Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 14 janvier 2013

Autant de bonnes journées en janvier, autant de mauvaises en mai.*

J'aime bien le mois de janvier. Moi qui fête peu noël à la date normale, car c'est une fête familiale, et chez moi la famille, ça se réduit à peu de chose, et c'est tant mieux finalement, ça laisse du temps pour se promener pendant les vacances, je profite souvent de janvier pour poursuivre les petites réjouissances genre échange de cadeaux, et petites bouffes sympathiques. Samedi, le repas fut du plus haut niveau, et ADMV et moi avons reçu un cadeau auquel nous ne nous attendions pas, et qui risque de faire baver d'envie Pascale et sa collec' !

DSC02942 - Copie.JPG

Quand nous aurons le droit, nous pourrons nous marier et mettre une belle photo de nous en mariées sous la neige. C'est marrant, quand j'étais jeune, le mariage, fallait pas m'en parler. Je pense que l'image des couples de la génération de mes parents, ça ne me provoquait pas de grands rêves, et puis le mariage ça voulait dire vivre tout le temps avec un mec. A l'époque, je ne savais pas vraiment pourquoi cela ne me paraissait pas adéquat, mais j'aurais pas pu. Maintenant, je sais pourquoi, et je me dis que je connais ADMV depuis assez longtemps pour que l'on puisse se marier. Je sais qu'il y en a parmi vous qu'en ont pas envie, mais avoir le droit de dire qu'on n'a pas envie, c'est pas mal non plus. Mais quand même, une belle boule de mariage qui neige, ça vous fait pas envie ?

Ce soir-là, moi, j'ai offert ça :

DSC02937 - Copie.JPG

Et je sais déjà qu'on ira au Musée Grévin, au Louvres et à la Gaité Lyrique, si on a le temps.

*Dicton

jeudi, 10 janvier 2013

L’oeil est un gourmet comme la bouche. *

Choses et autres lues aujourd'hui :

"Soutien scolaire pour rebondir."

Ce que cela m'évoque :

Ou bien le rebondissement est-il pour ceux qui assureront le soutien et du coup se referont une nouvelle carrière ???

"Trottoir Libre ! Rentrez vos poubelles en dehors des heures de collectes !"

Ce que cela m'évoque :

Si les éboueurs de mon quartier persistent à passer après 7 h 30 et que mon employeur ne me fait pas rentrer plus tôt que 18 h le mardi, ça va être difficile.

Je vais louer un vieux ou un chômeur pour rentrer ma poubelle le matin...

"Soirée Antique" "Récompense pour le meilleur costume"

Ce que cela m'évoque :

Est-ce une soirée où il n'y a que des vieux ou une ou je peux venir en Vénus de Milo ? Mais là, ça va me coûter deux bras !

Elles ont gardé leurs bras, mais ont enlevé le haut :

Des membres du collectif féministe Femen manifestent devant la Vénus de Milo au musée du Louvre à Paris, le 3 octobre 2012.(les membres du collectif féministe Femen au Louvre le 3 octobre 2012)

« Vous me pétez les couilles… Si ça continue, je vous encastre dans la vitre ». dit par une femme à l'institutrice de sa fille, cela lui a coûté 300 euros d'amende.

Ce que cela m'évoque :

Je me demande si je ne serais pas prête à payer cette somme pour aller me défouler sur ceux qui s'obstinent à maintenir une réforme de bac qui va finir par mettre tous les profs de langue vivante en burn out.

Je pourrais continuer, mais c'est déjà un festival, là, non ? Un beau début d'année en tout cas.

* Hippolyte Taine

 

mardi, 01 janvier 2013

Les grandes âmes ont de la volonté, les faibles n'ont que des souhaits.*

Ca y est, on y est. Je suis rentrée de Londres hier et ai du coup troqué les pork pies, mince pies et pints of bitter pour du foie gras, du saumon et du champagne. Ces 5 jours ont passé à une vitesse dingue. Heureusement que j'ai noté dans mon petit carnet tout ce que j'ai fait, vu, visité, car sinon, j'aurais à peine l'impression que ça a vraiment eu lieu. ADMV retravaillant demain, je vais pouvoir me remettre à ma vocation (ah, ah, ah) et corriger quelques copies, faire quelques recherches sur internet, essayer quelques trucs technique enseignés par notre jeune collègue pour numériser et modifier des vidéos, faire le bilan des parents à voir en janvier, parce que sûrement ils avaient un truc bien plus important à faire le 14 décembre que de sacrifier un vendredi soir pour voir les profs de leur enfant. Y'en a des qui bossaient, et ceux-là m'en ont informée et je les ai reçus à des heures qui leur convenaient.

Alors, prenons quelques résolutions :

S'occuper de son boulot, mais réussir à garder un peu de temps pour soi et la personne avec qui l'on vit, si on a la chance d'avoir une personne avec qui l'on vit.

