Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 01 janvier 2015

Le caméléon n'a la couleur du caméléon que lorsqu'il est posé sur un autre caméléon. *

C'est toujours difficile ce passage d'une année à l'autre, où la tradition veut que l'on adresse nos vœux de bonheur à ceux qu'on aime. Pour certains l'année qui vient de se terminer a été marquée par des événements douloureux et tristes, pour chacun d'ailleurs il me semble que le 100 % bonheur n'existe pas. J'ai donc du mal cette année à formuler des vœux  quand je sais qu'au moins l'une d'entre vous doit voir ces douze mois à venir comme un vide énorme, qu'une autre se bat contre une maladie de merde et que sûrement d'autres, sans le dire, vivent des trucs totalement injustes. Je vais me contenter, avec un peu de sourire et de couleurs de vous faire partager quelques moments réussis de 2014. Il y en a même eu encore plus que ça, mais retrouver les photos quand on en a besoin est un vrai casse-tête, vous en avez sans doute fait l'expérience.

 

Tout ce que je souhaite en fait, est que vous ayez encore envie de venir pointer votre souris par ici, de commenter avec humour, et que cela égaye un peu les moments difficiles que vous rencontrez.

* François Cavanna

dimanche, 21 décembre 2014

AVANT NOËL, LA PAUSE

Un grand moment ! je suis en vacances.

Vendredi soir je me suis endormie à 22 h 30 et me suis réveillée à 9 h 13. Conclusion : les six heures journalières de sommeil sont sans doute insuffisantes. D'autant plus qu'elles ne sont souvent que 5 ou 5 et demie.

Vendredi était une journée active au lycée. Le matin, j'ai fini les séquences commencées, par des séances d'enregistrement d'élèves de seconde, ce qui est toujours fun grâce aux divers dysonctionnements des salles informatiques, et par le passage d'une vidéo sur Antony Gormley, un artiste britannique que j'apprécie beaucoup et sur lequel mes élèves 

d'Arts appliqués ont eu pas mal de choses à dire. L'après-midi, c'était un grand jour pour mon jeune collègue qui pour la première fois mettait en scène ses élèves de la section internationale.

 

Auparavant une collègue qui est maintenant en retraite avait fait de même pendant plus de 20 ans, et en tant qu'ancien élève de la section lui-même, la pression était grande. Il s'en est sorti royalement. Son adaptation de Pride and Prejudice a eu un grand succès et le public, élèves issus des sections "normales" buvaient les paroles en anglais sans aucun bavardage. Et riaient au bon moment. Car oui, la pièce de noël, quelle que soit l'oeuvre adaptée, contient toujours un peu d'humour.

Ensuite, j'ai tapé et imprimé en salle des profs les plannings de mes épreuves orales pour cette année scolaire. Il y en a 5 sessions en tout, et il faut jongler pour les placer avec un tas d'autres dates impératives comme la journée portes ouvertes, le bac blanc, les voyages, le concours général, etc.

A 16 h j'étais invitée à un pot de noël par mes terminales, et c'était très sympa. Puis, vers 17 h 30, je suis enfin rentrée à la maison où ADMV m'attendait. Oui, pour des raisons dont j'ai parlé plus tôt dans une autre note, elle est à la maison tout le temps, et ce nouveau fonctionnement au quotidien nous va très bien. La rentrée de janvier va être dure pour l'une comme pour l'autre, et pour le chat aussi qui a trouvé quelqu'un qui, enfin, vit à son rythme.

2014-12-14 09.57.48.jpg

 

 

samedi, 08 novembre 2014

Onze novembre ou pas 11 novembre, j'en ai rien à foutre, moi je ferme pour le défilé! Vous boirez le 12! *

Envie de repasser plus souvent sur mon blog. C'est bon signe. Ma peinture poursuit son oeuvre. J'ai l'impression que c'est plus elle qui décide de son évolution que moi. Après les raisins, la pomme. 

2014-11-04 18.37.05.jpg

Je reviens de Paris, un aller-retour pour aller chercher ADMV à qui on a cassé les pieds, au sens propre du terme, puisque pour qu'elle puisse mettre la centaine de chaussures qu'elle s'est achetée en un an sans souffrir, on lui a cassé deux os du pied gauche, puis redressé les morceaux en lui attachant avec des agrafes et des vis. C'est super joli à la radio.

