Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 18 janvier 2011

L'HOMOPHOBIE ORDINAIRE DEMEURE

Ce soir chez Taddéï:

Fabrice Eboué (il parait que c'est un comique) a dit, sans rire, pour commenter la revue de presse à propos du mariage homosexuel, que ce serait dommage parce que "on perdrait le côté festif et rebelle de l'homosexuel."

J'apprends donc que en tombant amoureuse d'une femme, puis en décidant de vivre avec elle, en faisant durer cette vie commune neuf ans, je suis festive et rebelle !

Et ça doit être pour ça que l'on nous refuse les mêmes droits qu'aux hétéros. Qui eux prouvent en baisant avec le sexe opposé qu'ils ne sont ni festifs, ni rebelles.

vanneste encore

http://www.laptiteblan.fr/tag/homophobie

vendredi, 31 décembre 2010

VOEUX

L'ANNEE 2010 N'A PAS ETE TERRIBLE...

ESPERONS QUE 2011 FERA UN EFFORT !

vendredi, 26 novembre 2010

JE N'APPARTIENS PLUS A AUCUN AGE

Il n'y aura qu'un seul dessin aujourd'hui. Malgré ses jolies courbes loin d'être maigres, le modèle ne m'a pas permis d'être totalement satisfaite de moi hier. Trop souvent de dos peut-être. Et puis la pause a duré plus longtemps que d'habitude entre les deux parties du cours, et j'ai eu un peu l'impression de perdre mon temps. Y'a plein de vieux dans mon cours, des retraités de 65 à 80 ans, en retraite depuis des lustres, et qui ont donc encore la force et l'envie de tchatcher. Mais moi, ce sont mes deux seules heures de détente pure, d'activité qui me fait vraiment oublier l'institution de plus en plus merdique dans laquelle je bosse (merde, il parait que c'est une cause de licenciement maintenant de dire du mal de son entreprise..., je risque gros !), alors j'aimerais bien profiter de ces deux heures totalement!

100_9089.JPG

 Je me plains des vieux, mais je commence à en ressentir les symptômes! Oui, je me surprends de plus en plus souvent à penser que c'était mieux avant. Il parait que c'est un signe. Néanmoins, pensez-vous vraiment que supprimer tous les droits, toutes les reconnaissances, tous les signes d'équité, soit vraiment une avancée?

Voilà ce que j'ai lu cet après-midi:

http://www.rue89.com/2010/11/26/onu-la-peine-de-mort-pour...

Ah, et puis ne me demandez pas pourquoi la fin de ma note est "centrée" et pas "justifiée", hautetfort aussi, ça marchait mieux avant !

 

dimanche, 07 novembre 2010

INFORMATION ET CONFRONTATION NECESSAIRES

Ce clip appelait à la résistance qui a lieu depuis deux jours contre le train de l'enfer. Il est passé tout près de ma maison. Je n'ai rien pour mesurer la radio-activité. Je vais peut-être m'équiper. Je suis grandement reconnaissante à tous ceux qui se sont déplacés pour protester.

mercredi, 03 novembre 2010

MINCE J'AI OUBLIE LE CANARD !

Avec tout le boulot que j'avais à boucler aujourd'hui, j'ai oublié d'aller acheter le Canard Enchaïné ! En lisant les brèves ce soir je m'aperçois que c'est une belle bourde que je rattraperai demain.

http://www.rue89.com/schneidermann-9-15/2010/11/03/survei...

http://www.lecanardenchaine.fr/une4697.html

(source : nouvelobs)

lemonde

Source : http://rboussard.canalblog.com/tag/journalistes

mercredi, 20 octobre 2010

QUAND JE L'AI VU ET ENTENDU AU ZAPPING J'AI ARRETE DE RESPIRER

Je parle bien sûr de Guerlain et de sa phrase raciste prononcée, comme si de rien n'était, suivie d'un rire gras et cherchant la connivence, au journal d'Elise Lucet, qui n'a absolument pas réagi. Je pense qu'elle n'est pas raciste, mais il y en a tant de racisme ces temps-ci que les gens osent tout dire au micro, et les journalistes ne pensent même plus à les arrêter, les contredire.

Audrey Pulvar, comme toujours, (une exception à mes yeux dans le monde journalistique) répond avec dignité et courage:

 


Nègre je suis, nègre je resterai
envoyé par franceinter. - L'info video en direct.

J'ai entendu que l'obcène Guerlain avait ensuite dit s'excuser, car ce qu'il avait dit ne correspondait pas à ce qu'il pensait... On va le croire !!!

mardi, 19 octobre 2010

"JE DETESTE LES LYCEENS GREVISTES" Titre d'une page facebook...

