Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 16 novembre 2008

DEMAGOGIE QUAND TU NOUS TIENS...

A la rentrée, Dark Vados avait annoncé fièrement comme à son habitude qu'il ferait venir à Paris "Tous les élus de tous les lycée de France" pour les consulter... Apparemment, cela a eu lieu, et il semblerait que les lycéens (pourtant les élus au Conseil de la Vie Lycéenne n'ont rien à voir avec les syndicats de lycéens, donc on ne peut pas leur reprocher d'être manipulés par les syndicats d'enseignants ou les partis politiques, critique traditionnelle et sans fondement qu'on leur ressort dès qu'ils ne sont pas d'accord !), les élus lycéens, donc, ne sont pas d'accord avec le ministre, et ne veulent pas qu'on leur retire encore des cours, des possibilités d'options, des profs, ce qui rendrait les groupes encore plus chargés.

J'avais bien prévu que tous les lycéens ne pourraient être consultés. Ceux de mon lycée en tous cas n'étaient pas à Paris lors de ces débats. (Enfin, je vais vérifier, mais il me semble que si le ministère leur avait payé le TGV, j'en aurais entendu parler, mais je peux me tromper !) Je cause aux CPE demain, et je vous tiens au courant.

Avec tout ça, vous comprenez pourquoi je fais grève jeudi 20 novembre et vais me balader avec un panneau : "Hors de ma vue, destructeurs de l'éducation nationale !" ?

Ce texte vous parait-il assez poli pour m'éviter un procès et une amende ?

Bravo, les lycéens ! Continuez à lui montrer que vous ne mangez pas de ce pain-là !

samedi, 08 novembre 2008

Constatation

Quand le fils du chef de l'état se fait voler son scooter, on le retrouve en 10 jours, grâce à l'ADN des voleurs. On ne met pas longtemps non plus à repérer les suspects des détournements de petites sommes grâce au n° de carte du père lui-même. Mais quand on est un agriculteur bio en Auvergne et que l'on est harcelé de manière violente, là, la police est moins zélée !

http://www.lepost.fr/article/2008/11/07/1319386_puy-de-do...

 

jeudi, 06 novembre 2008

Grasse mat' forcée

Ce matin pour être à l'heure et avoir le temps de faire toutes mes photocopies pour mes six heures de cours je me suis levée à 6 heures. M'étant bien reposée en Angleterre, cela n'a pas été trop dur. En plus, mes deux premières heures de cours ont fait office de grasse matinée bonus obligatoire. En effet j'ai deux heures avec des terminales dont on pourrait croire qu'ils sont motivés, vu l'objectif de la fin d'année, mais non, ils dorment à poings fermés. J'ai essayé plusieurs méthodes pour remédier à cette apathie généralisée : l'humour, la surprise et la variété dans le choix des documents, l'autorité, la menace, mais rien n'y fait. Apparemment, cette classe a le même comportement avec tous les profs. Une collègue m'a suggéré les électrochocs, je vais peut-être opter pour le taser.

 

Le pire, c'est qu'ils ne me laissent pas vraiment dormir à côté d'eux. Je suis bien obligée de continuer à faire le pître et à m'épuiser devant eux... Heureusement mes secondes, eux, semblent revenus en ayant pris de bonnes résolutions. Et la purée d'à midi était très bonne !

mardi, 07 octobre 2008

Fausse bique ou faux bique ?

Hier tout en s’occupant des lessives au sous-sol, ADMV a entendu comme un bruit. Des couinements légers, vers le mur du jardin. Faut dire qu’à cet endroit il y a un vieux bac à laver en ciment avec en-dessous et à côté des « regards » où l’eau reste stagnante.

 

 Comme elle n’était pas sûre d’identifier le bruit, mais qu’il y a deux ou trois ans on avait retrouvé un cadavre qu’elle avait dû aller jeter au fond du jardin dans le compost, elle a cherché sur internet : « Ecouter le cri du rat. » Eh bien elle a tout de suite trouvé un site où l’on peut écouter tous les cris des animaux possibles. Et j’ai eu droit au cri du rat, comme si j’y étais. Ceux qui me suivent un peu régulièrement savent que cet animal est ma phobie. Ben oui, ça ne se commande pas.

 

 ADMV est un ange. Elle a remonté tout le linge, même pas sec pour que je n’aie pas à descendre. Et tant pis s’il fait beau cette semaine, je me passerai de mon vélo. Mais quand même, n’écoutant que mon courage, et ADMV ayant pris son train comme tous les mardis, je suis allée acheter une arme fatale, et ma cousine vient de venir déposer des petits sachets près des murs et de l’humidité. Depuis mon achat j’avais posé la boîte face contre le mur, supportant de voir le mot, mais pas la photo. Ont-ils vraiment besoin de mettre une énorme photo atroce sur le devant de leur produit ?