Nous voici réinstallées à la maison, avec pour elle la satisfaction d'avoir comme consigne de ne rien faire du tout, sauf regarder des séries en anglais allongée, et pour moi de l'avoir à la maison non stop jusqu'au 1er janvier. 

Dimanche, c'est à dire demain, je vais avoir une pensée particulière pour mes amis allemands car c'est le 25ème anniversaire de la chute du Mur, et en plus les 90 ans du père de Günther. La bière, le Sekt et le vin vont couler à flots !!!

 

* Brève de comptoir, Gourio.

lundi, 03 novembre 2014

Vacances, j'oublie tout*

Les vacances sont finies. J'ai fait tant de choses que j'ai l'impression qu'elles ont duré un mois. Quand je vous dis que je suis positive, cette année !

J'ai visité le musée de Vic sur Seille avec Pascale et mangé des moules en Lorraine. Puis, j'ai mangé du caramel au beurre salé (faut suivre la c-box, non mais !) et des langoustines à Saint-Malo.

J'ai joué au composio et grimpé plein d'escaliers au Mont-Saint-Michel, dans Saint-Malo Intramuros et chez moi pour débarrasser le placard du rez-de-chaussée parce que les électriciens font plein de trous dans mes murs. J'ai marché aussi dans Maville, bref, ma cheville crie au secours. D'autant plus qu'elle a souffert ce matin pour prouver à ma nouvelle kiné qui est rentré de son congé de maternité qu'elle savait bien faire ses exercices. (je parle toujours de ma cheville. Elle est tellement enflée parfois et douloureuse, que je me demande si elle est bien à moi.)

A Saint-Malo, c'était la semaine avant le départ de la Route du Rhum, on devait être les seules à ne pas le savoir avant d'arriver là-bas. Ce qui est bien, c'est que comme tous ces fadas sont au port à regarder des bateaux et les riches qui sont dedans, au milieu des publicités affreuses, les endroits d'habitude touristiques sont plutôt calmes, pas surpeuplés, et qu'un pub irlandais où l'on peut boire un coup tranquille, ça n'a pas de prix. C'est bien joli par là. Les copines qui s'y sont installées n'ont pas eu tort.

Pour finir, j'ai plongé deux heures et demie ma tête dans mon boulot, et ça valait la peine, aujourd'hui, ça a roulé comme jamais. Tout était au point. Comme quoi, on finit par maîtriser !

Demain, je rends des copies, je dissèque le clip de "Video killed the radio star", je fais un peu de traduction, même si ce n'est pas dans les instructions "ô" ficielles, et je vidéote sur l'urbanisme à Londres. Elle est pas belle ma vie ?!

Je vais aussi à mon cours de peinture qui est mon sport favori depuis 4 ans.

* Elégance

2014-10-27 12.20.16.jpg

dimanche, 21 septembre 2014

Si ce n'est le ciné, y a rien à faire aujourd'hui !

Il y a quelques jours j'ai reçu une superbe carte ! 

 

numérisation0002.jpg

 

Elle est arrivée droit de Normandie, où, n'en déplaise à Zapette, ils ont plus de goût et d'humour pour les cartes postales qu'en Vendée!

L'automne est arrivé ce matin, sans prévenir. Du coup, je vais au ciné tout à l'heure, voir Pride, un film anglais qui parle des mineurs grévistes du temps de l'horrible Thatcher, et des gays et lesbiennes qui les ont aidés, montrant apparemment que la solidarité peut faire décroître les préjugés. 

Je vous dirai ce que j'en ai pensé, mais on a déjà décidé d'emmener tous nos élèves de terminale voir ce film. Déjà dans l'équipe, pour la première fois, il y a eu quelques hésitations, des avis "mitigés"... Vu qu'aucune classe n'aura cours, ce sont tous les profs qui ont les terms ce jour là qui accompagneront. J'imagine déjà toutes les conneries que je vais entendre. Je me blinde.

