Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 16 décembre 2010

A 19 H 37 LE CANARD ETAIT TOUJOURS VIVANT

On l'attendait. Elle était annoncée. Mardi, elle devait arriver mercredi. D'ailleurs, elle s'est présentée, modestement. Mais du coup, la préfecture, appliquant le principe de précaution, a annulé un voyage de 24 h en Angleterre, avec spectacle dans un célèbre théâtre. A l'annonce officielle de cette annulation, tout le monde se dit "c'est du sérieux, elle va sûrement être méchante !"

Ce matin, je m'équipe en pensant que la radio ne se trompe pas en me disant qu'elle arrivera finalement vers 11 h ce jour. A 11 h, rien. Un collègue qui a capté un autre flash info, me dit, non, en fait, elle sera là à 14 h. A 12 h, la proviseure nous annonce que la préfecture, toujours selon le même principe, a fait cesser leurs activités aux transports scolaires dès 16 h. A la récréation, rien. Le ciel est un peu plombé, mais sans plus. A 15 h, une surveillante passe dire que en conséquence, on libérera les élèves qui utilisent les sus-dits transports scolaires dès 15 h 30.

Toujours au chaud dans mes boots fourrées, je suis allée comme prévu rendre visite à une amie à l'hosto, où j'ai retiré mes chaussures, sinon je risquais l'amputation!, et je suis rentrée, après m'être cassé le nez au dessin (pas de cours, et j'ai pas été prévenue !) et là, toujours rien. Mes (vieux) voisins ont tous mis du sel tous les jours sur les trottoirs depuis lundi, mais à part ça, le macadam est nickel.

Bref, à 19 h 37, heure de cette note, il n'y a toujours pas de neige. Les parents qui vont avoir perdu le prix de la place de théâtre et du shuttle (seul le bus accepte de rendre les sous), vont être ravis du zèle de la préfecture ! Et si la population se rebiffe, je pense qu'Hortetrucmuche va faire écarteler en place publique le patron de météo-france.

Une image qui n'a rien à voir :

 

Le clown Slava, qui, lui, fait tomber la neige dans une salle de spectacle !

mardi, 30 novembre 2010

C'ETAIT POURTANT UN BEAU TITRE DE FILM...

Samedi nous sommes allées faire nos courses à la RNAC.

Sur les 5 articles que nous étions prêtes à acheter, et qui se trouvaient en rayon, vantés par un vendeur, 2 n'étaient plus en stock et incommandables, 2 n'étaient pas en stock mais commandables, et 1 était disponible (hourrah !).

Nous en avons acheté 3, dont deux que je récupérerai demain. Alors que je disais que ce n'était pas normal de laisser en rayon des articles non disponibles, on m'a gentiment proposé le dernier exemplaire avec 5 % de réduction (royal quand on pense que ce weekend il y avait 10 euros en bons d'achat pour chaque tranche de 100 euros achetés! - incidemment, sur la pub j'avais compris que c'était une réduction, mais j'avais dû mal lire les petites lettres...) et on m'a répondu que "c'était le commerce".

Alors j'ai dit que non, le commerce, on m'avait toujours dit que c'était que le client était roi. Mais on m'a alors rétorqué que "d'abord à un mois de Noël, on n'avait qu'à pas tous être là en même temps le même jour". La bonne blague! Je lui ai dit que j'avais quand même reçu un courrier postal, un catalogue, et trois mails pour me dire de venir justement ce jour-là. Et que mon bon monsieur la RNAC se foutait de ma gueule.

Il m'a dit de ne pas l'insulter. Je lui ai dit que je n'étais pas grossière avec lui, mais avec la RNAC. Mais il a pas aimé quand même, et il m'a dit que c'était normal qu'il se sente insulté, parce qu'il portait un badge de la RNAC et que du coup il devait la défendre. J'ai dit que j'aurais sûrement dû employer d'autres mots, mais que je n'en avais pas trouvé dans la langue française qui expriment la même chose et soient assez forts pour dire ce qu'on me faisait subir. Après j'ai dit au revoir monsieur, mais je ne pense pas le revoir. Un magasin qui rend les mêmes services qu'un service de vente par correspondance en faisant semblant d'être autre chose, ça ne m'intéresse pas.

Et puis finalement, avec les bons d'achat, je pourrai m'acheter l'imprimante qu'il n'avait plus en stock, par correspondance, pour rien.

 

 

vendredi, 26 novembre 2010

JE N'APPARTIENS PLUS A AUCUN AGE

Il n'y aura qu'un seul dessin aujourd'hui. Malgré ses jolies courbes loin d'être maigres, le modèle ne m'a pas permis d'être totalement satisfaite de moi hier. Trop souvent de dos peut-être. Et puis la pause a duré plus longtemps que d'habitude entre les deux parties du cours, et j'ai eu un peu l'impression de perdre mon temps. Y'a plein de vieux dans mon cours, des retraités de 65 à 80 ans, en retraite depuis des lustres, et qui ont donc encore la force et l'envie de tchatcher. Mais moi, ce sont mes deux seules heures de détente pure, d'activité qui me fait vraiment oublier l'institution de plus en plus merdique dans laquelle je bosse (merde, il parait que c'est une cause de licenciement maintenant de dire du mal de son entreprise..., je risque gros !), alors j'aimerais bien profiter de ces deux heures totalement!