Même comme ça, j'ai du mal à les supporter :

Et au mois de juin je suis allée à une fête où un bébé avait un "ratatouille" en peluche, ça m'a donné la nausée !

 

Je ne sais pas si vous avez des phobies, mais la mienne est vraiment insurmontable.

vendredi, 26 septembre 2008

Petit truc chiant qui n'a rien à voir

Je suis toujours en train d'emprunter des sous en salle des profs, (prendre un café devient un vrai problème),  ou d'angoisser d'avoir un pv parce que je ne peux pas payer mon parcmètre. Je ne sais pas comment vous faites, mais moi, je n'achète plus rien avec de l'argent, et du coup, je n'ai jamais de monnaie...

jeudi, 25 septembre 2008

Peur de l'usure, mais ça passera. Vive la reprise !

Je redoute l’usure. L’usure de la répétitivité. Je m’use de travailler au rythme de la sonnerie du lycée. Toutes les heures, un son strident nous interrompt. Puis un autre m’empêche de finir mon café. Dix minutes, c’est court pour boire un kawa, faire pipi, dire bonjour à ceux qu’on aime bien. Pour peu qu’on ait même quelque chose à leur dire, c’est la cata. Tous les jours faire le même trajet pour aller bosser. Tous les ans corriger les mêmes fautes sur quasiment les mêmes copies. T’as beau changer d’élèves, de sujet, de texte de départ, ils arrivent toujours à écrire « I am 15 years ago » et « There is a lake of justice ». Tous les soirs en rentrant, voir Mr Pantalon debout sur son pas-de-porte et devoir lui dire bonjour. Tous les mardis matins, emmener ADMV à la gare, un serrement là dedans, mais c’est comme ça, faut s’y faire. Et c’est pour elle que je redoute l’usure, du train, du métro, des valises à faire, à défaire, les lessives le weekend. Bien sûr, il y a tous les vendredis l’impatience de la voir revenir, le bonheur de la retrouver. Mais ce serait si cool d’être toujours ensemble. A 20 ans j’avais peur du couple, j’avais peur de beaucoup de choses, alors, j’étais seule. A 30 je vivais avec une femme, ça ne se disait pas, alors on avait chacune son appart’. J’étais parfois seule, mais je le choisissais. A 40 j’avais voulu du changement, j’avais tout bousculé, alors de nouveau, j’étais seule. A 50 je vis de nouveau avec une femme. Je le dis à tout le monde. On pourrait vivre tranquillement ensemble, comme les autres. Mais du mardi au vendredi, je suis seule. Et en ce moment, ça me pèse.

 

jeudi, 04 septembre 2008

Si ça s'appelle pas se faire avoir !

Pour la première fois j'ai commandé des CD sur un site de vente pas cher (qu'ils disent) de trucs d'occase. Y'a un truc sympa, c'est que les vendeurs sont notés par les acheteurs, alors, si ils ont 5, on peut se dire, bon, j'y vais, ils sont fiables. Je ne dirai pas son pseudo ici, mais y'en a un qui, après avoir mis une annonce, confimé la vente après que j'aie choisi le cd et payé, s'est soudain aperçu qu'il ne l'avait plus !!!

Chez Praïsse-mini-stère, ils m'ont tout de suite dit que j'allais être remboursée, que je devais être déçue (tu parles !!!!) et que cela ne se reproduirait pas. (Mon oeil !) Là, je me suis dit, pour être sûre que le gars ne sévisse plus, je vais lui mettre un zéro dont il va se souvenir. Eh bien, impossible, "on ne note pas les vendeurs quand on n'a pas reçu la commande" ! Ca, c'est la meilleure !!! Et on fait comment pour prévenir les autres de ne pas se faire avoir ?

En réinspectant le site, j'ai trouvé un lien "Contacter Praïsse-mini-stère", je pense que je vais leur exprimer le fond de ma pensée.

Sur les 4 CD, j'en ai quand même déjà reçu deux. La vie n'est donc pas si moche.

 

A part ça, de Kevin à Marjorie, en passant par Assia, ils ont l'air tous bien sympas. Pourvu que ça dure !

mardi, 02 septembre 2008

Images persistantes malgré l'insipidité de l'époque

Imaginez les journalistes nous racontant tous les ans, sans discontinuer, la reprise du boulot de mon boulanger de quartier ou du chauffeur de bus... "Et alors Mr Trucmuche a repris le volant avec émotion." Ou, "le prix du fuel a encore augmenté de 20 centimes, et le sac de farine est trop lourd. C'est un scandale. La fédération des parents de boulangers a protesté avec vigueur." Aucun intérêt, n'est-ce pas, et pourtant c'est ce que cette presse qui s'étonne qu'on ne la prenne plus au sérieux nous resert tous les mois de septembre.