 

 

 

mardi, 19 août 2014

En Allemagne, la bière c'est considéré comme un légume. *

Nous sommes parties une semaine en Allemagne et grâce à la barrière de la langue (il n'y a plus de mur, mais il y a quand même encore ça.) nous avons pu nous préserver des informations. Parfois j'entendais des mots comme "Irak" "Obama" "Merkel", mais rien des détails. La clé du repos a sans doute été ça. Car sinon nous étions parties chacune avec nos maux de dos, tendinite de la cheville gauche et entorse de la droite, respectifs. Mais l'accueil a été si chaleureux, disponible, qu'on les a oubliés (les maux décrits dans la phrase précédente.) 

Chaleureux, ça s'adapte très bien ici, (si, si, Pascale !) car non seulement il a fait très beau (climat continental, révisez vos cours d'école primaire et de 6ème) mais aussi on a visité de chouettes coins que la chute du mur a permis de rénover, grâce à l'UNESCO aussi, et nous, on a été dorlotées, gâtées, à défaut d'être remises en état complètement. 

2014-08-09 13.55.42.jpg

 

2014-08-10 18.51.09.jpg

 

2014-08-12 13.47.14.jpg

Au retour, côté temps, c'est moyen, et nous nous sommes mises au régime, car en plus des cadeaux avec lesquels nous sommes rentrées, nous avons rapportées également quelques kilos superflus. Hier j'ai fait les courses en prenant le temps de lire les étiquettes, vu que je suis en vacances, mais les lipides et les glucides n'ont plus aucun secret pour moi.

Pourquoi étions nous en Allemagne ? pour fêter le quarantenaire de notre amitié, de notre rencontre dans une auberge de jeunesse d'Erfurt, et du début de notre correspondance assidue et surveillée par la STASI, comme mon amie allemande a pu le constater en demandant son dossier perso... (aujourd'hui, Google et les autres ont remplacé la STASI et tout le monde s'en fout).

(pour avoir un résumé des épisodes précédents, lire ici : 

http://whatamistilldoinghere.hautetfort.com/archive/2009/11/08/0e4e3946833bc3702d78468c55bee7e8.html#more

 

*Brève de Comptoir, de Jean-Marie Gourio

 

mardi, 15 juillet 2014

She has read too many books and it has addled her brain. *

Les vacances ont vraiment commencé par ça:

2014-07-13 23.51.37.jpg

Puis il va falloir que je me remette à l'allemand.

Et j'ai pas mal de livres à lire.

Pas besoin de passeport cette année, tout va se passer en France ou en Europe.

* Louisa May Alcott

(Quand je pense que je dévorais ses livres quand j'étais petite !)

samedi, 14 juin 2014

Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal. *

Pour l'educnat, ça sent la fin de l'année, mais pour beaucoup d'autres gens aussi. Les rues commencent à se vider, et tant mieux, car les travaux commencent aussi, et cela ne va arranger ni la circulation, ni le stationnement. La fin de l'année pour un enseignant, ça veut dire "ranger, trier". Trier ce qui reste dans le cartable, ranger son bureau, vider son casier, ranger et trier ce qui doit être gardé ou non pour l'année prochaine.

L'école maternelle proche de chez moi s'y est mise aussi. Il était temps. En effet, ce matin, dépassait de leur poubelle..... un sapin de Noël ! 

Cette année le soleil est là pour nous donner du courage. Du courage pour aller surveiller le bac, pour cueillir les cerises, pour corriger les copies de bac (bientôt), pour inviter les amis (qu'on n'a pas vu depuis le nouvel an... ). Ce soir ce sera sur la terrasse, apéro prolongé, pour lequel j'ai inventé une recette de tarte à la carotte. En inventant, j'ai pensé à Hervé, qui créait en cuisine, des chefs-d’œuvres. 

 

2014-06-14 18.00.13 - Copie.jpg

 

 * Robert Sheckley

 

mercredi, 11 juin 2014

ON S’ÉTAIT CONNU GRÂCE AUX BLOGS

Pas de note depuis...