Limiter la casse en ce qui concerne le poids et le vieillissement, mais là, je sens que mes pouvoirs sont limités eux aussi.

Ecrire sur ce blog un peu plus souvent, et essayer d'être drôle. Pas toujours facile, mais peut-être qu'avec une bonne guinness et/ou un chocolat, ça peut être possible... Mince ! Cela entre en collision avec ma précédente résolution!!!

Lire, plutôt que de rester accro à l'écran. Ca, je devrais y arriver, ma vue semble s'améliorer, et je vais encore avoir de nouvelles lentilles très bientôt.

Faire un peu de sport. J'ai beaucoup failli de ce côté là. Mais je vais me concentrer pour trouver des solutions.

Vos résolutions sont-elles différentes des miennes ?

* Proverbe chinois

Je vais appliquer ce proverbe : Je VEUX que tous mes bloggers amis aient une chouette année 2013, qu'ils parviennent à suivre toutes leurs résolutions ou non.

lundi, 24 décembre 2012

Le temps, c'est quand on va d'un Noël à l'autre. *

Ce soir je suis invitée chez ma copine, la vache qui chante, et je suis chargée d'apporter des douceurs pour l'apéro, j'ai nommé le champagne !

Bon, je sais, tout le monde va pas pouvoir faire vraiment la fête : Entre mon pote Hervé à qui je penserai expréssément toute la soirée parce qu'il sera au lit à l'hosto, et mes potes clowns parties voir des gens qui croient même pas à Noël en Inde et qui seront dans l'avion, ou ma copine qui est en maison de retraite. Mais juré, en dégustant mes samossas pomme de terre-petits pois-gingembre-coriandre-menthe, mes ananas aux graines de moutarde et au piment, mes petites pommes de terre à la tapenade et mes petits morceaux de poulet tikka grillés, j'aurai une pensée pour vous tous, et en cadeau, je voudrais une bonne dose d'inspiration pour continuer ce blog encore quelques années !

Merry Christmas, et que vous soyez tout seul au chaud devant un bon dvd, à deux au chaud à vous regarder les yeux dans les yeux ou à plusieurs autour d'une table, je vous souhaite beaucoup de douceur.

*Paul Villeneuve

mercredi, 19 décembre 2012

QU'EST-CE QU'UN JOURNALISTE ? LA EST LA QUESTION.

Les journalistes ne savent pas dire "Newtown" et prononcent "Newton". Mes élèves vendent des "sweet-shirts" au profit de la recherche contre le cancer. Je m'obstine à essayer de leur faire comprendre qu'être compris par des anglophones est important. Enfin, non, pour les journalistes, la cause est perdue.

Il n'y a pas qu'en anglais que les journalistes parlent comme des pieds. Ce matin sur France Inter, un mec qui s'appelle je crois "Frédéric Michel" et qui a sûrement fait quelques études avant d'arriver là, mais n'en a gardé que peu de séquelles, a dit trois fois "infermière".

Ah ! les bienfaits du silence !!!

lundi, 17 décembre 2012

Et à votre avis, qui a dessiné votre robe de mariée ? *

Moi aussi je veux un power-point pourri à mon mariage !

J'aurais pu ajouter, moi aussi je veux avoir le droit de dire, non, je ne veux pas me marier.

Pour les mêmes raisons, je n'ai jamais entamé de procédure d'adoption. J'avais trop de critères qui risquaient de me faire voir refuser l'agrément. Je n'aurais jamais pu supporter qu'on me dise "vous ne méritez pas d'avoir d'enfants. Vous n'en êtes pas capable."

Au journal de 20 heures, ADMV ne m'a pas vue. D'ailleurs ils ont à peine mentionné les 150 000 personnes venues demander l'égalité en droits pour tous. La tuerie des USA, les gros sous de Depardieu qui filent lui payer des frites, et les résultats sportifs bien sûr, tout cela est bien plus important !

Alors tant pis pour ceux qui sont pas venus. C'était très sympa, festif, solidaire, oserai-je dire "chaleureux"  ? Je vous fais partager mon album photos. Des questions ?

*Humour anglais vu dans la manif.

 

dimanche, 16 décembre 2012

M'a-t-on demandé mon avis sur votre mariage ?