Parlons donc de Quimper, où des sculptures m'ont fait rêver ou de Brest où j'ai pris des photos dignes de "Gattaca".

100_4230.jpg

100_4233.jpg

100_4259.jpg

 

 

 

 

 

mardi, 19 août 2008

Donner son avis n'est pas toujours simple

Je voulais simplement donner mon avis sur un film. Mais d’abord, il faut créer son compte. Là, on vous demande un tas de trucs hyper personnels, que vous n’avez pas envie de donner à n’importe qui. Votre date de naissance, votre adresse personnelle, par exemple. Le téléphone portable n’est quand même pas encore obligatoire. En bas, signal d’erreur. Mince ! J’ai oublié de confirmer mon mot de passe… Quand j’ai cru avoir accompli ma mission, tout en restant anonyme, faut pas pousser, on m’a dit NON ! Votre pseudo ne convient pas. Il faut au moins six lettres ! Je n’ai même pas le droit de m’appeler Ed…J’ai modifié. Puis, j'ai dit que non, je ne voulais pas recevoir de mails de leur part, NON, d'aucune sorte, même celle-là, NON, n'insistez pas ! Et puis, mauvaise tête, je n'ai pas voulu leur donner mes goûts cinématographiques. Z'ont qu'à lire mes critiques, ils les connaîtront mes goûts ! Et, au terme de cette folle cyber-course, j'ai enfin pu valider ! Et là, évidemment, ils m’avaient perdu mon film… J’ai tapé le titre dans la fenêtre « Rechercher », puis cliqué sur « Ecrivez votre critique », mais ils m’ont alors dit que j’allais recevoir un mail me demandant d’activer mon compte. Je suis donc repartie sur ma boîte. J’avais bien un mail, mais pas le bon, seulement un qui me disait bonjour. Le deuxième est arrivé quelques minutes après. J’ai activé. Je suis retournée sur ma page, ai cliqué sur « Page précédente », puis à nouveau sur « Ecrivez votre critique », et là, enfin, miracle de l’internet, j’ai pu donner mon avis. Ecrire mes mots. J’ai validé, après avoir accepté leur charte. Ma critique n’est pas encore apparue, mais ça ne saurait tarder… Donner son avis sur Alossiné, c’est une véritable épreuve initiatique !

Et pendant ce temps-là, la rampe attendait d’être peinte…

mercredi, 25 juin 2008

Le bac en vers... et contre tout !

Levée tôt, sept heures vingt,

Pamplemousse, pas de terrasse,

Faut qu'j'm'y fasse,

Il pleut, y'a un grain.

Nickname, surname, c'est pas pareil.

Contresens, hors-sujet, basta, je raye.

Deux questions, 79 fois,

Un café, enfin je bois !

Une belle phrase vaut cinq points,

Une faute grave beaucoup moins.

10 heures : je me lasse.

Midi : chic, une pause !

16 heures : j'ai ma dose.

18 heures : je trépasse...

jeudi, 10 avril 2008

L'artiste est-il si différent du citoyen ?

La mort de Charlton Heston a lancé sur plusieurs blogs l'éternel débat "l'artiste peut-il être totalement détaché de l'homme", en quelque sorte, peut-on ne pas aimer cet acteur simplement pour sa prise de position affirmée pour le port libre des armes. J'ai eu l'impression d'être jugée intolérante, ou incapable de comprendre l'art en répondant que non. D'ailleurs, je n'ai pas poursuivi le débat, car les bloggers en présence semblaient subjugués par l'acteur, qui parait-il leur procure "des étoiles dans les yeux", et en oubliaient la notion de "conscience politique". Il me semble en effet qu'un acteur, comme tout artiste, a une responsabilité morale vis à vis du public, et qu'aucune véritable oeuvre ne peut être totalement neutre politiquement, éthiquement, ou moralement. L'engagement politique, moral ou religieux d'un artiste, dès qu'il est rendu public et revendiqué, ne peut plus prétendre ne pas être pris en compte quand on observe l'oeuvre de ce même artiste.

J'ai apprécié certains films de Tom Cruise, mais il m'en reste forcément un goût amer quand je les regarde à présent que je connais son rôle dans l'église de scientologie ; J'avais aimé TAXI 1, mais la présence de Nacéri m'empêche d'aller voir certains films et m'en gâche d'autres, car son comportement machiste et violent en tant qu'homme m'a plusieurs fois choquée. Combien d'entre vous ont aujourd'hui du mal à écouter le CD de Carla Bruni, qu'ils avaient pourtant acheté en la trouvant sympathique ? (Je me réjouis d'ailleurs de ne pas l'avoir fait à l'époque).