Mais comment écrire après avoir perdu un ami. Un ami que je connaissais depuis 8 ans. 8 ans, ça peut paraître peu, mais quand on se comprend tout de suite, et que l'on prend conscience de la fragilité de la vie, c'est beaucoup. Parce qu'en 8 ans, on a, malgré les kilomètres fait tant de choses ensemble que je me rappellerai toujours : Rigolé, marché dans Paris, goûté des bons vins, goûté ses petits plats, si subtils et nouveaux à chaque rencontre, joué, à un tas de choses (composio, time's up, taboo, cékoidon, et tous les petits jeux cons que je publiais sur mon blog en sachant qu'il chercherait). On a parlé de choses futiles comme de choses sérieuses. Il adorait Venise, mais je suis contente qu'il soit allé en Angleterre et qu'il ait aimé. C'est important que mes amis comprennent ce que j'aime en Angleterre. Et puis une saloperie de maladie l'a attaqué vicieusement il y a 4 ans. Il s'est battu, a tout accepté des traitements inhumains qu'on lui a proposés, des conditions d'hospitalisation pas toujours au top. Je ne l'ai jamais entendu se plaindre. Quand on se voyait, il était le premier à profiter du moment, à nous prouver que la vie, il faut la mordre, ne pas la perdre à se morfondre et à entretenir la rancœur. Il n'a jamais fait allusion ici à sa maladie, moi non plus. Et je ne pensais pas écrire une note. Mais Pascale, pour qui il était et est tout, a été très forte, pendant ces quatre ans, et hier. Alors je leur dois cette note, je dois faire l'effort de trouver les mots pour dire à quel point je suis triste d'avoir perdu mon ami. Mes prochaines notes ne seront pas tristes. Je n'oublierai pas Hervé, bien au contraire, mais chaque moment de la vie que j'apprécierai sera comme un hommage. Je râlerai encore quelques fois quand même contre les politiques véreux, car il aimait ça chez moi, ce côté caneton enchaîné déchaîné qui ne rate pas une manif. Et Peut-être qu'un jour... Chirac (ou mieux Sharko) finira en prison !

 

DSC05727.JPG

 

vendredi, 09 mai 2014

Le seul moyen de lutte qui nous reste, pour refuser l'arbitraire et la barbarie, est de ne pas renoncer à notre éducation.

Le 8 mai, on ne travaille pas, mais alors, le 9, on se rattrape !

Deux heures de cours, deux heures de réunion et trois heures de classement de dossiers pour le recrutement en post-bac, alors que d'habitude le vendredi après-midi, je ne travaille pas. Bon, on peut voir le côté positif des choses, du coup ADMV a eu un vrai jour de vacances.

J'ai pas mal de soucis en ce moment, dont certains purement matériels, mais quand j'écoute ou lis les infos, je me dis que quand même la situation est pire ailleurs. Certains titres me révoltent carrément. J'ai entendu un journaliste expliquer froidement sur je ne sais plus quelle radio que les filles enlevées au Nigéria avaient été déjà pour certaines "partagées" par les ravisseurs qui les avaient sûrement déjà violées, et que pour les autres elles attendent dans une forêt immense où l'on ne pourra pas les retrouver, d'être vendues et envoyées à l'étranger pour alimenter des réseaux de prostitution. Vous les croiserez sûrement à Paris dans quelques semaines a-t-il ajouté. 

J'ai quand même signé des pétitions. C'est tout ce que je peux faire. Et vous donner lien pour faire pareil.

http://www.change.org/fr/p%C3%A9titions/plus-de-200-jeune...

* Yasmina Khadra

 

dimanche, 20 avril 2014

Celui qui doit être pendu à Pâques trouve le carême bien court.*

Un beau dimanche, alors que les media n'arrêtent pas de nous dire qu'il va faire moche. Pas de chocolat dehors, mais quand même deux petits lapins emballés de papier doré sur ma table de cuisine. Notre dessert est donc prêt !

Enfin en vacances ! Fin de demi-trimestre (oui, le troisième est commencé depuis un moment dans notre lycée) plutôt agréable, puisque nous avons assisté à la pièce traditionnelle en anglais de la section internationale. Un peu de tristesse aussi, car c'est la dernière que nous verrons. (il y en a eu environ 80 depuis que je suis dans ce lycée). Mais la collègue qui les met en scène avec beaucoup d'humour et de génie, prend sa retraite en juin. Je l'envie, mais elle va me manquer (et pas seulement pour ses pièces !)