Bien sûr nos élèves ne font pas tous la grève pour des raisons politiques ou économiques mûrement réfléchies. Bien sûr les tags sur le mur du lycée ne portent pas de messages existentiels ou philosophiques. Tout le monde n’a pas la chance d’avoir des parents qui donnent une culture et une éducation politique. Et bien sûr, leur attitude est souvent comme celle des jeunes chiens, imprévisible, un peu mordante, difficilement maîtrisable. Ils ont entre 15 et 18 ans, ce sont des enfants. Mais pour autant, je ne crois pas que pour la majorité d’entre eux, faire la grève, bloquer le lycée (ou simplement essayer), manifester, soit purement une manière de sécher les cours.

 On leur parle des premiers mouvements de grève lycéens, ils s’identifient, et sentent monter en eux solidarité et colère quand ils voient un ado se prendre une balle de flashball dans le visage. Ils n’aiment pas qu’on leur dise qu’ils sont manipulés. (Comme je n’aime pas qu’on me dise, quand je ne suis pas d’accord avec une décision politique, que j’ai besoin de « plus de pédagogie »), personne n’aime passer pour un simple d’esprit qui ne sait pas prendre ses propres décisions.

 Alors ce matin, avec quelques collègues, on est allé les suivre du lycée au point de départ de la manif. Pas pour leur dire où aller, que faire. Mais pour leur montrer qu’on n’était pas « contre eux », que des adultes pouvaient être là pour être témoins, voire les protéger. Ils l’ont bien pris. Sont allés parler posément avec les deux policiers dans leur camion, qui eux aussi ont montré qu’ils étaient là pour eux, et non contre eux. Personne n’a hurlé à la violence quand une ou deux pommes de terre ont été lancées contre les grilles du lycée. La proviseure ne s’est pas cachée à l’intérieur de l’établissement, mais a parlé aux élèves comme à des élèves, pas comme à des casseurs.

 Et dans l’ensemble, la manif s’est bien passée. Les slogans sont restés convaincus et sensés. Il y avait de la musique, mais pas trop, du bruit, beaucoup, pour dire notre ras-le-bol d’un gouvernement qui prend des décisions non justifiées, sans négocier, sans prendre en compte l’opinion publique. Contre un gouvernement formé de tellement de ministres dont on a la preuve qu’ils sont malhonnêtes. Contre des élus qui votent pour une réforme de NOS retraites, mais votent le maintien de LEURS privilèges.

 Même si la réforme passe finalement, je ne regretterai pas mes 5 journées de grève, mes 8 manifs, mon blocage du rectorat, et les heures de cours où si peu d’élèves étaient là. Qu’est-ce que dix jours de cours par rapport à une vie ? Mes élèves, grévistes ou non auront vu que l’on peut s’opposer, que l’on a le droit d’être critique, et que parfois, l’on n’est ni entendu, ni respecté. Cela leur reviendra en mémoire, j’espère le jour où ils voteront, où ils auront des enfants, où ils seront profs ou au chômage. Et moi, cela me prépare aux futures batailles. Il y en aura, forcément.

C'était ma première grève. Mon père m'avait obligée à lire le texte de la réforme avant d'aller manifester. Depuis, la seule manière de faire entendre sa voix, c'est d'aller dans la rue. Depuis Allègre, les ministres s'autorisent à refuser de recevoir les syndicats. A chaque fois qu'on a pris du temps pour répondre à des pseudo-questionnaires ministériels, nos réponses n'ont pas été prises en compte, les réformes étaient déjà rédigées, bâclées. Pour la retraite, c'est pareil. Mais si je me tais le jour, je ne dors  pas la nuit.

mercredi, 13 octobre 2010

L'INSOUTENABLE FUTILITE DE MON BLOG

Je ne sais pasvous, mais il y a des jours où écrire dans ce blog me parait à la fois si difficile et si futile. La vie, personnelle et publique, me semble ces temps-ci trop dure et trop cynique. Tout ce qui me vient à l'esprit, c'est cela :

Quelques uns des mensonges ordinaires que j’entends seriner aux infos. Ils viennent de personnes différentes, qui sont finalement toutes les mêmes :

 Il n’y a jamais eu de fichier des Roms, et d’ailleurs, il n’a rien d’illégal.

Nous vivrons tous de plus en plus vieux, c’est pour ça qu’il faut travailler jusqu’à 67 ans.

Le mouvement de grève s’essouffle.

Le gouvernement ne peut pas aller plus loin dans les concessions faites sur la réforme des retraites.