Depuis que je suis enseignante j'ai eu plusieurs fois l'occasion de me dire "ça, non, je ne le fais pas, je suis enseignante, j'ai des limites à ne pas dépasser", ou "en tant qu'enseignante, je ne peux pas ne pas m'engager dans cette cause ou ne pas faire cela". J'ai le sentiment qu'un artiste doit se poser le même genre de questions, surtout s'il est très médiatisé.

1422463657.jpg

samedi, 05 avril 2008

ALERTE !!!

J'ACCUSE

Max de vouloir détruire mon blog !

Max est un trublion qui mute, change, déménage, mue, se déplace, se métamorphose, etc. Grand bien lui fasse, mais qu'il ne m'entraîne pas dans sa chute !

Il y a quelques temps, il avait conçu pour moi une nouvelle feuille de styles dont j'étais ravie. Seulement, il avait hébergé ma bannière à laquelle il avait donné de nouvelles dimensions, puis, soudain, hier ou avant-hier, il a eu la lubie idiote de supprimer son blog. Ce faisant il a détruit aussi ma bannière !!!!! Et je me suis retrouvée avec une bande grise bien tristounette en haut de ma page d'accueil.

Je viens d'aller repêcher la bannière originale créée par Osmany (je l'en remercie encore, s'il passe ici par hasard) mais comme vous le voyez, il reste du gris à droite. Un computer-addict surdoué, pourrait-il me modifier cette bannière, et me transmettre un nouvel URL que je puisse inclure dans ma feuille de styles ?

Tout cela est technique et compliqué, je publie bientôt une note qui s'adresse de nouveau à tout le monde...

(Mais vous aviez l'air triste de ne plus rien voir en haut, alors, vous voyez, je pense à vous !)

mardi, 01 avril 2008

La maréchaussée m'en veut.

Je ne sais pas si c'est à cause de notes publiées ici portant sur des phrases malheureuses pouvant laisser à penser que j'ai parfois des comportements hors-la-loi, mais je me sens poursuivie. Je viens de recevoir une lettre qui me range définitivement dans la catégorie des délinquants. Le champ lexical évoque la répression : "Constatation des infractions", "Avis de contravention", "Infraction prévue et réprimée", "Lieu de l'infraction", "Moyen de contrôle utilisé", "Enquêteur".

Tout cela me laisse deviner que j'ai commis une infraction grave. Recevoir ce courrier un premier avril n'est pas une consolation. Il me semble bien vrai... Il y a le nom du mec qui a relevé le compteur... Sûrement pas là à l'heure où je suis passée (une heure du matin), alors que je revenais d'un repas de famille, et que je pensais au lever matinal cinq heures plus tard. Pour tout vous dire, la nuit, je roule piam-piam, je ne prends pas de risques. Enfin, c'est ce que je croyais. Sur cette route nationale déserte, qui traverse un village, en le surplombant, donc pas de trottoirs ni de piétons, mais bon, c'est quand même une traversée de village, et je n'ai pas dû voir le panneau limitant la vitesse à 70 km / heure au lieu de 90, et j'ai osé faire du 77 !

Me voilà refaite de 45 euros si je paye immédiatement, et peut-être d'un ou deux points, moi qui n'ai toujours pas récupéré les deux points perdus précédemment sur la A86 près de Créteil (une véritable voie à racket légalisé), ou du moins on ne m'en a toujours pas informée. Car ça fait un bail maintenant que ce premier PV était arrivé !

Je concluerai sur une citation d'un sketche de Coluche, qui décidément ne se démode pas :

"Les gardiens de la paix, au lieu de nous la garder, ils feraient mieux de nous la foutre !"

samedi, 23 février 2008

La Scoumoune

Ce titre va sûrement rappeler un film à Pascale. Pour moi ce fut un coup de coeur de mon adolescence775907199fa025f38f71e636692b43fd.jpg, et une musique qu'on n'oublie pas. Cette musique a résonné dans mon crâne jeudi matin, ainsi qu'une réflexion d'emy : "Quand une journée commence mal, en général, je sais déjà que tout le reste de la journée va s'enchainer par des merdes sans que je ne puisse y faire quoi que ce soit."

D'abord en arrivant à Paris, je me suis aperçu que la majorité des tickets de métro que j'avais dans mon porte-feuilles était démagnétisée. En plus du fait qu'une machine sur deux n'a plus de fentes (pour mettre en place le système navigo, un truc pervers qui, comme d79828822a91ef73e2020f7eec87d666.jpgmonéo, sert surtout à écarter les sdf...) il m'a fallu affronter une employée aimable et éclairée (:-) qui m'a rappelée la grand-mère Tartine de mon enfance.