Cette note s'adresse surtout à ceux de mes lecteurs (s'il en reste...) qui habitent pas trop loin de Paris. Il est encore temps de mettre vos baskets ou chaussures de marche aux pieds, d'enfiler un kway, orange ou non, et de partir pour la manif. Le rendez-vous est à 14 h. Le mot d'ordre est le droit au mariage pour tous, ce qui veut dire aussi le droit de ne pas vouloir se marier pour tous, mais surtout l'égalité de regard sur soi en tant que citoyen(ne)s. Aujourd'hui, j'ai décidé de ne pas être invisible. Je vais défiler, crier, me faire remarquer en tant qu'homo, et tant mieux si les caméras de télé me captent par hasard, comme ce fut le cas à la dernière manif politique locale. J'y vais en train, comme ça ADMV qui n'aime pas manifester, tant pis pour elle, se fera moins de soucis. Le ciel est grand bleu. Ma mère aurait dit "tu vois, le Bon Dieu est pour le mariage pour tous, puisqu'il vous donne du beau temps pour la manif." Et si vous êtes trop loin, trop occupés, trop feignants, pour aller manifester, regardez au moins le journal tv ce soir, et dites moi si vous m'y avez vue ! Cheveux orange, manteau marron, écharpe orange, boucles d'oreilles orange. Oui, j'aime bien l'orange. C'est pétillant, remontant, et dynamisant.

mercredi, 12 décembre 2012

Douces amies, en ce douze douze douze, soyez féministes !

Je terminais ma note précédente par une allusion au féminisme. Il a de beaux jours devant lui, le féminisme, quand on voit ce que j'ai lu en deux jours.

D'abord, je ne dis pas merci à Valérie Bougault, collaboratrice à la revue Connaissance des Arts. Dans le hors-série intitulé Mary Cassatt à Paris, elle écrit : "Femme, certes, mais pour autant son art peut-il être qualifié de féminin ? Les sujets intimistes, la lecture, le thé, la broderie, le repos au jardin, qui mettent souvent en scène son modèle préféré, sa soeur Lydia, qui mourra en  1882, puis toutes ses maternités n'accordent aucune place à la mièvrerie, malgré leur extrême raffinement."

L'homme est un loup pour l'homme et la femme une louve pour la femme ! Cette femme pense donc que "féminin" doit être associé à "mièvre".

Heureusement les commentaires de l'expo au Mona Bismarck American Center for art & culture étaient bien plus modernes et ouverts d'esprit.

Le lendemain, je suis tombée sur un article où un avocat bordelais s'interroge sur la capacité d'une femme à être bâtonnière...

Quand je pense que l'autre dinde a osé dire que les femmes de sa génération n'avaient pas besoin du féminisme !

 

vendredi, 07 décembre 2012

LES FILMS DONT PASCALE NE PARLE PAS (2)

Vous avez dû vous demander si j'étais devenue invisible. Eh non ! Juste submergée par le boulot, copies, conseils de classe, et la folie d'aller passer tout mon samedi à Paris. Du coup encore plus de boulot en semaine. Mais je ne regrette pas. Les Invisibles, * je les ai vus, au cinéma. C'est un docu honnête où s'expriment 9 homosexuel(les). A mon goût il y a eu quelques longueurs et un peu trop de chèvres et de panoramas pastoraux pseudo-lyriques . Les moments de témoignages sont en revanche très vrais, sans pathos, et du coup c'est un bon film. A part quelques images d'archives, ce n'est pas un documentaire généralisant sur la condition homosexuelle. Disons que ce sont neuf portraits filmés avec respect, ce qui n'est pas si courant. Je n'ai pas appris grand chose de nouveau. J'ai plusieurs amis qui ont passé la soixantaine et qui m'ont déja bien raconté leur jeunesse, leurs amours dans les années 50/60. Mais si certains croient encore qu'ils ne connaissent pas d'homos dans leur entourage, qu'ils aillent voir le film, et ces gens ressembleront forcément à quelqu'un de proche, qu'ils voient sans voir. Dans ce film ce sont d'ailleurs en majorité des gens qui ont été visibles et en ont subi les conséquences. Mais l'invisibilité n'a pas disparu avec les années 70, ni 80, ni depuis. Je l'ai connue dans ma famille même si depuis la mort de mes parents, j'ai réussi à faire mon coming-out. Je l'ai même connue au début parmi mes amis à qui je ne savais pas comment annoncer que leur amie hétéro vivait à présent avec une femme. Enfin, au boulot, mon invisibilité n'a pas besoin de cape. Quelques personnes sont au courant, mais la plupart n'imaginent même pas que je puisse être lesbienne. J'ai parlé de la manif de dimanche prochain à table, personne ne savait de quelle manif il s'agissait. Nous étions quand même 12 à table ! J'avoue, je me censure moi-même. Et devant mes élèves aussi. Tant de profs pourtant mentionnent sans penser à mal leur conjoint ou leurs enfants à une occasion ou une autre. Bien que cela ne choque personne, ne provoque aucune réaction, ils "s'affichent" donc hétéros ! Terme employé par une collègue (qui se croit pourtant ouverte d'esprit) pour parler de deux filles qui s'embrassaient sur un banc du lycée il y a environ 3 ans. A ce propos, je suis tombée par hasard sur mon premier couple de filles en train de s'embrasser au coin d'un couloir et je ne pense pas qu'elles soient beaucoup plus visibles que moi, vu comme elles sont parties rapidement et sans me regarder surtout  dès qu'elles ont entendu mon pas. Enfin, d'ici qu'elles l'assument, elles, elles pourront peut-être se marier et adopter sans faire croire qu'elles sont célibataires. Je leur souhaite, mais l'ambiance politique du moment me fait même douter de ça.