« Le bouclier fiscal est un symbole d’injustice » dit le petit Baroin qui l’a toujours soutenu. (le bouclier, pas cet argument d’injustice !)

Il est dangereux d’aller manifester.

En France une femme a autant de chance de réussir en politique qu’un homme.

La réforme des lycées est faite pour améliorer la qualité de l’enseignement.

Que faire contre ces mensonges ? Leur nettoyer la bouche avec du savon ? Aller porter une banderole devant le rectorat (je l'ai fait. Quel effet ?) ? Quelque chose de plus violent pour qu'on arrête de dire que nos actions sont "bon-enfant" ? Je m'interroge et me dit qu'en fin de compte, toute la vie de notre éducation à la vie qu'on nous impose, n'est qu'un immense mensonge. 

 

Malheureusement, si ! Encore un que le mensonge n'étouffe pas !

samedi, 04 septembre 2010

MANIF, MANIF, MANIF

La rentrée a eu lieu, et la pré-rentrée avant, et ça fait bien longtemps que je ne vous avais pas abandonnés aussi longtemps hors vacances scolaires. Je n'ai jamais eu autant de réunions en dehors des cours, jamais vu une réforme si vite pensée bâclée et mise en place que tout le boulot d'organisation, de décision quant au fond et aux contenus, que le moment de pause devient celui où l'on se retrouve devant les élèves et enseigne. Désormais le prof principal va jouer le rôle de conseiller d'orientation, sans aucune formation bien sûr, c'est dans l'air du temps. Nous n'avons pas pu résister (là, c'est bien le mot !) plus longtemps et on nous impose de travailler en groupes de compétences, c'est-à-dire appliquer la même pédagogie actionnelle qui demande déjà beaucoup de planification, l'évaluation par compétences que l'on peut mener dans une classe "normale", selon le cadre européen, comme avant, mais avec une lourdeur et des concertations consommatrices de temps dont on pourrait aisément se passer. Pour cette année une demi-heure de concertation est payée, mais on sait très bien que cela ne saurait durer. Une nouveauté aussi, on n'a pas trouvé comme d'habitude les cahiers de textes papier, mais on nous a par ailleurs dit qu'on pouvait expérimenter le cahier de textes électronique... Serait-ce une manoeuvre discrète pour nous obliger à faire tout ça par ordinateur ???

Du coup lundi, je manifesterai et ferai grève pour dire non à tout ça, plus la vie impossible imposée aux stagiaires, les suppressions de postes (profs, assistants d'éducation, ATOS...), les livres qu'on n'aura pas pour appliquer les nouveaux programmes, les horaires officiels non respectés à cause d'une dotation horaire par établissement calculée façon rapiat, les effectifs inhumains (34 élèves deux heures par semaine en langue de complément où je suis censée les préparer à une épreuve orale) et j'en passe !

Et mardi je ferai grève aussi parce que je ne me sens pas capable de faire ce boulot jusqu'à 67 ans.

Et cet après-midi, je manifesterai parce que je ne veux pas qu'on dise que la France est un pays fasciste et que 70 % de la population est d'accord avec la politique de Sharko. C'est ce qu'on peut lire à l'étranger !

dimanche, 29 août 2010

ON POURRAIT CROIRE QUE C'EST UNE BLAGUE QUI CIRCULE SUR LE NET

Dans mon académie on a proposé à un stagiaire de l’an dernier, qui n’a donc jusqu’ici enseigné que 6 heures par semaine et pendant seulement un an, d’être le tuteur d’un stagiaire de cette année qui lui va enseigner 18 heures !  

Elle est pas belle la vie ? 

Heureusement ce stagiaire est plus raisonnable qu’un recteur ou un ministre, et il a refusé.

Journee-de-greve-demain-dans-l-Education-nationale_mode_une.jpg

 A part ça, le 6 y'a une grève prévue pour essayer d'arrêter le massacre de l'éducation nationale. Et le 7 une autre, concernant tout le monde celle-ci, sur la retraite.

 Les deux sujets me touchant de près, je me tâte. N'en faire qu'une ? Mais laquelle ?

Les deux, finalement, et on ira faire nos courses chez Lidl pendant quelques temps...

 

vendredi, 27 août 2010

MATIN BRUN, SEPTEMBRE NOIR, ETE MEURTRIER

Je suis restée assez silencieuse sur le sujet. Que dire ? Je vis dans un pays où l’on m’a enseigné des valeurs qui sont en train de disparaître. Le pays des droits de l’homme ! Cela n’a plus aucun sens. La honte ressentie chez des amis en Angleterre en lisant une pleine page du Times qui proclamait que Sarko employait des méthodes dignes des Nazis pour expulser les Roms (violence, tris des hommes, femmes et enfants, expulsion systématique d’une ethnie, etc) et qui citait un soi-disant sondage du Figaro qui prétendait que 70 % des français approuvaient ces expulsions. 