Ensuite, le film annoncé en VO sur l'Officiel (Le merveilleux magasin de monsieur Magorium) est passé en VF. 76ba44d86542e391b5ca85201cd27f68.jpgD'où l'impression de mièvrerie et de platitude qui en a découlé. J'ai d'abord culpabilisé (on ne se refait pas !) et ai cru que j'avais mal lu. Mais une coupure intempestive avec rallumage brutal de la lumière m'a permis de vérifier. Un japonais qui avait dû choisir cette séance pour la VO aussi s'est réveillé en sursaut, et est sorti de la salle sans s'apercevoir qu'il n'y avait pas eu de fin au film... Le mec de la caisse m'a expliqué que le cinéma passait la VF cette semaine parce que les vacances "approchaient". Je lui ai répondu que les miennes, de vacances, étaient là, et que je payais le train exprès pour venir à Paris voir ce genre de film en VO. Mais il ne m'a proposé aucun bon d'achat pour le lendemain !

L'après-midi une bloggeuse que je ne nommerai pas pour ne pas lui filer la honte, n'est pas venue au rendez-vous ! Bon, heureusement le café où je l'attendais était sympa, et j'avais un bon bouquin. Au bout de trois quart d'heure je suis allée au cybercafé en face lui dire que j'abandonnais, et je suis partie voir l'expo Soutine (qui fera l'objet d'une autre note, ou vous allez vous endormir...).8b1c3e4a94a74401999642a25c9bba41.jpg

 Photo: Avant le film : Apercevez-vous le japonais qui s'assoupit ?

Le reste de la journée (pensant sans doute que j'avais assez donné) a été sympa avec moi. Le repas du soir a été une réussite. Ma jeune copine A. a été ravie. Et j'espère qu'elle se décidera à créer son blog. A, si tu me lis, à bientôt !

Edit : 12.05 : Sur cette photo je crois qu'on voit mieux le japonais, et en plus, l'horrible pub coca que Pascale adore, et qu'emy n'a pas vue.9fe6073f62d4acf022efb280e8b5085f.jpg C'est un peu sombre, mais en agrandissant, je crois qu'on voit.

lundi, 04 février 2008

Ca fait Boum !

20 heures. Un bruit énorme. Une peur qui me soulève le diaphragme, fait monter l'adrénaline, je cours dans le couloir pensant trouver ADMV en sang sous une armoire, mais non, elle descend en courant l'escalier, dans le même état que moi... On se regarde. On se dit :"C'était dehors". On sort. Et là on dirait que Godzilla a marché sur mes travaux. L'échafaudage est vautré dans la descente de garage. Il a cassé tout mon mur de ma rue qui datait d'au moins 1932. Bref, c'est la cata. La Mamie d'en face sort complètement paniquée. Et là, comme je vous l'ai dit ce matin, j'ai pensé à La Maison du Bonheur de Dany Boon.  Je vais arrêter de garer ma voiture devant chez moi, parce que sinon, la prochaine fois, ils me font ça :

4c2769ec0cd1e91d5c52a9e2c2fb844e.jpg
Y'z'ont dit qu'y'z'allaient tout réparer. C'est leur meilleure équipe !

mardi, 08 janvier 2008

Rentrée torride

On n'a pas pu échapper aux léchouilles ! bb7e1fe2205fe35026bb48f30bec0ba2.jpgEt pourtant je ne suis arrivée que dix minutes avant la sonnerie exprès et ai vite entamé une discussion sur l'évaluation des stagiaires avec C. à qui j'aurais bien fait la bise finalement, car elle est plutôt sympa, mais je ne voulais pas donner le mauvais exemple. Pour le reste j'ai dit bonne année à la cantonade (tout le monde lui souhaite toujours plein de trucs à celle-ci !), et j'ai cru être sauvée, mais c'était compter sans A. le prof de bio en blouse blanche, qui lui, ne m'a pas laissé le choix, smack ! smack !, alors qu'on ne se voit quasiment jamais le reste de l'année. A croire que nos collègues en blouse blanche, dont certains croient que cela ajoute à leur charme comme d'autres le croient de l'uniforme, alors que personnellement au mieux, ça me rappelle l'hosto et la chirurgie, au pire le boucher de mon quartier, à croire donc, qu'ils viennent en salle des profs uniquement à la rentrée de noël pour avoir une chance de faire la bise aux nanas et de chiper quelques chocolats que d'aucuns auront eu la bonté d'apporter. (Entre parenthèses, ce matin, j'ai apporté un ballotin de chocolats belges, et j'ai vu que ça me faisait gagner des échelons dans l'estime de certains...) Pour en revenir aux profs en blouse blanche, en général ils restent plutôt planqués dans le bâtiment des labos, où ils ont leur frigo perso, et se font des fêtes sans nous inviter. Donc j'ai fait une bise, et ensuite, c'est un peu comme la grippe aviaire, la contagion gagne, et il m'a fallu en embrasser au moins 5 ! Heureusement qu'on a peu de collègues mâles, car ils semblent penser qu'on ne peut pas se souhaiter des gentilles choses sans humecter de ses lèvres la joue de sa voisine... Une consolation et un soulagement, notre agent de la STASI permanent en salle des profs n'a pas fait de tentative d'approche. Il a juste réussi à interrompre une conversation avec L. qui est non seulement une collègue, mais aussi une amie. Tout ça pour me parler du mariage de Naboléon. Comme quoi les agents doubles n'ont pas toujours une conversation doublement intéressante et intelligente. J'ai réussi à le moucher et à m'éclipser sans vomir, tout est bien qui finit bien.

jeudi, 20 décembre 2007

Lavage de cerveau... again.

