 ans. Ce n'est pas si vieux. Mais quand on est fatigué, malade, ça peut l'être. En tout cas pour tout le bonheur qu'elle m'a apporté et à bien d'autres, Hommage.

*Cesaria Evora

mardi, 13 décembre 2011

L'exagération est le mensonge des honnêtes gens.*

Aujourd'hui c'était le repas de noël. Dans un établissement scolaire, c'est toujours un moment fort. On a même droit à la première heure de l'après-midi (de 13 h à 14 h) libérée. Ca ne changeait rien pour moi, je ne travaille jamais à cette heure-là. Mais ça a donné un repas tranquile, et un café convivial. Cette humeur de sérénité a fortement contrasté avec ce que j'ai lu sur yahoo actualités en rentrant.

Imaginez, un mec, qui a une mère. Il ne doit pas particulièrement l'aimer. Il a un boulot, mais il ne l'aime pas particulièrement non plus. La mère, qui ne se pose pas de question particulière sur ses relations avec son fils, ouvre le journal local, et lit avec un étonnement, disons, effaré, (c'est possible, ça, les profs de français ?), sa propre rubrique nécrologique !

Son nom, son âge, l'heure et la date de son enterrement !!!

Ca lui a sûrement filé un choc, mais elle a survécu. Assez pour aller au siège du journal et apprendre que c'était son propre fils qui avait payé pour publier l'avis de décès. Renseignements pris, il avait besoin d'un jour de congé, avait prétexté le décès de sa mère, et pour être crédible, avait fait publier l'avis.

L'article dit qu'il a été licencié. Il ne dit pas si sa mère l'a renié. Au minimum, j'espère qu'elle l'a rayé de son testament. Ca va lui faire des vacances à cette dame de ne plus voir son fiston.

 

Vous n'avez pas d'inquiétude à avoir. Dans l'educnat, le décès des cop(a)in(e)s de blogs, ça compte pas comme excuse d'absence.

 

* Joseph de Maistre

vendredi, 02 décembre 2011

Quand on va dans un bureau de poste et qu'on voit comment les employés des PTT manipulent les colis, on comprend mieux pourquoi le père Noël tient à apporter ses cadeaux lui-même.*

Depuis deux ou trois jours, c'est comme une explosion, une pandémie soudaine. Des tas de copines, cousines, collègues, bloggeuses se mettent à parler de leurs jolis et mignons calendriers de l'avent, de cette période enchanteresse et pleine de douceur. Moi, j'aime bien Noël. Mais, bizarrement, surtout depuis que je n'ai plus de famille. Je me fais une bonne petite bouffe sans la foule, avec qui je veux, pas d'obligation. Et je fais des cadeaux à qui je veux aussi. Je ne me prends pas la tête avec ça. Personne ne sera jaloux de personne, il n'y aura pas de cadeaux communs avec la poire de service qui s'en charge, et le radin de service qui ne paye jamais sa part, ni le cadeau qu'on fait pour la cinquième fois, parce qu'on en fait tant qu'on oublie. Noël, comme ça, peinardes toutes les deux, c'est cool ! Les bons sentiments, les gosses, on s'en passe. Très bien, je vous assure.

Mais eux aussi se passeraient bien de Noël. La preuve en images:

Cliquez sur mon beau gif !

*Antoine Chuquet

jeudi, 01 décembre 2011

PARCE QU'IL Y A URGENCE

 
 
Pour tout savoir sur le SIDACTION cliquez sur l'affiche
 ci-dessous !
 
 
 

jeudi, 24 novembre 2011

L'homme est bête sans argent. *

"Aux Etats-Unis, des lycées payent leurs élèves à chaque bonne note !"

Je ne sais pas si ça marche, mais j'ai une idée qui marcherait sans doute encore mieux:

Je propose qu'on fasse payer les élèves qui ne réussissent pas. Je suis sûre qu'il n'y aurait plus autant de devoirs non rendus ou même de retards ! Je suis étonnée que Châtel n'y ait pas encore pensé.

*Jules Mazarin

 

mercredi, 23 novembre 2011

"une femme qui n'abdiqua jamais ses valeurs et poursuivi (sic) jusqu'au bout de ses forces les combats qu'elle jugeait justes." ou encore "elle su faire preuve d'une indépendance d'esprit, d'une volonté et d'une dignité exceptionnelle (sic)".*

*Communiqué officiel de l'Elysée...

vendredi, 18 novembre 2011

La société est bien foutue. Ils mettent des uniformes aux connards pour qu'on puisse les reconnaître.*

Y'a encore un réac de l'U Aime Pet, qui nous a sorti une idée nouvelle qu'on l'entend tous les ans depuis 28 ans que je bosse : Et si pour régler tous les problèmes de l'educnat, on imposait l'uniforme !