Evidemment, là-bas comme ici les journalistes grossissent le trait. Mais tout de même. De retour en France, les chiffres sont plus cohérents, mais il est vrai que les expulsions se font uniquement en raison d’une nationalité ou ethnie, et qu’elles sont justifiées dans les discours politiques par une recherche de la sécurité. Amalgame dangereux : Roms = Délinquance = Danger

 Outrée, révoltée, j’ai signé cette pétition que Cunégonde mentionnait sur son blog.  http://nonalapolitiquedupilori.org/  Vous pouvez faire la même chose. La parole, si petite soit-elle, est nécessaire. On n’a pas le droit de se taire. Le CPE faisait récemment allusion à Matin Brun de Pavlov. C’est très court, mais ça dit l’essentiel. Lisez-le, offrez-le. http://www.ema-montfort.com/MatinBrun.pdf 

Et dans les nouvelles ce matin, je vois qu’un amendement est déjà proposé pour permettre la déchéance de la nationalité française en cas de  « "délit de polygamie de fait/escroquerie/abus de faiblesse". "à toute personne d'origine étrangère qui aurait volontairement porté atteinte" à la vie d'un policier, d'un gendarme ou de tout autre "dépositaire de l'autorité publique". On parle pour l’instant de citoyens français naturalisés depuis moins de dix ans. Mais les lois peuvent évoluer ! (Quand j’ai commencé à travailler, je pensais bien prendre ma retraite à 60 ans…) http://fr.news.yahoo.com/73/20100827/tfr-dchance-de-nationalit-deux-amendemen-0e31ec3.html

Et encore, je ne vous parle pas de ce qui se passe dans l'éducation nationale ! (enfin, pas aujourd'hui...) 

 

Image trouvée là : http://pleinlabobine.com/programme1tr6.html Un festival qui me semble fort intéressant.

lundi, 05 juillet 2010

COMMENT CE FAIT-CE ?

Le gaz a augmenté de 15 % en un an.

Le gouvernement a "promis" de réduire son train de vie de 10 % en trois ans.

jeudi, 17 juin 2010

CE MATIN C'ETAIT PHILO

Quatre heures de surveillance. Un sujet sur l'histoire. Et un livre, que j'avais apporté par hasard, mais qui aurait sans doute pu aider à argumenter la dissertation et que j'ai lu en quatre heures.

Non, pas un enième témoignage sur les camps. Un témoignage nécessaire, comme tous ceux qui existent. Bien écrit, et qui parle bien de l'après, et du comportement des français et en particulier de certains fonctionnaires de l'époque.

Pour la première fois récemment, alors que je remettais en cause une manière de travailler que l'on m'impose, on m'a répondu "N'oubliez pas Madame que vous êtes fonctionnaire de l'état.", pour me rappeler mon obéissance. J'espère avoir le courage et la clairvoyance de désobéir si les choses dégénèrent du côté de la pente choisie par le gouvernement ces temps-ci.

En tout cas, moi j'ai pleuré. Pas trop, car je ne voulais pas déprimer les candidats. C'est un livre qui s'adresse aux "jeunes adultes" chez Presse Pocket. N'hésitez pas à le faire lire à des jeunes et vieux adultes autour de vous.

jeudi, 10 juin 2010

NOM : QUIPARLE - PRENOM : ED

Je blogue depuis avril 2006. A cette époque j'ai découvert les blogs et la plupart des auteurs avaient des pseudos. Pourquoi ?

Quand on est un personnage public, on fait un blog en son propre nom pour que les gens qui nous connaissent lisent en se disant « tiens, c'est Trucmuche qui pense ça », ou bien, « j'aime bien Machinchose, je me demande à quoi ressemble son blog. » Pour le personnage public, le blog est un lieu d'expression moins cher qu'un éditeur à trouver, un support publicitaire ou de propagande.

Mais pour moi ? Je n'ai rien à vendre, pas de message à faire passer pour être élue aux prochaines présidentielles. Je veux juste être entendue par des gens qui partagent peut-être les mêmes idées que moi, ou auraient envie de les débattre sereinement, sans enjeu. Les blogs, c'est comme un café sans limites où je viendrais les jours de congé prendre un verre et bavarder avec les gens rencontrés sur place, dont certains deviendraient des amis.