Les journalistes annoncent quelque chose qui pourrait être une vérité. Ils martèlent l'idée, sans en apporter aucune preuve. Puis, au bout de quelques jours prétendent que cette idée vient de nous. En ce moment, et depuis deux jours ça s'intensifie, c'est "les syndicats ne sont pas représentatifs." Seule preuve avancée, le petit nombre de cotisations.

Avec un tel raisonnement, je me demande si l'on peut dire que les partis politiques, et du coup les élus, sont représentatifs de quoi que ce soit. J'entends pourtant régulièrement aussi le raisonnement suivant :" Il a été élu par 53 % des français, alors maintenant, hein, on n'a rien à dire !" Et combien parmi ces votants avaient leur carte à L'Ü-aime-pet ?

Dans mon lycée il y a 16 % de syndiqués  au SNES, plus quelques autres éparpillés dans d'autres formations comme le SGEN, FO, le SNALC. En tout on atteint bien les 20 %. Les élus politiques peuvent-ils se targuer d'une telle représentativité ?

Que les français ne jugent plus utile de voter, de militer, ou de payer pour leurs idées, ça c'est sûrement vrai. Mais l'idée de la non-représentativité, c'est seulement pour légitimer la suppression à venir du droit syndical, comme ils ont supprimé les 35 heures, le droit de grève. Un peu de propagande dans les media, avant et pendant, et les gens sont contents et digèrent bien. Pourquoi se priver ?

0ed070853b2f9c03e32d937bd5286c56.gif

samedi, 20 octobre 2007

APPRENEZ LEUR LE CINEMA !

Un jour sur terre. C’est un très beau film, avec des vues merveilleuses de la nature, des vues et des points de vue souvent inédits, et un message didactique, mais pas lourdingue, en tous cas tout le long du film. A la fin, le but du réalisateur est énoncé clairement : aider à une prise de conscience du public, lui donner envie d’agir à la mesure de ses possibilités, l’inciter à s’informer.

J’aurais pu être totalement ravie, mais à certains moments, « Un jour sur la terre » est devenu « Un jour en enfer ! » Ce film ne passait pas dans mon cinéma arts et essai favori, mais uniquement dans la grande surface du cinéma. Un samedi soir à 18 heures.

 

 Parents, je n’ai rien contre le fait que vous sensibilisiez vos enfants à l’écologie, mais dans ce cas pourquoi leur faire bouffer des pop-corn génétiquement modifiés pendant toute la séance ? Je comprends que vous ayez envie qu’ils comprennent ce film qui ne leur est pas particulièrement adressé, mais pourquoi n’attendez-vous pas noël pour leur offrir le DVD, et pouvoir répondre aux questions et aux bavardages incessants de ces schtroumpfs qui ne comprennent bien évidemment pas pourquoi les fleurs et les champignons poussent à toute vitesse (je me suis d’ailleurs étonnée que ces scènes soient là, telles une pub pour les films kodak, au milieu de prises de vue superbes !), qui rigolent dès qu’ils voient un bébé ours, un singe ou un oiseau qui saute, qui se lèvent et agitent les bras en tous sens, et qui ne savent pas que le cinéma, c’est autre chose que la salle de séjour. Avant de partir au cinéma, dites-leur que la salle sera pleine de gens pour qui une place de cinéma coûte de l’argent et qui espèrent pouvoir entendre la bande son. Et s’ils ne savent pas se discipliner, faites au moins l’effort de leur dire de se taire. Montrez que vous avez un minimum d’éducation et quittez la salle, cette fois-ci ils seront frustrés, mais la prochaine fois, au moins, ils se tairont !