*Bien qu'il semble y avoir une erreur dans le sous-titre (tous ces acteurs n'apparaissent pas dans le film) c'est un article assez juste.

C'est aussi un beau film sur le féminisme.

Edit, samedi 8 décembre 2012.

A réécouter sur France Culture, une émission où participent le metteur en scène et une de ses personnages, celle, justement, qui est sur la photo au-dessus ! Ecoutez vite, car cela ne restera sans doute pas longtemps sur le net :

http://www.franceculture.fr/emission-l-invite-des-matins-...

mardi, 20 novembre 2012

L'erreur, comme le rire, est le propre de l'homme. Mais infiniment plus créatrice. *

 

Vous voulez des nouvelles ? Eh bien côté boulot, je nage un crawl effréné, mais inefficace pour faire toutes mes corrections à temps pour les bulletins. C'est mieux que la brasse, mais ça épuise. Comme je dors peu et mal, j'essaye le traitement homéopathique de mon médecin, mais je vous dirai dans un mois si j'ai senti un changement. Pour revenir à mes copies, j'en ai lu des marrantes récemment, qui m'ont appris que Beigbeder était un écrivain de la fin du XIXème siècle (ce qui m'a le plus épatée, c'est d'apprendre que c'était un écrivain) et que Scorcese avait réalisé Pulp Fiction. Je n'ai vraiment pas à me plaindre, comme aurait dit Coluche "Je me marre!" A part ça, j'ai réussi (ça n'a rien à voir, mais j'y pense, là.) à me payer un billet de TGV à un prix raisonnable pour un samedi à Paris en décembre. Et sur You Tube j'ai découvert une petite chanteuse que j'aurais pu avoir comme élève, ou presque, et qui se débrouille plutôt bien je trouve. Allez, je lui fais un peu de pub ! Elle s'appelle Paulette Wright.

 

*Roland Topor

dimanche, 04 novembre 2012

Les droits de l'homme sont universels et indivisibles.*

Le regain de médiatisation d'une éventuelle autorisation du mariage pour les homosexuels et, subséquemment, du droit pour eux à l'adoption m'a donné l'occasion de faire une recherche sur les supporters et opposants de cette loi, tout en faisant quelques découvertes, moi qui vis parfois loin des media :

Vous le saviez, vous ? Il y a eu un prêtre candidant dans l'émission "secret story" ! Et voici ce qu'il pense:

http://www.closermag.fr/content/73325/laurent-lenne-le-pr...

La Blondasse ne nous déçoit pas :

http://www.fait-religieux.com/derniere_minute/2012/11/02/...

Et l'inénarrable Monsieur 23 a fait preuve d'un raisonnement assez abscons, mais comme diraient les Guignols, "c'est rassurant, il y a aussi des fous chez les catholiques."

http://actu.voila.fr/actualites/societe/2012/11/04/mgr-vi...

Pourquoi il parle du meurtre dans son argumentation m'échappe... Ma grand-mère croyait bien que les communistes élus dans ma ville allaient bouffer des curés, peut-être Monsieur 23 croit-il que les homos se tuent après l'amour, comme les mantes. (Religieuses, d'ailleurs !)

Suit une possible explication à cette soudaine opposition des dirigeants catholiques en France :

 

Que les cathos se rassurent ! Les Anglicans ont leurs fous aussi :

http://www.lepoint.fr/monde/mariage-pour-tous-en-grande-b...

Aux USA, des prêtres souhaitent la mort des homos, mais Brad Pitt relève le niveau en défendant le mariage homosexuel au nom des Droits de l'Homme.

http://www.allocine.fr/article/fichearticle_gen_carticle=...