Tous ces gens rencontrés ne me connaissent que dans ces conditions-là et ne sont influencés ni par mon origine géographique, ni par mon physique, ou par mon âge, la taille de ma voiture ou de ma maison.

En revanche je leur réserve une facette de moi que ne connaissent pas, et ne peuvent connaître les gens qui me fréquentent tous les jours et qui comme tout un chacun me rangent dans des cases : prof d'anglais, 26 ans de carrière, vit depuis toujours dans la même ville, ressemble à ça, etc. Tout un tas de critères qui font qu'ils passent à côté d'un tas de choses dont je parle ici, mais que je ne veux pas que tous ceux qui connaissent mon nom puissent lire.

Ma famille me voit d'une façon, mes voisins d'une autre et mes collègues, les élèves et leurs parents encore d'une autre. Comment réagiraient-ils à la découverte de tout cela mélangé ? Cela les regarde-t-il ?

Il y a des lois qui protègent des abus bloguesques. On peut me retrouver facilement si j'outrepasse dans mes notes ce que la loi autorise, avec mon adresse IP par exemple. Alors pourquoi vouloir que je donne mon nom ? Le blog hautetfort et Alexandra nous ont donné un lien vers une page où l'on peut en principe indiquer son blog pour dire qu'on souhaite conserver l'anonymat. Mais cette page fait bugger toutes mes sessions internet !

Les journalistes que j'entends parler du problème ne connaissent apparemment rien aux blogs, sauf de gens connus, et confondent blogs perso et facebook, twitter et sites internet, bref ils disent tout et n'importe quoi, visant surtout à effrayer la ménagère de moins et plus de 50 ans pour qu'une fois de plus une loi anti-démocratique puisse être votée sans que les français ne bougent un orteil.

Lisez la proposition de loi, ça fait peur :

http://www.senat.fr/leg/ppl09-423.html

Dans ce blog, vous trouverez le lien qui mène à la page wikio où l'on peut signer la pétition. Chez moi, ça vient encore de bugger. Dites moi si vous arrivez à voir cette page et à la garder assez longtemps à l'écran pour signer.

http://www.art-rock.over-blog.com/article-la-fin-de-l-anonymat-sur-les-blogs-51275326.html

J'avais écrit ma note avant de lire cet article, mais je vois que nous partageons les mêmes sentiments. Et vous ? Etes-vous prêts à donner votre adresse et votre numéro de téléphone sur internet ? N'est-ce pas encore plus dangereux que tous les dangers que présente internet réunis ?

mercredi, 14 avril 2010

HOMOPHOBIE, LE RETOUR.

Tiens ! encore une énormité homophobe. Pâques leur a donné des ailes. Une réponse chiffrée est donnée ici.

Et pour bien être conscient que l'homophobie est rampante à cause d'individus aveuglés par le pouvoir et l'obscurantisme religieux, et que c'est tous les jours qu'il faut être vigilant, je vous donne le lien vers une page facebook accessible à tous.

http://www.facebook.com/index.php#!/pages/Je-recherche-1-...

 

Et à chaque fois il y aura une piqüre de rappel avec ce clip : 

 

mardi, 23 mars 2010

COMMENT FAUSSER L'INFO

Le 12 mars les pourcentages de grévistes annoncés dans les lycées et collèges balançaient entre 13 ou 15 % pour le ministère et plus de 50 % pour les syndicats. Il ne s'agit pas là d'une interprétation partisane, mais d'un système de comptage.

Dans un établissement, le nombre de grévistes est renvoyé en haut lieu peu après 9 heures. C'est-à-dire qu'on ne compte que les profs qui font grève et qui avaient cours à 9 et dix heures. Ce serait juste si on donnait comme nombre de référence le nombre de profs attendus sur ces deux heures. Mais non, on calcule le pourcentage par rapport au nombre total de profs du lycée ou du collège !

Un exemple : dans mon lycée il y avait 17 grévistes à 9 heures, sur 30 profs attendus. Un bon score. Mais nous sommes environ 90 profs en tout. Calculez la différence !

Nos chefs n'y ont pas encore pensé, mais je donne un tuyau à Proad et ses semblables. Il suffit de ne faire commencer les profs syndiqués à 10 heures, et le pourcentage de grévistes sera définitivement bas. CQFD.

jeudi, 11 mars 2010

CHATEL A TROP LU TCHOUANG-TSEU

 

 

"Ce sont les professeurs qui ont mis le désordre dans le monde." Tchouang-Tseu.
 