100_9089.JPG

 Je me plains des vieux, mais je commence à en ressentir les symptômes! Oui, je me surprends de plus en plus souvent à penser que c'était mieux avant. Il parait que c'est un signe. Néanmoins, pensez-vous vraiment que supprimer tous les droits, toutes les reconnaissances, tous les signes d'équité, soit vraiment une avancée?

Voilà ce que j'ai lu cet après-midi:

http://www.rue89.com/2010/11/26/onu-la-peine-de-mort-pour...

Ah, et puis ne me demandez pas pourquoi la fin de ma note est "centrée" et pas "justifiée", hautetfort aussi, ça marchait mieux avant !

 

mercredi, 20 octobre 2010

QUAND JE L'AI VU ET ENTENDU AU ZAPPING J'AI ARRETE DE RESPIRER

Je parle bien sûr de Guerlain et de sa phrase raciste prononcée, comme si de rien n'était, suivie d'un rire gras et cherchant la connivence, au journal d'Elise Lucet, qui n'a absolument pas réagi. Je pense qu'elle n'est pas raciste, mais il y en a tant de racisme ces temps-ci que les gens osent tout dire au micro, et les journalistes ne pensent même plus à les arrêter, les contredire.

Audrey Pulvar, comme toujours, (une exception à mes yeux dans le monde journalistique) répond avec dignité et courage:

 


Nègre je suis, nègre je resterai
envoyé par franceinter. - L'info video en direct.

J'ai entendu que l'obcène Guerlain avait ensuite dit s'excuser, car ce qu'il avait dit ne correspondait pas à ce qu'il pensait... On va le croire !!!

dimanche, 17 octobre 2010

ABUS DE COURRIER

A l'heure d'internet, c'est quand même toujours et encore ce qui arrive dans ma boîte aux lettres côté rue qui fait mon étonnement tous les jours.

Sur une des quelques revues auxquelles je suis abonnée, j'ai lu l'autre jour cette phrase ignoble : "un crédit qui vous ressemble" ! Non mais des fois ! Croient-ils vraiment que cela va séduire les gens que de leur dire qu'ils "font semblant d'aider leurs prochains, pour mieux les niquer ensuite" et sur du long terme en plus ? Car c'est bien ce que font tous les crédits, non ?

ADMV reçoit des courriers d'origine douteuse :

lettrepape copie.jpg

 

Vous remarquerez que pour Son Horrible Sainteté une femme qui vit avec une femme s'appelle "Mademoiselle". Nous ne saurons jamais ce qu'il nous proposait à l'intérieur, car l'enveloppe va partir en l'état dans notre poubelle.

Le journal des paroisses, lui, dans la même journée "nous" remerciait ! 'Un tout nouveau four à hosties... chez les clarisses, grâce à vous !" Vous apprécierez les points de suspension qui créent le suspens.

Bancaires, publicitaires, ou sectaires, certaines voies littéraires restent vraiment impénétrables et délétères.

mardi, 05 octobre 2010

Parfois ch'suis nulle !

Voilà-t-y pas que je ne retrouve pas quel filtre j'ai utilisé sur photoshop pour transformer ma photo de film !!!! Pourtant c'était joli et tout et tout...

Alors tant pis, voici la deuxième. En espérant que cela vous aidera.

photomystère2.jpg

J'ai plein de temps pris ces temps-ci par des travaux que j'organise dans ma maison. Pas d'immenses transformations, rien qu'une porte. Mais je suis difficile, et ça coûte cher quand on veut pas du pvc. Donc, je vois des artisans, tout ça, et avec mes copies en plus, ben, je ne suis pas très efficace sur mon blog. Pour que mes copies servent à quelque chose, je vais essayer de vous faire rire en vous racontant qu'un de mes secondes a écrit que le personnage du document audio se plaignait qu'il n'y ait pas de "pubic transport"... Ca muscle au moins les zygomatiques de corriger les tests.

mardi, 21 septembre 2010

GASPILLAGE

Le mardi je sors la poubelle jaune des déchets recyclables. Ce matin elle était bien pleine. Je la retrouve à midi, bien vide. Mais sitôt ma boîte aux lettres vidée, le niveau de papier dans la poubelle jaune avait déjà terriblement monté.

Chaque mardi est un tsunami de pubs, indescriptible et obscène.

mercredi, 08 septembre 2010

COMMENT TENIR LE CHOC SI JE M'ENDORS DEJA SUR MES CORRECTIONS ?

La rentrée, c'est fait. Un peu différent de d'habitude : une nouvelle proviseure, un bon emploi du temps, deux hommes dans l'équipe d'anglais. Une reprise progressive des activités aussi. Deux jours de cours, suivis de deux jours de grève. Malgré les manifs, cela m'a permis d'avoir un vrai weekend entre les deux. Si je n'avais pas passé 4 heures sur mes évaluations lundi, j'aurais perdu mon dimanche, et l'occasion d'aller faire du vélo avec des copains et découvrir une ou deux expos.  En début d'année, je passe encore plus de temps à préparer mes cours que le reste de l'année. Ne pas connaitre mes élèves, leur caractère, leurs difficultés ou /et leurs points forts, ne m'aide pas à anticiper. De plus la pause des vacances fait perdre l'habitude. Je suis lente en ce mois de septembre.