 

Personnellement je suis née dans une société où le mariage m'est apparu comme une alternative possible, mais que je pouvais refuser. A 26 ans quand j'ai vécu ma première longue histoire avec une femme, l'idée du mariage ne sest pas imposée. Il était déjà impossible de vivre une relation homo officiellement, alors, se marier !... J'avais toujours plutôt été "contre" dans mon cas, même quand j'étais hétéro ou ne croyais être que cela : Je me trouvais trop jeune pour m'engager dans un contrat à durée indéterminée, je ne possédais rien, je ne voulais pas forcément procréer et surtout l'idée de ma "succession" ne me venait pas à l'esprit. Puis, je me suis mise à perdre mes parents, à hériter, et à voir autour de moi des gens décider du sort des vieux et de leurs biens, et j'ai réfléchi. J'ai donc fait un testament. Ensuite, quand j'ai pu, je me suis pacsée. Cela empêchait d'éventuels gens obtus et profiteurs de risquer de virer ADMV de ma maison et/ou de lui prendre ses biens parce qu'ils se trouvaient dans MA maison si je disparaissais dans un ouragan. Je suis trop vieille pour adopter ou procréer un enfant qui puisse être protégé par les deux personnes qui l'élèveraient, mais je vis avec ADMV depuis plus de dix ans, et je ne vois pas pourquoi elle ne pourrait pas avoir droit à une pension de reversion après ma mort. Je vois des jeunes gays pouvoir avoir des enfants, sans cacher leur couple, et tant mieux. Les idées ont évolué, les faits aussi. Et pour finir, je ne vois pas pourquoi les gays ne pourraient pas choisir, comme les hétéros, de se marier ou non.

 

* Vaclav Havel

 

samedi, 27 octobre 2012

Qu'est-ce qui vaut mieux être, noir ou homosexuel ? C'est mieux d'être noir, parce qu'on n'a pas besoin de le dire à ses parents...*

Deux vidéos qui parlent d'elles-mêmes. Comment peut-on encore hésiter ?

 

Si vous parlez anglais, allez sur Youtube, il y a d'autes vidéos montrant cet homme, plus complètes encore. Mais c'était la seule que j'ai trouvée sous-titrée.

Et si les américains sont capables de le comprendre, pourquoi les français ne le seraient-ils pas ?

*Catherine Bézard

jeudi, 11 octobre 2012

La pensée d'un homme est avant tout sa nostalgie.*

Hier en arrivant au lycée, je me suis dit "De mieux en mieux !"

En effet, sur le tableau lumineux dans le hall, j'ai lu :

UNSS : CRS

Résultat déplorable imputable à mes problèmes d'yeux ?

Il fallait lire GRS.

Mais si on se rappelle de ce qui m'avait choqué précédemment dans les activités de mes collègues d'EPS, on comprend que je puisse me tromper.

Et sinon, les yeux de celui qui aimait sa biche se sont fermés. Ce n'est pas que je l'aimais beaucoup à l'époque, d'ailleurs, j'étais trop petite pour que ce soit mon idole, ou alors, des très jeunes, car j'avais 5 ans. Mais sa chanson fait partie de mes souvenirs d'enfance au même titre que les malabars et leurs décalcomanies, le poinçonneur des tickets dans le bus, le bled à copier quand on était puni ou les marrons qui couvraient les trottoirs à l'automne. (Dans Maville, y'en a quasiment plus, des marrons.)

Demain, je vais raconter plein de choses hyper intéressantes à 36 paires de parents. Quelle chance ils ont !

*Albert Camus

 Edit : Ce soir, regardez la 3, le film avec Belmondo ! Je joue dedans.

Enfin, au milieu de la foule sur le quai près du France au Havre, y'a une gamine de 9 ans qui était hyper émue d'être là au moment du tournage, ça la changeait de l'ambiance pourrie de la colo...

jeudi, 27 septembre 2012

Happy GougueuleDay !

Aujourd'hui c'est l'anniversaire de Gougueule. Vous l'avez sans doute tous remarqué en cherchant un truc ou un autre. Eh bien j'ai réalisé que Gougueule et moi on est arrivé sur le net en même temps ! J'ai acheté mon premier ordinateur et ai eu ma première connexion internet en septembre 1998 en rentrant d'un séjour aux USA, où j'avais été convaincue de la magie de ce nouveau moyen de communication.

vendredi, 21 septembre 2012

Les arènes gonflées d'une foule en délire regorgent de couleurs et d'âpre envie de sang. *

Depuis ce matin, on le sait, la corrida est "constitutionnelle". Et dans "constitutionnelle", il y a "stitutionnelle".

Quelques points de vue sur le sujet:

 Sinon, je suis rassurée. Je ne vis pas avec une psychopathe. ADMV a en effet un odorat hyper développé.

 

*Gilbert Bécaud.

 

mercredi, 19 septembre 2012

OGM? Moi, j'OGM pas.*

J'ai croisé récemment pas mal d'articles contre les produits issus de l'agriculture biologique, prétendant qu'ils n'étaient pas meilleurs pour la santé que les autres. Je ne sais pas quel lobby soutient ces articles, mais oseront-ils contredire une étude qui vient d'être rendue publique et qui dénonce la dangerosité des OGM ?

A lire dès le 26 septembre un livre "Tous Cobayes !". A voir, un documentaire sur le même sujet.

Et pour l'instant, cet article :

http://fr.news.yahoo.com/étude-choc-relance-débat-toxicit...