Un de mes jeunes collègues qui a vécu ses premières années Outre-Manche n'était pas "si contre que ça". Pourtant il était d'accord qu'un uniforme, son plus gros défaut, c'est que ça coûte cher. Tous les anglais vous le diront. Donc celui du petit pauvre se repassera de frère à frère ou à cousin et sera bien plus usé que celui du riche. Et y'en aura pas en solde chez kiabi.

Pour ma part je trouve surtout aberrant d'aller chercher à copier des modèles chez les voisins européens, en essayant de les plaquer chez nous, sans que rien dans notre culture ne nous y prépare. Ils le font déjà avec la pédagogie, et ça ne marche pas.

Si on "réintroduisait" quelque chose, ce serait la blouse. Ca, ça a déjà existé à l'école publique. Mais pas l'uniforme. Et puis c'est pas cher, c'est moche à souhait quand même, ça plairait bien aux fachos aussi, pour pas un rond.

Ma blouse d'école préférée, elle était à petits carreaux rouge et blanc. Un pur bonheur. En 1973 quand je suis entrée en seconde il y avait encore un lycée qui imposait blouse bleue une semaine, beige l'autre ! Ca n'empêchait pas mes copines de la rouler dans le cartable, leur blouse, pour sécher les cours.

Ils n'ont vraiment pas mieux à faire tous ces cons de droite que de vider le cerveau de leurs électeurs à coups de propositions usées qui sentent la naphtaline ?

Preuve que ce n'est pas une première, cette note est parue en janvier 2009!

Et, je ne suis pas la seule à penser comme moi !!!!

http://www.rue89.com/2011/11/17/luniforme-sen-fout-quelle...

*Albert Dupontel, dans Bernie.

dimanche, 06 novembre 2011

Les politiques eux-mêmes pensent comme nous de la politique ; ils sont les premiers à l'estimer ce qu'elle vaut ; c'est-à-dire à la mépriser.*

Finalement, il sera candidat ! Le 4 mai, il devait l'être, le 6 mai, il avait réfléchi et il ne le serait pas. Mais en fait, il a re-réfléchi et il le sera. Il y a vraiment des gens qui réfléchissent trop. Je parle évidemment du Che. Surnom trouvé par le Canard Enchaîné il y a déjà longtemps, et qui lui va bien. Celui qui voudrait passer pour un homme aux idées révolutionnaires, et qui n'est qu'un réactionnaire indécrottable. De son passage au ministère de l'Education Nationale, je me souviens de sa volonté d'instaurer un livre unique par matière, pour la France entière, choisi et imposé par le ministère. C'est pas démocratique, ça, comme mesure ? Encore un qui pourrait porter ce slogan sur son t-shirt :

Enfin, cette nouvelle candidature n'est qu'une demi-surprise. Il y en aura d'autres j'espère, plus drôles, d'ici les élections pestilentielles de 2012.

Ce cartoon parlait d'un autre... Mais ça lui va bien aussi au Che.

* Charles Péguy

samedi, 05 novembre 2011

L'austérité vise par certaines mesures à avancer l'âge de la mort.*

Alors, si, je reviens d'une manif. J'ai répondu à l'appel d'un rassemblement contre l'austérité.

Plutôt que de dire aux pauvres qu'ils doivent l'être encore plus pour sauver leur pays, en étant payés moins, en travaillant jusqu'à ce que mort s'en suive, et en n'étant plus remboursés de leurs soins médicaux par exemple, on pourrait peut-être demander aux riches de se défaire d'un peu d'argent sur leurs comptes. Et au lieu de trouver consternant qu'on demande son avis au peuple, on pourrait peut-être trouver consternant que des chefs d'état soient mêlés à des affaires malhonnêtes, qu'ils s'entourent de ministres mis en examen et/ou condamnés pour détournement de fonds et autres activités du même ordre. Non, ça, apparemment, ce n'est pas consternant.

Bref, donc, je suis allée prendre l'air avec des gens bien dans le centre de MAVILLE. Nous n'étions pas très nombreux, mais il y aura d'autres rassemblements, et il y aura peut-être plus de gens concernés.

Je n'ai pas trouvé la lettre dans son intégralité, mais lisez les extraits qu'on trouve sur le net : Mikis Théodorakis s'adressent à tous les européens.

http://www.humanite.fr/monde/lappel-de-mikis-theodorakis-...