Les évaluations "diagnostiques" qui me consomment mon temps comme disent les anglais, sont destinés à la répartition des groupes de compétences. Rassurez-vous, malgré ce qualificatif inquiétant, les élèves désignés pour subir ces gorupes ne sont pas malades. Demain nous nous réunissons une heure et cela suffira j'espère à faire les groupes. Est-ce l'âge qui me fait devenir mesquine ? Ou la perspective de subir cela pendant encore dix à 15 ans ? J'ai décidé de noter toutes les heures passées en plus pour ces GNC. Ensuite, comem j'ai une autre classe de seconde qui fonctionnera de façon classique, j'essaierai de comparer les résultats et voir si tout cela est rentable.

Notre stagiaire est toujours debout. Mais avec l'air bien inquiet ce matin, j'ai trouvé. J'ai entendu plusieurs journalistes annoncer que les tuteurs seraient "payés" 2000 euros. Je me demande d'où vient cette information. Dans la lettre où l'on me désignait officiellement et à laquelle j'ai répondu par un "non" justifié et non négociable, on me disait seulement "Vous serez indemnisée, bien sûr." De somme annoncée, aucune !

Quelqu'un peu m'expliquer pourquoi j'ai trouvé ce truc au-dessus en tapant "groupes de compétences anglais" dans gougueule images ?

mercredi, 18 août 2010

PENSEE POUR MES BLOGGERS NUMERO 6

J`ai les boules et c`est a cause de Scie-France !

Tu payes un billet "flexi" et bien sur c`est plus cher, et on te dit "ben non, c`est pas flexible du tout, y a plus de place, vous prendrez le bateau de 18 h 30..."

C`est une veritable arnaque.

Bon la consolation, c`est que je vous cause de la bibli du coin.

Et de savoir que la poste marche.

Et que ce soir je serai chez moi !!!

Juste pour passer le temps, deux blagues qu`on trouve sur les coasters, les trucs qu`on met sous les tasses chaudes pour pas abimer la table.

A demain !

mercredi, 21 juillet 2010

QUAND ON EST CON, ON EST CON !

Je comptais faire la grasse matinée. Mais une intruse m'a réveillée à 7 h 15. Une mouche équipée d'un moteur dont le bruit dépasse toutes les normes actuelles. Non seulement une mouche, c'est bruyant, inutile et moche, mais en plus, c'est con. Elle avait trois issues possibles pour se casser et me laisser finir ma nuit, car la fenêtre et la porte des WC étaient ouvertes, le petit vasistas du salon vers le jardin était ouvert aussi, ainsi qu'une petite fenêtre faisant partie de ma porte d'entrée. Ci-dessous un plan pour mieux comprendre :

plan maison copie.jpg

Le gros point rouge, c'est la mouche, et les flèches, les itinéraires qu'une emmerdeuse moyenne aurait pu emprunter.

Eh bien non, il a fallu que je me lève pour lui ouvrir la porte, et la conne est partie. Elle pouvait pas le faire toute seule !

lundi, 05 juillet 2010

COMMENT CE FAIT-CE ?

Le gaz a augmenté de 15 % en un an.

Le gouvernement a "promis" de réduire son train de vie de 10 % en trois ans.

dimanche, 04 juillet 2010

POURQUOI IL FAUT SE MEFIER DES JAPONAISES

Je ne parle pas des voitures. Mais des jeunes touristes qui se déplacent en grappes. Les critères de beauté ne sont sans doute pas les mêmes au pays du soleil levant, et quand ce dernier est au zénith, les japonaises craignent pour leur teint qu'elles veulent garder de pêche (blanche, pas abricot). Alors, ne se fiant pas aux crèmes et chapeaux, elles ouvrent leurs parapluies. Pas des ombrelles légères et inoffensives, mais de bons vrais parapluies à la baleine solide. Et comme les japonaises sont plutôt de petite taille, alors que vous ne vous y attendez pas tout en marchant dans la canicule, vous prenez un coup de baleine, justement, systématiquement dans le nez, la bouche ou l'oeil.

 

vendredi, 25 juin 2010

LES TRUCS DONT VOUS VOUS FOUTEZ

Je vais faire un bilan de tout ce qui reste en plan sur mon blog, parfois un peu à cause de vous.

D'abord, ça :

http://whatamistilldoinghere.hautetfort.com/archive/2010/...

Mon début de roman, ambiance film en costumes ! Y'avait un jeu. Je n'ai pas eu beaucoup de propositions, même pas une seule de Pascale pour qui ça aurait dû être facile pourtant. Heureusement il y a eu Agathe !

Elle m'a dit : "c'est "La Tête en Friche", qui m'a mise sur la voie. Ta consigne supplémentaire était d'insérer quelques titres de films ou de série. Il y avait aussi : "mission impossible", je crois que "l'Ile Verte" est aussi un film (je ne suis pas très sûre), "les Griffes de la Nuit" me dit vaguement quelque chose aussi. On peut aussi relever (pourquoi pas) "Camping"."

Ce qui n'était pas tout à fait exact, mais très clairvoyant quand même. En fait, j'avais essayé d'inclure tous les films à l'affiche dans MaVille, et qui avaient un titre en français. C'est malin, je n'ai plus la liste exacte, moi, maintenant. Mais c'est drôle, l'Ile verte n'en était pas un.