*moi.

lundi, 10 septembre 2012

"Y'a qu'la vérité qui fâche"*

D'accord, la une de Libé ne manquait pas d'insolence. Mais finalement la réaction de l'homme dont il était question, porter plainte, prouve au moins que Libé avait raison sur deux points : Premièrement, il est riche.

En attendant que cette photo soit interdite suite au procès, régalez-vous !

 

* Ma grand-mère.

mercredi, 05 septembre 2012

Un chien mord un homme, c'est un fait divers. Un homme mord un chien, c'est un scoop. *

Mince ! J'ai failli oublier de faire une note de rentrée. Pourtant comment ne pas se rappeler de cet évènement incommensurablement étonnant et exceptionnel ?

Quoi ? Ces adjectifs vous semblent exagérés, hors de propos ?

Que nenni ! Des media très sérieux en ont fait leur une. Cela doit donc être un scoop.

Lundi, ils ont publié ça.

Messieurs et Mesdames du Monde, eh! Il faut vous réveiller !!! Ca ne fait que trente ans ans ou plus que c'est comme ça. Les profs rentrent une journée avant les élèves. Un scoop qui vaut bien tous les articles gougueule a recensés ce jour-là !

Ce même lundi, France Inter, a préféré parler des enfants et a expliqué à leurs parents (oui, je ne crois pas que beaucoup d'enfants retirent leurs mp3 pour écouter le 7/9) que une fois à l'école, les enfants avaient moins de temps libre ! Là encore j'en suis restée bouche bée. Tant d'informations ! Tant d'analyse !

Le lendemain, alors que je finissais mon brushing, et vérifiais ma tenue, ils ont annoncé que, comme tous les profs, j'étais sur le pied de guerre. Pourtant dans mon cartable, pas de kalachnikov, juste une clé usb et mes photocopies.

Bref, je suis rentrée. J'ai trouvé mes 36 élèves de secondes, dans une salle où les 38 places assises tiennent plutôt mal que bien. Et depuis lundi, nous guettons chaque temps libre pour organiser les évaluations de début d'année pour les groupes de compétences, nous alignons les réunions diverses de concertation dûes à la réforme pondue par le gouvernement précédent. Tout ce que nous souhaitons c'est que ces nouveautés soient abrogées pour qu'on puisse, au lieu d'évaluer, diviser les tâches en tant de micro-tâches que ni les élèves ni nous ne savons où nous en sommes, d'essayer de vivre calmement au milieu des 1050 élèves dans des bâtiments prévus pour 700, pour qu'on puisse, tout simplement ENSEIGNER.

Non, les journalistes n'ont pas prononcé les mots en gras ci-dessus. Alors quand on n'a rien à dire sur un non-évènement, on n'a qu'à.............................. .

illustration_12099_513.jpg

C'est lui qui l'a fait, mais ce sont eux qui n'ont encore rien changé. Pourtant, le changement, ça devait pas être maintenant ???

*Lord Beaverbrook

mercredi, 29 août 2012

Let’s stop "tolerating" or "accepting" difference, as if we’re so much better for not being different in the first place. Instead, let’s celebrate difference, because in this world it takes a lot of guts to be different*

Ce soir, c'est la cérémonie d'ouverture des Jeux Paralympiques à Londres. Ici, on en entend à peine parler, un peu au journal télévisé. Il n'y aura aucune compétition retransmise en direct sur France Télévisions. La raison ? On sera trop occupé par la rentrée pour s'y intéresser. C'est vrai que quand un match de foot se passe à la rentrée, au moment de remplir les feuilles d'impôts ou de voter, on ne le diffuse pas...

http://www.20minutes.fr/sport/991949-jeux-paralympiques-d...

Je ne sais pas ce qui m'écoeure le plus, l'indifférence de la France en général pour les handicapés et leurs difficultés à vivre le quotidien, à être des citoyens égaux aux valides, ou bien la mauvaise foi des décideurs sur cette question.

 

http://www.paralympic.org/

En Angleterre, c'est différent. Non seulement on en parle à la télévision, dans tous les autres media aussi, mais tous les jours, dans les rues de toutes les villes grandes ou petites, vous croisez de nombreuses personnes en fauteuils, souvent électriques. Trottoirs, magasins, restaurants sont accessibles. Et les gens ne les regardent pas différemment de ceux qui marchent, car ils sont habitués.

 

*Kate Bornstein

Arrêtons de "tolérer" ou d'"accepter" la différence, comme si, en premier lieu, nous étions tellement meilleurs de ne pas être différents. Au lieu de cela, célébrons la différence, parce que dans ce monde cela demande beaucoup de courage d'être différent.