Demain on remarche dans la rue. En principe on termine par un pique-nique, à moins qu'il ne neige ou qu'une tempête ne se déchaîne. Le lycée de l'an prochain me plait moyen : Moins de profs pour mieux les suivre. Ca me rappelle quand la municipalité m'a annoncé que "pour améliorer le service de ramassage des ordures, les éboueurs allaient passer deux fois par semaine au lieu de trois." Là, on supprime des heures de cours dans toutes les matières, et on augmente les effectifs dans les classes, mais c'est pour que les élèves travaillent mieux ! Et y'en a pour les croire.

Pour être sûr que tout se passe bien dans ces conditions, les profs seront moins bien formés, on va supprimer plein de postes, et quand les survivants seront absents, ils seront remplacés par des retraités (si y'en a un qui se pointe dans mon bahut, je lui pique son déambulateur et son dentier!) ou des étudiants (qui ne risquent pas d'obtenir le CAPES, puisque le nombre de postes au concours diminue dangereusement, mais -oh! comme c'est bizarre...- pas le nombre de postes au concours externe de recrutement des profs du privé) ! Et quand ils seront absents, ils seront remplacés par des TZR (titulaires sur zone de remplacement, certifiés, mais exploités) qui devront maintenant aller remplacer dans les académies limitrophes ! Aucune compensation financière, aucune considération de la hiérarchie. Et en plus un camping-car à acheter maintenant !

Mais y'aura bientôt plus personne pour faire grève et refuser une réforme destructrice, puisqu'on supprime les programmes et les matières qui font réfléchir et donnent un sens critique.

Mince, votre enfant passe en seconde en septembre, et je vous ai plombé le moral. Venez avec nous manifester demain ; c'est vivifiant et qui sait... L'an dernier on avait fait reculer Dark Vados !

jeudi, 04 février 2010

ALERTE A L'HOMOPHOBIE DANS L'EDUCATION NATIONALE !

Le ministre de l'Education Bientôt Plus Nationale vient de prendre une décision homophobe. Restera-t-il ministre ? Oui, certainement. Allez lire l'article complet sur le site de Têtu. Mais je vous en offre un extrait ici.

"Le ministre de l'Education, Luc Chatel, a voulu clore la polémique qui entoure «Le baiser de la lune», ce film d'animation destiné à évoquer l'homosexualité dans les écoles primaires. Mais il s'est rangé du côté des associations de «défense de la famille» ou encore du côté de Christine Boutin, en estimant mercredi sur RMC que ce court-métrage n'avait «pas vocation à être projeté en primaire».

«Je dis oui à la lutte contre l'homophobie, oui à la lutte contre les discriminations, oui à la sensibilisation de nos lycéens et de nos collégiens, mais je pense que traiter ces sujets en primaire, ça me semble prématuré (…) ce film n'a pas vocation a être projeté en primaire», a déclaré le ministre."

Selon lui et plusieurs associations "bien-pensantes" il est urgent d'interdire ce film dans les écoles. Il est vrai que la bande annonce a l'air effrayante !


Le Baiser de la Lune (Bande Annonce)
envoyé par APGL. - Regardez plus de films, séries et bandes annonces.

Alors, je propose une mesure encore plus efficace pour que les enfants ne voient pas CA si tôt ! Virons de l'éducation nationale tout le personnel homosexuel !

Un autre article sur le sujet : http://tempsreel.nouvelobs.com/depeches/politique/20100203.FAP6288/le_baiser_de_la_lune_na_pas_vocation_a_etre_projete_en_.html

Et voici le genre de gens que Chatel suit : http://www.mondeetvie.com/article-le-baiser-de-la-lune-ou-l-homosexualite-enseignee-aux-enfants-du-primaire--41262406.html

http://www.les4verites.com/Halte-aux-incitations-homosexuelles-dans-les-ecoles-primaires-2621.html

Il dit avec du mépris dans la voix qu'il s'agit d'une entreprise "privée". C'est vrai que d'habitude le gouvernement est toujours contre faire entrer les entreprises privées dans l'école... Allez quand même voir la liste des partenaires financiers de ce film : http://www.le-baiser-de-la-lune.fr/partenaires/ et lisez les buts du créateur du film et de sa société d'éditions "Le Mouton à Plumes". (tous les onglets en haut sont intéressants.)