Agathe m'a dit d'autres choses sympas dans son mail, mais je les garde pour moi, na !

Ensuite, ça :

http://whatamistilldoinghere.hautetfort.com/archive/2010/...

Vous n'avez porté aucun intérêt à ce que j'étais en train de lire. A croire que la littérature ne vous intéresse pas. Je le crois pas !!!

Alors, comme je ne désespère pas, je vous donne le contexte de cette réplique:

"La m'am a failli mourir toute droite devant le rosier quand le gendarme lui a donné le constat de l'accident de Roland. Elle s'apprêtait à couper la dernière rose... "Mort dans les trois jours." C'est la case qu'elle a lue sur la feuille. La croix était au mauvais endroit à cause du double qui avait glissé. [...] Le gendarme s'est excusé pour son "erreur". Il a accepté de boire un verre de vin, d'emporter une boîte de crottes de chocolat et un clafoutis aux cerises. On aurait dit que c'était lui qui avait sauvé mon grand frère. On peut mourir à cause d'une croix au mauvais endroit... Dans la vie, on a intérêt à bien tenir le papier carbone."

Alors, quel livre ????

Et enfin :

Il reste la question sur le truc écolo que je n'avais jamais vu ailleurs qu'à Besançon !

Et pour finir, un truc qui n'a rien à voir, qui n'est pas un jeu, donc qui ne vous demandera aucun effort, bande de feignants. Hier je roulais en ville, et je me suis dit "Dire qu'il y a encore des beaufs qui mettent des chiens avec la tête qui bougent sur leur plage arrière !"

Puis je me suis rendu compte que c'était un vrai chien...

 

jeudi, 10 juin 2010

NOM : QUIPARLE - PRENOM : ED

Je blogue depuis avril 2006. A cette époque j'ai découvert les blogs et la plupart des auteurs avaient des pseudos. Pourquoi ?

Quand on est un personnage public, on fait un blog en son propre nom pour que les gens qui nous connaissent lisent en se disant « tiens, c'est Trucmuche qui pense ça », ou bien, « j'aime bien Machinchose, je me demande à quoi ressemble son blog. » Pour le personnage public, le blog est un lieu d'expression moins cher qu'un éditeur à trouver, un support publicitaire ou de propagande.

Mais pour moi ? Je n'ai rien à vendre, pas de message à faire passer pour être élue aux prochaines présidentielles. Je veux juste être entendue par des gens qui partagent peut-être les mêmes idées que moi, ou auraient envie de les débattre sereinement, sans enjeu. Les blogs, c'est comme un café sans limites où je viendrais les jours de congé prendre un verre et bavarder avec les gens rencontrés sur place, dont certains deviendraient des amis.

Tous ces gens rencontrés ne me connaissent que dans ces conditions-là et ne sont influencés ni par mon origine géographique, ni par mon physique, ou par mon âge, la taille de ma voiture ou de ma maison.

En revanche je leur réserve une facette de moi que ne connaissent pas, et ne peuvent connaître les gens qui me fréquentent tous les jours et qui comme tout un chacun me rangent dans des cases : prof d'anglais, 26 ans de carrière, vit depuis toujours dans la même ville, ressemble à ça, etc. Tout un tas de critères qui font qu'ils passent à côté d'un tas de choses dont je parle ici, mais que je ne veux pas que tous ceux qui connaissent mon nom puissent lire.

Ma famille me voit d'une façon, mes voisins d'une autre et mes collègues, les élèves et leurs parents encore d'une autre. Comment réagiraient-ils à la découverte de tout cela mélangé ? Cela les regarde-t-il ?

Il y a des lois qui protègent des abus bloguesques. On peut me retrouver facilement si j'outrepasse dans mes notes ce que la loi autorise, avec mon adresse IP par exemple. Alors pourquoi vouloir que je donne mon nom ? Le blog hautetfort et Alexandra nous ont donné un lien vers une page où l'on peut en principe indiquer son blog pour dire qu'on souhaite conserver l'anonymat. Mais cette page fait bugger toutes mes sessions internet !

Les journalistes que j'entends parler du problème ne connaissent apparemment rien aux blogs, sauf de gens connus, et confondent blogs perso et facebook, twitter et sites internet, bref ils disent tout et n'importe quoi, visant surtout à effrayer la ménagère de moins et plus de 50 ans pour qu'une fois de plus une loi anti-démocratique puisse être votée sans que les français ne bougent un orteil.

Lisez la proposition de loi, ça fait peur :

http://www.senat.fr/leg/ppl09-423.html

Dans ce blog, vous trouverez le lien qui mène à la page wikio où l'on peut signer la pétition. Chez moi, ça vient encore de bugger. Dites moi si vous arrivez à voir cette page et à la garder assez longtemps à l'écran pour signer.

http://www.art-rock.over-blog.com/article-la-fin-de-l-anonymat-sur-les-blogs-51275326.html

J'avais écrit ma note avant de lire cet article, mais je vois que nous partageons les mêmes sentiments. Et vous ? Etes-vous prêts à donner votre adresse et votre numéro de téléphone sur internet ? N'est-ce pas encore plus dangereux que tous les dangers que présente internet réunis ?

mardi, 01 juin 2010

JE VOUS L'AVAIS DIT

Je vous l'avais dit que la com c'était un métier. Dans ma boîte à lettres en rentrant ce soir : une pub pour une fête médiévale qui a lieu... en avril ! Trop tard.