*Georges Marchais, le 9 juillet 1980

vendredi, 21 octobre 2011

Même la pensée d'une fourmi peut toucher le ciel.*

J'attends mes sushis chez moi.

Non ceci n'est pas une phrase pour améliorer son articulation. Ils appellent ça des "tongue-twisters" en anglais (pas les sushis, les phrases genre chaussettes de l'archiduchesse) du coup je crois qu'on appelle ça des tourne-langue en français. Mais j'suis pas sûre. Et j'ai la flemme de vérifier.

Oui, je suis flemmarde ce soir. Je commande mes sushis et ne les fabrique pas toute seule avec mes petites mains comme mon ami Hervé. Je joue à des jeux sur l'ordi (mahjong, qp1c, tmvpsp, etc.) au lieu de faire mes devoirs. je baille et écoute de la musique. Vous savez pourquoi ? Je suis en vacances !

Bon, mardi, quand ADMV sera repartie, ma voiture déposée pour sa révision chez le garagiste, il sera temps de prendre conscience des réalités et de me mettre au boulot. 4 paquets de copies, et un lot d'enregistrements à évaluer. Que du bonheur. Vu mon manque de sommeil ces jours derniers, je crois que c'est toujours mieux pour moi que d'avoir les élèves en face de moi. Après le break, je réussirai de nouveau à être agréable. Enfin, j'espère pour eux.

J'ai des projets pour ces vacances, je vous en parlerai plus tard. Y'a pas que mon boulot qui s'arrête. Y'a mon cours hebdomadaire de qi gong et celui de peinture. A ce propos, je voulais faire une note sur mes dernières oeuvres, mais mes deux appareils photos semblent HS. Faut que j'envoie un télégramme (si, si, pour le Pôle Nord, ça marche encore !) pour que le Père Noël passe un peu en avance chez moi.

Voilà, c'est tout ce que je peux faire pour mon lectorat impatient. J'essaierai de faire mieux la prochaine fois, promis !

 * Proverbe japonais

mardi, 18 octobre 2011

Je suis un steak haché suspendu à une corde à linge par jour de grand vent*

Dimanche je suis allée au théâtre, à Nogent sur Marne. C'est pas souvent. D'abord c'est pas souvent que je vais au théâtre, car contrairement au cinéma, ça me fait dormir. Me demander pas pourquoi, je ne sais pas. Mais là, j'y suis allée, ça a duré une heure vingt, et je n'ai pas dormi du tout ! C'est un signe.

J'ai vu Zouc par Zouc, avec Aurélie Nuzillard, seule en scène pendant toute la pièce, et dirigée par Nicolas Liautard. Je ne le connais pas, mais je peux dire qu'il a fait du bon boulot. Le spectacle est une adaptation d'entretiens que Zouc a eu avec Hervé Guibert. Bien que cela ne cherche pas du tout à imiter ce que faisait Zouc sur scène, ou même plutôt parce que, eh bien cela donne un spectacle fort, léger et émouvant tout à la fois. Quand la lumière s'est éteinte j'ai réalisé que je pleurais malgré moi.

Aurélie Nuzillard a 25 ans, n'a pas grandi avec Zouc dans son monde culturel bien sûr, question de génération, mais lui rend malgré cela un grand hommage. Elle vit, respire, et donne avec une grande générosité et un grand professionalisme malgré son jeune âge. Retenez son nom et rappelez vous ce que je vous en dis aujourd'hui quand vous la recroiserez sur scène, ou pourquoi pas au cinéma. Le spectacle sera sûrement à Avignon cet été. Ne le manquez pas si vous passez par là.

Plus haut, j'ai dit "d'abord", parce que ensuite, c'est pas souvent que je vais à Nogent sur Marne, pourtant c'est joli, des ancêtres à moi y ont habité, mais ça devient peu fréquentable, à cause du maire. Lisez plutôt.