Demain, avec ADMV, nous partons en Alsace. La marche en forêt, les dégustations de vins locaux, la confiture de baies d'églantier, le kugelhopf, les paysages verts, les villages fleuris, le château du Haut-Koenigsbourg, autant de choses que je connais déjà, mais que je vais retrouver avec grand plaisir, car c'est là que je passais toutes mes vacances de Pâques enfant. J'ai l'impression de me rappeler de toutes les balades par coeur. 

Hier soir un message téléphonique, voix féminine, me disait que mes papiers avaient été trouvés devant une église et qu'on pouvait me les envoyer par la poste ou que je pouvais passer les chercher. J'ai rappelé, choisi la deuxième solution et ai trouvé une dame très sympa, dans un quartier de HLM où je ne vais pas souvent, qui m'a rendu mes papiers et que j'ai remerciée d'un sachet d'oeufs en chocolat que j'avais acheté l'après-midi. Cela ne va pas me faire me convertir, mais cela m'a mis du baume au coeur. 

Moralité : faites gaffe en sortant votre portable de votre sac, il n'y aura pas toujours une meuf sympa et honnête pour vous rendre vos papiers !

 *Proverbe Basque.

samedi, 12 avril 2014

Il n’y a qu’une réussite : pouvoir vivre comme on l’entend.*

Hier, j'ai été frappée du blues du prof. Une semaine fatigante, mais riche en émotions. Une classe de Terminale se montrant sous un jour parfaitement odieux et méprisant (méprisable ?). Une convocation lundi à faire passer un examen pour lequel je ne suis absolument pas compétente, mais qui m'a fait passer trois heures à essayer de trouver des sujets qui ne mettent pas en péril les candidats. Une classe de seconde répondant avec autant d'enthousiasme que 21 lombrics un jour de sécheresse à une séance que je pensais "fun".

L'impression bizarre de ne recevoir aucun feedback positif de la part de ceux qui devraient m'en renvoyer : mes élèves et ma hiérarchie. 

Les seuls qui m'aient montré leur reconnaissance, pas dans le sens de "gratitude", mais dans le sens "prise de conscience d'une valeur professionnelle" sont des collègues, des adultes. Notre assistant américain, qui m'a écrit une petite lettre d'au revoir, qui m'a quasiment fait pleurer d'émotion. Une collègue qui semble toujours trouver que je suis super forte en péda, alors qu'elle même est d'une énergie étonnante et stimulante dans notre équipe. Une ancienne élève, aujourd'hui prof (depuis au moins 15 ans), venue faire passer les TPE dans mon lycée, et chez qui je sens toujours l'admiration que je voyais dans ses yeux en 84 quand elle avait 13 ans et mois 26. 

Conclusion, je me sens vieille. Je n'arrive plus à "faire passer" l'émotion chez les jeunes. 

Je ne suis sûrement pas la seule. Enseigner à des ados est quelque chose qui nécessite un punch que je n'ai plus. Mon seuil de tolérance envers eux s'est réduit peu à peu, mon ouverture d'esprit sans doute aussi. Ils ne sont  pas les seuls à blâmer.

Mais pour les 6 ans qui me restent à faire (si Valls ne nous concocte pas une nouvelle réforme vicieuse), je ne me vois pas m'épuiser à changer de boulot. Il n'y a aucune ouverture possible dans l'educnat, Je vais donc essayer de résister aux baisses de moral. 

Ce matin, le soleil, ma nouvelle coupe de cheveux, une bonne nuit de sommeil, m'ont redonné la pêche. Ce soir je vais écouter un choeur dans un des hauts-lieux historique de Maville et m'en réjouis, et demain matin je crapahuterai sur 7 kilomètres dans la nature. Tout cela est revivifiant. Mon boulot, pas vraiment.

Christopher MorleyExtrait de Where the blue begins 

 

samedi, 05 avril 2014

Heureusement, il y a les weekends.