Y'en a qui sont plus forts. Pendant une semaine on endort le bon peuple de France en leur disant que les gosses feront du sport tous les après-midis à la rentrée, ce qui est quand même moins dangereux que de réfléchir en français, maths ou sciences éco. On va pas non plus leur proposer musique ou arts plastiques. Créer on ne sait jamais où ça vous mène un jeune ! Non, ils taperont dans le ballon, se coinceront les doigts entre deux boules de pétanque, et les parents pourront bosser toute la journée ou faire la queue chez Polanploie sans s'inquiéter pour ces ados qui sont tous des graines de violence.

Bref on fait rêver les supportaires, et puis comme ça d'un coup on peut annoncer qu'on va augmenter les effectifs par classe. Ben voyons ! A raison de cours que le matin, à 40 par classe, ils risquent vraiment plus de réfléchir. Et comme 90 % des parents sont ravis de la première annonce, surtout à la veille d'une coupe du monde, y'aura pas grand monde pour gueuler. Le gouvernement a réussi sa com.

mercredi, 26 mai 2010

TOUT LE MONDE PEUT SE TROMPER

La nana de la météo ce matin, qui m'a annoncé que la température baisserait de dix degrés... et du coup j'ai eu l'air con en jean et chaussettes cet après-midi en sortant du boulot à 15 heures, et ai été ravie des deux orages qu'on a déjà eus depuis. De l'eau, mais une température toujorurs estivale ensuite.

Le cuisinier à midi, en décidant de servir une tarte aux poires. Bon d'accord, il devait penser que je ne mangeais pas là, comme les autres mercredis.

La machine à café, en "oubliant" de me rendre la monnaie.

Moi, en choisissant la fil à l'hypermarché où c'était marqué "école de caisse"... Mais moi, évidemment, le panneau, je l'ai vu une fois que j'avais tout posé sur le tapis. J'allais pas tout remballer et saper le moral de la jeunette. Inefficace, mais souriante.

Vous, en venant ici ce soir, car finalement, je n'ai vraiment pas grand-chose à raconter !

 

jeudi, 13 mai 2010

OU EST PASSE LE PRINTEMPS ?

Il fait si froid dans mon lycée,

que je prends deux minutes pour me réchauffer sous le sèche-mains souffleur des toilettes avant de repartir voir mes élèves.

que vendredi je vais prendre mes gants.

que nous avons bu du cidre pendant notre réunion de réflexion sur l'application de la réforme, et ce n'était pas QUE pour oublier !

que je suis à court de monnaie pour la machine à café.

que je reste debout dans la salle des ordis, plutôt qu'assise sur les fauteuils du frigo principal.

qu'on ouvre les fenêtres dans les salles pour se réchauffer.

que les élèves sont muets et sages.

J'avais pourtant cru comprendre au dernier Conseil d'Administration que les fonds de réserve ne manquaient pas.

Au rez-de-chaussée, dans les bureaux, des radiateurs électriques sont apparus...

vendredi, 16 avril 2010

IL FAUT SAVOIR RELATIVISER, DISAIT ALBERT.

Mais non, l’info n’est pas faite pour orienter l’opinion du téléspectateur. « Les vacances de Pâques vont tourner au cauchemar. » Ensuite on évoque le nuage dû au volcan islandais et la grève à la Essainecéhef. Deux catastrophes naturelles donc, qui vont pourrir les vacances des Parisiens et des Bordelais. Dix jours de grève pour sauver le service public, pas un mot là-dessus. Sur les trains supprimés, oui. Sur la dégradation du service parce qu’on n’emploie pas assez de cheminots, rien. Pourtant comme l'a dit un cheminot gréviste interviewé l'autre jour, "il n'y a pas besoin de grève pour qu'il n'y ait pas de train. Un employé malade et il n'y a personne pour le remplacer, une loco en panne, pas de matériel de remplacement." Et c'est vrai qu'un jour ADMV a eu plus d'une heure de retard, parce que dans une grande gare parisienne "on cherchait une locomotive pour son TGV"!!!  Non, ça on n'en parle pas, mais on emploie des mots qui font peur pour parler de ceux qui rateront peut-être leurs vacances par manque d’avion, mais sont sûrs pour le coup d’en sortir vivants. Et on parle de vacances de Pâques alors que la fameuse fête pascale (avec une majuscule, c’est ma copine), c’était le 3 avril ! Faut qu’elle se réveille l’Elise ! Mais comme ça on associera grève (méchante), et lapin ou cloches (gentils) et on formera les esprits des jeunes citoyens. Je souhaite donc des vacances bonnes et réussies à tous ceux qui projetaient de rester chez eux parce que l’avion en avril c’est pas donné, et aux autres je rappelle qu’une ou deux semaines dans une vie, c’est peu par rapport à une société qui perd un à un tous ses services publics de qualité et cela pour beaucoup plus longtemps !