4ab6d4088621053609e4ecc797bdceba.jpg

Il me reste deux places sur ma carte… Je crois que je les offrirai à quelqu’un qui a envie de voir le film con dont je ne me souviens plus du titre, mais qui est en revanche le dernier film de celui qui a fait « 40 ans et toujours puceau » !!! Tout, plutôt que de retourner dans ce qui ressemble plus à un parc d’attractions bas de gamme qu’à un cinéma et où l’on passe à l’entracte le clip servile sur la mort de Guy Mocquet ! Quitte à faire un clip, pourquoi c’est pas du rap, puisque la vedette est un chanteur ?

mercredi, 03 octobre 2007

RANDO D'ED

Il est huit heures, Ed s'est lavé les cheveux, a trouvé un beau tee-shirt orange qui va bien avec son jean, et relit pour la dernière fois sa lettre, histoire de voir dans quel Ioufme elle est convoquée (y'en a 2 !). Nom d'un cheval qui tousse, y fallait confirmer sa présence !!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Dans tous les autres stages, c'est le contraire, on appelle que si on n'y va pas. Bon, elle part, prête à se confondre en excuses. 25 minutes plus tard, arrivée là-bas, elle se faufile en ayant envie que d'une douche, au milieu de ce qui lui impose plutôt un bain de  foule ! C'est la galère pour entrer dans l'amphi. Au moins une centaine de personnes sur les 230 n'ont pas confirmé...

Côté positif de la situation : Ed a eu le temps d'aller faire pipi, et de prendre une bouteille d'eau sur la table sympa prévue à cet effet, et où se trouve aussi du café, du jus de fruits, la classe ! Le contenu du "séminaire" (si, si, c'est comme ça que ça s'appelle !) vous l'aurez plus tard. Le croustillant de la journée, c'est le retour. A 500 m de l'Ioufme, Ed a senti les pédales coincer sous ses sabots, elle a retourné son vélo pour remettre la chaîne comme elle sait hyper bien le faire, mais là, cata, le dérailleur était pété, niqué, bousillé, au choix ! N'écoutant que son courage de bourrin, elle est partie à pied en poussant son vélo au bord de la route, avec le koink-koink du dérailleur qui raccrochait la roue à chaque rayon, et elle a atteint une cabine téléphonique, 500 mètres plus loin. Un pote comme on en fait plus est venue la chercher, et le vélo en vrac est chez le réparateur jusqu'à mercredi prochain...

Moralité : Heureusement que c'est pas arrivé dimanche. Y'a pas de cabine le long du cours d'eau où Ed et ADMV étaient en balade, et le sauveur n'aurait peut-être pas été là.

La solution à envisager :

c3c0d3fd07151d620b226f138222feed.jpg

dimanche, 23 septembre 2007

Evolution

Avant on avait de jolies boîtes aux lettres, que les étrangers percevaient comme un truc bien de chez nous, un peu comme les bus rouges à deux étages en Angleterre.

7bf5a63c8ebcc45cf0391fe5e1568ca4.jpg

Un jour on nous les a modernisées. Mais, ça restait le même jaune, on se sentait chez nous, on se disait, ok, c'est un peu plus moderne, en plus ça empêche la pluie de mouiller nos lettres, on voit l'intérêt de changer.

490933c65e862ec3a7b2c98267aadb04.jpg

Et récemment, on a vu apparaître des trucs très moches, qu'on dirait des boîtes allemandes. On se dit, ah oui, c'est vrai, on est européen, débarrassons-nous de ce qui fait notre culture au quotidien.

8c18bd78f28fb16d8d0069db5077f94b.jpg

Et on trouve ça très con. Parce que c'est moche, parce que ça coûte cher, parce que ce changement ne sert à rien, n'apporte rien. Sauf peut-être des questions existentielles. Je suis allée avec ADMV il y a dix minutes poster des lettres assez urgentes (genre factures diverses) et alors que je la regardais avec émotion dans mon rétroviseur se charger des précieuses missives, je l'ai vue longuement hésiter.

A gauche c'était écrit : Toutes destinations. A droite : Autres départements.

Depuis qu'on a entamé la privatisation de la Poste, c'est vachement mieux, hein !

mardi, 11 septembre 2007

J'avais une bonne idée de note...

Mais j'ai dû la perdre en me mouchant !

3d6b15e5eaa250b0c093a2cf768af0a9.gif
Du coup je ne suis pas sûre d'avoir été convaincante non plus ce matin. Mais j'ai eu assez d'autorité pour tuer dans l'oeuf l'envie de ne rien faire et d'y entraîner le reste de la classe d'un de mes élèves de seconde. (Phrase alambiquée que seule la prise de paracétamol 1000 et de sirop à l'eucalyptus peut rendre compréhensible !)
Tout cela pour dire que hier soir après avoir eu 37 personnes devant moi de 16 h à 17 h (35 élèves, dont mon petit élève en fauteuil, son auxiliaire de vie, et mon stagiaire) dans l'atmosphère moite et surchauffée d'une salle où trois heures d'affilée 35 cerveaux d'élèves se sont mis au boulot, je me suis dit : "Si ça continue, faudra que ça cesse". Et ce matin, j'ai agi : déplacement immédiat, punition. Et cela a cessé. Et même l'heure suivante selon les dires d'une collègue qui s'était demandé quel miracle avait eu lieu dans la nuit pour rendre la classe si calme et attentive.
Pas de miracle, seulement Ed, qui râle ! (quand elle n'éternue pas.)
233b74f8fc1393db1528e48e19d8e29b.jpg