 

lundi, 27 août 2012

La lune est le rêve du soleil.*

Le 20 juillet 1969 j'étais en vacances en Alsace, tout près du Haut-Koenigsbourg. J'allais avoir 11 ans, entrer en sixième, et un autre évènement occupait l'esprit de tous les gens pourtant. Les américains allaient marcher sur la lune. Mes parents nous ont réveillés vers deux heures du matin, je crois qu'on ne savait pas l'heure exacte de l'émission, et pour nous faire patienter la RTF (Je ne sais même pas s'il y avait un O devant ou non déjà) nous a passé un petit film "L'impossible Tante Clara", épisode spécial de "Ma Sorcière Bienaimée". Tous les pensionnaires de l'hôtel étaient dans la salle à manger, la télé accrochée en l'air au mur. C'était chouette, j'étais assise à côté de ma famille, mais pas loin de ma copine de vacances, Claire Baudéan. Elle est devenue journaliste à Radio France. Je me suis toujours demandé si cet évènement partagé en direct y avait été pour quelque chose. En tout cas, je n'ai jamais plus regardé la lune de la même manière. Quelques jours plus tard, on est allé regarder l'amerrissage (je n'avais jamais entendu ce mot avant), un après-midi chez des amis vignerons. Mes parents, subjugués par l'écran, n'ont pas vraiment fait attention à ce que la dame versait dans mon verre pour que je "goûte", et en sortant, je faisais des pas de cosmonautes pour passer au-dessus du caniveau au milieu de la rue.

Tout est raconté dans le détail.

Il m'est encore difficile d'imaginer que cet homme ait pu avoir 82 ans.

* Paul Klee

mardi, 31 juillet 2012

Aux Jeux Olympiques, les nageurs vont tellement vite dans les piscines, c’est à se demander s’ils aiment vraiment l’eau...

C'était donc mon anniversaire hier. J'ai regardé les actualités du jour de ma naissance. http://www.ina.fr/video/AFE86003630/les-actualites-franca...

Edifiant ! Qu'est-ce qui a changé finalement ? ... à part moi.

Aujourd'hui, tout en faisant les valises, j'ai regardé un peu les JO, oui, car je pars dans un monde hors technologie, hors tv, hors tout, et cela va me faire un bien immense.

J'ai donc vu une judokate se faire battre par une mongole peu connue, et un judoka perdre "sans gloire face à un obscur argentin" ! Les journalistes devraient se réécouter. Peut-être ne diraient-ils pas autant d'horreurs, comme par exemple qu'une nageuse était "entamée" parce qu'elle est arrivée deuxième derrière une véritable torpille humaine, à une seconde !

Sur leurs sièges confortables, ils ne manquent vraiment pas d'air... Je les entends à nouveau en direct. "Ces français qui ne sont rien", simplement parce qu'ils sont derrière ceux qui gagnent, bien sûr.

Je m'en vais donc, et ne sais quand je pourrai avoir accès à internet. Respirez, vous aussi, prenez des couleurs, après le printemps et le début d'été que nous avons eu, j'en vois des bien pâlots.

 

 

 
vidéo JO 2012 sélectionnée dans Sports
 
* Laurent Ruquier

lundi, 09 juillet 2012

Comme les voyages, la technologie n'a pas d'âge.*

Première note sur mon netbook et sur mon lit, ça va être rock'n'roll !

Il fait beau ?  Pas vraiment.

T'es bien arrivée ? Oui, mais ce fut dur à cause d'un manque flagrant de plan.

T'as vu des chouettes trucs aujourd'hui ? Oui ! Rye est toujours une aussi belle ville et en plus  il y avait du soleil.

T'as bien mangé ? Oui, comme d'hab' en Angleterre.

Et tes hôtes ? Sympas, cools, qui font tout  pour que ça se passe au mieux alors que leur ado 15 ans part à Berlin cette nuit à  3 heures.

Bon il estchouette mon netbook, mais je gère encore mal le clavier. Le curseur se barre n'importe où parfois, et je n'ai pas encore compris pourquoi...

*Ed à la fin du premier jour.

jeudi, 28 juin 2012

Sur la terre tout à une fonction, chaque maladie une herbe pour la guérir, chaque personne une mission. *

Il y a un truc qui m'obsède depuis que je suis prof en lycée, c'est l'angoisse de perdre ou détruire par accident les copies de bac que j'ai à corriger. Evidemment, je ne m'amuse pas à aller au square du coin avec et les laisse à la maison si je fais la fête un soir, mais il y a deux moments où l'on ne peut éviter de les avoir avec nous dans un lieu public, et ces moments peuvent être connus par n'importe qui. Le premier, c'est quand on va chercher les copies dans une belle enveloppe marron au centre local où toutes les copies, de toutes les matières sont rassemblées. On les compte, les recompte, on montre sa carte d'identité (il y a quelques années, on ne la montrait même pas, ce qui m'avait beaucoup choquée), on signe, re-signe, et on part la peur au bide. On se gare et jusqu'à ce qu'on ait refermé la porte derrière soi, on a la sensation d'être un agent très spécial de l'état, cible potentielle de terroristes anti-bac. Le deuxième, c'est un matin, quand on part en voiture vers le lieu de délibération de notre jury. Là, on a déjà rentré nos notes sur informatique, mais on rapporte les copies. Il y a toujours la crainte d'un accident, vu qu'on corrige souvent à une distance de 100 à 200 km de chez nous. Et un car-jacking serait fatal.