Et pour ceux qui finissent leurs vacances ce soir, ça sera peut-être une bonne excuse pour pas être au boulot lundi... deux ou trois jours de rab', c'est toujours ça de pris !

samedi, 10 avril 2010

OEUVRE D'ART OU PRODUIT

Nous arrivions en Allemagne le samedi et mes amis m'ont annoncé une surprise (Überraschung) pour le dimanche après-midi après le tour de ville en bus. Le soir, avec les oeufs de Pâques, le cadeau était là: des places pour une représentation du Cirque du Soleil ! Je suis une fan du cirque contemporain, M. le sait. Une telle dépense et le fait qu'elle avait dû les réserver il y a six mois pour que je ne rate pas ça, m'a touchée énormément. Ces amis dont je vous ai déjà parlé, sont d'une immense générosité, et feraient tout (et ont toujours tout fait) pour me faire plaisir. De ce côté là, donc, que du bonheur !

Mais il y a eu le spectacle. Et ma déception. J'avais eu la chance de voir le Cirque du Soleil au Cirque d'Hiver (en 1990 je crois) lors de leur premier passage en France. A l'époque, j'avais presque pleuré d'émotion devant tant de créativité, d'émotion, d'innovation, de prise de risque artistique. Mais, depuis, le directeur de ce cirque, Guy Laliberté, est devenu milliardaire et s'est payé un voyage dans l'espace. Je suppose qu'il ne veut pas risquer de perdre ce niveau de vie, ce qui explique ce que nous avons vu ce dimanche de Pâques à Stuttgart. Des artistes techniquement parfaits, dans un spectacle huilé, mais sans aucune émotion, à l'exception d'un clown-mime qui nous a fait rire lors de ses deux apparitions, et deux trapézistes qui, elles, nous ont donné un vrai numéro dont on sentait qu'elles étaient les auteures et les actrices en nous offrant vraiment leurs rêves. Les metteurs en scène s'auto-définissent sur leur site comme "concepteurs". L'ensemble était un peu comme un "Grand Cabaret" de Patrick Sébastien, heureusement sans les bavardages promotionnels entre les numéros, mais à la place nous avions droit à de la musique facile et fourre-tout. Des costumes sûrement très chers, un nombre élevé d'artistes et de figurants sur la scène, des effets de lumière (mais sans originalité), tout cela donnait un aspect festif à la chose. Mais quelle injustice de toujours citer le Cirque du Soleil comme "le nouveau cirque", alors que ce que j'ai vu était déjà usé, vu et revu !

J'ai d'autant plus envie de rendre hommage à des compagnies moins connues, moins médiatisées, mais où les artistes se renouvellent sans cesse, sans que la décoration, les moyens techniques et les effets spéciaux ne fassent perdre leur âme à leurs créations. Plutôt que de payer 60 euros (pour voir le Cirque du Soleil dans une Arena [genre Zénith] tout en haut sans pouvoir distinguer aucun visage), allez voir des compagnies sous chapiteaux à taille humaine ou dans des cirques en dur comme il en existe encore pas mal dans la moitié nord de la France (Amiens, Reims, Paris, Chalons-en-Champagne...). Vous voulez des exemples ? En voici:

Le Cirque Plume, le Cirque Baroque, tous les ans, les spectacles de promotion du CNAC (école nationale des arts du Cirque), la compagnie circoaero, avec un Cirque Plus Juste, Cirque Altaï, les Arts Sauts, la Compagnie zafou'rire... J'en oublie. Parmi eux il y a des spectacles plus intimistes, ce n'est peut-être pas votre tasse de thé. Mais tous ont en commun un énorme travail fourni avec amour pour nous faire rêver et voyager dans d'autres dimensions. On sort de leurs spectacles en ayant envie de dire merci, pas en se disant, "ouais, y'avait du monde, du bruit, de la technique, ça doit coûter cher !".

 

Bien sûr je n'ai pas dit ma déception à mes amis. C'est le Cirque du Soleil qui m'a déçue, pas eux.

jeudi, 01 avril 2010

POUR FAIRE CONCURRENCE A CACADOMIA

La maman d'une de mes secondes à qui on avait dit de bosser à la fin du premier trimestre, a en conséquence payé pour qu'elle fasse un stage d'anglais pendant ses vacances de noël, révisions des bases, trois élèves dans le groupe. Ca parait idéal... résultat: baisse de la moyenne générale au deuxième trimestre, et cata en anglais. Re-rendez-vous avec la maman. Là, je suis claire avec Marie-Madeleine (c'est mon élève, blonde platine, maquillée tip-top, mais pas vulgaire, une réelle intelligence dans le regard et un grand poil dans la mimine droite), je lui ai dit "Faire dépenser des sous à ses parents pour les punir parce qu'on a un mauvais bulletin, c'est bien, mais se prendre en main et faire ce qu'on te demande en classe et à la maison, c'est mieux." Elle a admis. On verra.

Car les conseils, les promesses de mieux faire, de s'y mettre, les "si, si, je vous assure, je vais progresser de trois points d'ici le mois de juin!, pourquoi personne ne me croit ?", j'en donne et j'en entends tellement souvent, depuis tellement longtemps, que je suis devenue un peu fataliste. Néanmoins, pour les élèves de terminales qui passeraient ici, et qui par ces temps de crise voudraient faire économiser quelques sous à leur parents, et empêcher Cacadomia de s'en faire sur leur dos, je vais donner ici un conseil. En effet, je viens de corriger les copies de bac blanc. La compréhension, c'est plutôt pas mal. C'est qu'ils comprennent plus qu'ils ne voudraient nous le faire croire à l'oral ! Mais en expression, là, pas moyen de faire dans la débrouille, de faire comme si.