* Zouc

EDIT pour ceux et celles qui osent ne pas connaitre ! Je vous en glisse un petit sous le paillasson: 

vendredi, 14 octobre 2011

Sur la manche de son veston, il découvrit une tache de graisse. Eh, mon Dieu, quelle horreur ! murmura-t-il fémininement.*

Je ne devais pas repasser à la maison cet après-midi. Le vendredi c'est ma journée la plus lourde, et je m'étais dit que je traînerais un peu au lycée, voire que je corrigerais des copies pour lundi pendant deux heures, avant la réunion de parents. Je ne sais pas pourquoi cette réunion, que j'anime pourtant tous les ans, cette année me met un peu de stress. C'est une bonne classe, des parents à 80 % aisés, et j'ai comme un pressentiment qu'ils vont me pourrir la vie avec des questions du genre :

"Pourquoi n'organisez-vous pas un voyage en Angleterre ?" "Pourquoi ne rentrez-vous pas vos notes au fur et à mesure en ligne ? Pourquoi ne remplissez-vous pas le cahier de textes numérique ?" Pourquoi mon fils/ma fille qui avait 19.5 de moyenne au collège a eu 15 avec vous ?" "Pourquoi puisque vous dites que cette classe est bruyante n'arrivez-vous pas à obtenir le silence tout le temps ?" "Pourquoi ne sont-ils allés en salle multi-media qu'une fois depuis la rentrée ?"

Allez, je fais des paris. Je vous dirai celles qui sont sorties, et celles que j'avais extrapolées à tort. En attendant je bois à toute vitesse une limonade anglaisse Fentiman's (un délice), puis j'irai essayer de me trouver un haut assez élégant, car celui dont j'étais très fière ce matin, s'est pris une tâche de graisse à la cantine... (VDM, comme diraient mes élèves !) Quand je pense qu'en plus je mangeais presque en face du clone de Besson, qui aurait fait une superbe carrière à la STASI !

* Albert Cohen

 

vendredi, 07 octobre 2011

On a sans doute a peu près les mêmes chances de gagner à la loterie, que l'on y joue ou pas.*

Mais que fait Zapette ????

Elle n'est toujours pas allée chercher ses 162 millions d'euros !!!

Dis, c'est parce que je t'avais demandé de m'en donner un peu ?

Non, en fait, on ne sait pas qui c'est. Voici le portrait-robot qui en a été fait:

 

Savez-vous ce que devient l'argent si personne ne le réclame ?

* Fran Lebowiz

mardi, 04 octobre 2011

Il avait échoué à son permis de conduire. Le permis d'inhumer lui a été accordé au premier coup de volant.*

Nous vivons une époque formidable disait Reiser. Que dirait-il aujourd'hui ?

En Angleterre, un automobiliste s'est fait arrêter par la police, alors qu'il conduisait tout en tapant sur son ordinateur les réponses d'un jeu qu'il entendait à la radio et qu'en même temps il buvait une tasse de café !

La police faisait une opération coup de poings contre les "conducteurs distraits", et le même jour ils ont arrêté un homme qui épluchait une poire au volant, et évidemment quelques accros du téléphone portable !

La problématique du gsm au volant avait déjà fait l'objet d'une campagne en 2009

Inconscience ? Idiotie créatrice ? Où s'arrêteront-ils ?

*Yvan Audouard

 

samedi, 01 octobre 2011

Le féminisme, c'est ne pas compter sur le Prince Charmant.*

Le samedi, en général, vous ne lisez pas, vous ne commentez pas, alors, je ne vais pas m'escrimer à rédiger une prose qui restera sans écho. Voici juste un clip qui me fait rire et résume bien une situation débilo-machiste qui n'a que trop duré.

 


Madame Mademoiselle Clown par osez_le_feminisme

*Jules Renard

jeudi, 29 septembre 2011

Si les policiers n'étaient pas bêtes, ils ne seraient pas des policiers.*

Rien que le titre m'a plu !

 

Le numéro deux de la police judiciaire de Lyon en garde à vue

Je ne lis même plus les articles. Les juges sont mis en examen, les chefs de la police en garde à vue, le président de la république ne fréquente que des corrompus... Cela devient d'une banalité.

Si seulement cela permettait de rebasculer de l'autre côté au printemps prochain. Je n'attends rien des autres, pas de miracle économique, pas de révolution culturelle, simplement un peu d'honnêteté.

* Ch. de Gaulle

mardi, 20 septembre 2011

La peine de mort est le signe spécial et éternel de la barbarie.*

Trouvé sur le site d'Amnesty International :

"Depuis que Troy Davis est dans le couloir de la mort, plus de 90 personnes condamnées à la peine capitale ont été libérées aux États-Unis après que leur innocence eut été démontrée. Dans chaque cas, lors de leur procès, les accusés avaient été déclarés coupables au-delà de tout doute raisonnable."

Et pourtant depuis quelques heures, il doit savoir qu'il va mourir. A chaque fois cela m'atterre. Comment accepter qu'un pays qui se dit démocratique et et prétend être en avance sur le reste du monde puisse encore se comporter de manière aussi barbare et primitive?

Un article de Libération vous explique comment se passe la justice là-bas.