En 17 ans de bac, rien ne m'est jamais arrivé, mais, néanmoins, l'angoisse m'étreint tous les ans, et ce n'est pas seulement parce que mon père était cheminot.

A Marseille, ville de tous les dangers (voir ici), un mec a dû rester tout con avec sa kalachnikov dans la main gauche tandis qu'il ouvrait avidement la sacoche de la main droite ! Au lieu du fric attendu, 34 copies de philo !!! Et comme dessus il n'y a aucun nom mais seulement des numéros, l'abruti n'a même pas la possibilité, ni de remercier celui qui l'aura le plus fait rire, ni de dézinguer celui qui l'aura le plus fait chier. Enfin, encore faudrait-il qu'il ait pris le temps de lire. Rien n'a été dit sur l'état de la prof. On s'est seulement perdu en compassion sur les 34 chéris qui doivent refaire l'épreuve. Si ça tombe, ça aura été la chance de leur vie ! Et en plus on sera encore plus "bienveillant" avec eux, cela a été précisé. Mais savoir si elle, on va être bienveillant à son égard, là, c'est un mystère.

Le sujet de remplacement ?...

*Sagesse Indienne

mercredi, 27 juin 2012

ATTENTION, NOTE METEO, ESQUIMAU, SOMBRERO ET TROMBE D'EAU.

Depuis début mai on a un temps que l'on est en droit d'appeler pourri. Tous les débuts de semaine, on nous annonce un beau weekend huit jours plus tard, et finalement, ça ne dure pas plus longtemps que le samedi. Je suppose que le lobby hôtelier et touristique y est pour quelque chose, pour qu'on n'annule pas nos petits weekends loin de chez nous. Ca pue l'arnaque.

Exemple : Depuis deux jours on a du soleil, un peu, pas beaucoup, on y croit, on nous dit qu'il va faire TRES chaud demain, et évidemment, les rabat-joie de la météo nous reparlent déjà d'orage. Malgré la pluie, le manque de lumière, les nuages envahissants, j'ai réussi à trouver quelques cerises. Et du coup, ce weekend, j'ai pâtissé. Personne ne s'est plaint.

DSC01309.JPG

DSC01313.JPG

ET les cerises au moins, elles, ont eu un peu chaud. Mais cela ne les a pas empêchées d'être délicieuses.

J'ai rien d'autre à vous raconter, car à  part réviser les noms de métiers : plombier, artisan, maçon, dentiste, gynécologue... Je ne fais pas grand-chose. Bon je sais, les gens du sud vont encore venir me dire que chez eux, c'est l'été, et gna, gna, gna. J'm'en fous, je suis d'ici, et je m'y ferais bien à ce temps, si on n'essayait pas ni de me faire croire à un weekend radieux, ni à une fête de la musique de tous les dangers, rien que pour l'annuler plus facilement.

 

vendredi, 22 juin 2012

"Une moitié de l’espèce humaine est hors de l’égalité, il faut l’y faire rentrer : donner pour contrepoids au droit de l’homme, le droit de la femme."*

Pas de femme pour présider l'Assemblée nationale en France. J'ai lu cette info en premier ce matin. Je suis d'autant plus déçue que Guigou est une femme pour qui j'ai beaucoup de respect. Mais la France n'est pas prête. Les femmes, elles sont jolies, intéressantes, instruites, utiles, amusantes même, mais on ne va quand même pas les laisser prendre les vrais postes à responsabilité !

Mais la deuxième info que j'ai lue est encore bien plus grave pour les femmes. Au Pakistan une chanteuse a été assassinée. Je vous laisse lire l'article :

http://fr.news.yahoo.com/chanteuse-pakistanaise-ghazala-j...

Dans cet article en anglais http://www.ibtimes.com/articles/353901/20120619/ghazala-j...

les faits sont un peu plus développés et analysés. On comprend bien qu'il ne s'agit pas d'un simple fait-divers familial.

En respectant et en mettant au pouvoir les femmes dans les démocraties où c'est possible, ne serait-ce pas un moyen de banaliser une autre image de la femme, et de faire évoluer aussi des pays où les hommes sont aujourd'hui carrément barbares ?

*Victor Hugo