Il y a quand même des erreurs à éviter. Il y a quasiment toujours deux sujets. L'un ouvre une discussion sur un sujet souvent chiant, mais en rapport avec le texte, genre, "La vie est dure pour tout le monde, mais surtout pour les jeunes. Etes-vous d'accord?" ou "Le héros pense qu'il n'arrivera à être heureux qu'à l'étranger, partagez-vous cette opinion?", ou encore "Vaut-il mieux être au chômage, malade et orphelin, que travailler dans une banque, en logeant chez ses parents, de manière à se payer une bonne mutuelle? Argumentez." En général, ce sujet est sans piège, chiant, je l'ai dit, mais il permet de ressortir les mots de liaisons vus en classe, les expressions pour donner son avis, bref, d'étaler le peu d'anglais qu'on connait, et pour peu qu'on n'oublie pas de donner un ou deux exemples concrets, on a une note correcte, même en oubliant tous les s de la troisième personne.

L'autre sujet, lui, est en rapport direct avec le texte. Il s'agit soit d'imaginer la suite de l'histoire, soit qu'un des personnages raconte à quelqu'un absent du texte ce qui s'est passé. Souvent on demande au futur (on l'espère) bachelier une lettre, ou un dialogue. Et ça, c'est le plus casse-gueule. Je le dis et le répète à mes poulains (ben oui, Ed le dada, aime cette expression), méfiez-vous de ce sujet qui semble facile et vous coule si facilement. D'abord on a beau les répéter à chaque correction de devoir, les élèves oublient les règles de présentation d'une lettre, les formules de politesse, et les règles de ponctuation pour les dialogues. Ce n'est pas si difficile, il suffit de regarder le texte et de faire pareil, mais non. Z'y arrivent pas. Et puis il y a le niveau de langue, la cohérence des lieux, des dates, etc. Dès qu'ils se lancent dans une lettre ou un dialogue, les élèves oublient le point de départ et nous offrent de délicieux anachronismes ou erreurs culturelles. Ca nous fait rire, mais ça leur fait perdre des points. Ils oublient même le conseil de base, qui était de se méfier de ce sujet, et ils le prennent tous.

Dans mes dernières copies, le dialogue était censé se passer en Irlande. Un élève a quand même pris comme exemple la ville de Londres. Et on n'exige pas de noms purement Irlandais, John et Betty nous iront très bien. Mais là, j'ai eu une mère qui s'appelait "Monique" et une autre "Mrs Evian" ! Ca m'a fait rigoler. Mais comme je suis cool, je n'ai pas pénalisé. Après tout, pourquoi les mères irlandaises ne seraient-elles pas fruitées ?

Je ne résiste pas à partager une perle dans une excellente copie, il y en a une qui disait que la mère avait les yeux "wild opened" !

jeudi, 25 mars 2010

La vie quotidienne aliène et voile la vraie vie, la vie quotidienne permet trop de compromis. Hélène Rioux

Je lis des blogs, moins qu'avant car je n'ai plus le temps, et j'en vois qui parlent de vies trépidantes, de voyages lointains, de passions, de créations, et j'en passe. A chaque note je me demande de quoi je vais bien pouvoir vous parler, et en dehors des vacances, c'est de plus en plus difficile de trouver l'idée nouvelle, l'anecdote drôle, la colère saine à développer ici. Aujourd'hui encore j'ai passé la journée en stage, et même si je ne me suis pas ennuyée, je ne vois pas bien ce que je pourrais vous en transmettre. A part Max, qui va pouvoir partager mon intérêt pour le groupe nominal au point d'y réfléchir toute une journée ? A midi, une pause bavardage avec une jeune collègue m'a fait à la fois du bien, et en même temps penser avec nostalgie à l'époque où j'avais à la fois son insouciance et ses angoisses. Vous avez dit "contradictoire"? Non, à 30 ans je me demandais encore ce que je ferais quand je serais grande et plein de peurs m'empêchaient de dormir, et dans le même temps j'étais passionnée par la musique à la mode, les potins de mon établissement, et même la mode, si, si ! Mais je croyais encore que je ferais de ma vie un truc incroyable. Bon, dans dix jours c'est les vacances, je redeviendrai peut-être drôle et fréquentable.

stage.jpg

mardi, 23 mars 2010

COMMENT FAUSSER L'INFO

Le 12 mars les pourcentages de grévistes annoncés dans les lycées et collèges balançaient entre 13 ou 15 % pour le ministère et plus de 50 % pour les syndicats. Il ne s'agit pas là d'une interprétation partisane, mais d'un système de comptage.

Dans un établissement, le nombre de grévistes est renvoyé en haut lieu peu après 9 heures. C'est-à-dire qu'on ne compte que les profs qui font grève et qui avaient cours à 9 et dix heures. Ce serait juste si on donnait comme nombre de référence le nombre de profs attendus sur ces deux heures. Mais non, on calcule le pourcentage par rapport au nombre total de profs du lycée ou du collège !

Un exemple : dans mon lycée il y avait 17 grévistes à 9 heures, sur 30 profs attendus. Un bon score. Mais nous sommes environ 90 profs en tout. Calculez la différence !