samedi, 25 août 2007

HONTEUX

Une lettre est arrivée, adressée à mon pôpa... qu'est mort depuis exactement dix ans. Etonnant que le paradis (oui, parce que si ça existe, c'est sûr qu'il y est !) n'ait pas averti l'expéditeur ! En effet c'était signé Monsieur Vingt-Trois (je n'invente rien), plus exactement "Monseigneur", car il ne se mouche pas du pied, et il demandait du fric pour une chaîne de télé catholique qui s'appelle "Kto" !!! (C'est aussi ridicule que si le Parti Communiste créait une chaîne intitulée "Télé Coco"...), mais eux, ils ne reculent devant rien, les Catholiques, surtout pas devant la pratique immonde qui consiste à utiliser des mailings adressés à des gens âgés de 80 ans et plus (oui, mon pôpa aurait 80 berges.) pour les convaincre plus facilement de verser leurs économies pour faire vivre leur télé ! Car perso, âgée de 49 ans, bizarrement, je n'ai rien reçu...

L'argument massue de ce courrier, était que l'on peut déduire 66 % de ce qu'on donne de notre déclaration de revenus ! Comme si c'était une oeuvre d'intérêt public... Ca aussi ça m'a mis les nerfs en pelote. J'ai pensé à Max qui regarde toujours TF1. Je me suis demandé s'il pouvait aussi déduire quelque chose s'il leur donne du fric ??? Je ne vois pas la différence entre Télé Catho et Télé beauf.

453d3e5fc63f7abd0edd07c70cda1456.jpg

Apparemment, ça coûte un max, de rencontrer Dieu !

J'ai répondu au questionnaire joint en leur disant bien ma façon de penser, et j'ai mis le plus de papier possible dans l'enveloppe T pour qu'ils payent un supplément, et pour finir, j'ai mis un mot sur la carte de l'expéditeur : Bises, Madame Vingt-Deux.

samedi, 28 juillet 2007

Trop-plein d'émotion

En rentrant hier soir j’ai entendu un glouglou. Le glouglou peut être sympathique lorsqu’il émane d’une bouteille, mais là, c’était sous la plaque de fonte dans la cour devant la maison, et en soulevant le petit rond du milieu, force fut de constater, que de l’eau giclait avec enthousiasme. Alors j’ai trouvé un gros outil à la cave et on a soulevé la grosse plaque de fonte, pour constater à notre grand soulagement que la fuite était avant mon compteur, et donc que la prochaine facture ne nécessiterait pas un emprunt.

 

N’écoutant que mon sens éco-citoyen, j’appelle le n° d’intervention 24h/24h. « Allo, je suis Madame Quiparle Ed, et y’a une grosse fuite chez moi. Pouvez-vous intervenir ? »

« Oui, euh, demain 14 h. Mais avant vous pouvez fermer le robinet au fond du regard. »

 

Plus facile à dire qu’à faire, le regard a au moins 1.50 m de profondeur, rien pour y descendre. Je peux encore prendre le risque de sauter si je mets des bottes, le fond était rempli d’eau, mais comment je remonte, moi, après dans la nuit noire ????

 

Donc, je n’ai pas fermé le robinet. Et j’ai rappelé ce matin. Un petit mec jeune, souple, est venu dès ce matin (ben oui, la facture, c’était pour leur pomme !) et a réparé, changé le robinet. Pour info la même fuite avait été réparée par le même service il y a sept ou huit ans.

693b82fd6e27b155e1d7b7d621a541b1.jpg

 

C'est fou comme ces soucis matériels peuvent me faire monter l'adrénaline, et ça m'arrive toujours la veille du jour où je pars en vacances...

 

11:26 Publié dans Agacements | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : super la vie, eau, fuite

jeudi, 26 juillet 2007

Cépakomssakondi !

Les journalistes français n’aiment pas quand il se passe quelque chose en Angleterre ailleurs que dans la capitale. Déjà « London », ils n’y arrivent pas… Ils préfèrent dire « Londres ». C’est vrai que « Lonedone », c’est vachement dur à prononcer.

Alors, là, imaginez le stress. Les inondations du siècle ont lieu à Gloucester !

Les chefs de rédacs de toutes les radios et TV sont sur le pied de guerre. « Attention coco, prononce pas trop à l’anglaise ! Ou bien la ménagère de moins de 50 ans ne va rien comprendre. Mais surtout ne dis pas « Glouceusteure » ou l’intello de plus de 60 ans va nous inonder de courriers et de mails… »

Du coup, on a eu droit à « Glousteure » et « Glahousteure ».

 

e3bba5f6f9facc78934dd4ffeb50b9c7.jpg
Ca ne devrait pas être au programme de lecture des écoles de journalisme...