Je ne découvre cette affaire qu'aujourd'hui, mais apparemment cela fait plusieurs mois que des agités réactionnaires font circuler une pétition contre ce film avant même qu'il n'existe ! Il y a donc eu une "contre-pétition", mais elle est cloturée : http://www.mesopinions.com/Soutien-aux-initiatives-de-lutte-contre-l-homophobie-en-milieu-scolaire-petition-petitions-37bd9bd22c64de2b183655aea3088821.html

J'attends avec impatience la pétition qui exigera le limogeage de Chatel pour homophobie active.

mardi, 24 novembre 2009

MA NOTE TANT ATTENDUE N'EST PAS GAIE

Vous avez des enfants ? Ils ont l’ambition de faire des études ? Alors ça va être chaud. D’abord avec une réforme, la même que l’an dernier. On leur avait bien dit qu’on n’était pas d’accord. Ils nous ont dit (deux députés se sont même déplacés dans mon lycée pour nous faire du bourrage de crâne…) « qu’ils n’étaient pas du genre à faire sortir par la porte une réforme qu’ils referaient rentrer par la fenêtre. » Heureusement, on ne les a pas crus. On se sentirait très cons aujourd’hui.

Les contenus vont diminuer, certaines matières sont quasi-sacrifiées, comme les Sciences Economiques et Sociales (ben oui, ça fait réfléchir, vaut mieux seulement leur apprendre à compter et placer leur fric.), l’histoire-géographie (oui, vous avez bien lu ! C’est tellement peu important !). Et au lieu de redonner aux jeunes la possibilité de consolider et approfondir leurs connaissances, on va leur offrir un zapping educatif en seconde, dont l'intérêt est loin d'être prouvé. De plus, chaque lycée étant responsable de décider des heures en groupes, ça va être sympa l’ambiance entre les matières qui se feront la guerre pour les obtenir, et pour vos enfants qui n’apprendront pas la même chose d’un lycée à l’autre.

Ensuite il y aura les profs, dont on va supprimer la formation professionnelle. Un grand pas en avant… vers la cata pédagogique, les dépressions nerveuses et les démissions multipliées, et la généralisation des vacataires et contractuels.

Pour finir, si vos enfants survivent à cette destruction de l’école, ils n’auront pas intérêt à traîner pas loin d’une manif, car ces temps-ci on les arrête, on ne prévient pas les parents, on les fait passer en comparution immédiate, et ils se retrouvent avec de la prison avec sursis sur leur casier judiciaire, juste parce qu’il faut des coupables pour décourager les autres. Ca se passe en province, y’a pourtant des ministres présents, et les media nationaux se la ferment.

La France, à force de dire qu’on a la chance d’y être né, et qu’on n’a pas le droit de se plaindre, on est en train de la laisser devenir une sacrée mare de boue non-démocratique.

lundi, 12 octobre 2009

IL N'EST PAS ARRIVE A PIED...

Non, il n'est pas arrivé à pied par la Chine...

Mais il est arrivé en Chine quand même (par le piston !). Z'êtes pas obligés de regarder jusqu'au bout, y'a qu'un mot qu'on comprend. Quant aux photos, les chinois ont vraiment choisi les meilleures ! Ce qui m'éclate, c'est la mine réjouie de la présentatrice au début. Vu comme ils nous aiment là-bas, ça doit les éclater de cracher un peu sur la France qui leur donne des leçons de démocratie.

 

Si le sujet vous intéresse, Rue89 en parle. Dans les années 70/80, avec un Deug, tout ce qu'on pouvait espérer, c'était faire "maître-Aux". Qui parle de crise ? Deux ans de droit, dont une redoublée, à 23 ans... on peut devenir "Directeur de l'établissement public d'aménagement du quartier d'affaires de La Défense " !

mardi, 30 juin 2009

REFLEXIONS DIVERSES SUR L'ACTU DE L'EDUCNAT

Après avoir fait croire que l'intégration des élèves handicapés dans l'enseignement public était une priorité, le gouvernement supprime de nombreux postes d'AVS. http://fr.news.yahoo.com/64/20090630/twl-les-30-000-emplo...

Ce même gouvernement attend les vacances pour prendre des sanctions contre les professeurs et directeurs d'écoles qui ont revendiqué leur "désobéissance civile", ce qui d'après rue89 avait pourtant été fait dans le respect des textes reconnaissant la "liberté pédagogique". http://www.rue89.com/2009/06/29/apres-la-pression-la-sanc...

 

vendredi, 05 juin 2009

NOTES DE VOYAGES DES VACANCES DE PRINTEMPS

Avant, dans les trains de l’Est, qu’on appelait omnibus, (aurait-on dû dire omnibi ?) il y avait des jeunes mecs de 20 ans dont les fringues kaki et les cheveux coupés ras leur donnaient l’air con. Et quand ils ne l’étaient pas, cons, ils avaient l’air triste.