Nos chefs n'y ont pas encore pensé, mais je donne un tuyau à Proad et ses semblables. Il suffit de ne faire commencer les profs syndiqués à 10 heures, et le pourcentage de grévistes sera définitivement bas. CQFD.

lundi, 08 mars 2010

UNE IDEE COMME CA...

En cette journée du 8 mars, Hautetfort pourrait peut-être créer une catégorie VIB intitulée "Femmes" ou "Féminin". Actuellement il n'y a que la catégorie "mode/fille" contre laquelle je n'ai rien, mais dont je ne fais absolument pas partie. En face, vous avez "Masculin"... Tiens, pas de "Foot/garçons" ou "bricolage/mec" ?

Pourtant des blogs de femme dignes de ce nom, il y en a chez Hautetfort. Ils parlent du quotidien des femmes, et pas seulement de celles qui s'habillent en Prada. Je vais en citer quelques exemples. Si Alexandra (webmastrice du blog hautetfort) passe ici, elle verra que ce n'est pas faute de combattantes que la catégorie n'existe pas.

http://femmesengagees.hautetfort.com/

http://www.mrs-clooney.fr/

http://magalerie.hautetfort.com/

http://seletpoivre.hautetfort.com/

http://boulevarddesresistants.hautetfort.com/

http://cybermamies.hautetfort.com/

Et j'en passe...

Alors, à bonne entendeuse, salut ! et plus d'excuse maintenant pour ne pas créer cette nouvelle catégorie VIB.

 

mercredi, 03 mars 2010

NOTE OU RIEN NE PEUT INTERESSER PASCALE

Nous allons bientôt faire repasser des "certifications" à nos élèves de section euro. De nos jours si on n'est pas estampillé, évalué, labellisé, on n'existe pas. Ce boulot pourrait être fait par Cambridge, ce sont leurs épreuves qu'on fait passer, car sinon nos tests n'auraient pas de valeur. Ah l'Europe ! Mais l'éducnat ayant un oursin dans le porte-monnaie, on fait le boulot d'esclave. On pose les questions qu'on nous dit de poser. On donne notre avis quand même pour l'évaluation. Et on nous croit ! C'est magnifique, non? L'an dernier cette petite fête,  pour l'instant interdite aux élèves "ordinaires", c'est à dire pas en euro, nous a fait perdre à une collègue et moi 10 heures de nos cours et fait faire 3 h  30 sup, qui n'ont évidemment jamais été payées. Les volontaires pour cette mission ne sont pas légion, et Proad cette année m'a tout bonnement proposé de désigner les victimes moi-même... J'ai refusé. Le jour où je serai payé comme un chef, je serai chef. Du coup on sera quand même deux jurys (4 profs) au lieu de deux. Cela nuira un peu moins à mes élèves.

Un peu plus "fun": Le printemps et son soleil arrivent (même s'il fait bien frisquet ce matin). Notre chatte Poupoune a retrouvé son petit jouet qui la met en joie. La petite bête de lumière qui se déplace sur le sol et les murs quand je tartine mon toast au petit-déj. Elle la suit, essaye de l'attraper, n'y parvient pas et la guette interminablement entre le frigo et le placard. Elle si calme et si raisonnable d'habitude ! Là, elle guette le facteur à la fenêtre de mon bureau, poussant délicatement le rideau.

PS : J, si tu lis ça, rappelle toi que mon blog est secret-défense ! Interdiction de parler de Proad (prononcer à l'anglaise) en salle des profs !!!!!

lundi, 22 février 2010

EH BIEN, IL VA M'EN FALLOIR...

...de la patience, du calme, de l'application à avoir tout ça, pour faire perdurer le bénéfice de ma thalasso !

Pour commencer Proad (ce sera son nouveau pseudo, peu importe qui c'est) m'a plantée là au beau milieu d'une conversation, parce que j'avais timidement laissé entendre qu'un document nous était arrivé "un peu tardivement". Gardant son sourire de circonstance, elle m'a dit "je ne peux pas entendre ça Madame Quiparle." et elle est passée dans son bureau. J'ai cru qu'elle allait chercher quelque chose (on discute souvent tout en faisant autre chose au lycée), mais non, elle n'est pas revenue, et j'ai réalisé que sa porte était fermée.

Ca doit être Proad qui a aussi participé au tracé du nouveau plan de circulation dans Maville où  il y a des travaux, parce que c'est le bordel, et que j'ai mis 32 minutes au lieu de 7 pour rentrer chez moi.

Et mes secondes aujourd'hui, surtout le groupe de ce matin, n'ont mis aucune énergie pour participer à l'activité proposée. Virgibri compare ses élèves amorphes à des "poissons morts", elle est gentille. Car les poisssons morts ne coûtent plus rien, alors que les élèves éteints bouffent quand même à la cantine. La preuve, l'une d'entre eux est arrivée à 13 h 15 en classe en prétendant être "passée trop tard à la cantine".

De plus je me suis aperçu que le sujet de bac blanc avait déjà été fait en première (j'avais pas demandé à la bonne personne) et il faut que j'en reponde un d'ici vendredi !!!

Un démarrage d'enfer je vous dis. Mais j'en ai rien à fouter comme dirait Pascale,

Eh bien pour l'instant, je résiste, je rigole. Et puis demain soir je vais me promener et ne rentre que mercredi, et en plus j'ai une visite. Donc je vais encore sourire quelques temps.