Depuis 1976, moment où ils ont rétabli la peine de mort, les juges de Georgie ont été responsables de 51 assassinats (je ne vois pas comment appeler cela autrement), et n'ont grâcié que 7 personnes. Encore un endroit où je ne risque pas de partir en vacances.

*Victor Hugo

samedi, 17 septembre 2011

Au royaume des sourds, les aveugles sont muets.*

Aujourd'hui, je vais me la jouer poétesse. Cette année encore plus que toute autre, je bouscule, et évite d'être bousculée, me déplaçant dans mon établissement la main gauche en forme de parade face à ceux qui arrivent devant moi sans voir quoi ou qui que ce soit. Leurs gros écouteurs sur les oreilles et leur téléphone dans la main, ils se coupent du monde qui les entoure, persuadés de communiquer avec.

Je leur ai écrit un poème, pour qu'ils ne finissent pas comme cette dame. 39 ans, et pas une once de jugeotte en plus que les ados dont je m'occupe au quotidien ! Ca me navre. Mais n'a-t-elle pas mérité ce qui lui est arrivé ?

Tu t'es vu ?

 

Ils s'la jouent cools,

 

pourtant z'ont l'air

 

d'avoir les boules.

 

R'gardent jamais en l'air

 

On se demande,

 

Quand on les croise

 

S'ils nous entendent.

 

J'leur cherche pas noise

 

Mais j'voudrais pas

 

êt' responsable

 

Quand r'garderont pas,

 

Sauf leur i-phone,

 

et qu'moi pôv conne,

 

c'est Inévitable,

 

J'les écraserai

 

Sans l'faire exprès.

* Jacques Sternberg

vendredi, 09 septembre 2011

Tâtons : une façon de compter sur ses doigts.*

Ca va faire plaisir à ceux qui pensent qu'être homo est une malformation congénitale, vous savez, ceux qui il y a peu lobotomisaient leurs fils. J'ai lu ça, j'étais même pas encore homo, et j'ai eu du mal à m'en remettre.

Aujourd'hui, j'ai lu un article qui m'a interpellée.

Regardez vos doigts, ils parlent !

Va-t-on décider de ré-égaliser les petits doigts des bébés à la naissance pour avoir un homme ou une femme parfaite (chez moi le féminin l'emporte en grammaire !), et les empêcher de devenir (oh, horreur !) homosexuel ?

Je savais que je ne ressemblais pas à Marylin. Mais je n'avais jamais remarqué que, physiquement, c'est le masculin qui l'emporte chez moi, c'est flagrant.

101_5911.JPG

Regardez vos doigts, et dites-moi si vous êtres aux normes.

J'ai trouvé un autre article qui, lui, explique que cela peut avoir une influence sur le cancer de la prostate, et les risques cardiaques. Des femmes, on ne parle pas du tout.

*Bertrand Bell

lundi, 05 septembre 2011

La lecture est une amitié.*

Un chouette weekend. Rien de mieux pour se préparer à la rentrée. Du coup, malgré la réforme en marche, la tête de certains collègues, et une nouvelle classe de seconde à accompagner vaille que vaille vers la première, j'ai même pas eu peur !

Contenu du week-end salvateur : Samedi, vélo. Une balade d'une vingtaine de kilomètres, le long d'un cours d'eau, avec l'odeur du monoï en prime, car soleil au zénith. Dimanche, découverte d'un coin où je n'avais jamais mis les pieds, aux confins de la Seine-et-Marne et de la Champagne. Pas mal de conduite pour y aller, mais le paysage était sympa, et arrivée vers 10 h 45 dans un joli village, presque aussi beau qu'un village anglais : Le Thoult-Trosnay. Pourquoi ce lieu ?, me direz-vous. Eh bien, mon artiste fétiche, et maintenant ami, y faisait une lecture de textes humoristiques du 20ème siècle. Cela dure un peu plus d'une heure, et cela fait un bien fou. Ensuite, apéro local à bulles, et petits-fours faits par les villageois, très bons vraiment !

Retrouver Gilbert est toujours sympa et chaleureux. Vous pouvez l'écouter sur deezer, en apprendre plus sur lui sur son site perso, acheter son dernier disque piano-voix enregistré avec Nathalie Fortin ou ses livres sur traficom.music. Mais en plus, trois de ses textes ont été choisis pour accompagner des photos réunies dans un très beau livre "A Hauteur de Paris" qui réunit des photos de Marcel Bovis. On le trouve partout, ne vous privez pas. Gilbert y est en très bonne compagnie.

101_5902.JPG

* Marcel Proust