 

Aujourd’hui, dans les trains de l’Est, qu’on appelle TER, il y a des jeunes mecs de 20 ans, qui pourraient faire autrement, mais qui s’habillent tout de même en kaki et pantalons de camouflage, ont les cheveux coupés ras. Ca leur donne toujours l’air aussi con, mais moins triste.

Cela leur manque-t-il ?

jeudi, 23 avril 2009

ET QUAND IL PENSE A FERNANDE, SHARKO, IL BANDE ?

Le Larousse nous dit :

3. bande
nom féminin
(ancien provençal banda, troupe, du germanique bandwa, étendard)

 Groupe de personnes poursuivant des fins subversives ou criminelles : Arrêter une bande de malfaiteurs.
 Groupe de gens ayant en commun certaines affinités ou certaines activités : Une bande d'amis, de campeurs.

Le Grand Dictionnaire Terminologique québéquois, lui, annonce :

 

bande n. f.

 

 

 


Définition :
Personnes, jeunes ou adultes, qui se rassemblent et forment un groupe, une troupe, une équipe dans le but de se rencontrer, se divertir, travailler à un projet commun, sinon pour commettre des méfaits.

 

 

Une question se pose : quelle définition retient Sharko ? Est-ce que les amis d'Ed qui se retrouvent ici régulièrement dans le but de se rencontrer, se divertir, réfléchir parfois à des projets communs sont une « bande » et peuvent être considérés comme poursuivant des fins subversives ou criminelles ? Tout étant relatif et réciproquement, comme dirait l'autre, où se trouvera la limite de la légalité ? Et si par hasard certains d'entre nous souffrent un jour des oreilles et d'un gros rhume, et décident de porter une cagoule, va-t-on voir débarquer la police ???

samedi, 18 avril 2009

MAIS OU S'ARRETERONT-ILS ?

La photo que les français n'ont plus le droit de voir :

http://fr.news.yahoo.com/63/20090417/tod-tati-priv-de-sa-pipe-pour-cause-de-l-366b5ef.html

Sur ce blog en tout cas, on a dépassé la croyance que voir une pipe donne le cancer, ou peut choquer, ou peut pousser à fumer. Et puis quand bien même ! D'ailleurs, la supprimer me donnerait encore plus envie de m'y mettre ! Notre société devient vraiment de plus en plus con. Je ne trouve pas d'autre qualificatif. Si ça continue, un jour je devrai parler des indiens à mes élèves sans parler du calumet de la paix, et cela fera du boulot à bien des techniciens de modifier les images de tous les westerns ! Si l'expo sur Tati vous intéresse, allez aussi voir ici :

http://www.ecrans.fr/Jacques-Tati-mon-oncle-incarne,6891.html

Cette photo m'émeut, elle date de mon année de naissance... Ca devait être sympa de vivre à cette époque.

samedi, 14 mars 2009

PERPLEXE ET MAL A L'AISE

J'ai assisté deux fois en deux jours à la fouille de deux jeunes hommes en pleine rue. L'un était déjà debout sur le trottoir, je ne sais pas s'il avait un véhicule. On lui tenait les bras en l'air et un deuxième flic lui fouillait les poches. Le jeune homme avait l'air un peu affolé. C'était en plein centre ville, près d'un monument historique, dans une rue où passent énormément de touristes. Quelle image !

Dans le deuxième cas, j'ai vu deux ou trois flics (je ne suis plus sûre) près d'une voiture qu'ils avaient fait arrêter à un carrefour, rendant ainsi d'ailleurs la circulation dangereuse, faire sortir le conducteur, un jeune homme cheveux courts au-dessus et rasés sur les côtés et derrière la tête, mais très propre sur lui. Ils lui ont manifestement demandé de poser les mains sur sa voiture et ils ont commencé à le fouiller et lui palper le corps et les jambes. Le jeune homme semblait garder son calme. C'était dans mon petit quartier très tranquille, assez mixte socialement, où il ne se passe rien.

Le tout en province !

Dans les deux cas il y avait une voiture blanche marquée POLICE, et les policiers étaient en uniformes bleu marine.

Je ne savais pas qu'on avait le droit de nous fouiller comme ça dans la rue, en public. Je ne sais même pas si une infraction avait été commise. Je suis très mal à l'aise d'être passée, comme ça, sans rien dire. Mais qu'aurais-je risqué si j'avais laissé entendre aux flics, même poliment, que ce qu'ils faisaient était une atteinte à la dignité des personnes ?

Y a-t-il parmi mes lecteurs quelqu'un de calé en droit qui puisse répondre à toutes mes interrogations ?