Je suis de plus en plus en retard pour publier. Stress annuel des copies de bac blanc qui s'ajoutent au boulot normal. Enfin, quand je dis "normal", j'édulcore. Cette semaine, on faisait aussi passer l'épreuve de compréhension orale, très flippante. 85 élèves dans un amphi, qui doivent garder un silence absolu pendant 20 minutes (cela devient un exploit de nos jours !) et ne pas tricher, face à 6 adultes surveillant avec bien du mal ce qui est impossible à surveiller.

DSC05974.JPG

Heureusement, j'ai mes weekends. Vendredi dernier, je suis allée à Ivry, au Forum Léo Ferré, écouter Gilbert Laffaille. Récital accompagné piano/guitare, un pur moment de bonheur et d'émotion. Amplifié par le fait d'être assise à côté de Francesca Solleville et de partager avec elle ce bonheur et cette émotion.

 

Cliquez sur chaque photo, il y a un lien. Francesca, 82 ans, qui n'a rien perdu de sa conviction et de sa force.

Aujourd'hui, journée à la campagne en bonne compagnie, après avoir cuisiné ce matin pour agrémenter l'apéro. Admirer les fleurs et la boîte à abeilles solitaires. Elles ne font pas de miel, mais pollinisent et sont très utiles. C'est un peu comme une maternité pour abeilles, et cela leur donne un lieu pour pondre et protéger leurs oeufs jusqu'à éclosion, sans se faire chasser, comme ça leur arrive quand elles utilisent les trous dans les bords de fenêtres.

 

jeudi, 27 mars 2014

Au printemps, Au printemps*

Bon, je ne vous parlerai pas de politique, j'ai pas envie de vomir.

Je ne vous parlerai pas boulot, la grande vague des examens commence, et demain j'emporte les boules quiès pour corriger pendant 4 ou 5 heures, des grilles remplies de croix et de mots, et quelques expressions écrites, (juste 70 fois environ le même traitement plat et sans s à la 3ème personne) en compagnie de 40 collègues, enfermés dans une salle moche de chez moche au rectorat.

Je ne vous parlerai pas du soleil, que tout ça m'empêche de déguster.

Mais je vous parlerai de mon vendredi soir, à Ivry, au Forum Léo Ferré, où mon ami Gilbert Laffaille chante, et où je serai en compagnie d'une copine (pas mon ADMV qui sera dans sa famille, oui, on fait pas toujours familles communes). Du coup, je dors à la capitale, enfin, en banlieue, et je rentre chez moi samedi après-midi pour finir mes copies de bac blanc. (Ah, mince, j'avais dit que je ne parlais pas de ça !

Ah, et puis mes travaux de toit, vélux, etc. sont enfin finis ! Devis signé en septembre... Dernier chèque fait hier, on n'en parle plus. Ouf. 

CADEAU :

 

Pour les moins de 40 ans, qu'auraient pu manquer ça ! (y'en a pas beaucoup ici...) C'est la première blague qui a un rapport avec ma note, mais c'est la deuxième que j'adore ! A 17 ans, je faisais ma vedette en disant le sketch par coeur.

* Jacques Brel. 

samedi, 15 mars 2014

Il importe en peinture, que le portrait ressemble au modèle, mais non pas le modèle au portrait. *

La peinture, c'est un peu comme le yoga. Pascale est d'accord avec moi, là-dessus. Cet après-midi, j'ai à nouveau fait de la peinture, avec une amie, jeune, qui a besoin qu'on s'occupe d'elle en ce moment, qui a grand besoin de penser à autre chose qu'à ses problèmes et de rechercher ses forces intérieures. Alors, je lui ai proposé deux heures et demie de peinture. Au programme : le portrait. On pose chacune pour l'autre. Après deux poses, comme elle avait plus besoin que moi de peindre, j'ai posé et elle a peint. Ce qui explique que son portrait est plus avancé que le mien. 

 

20140315_183443.jpg

20140315_200922.jpg

 

A gauche, c'est moi, à droite c'est elle. Le visage sera fait lors d'une prochaine séance. 

 

 

 

 

 

 

 

 Çà lui a fait du bien. Elle s'est remise à chanter. Et on a ri. Si vous êtes un peu déprimé, prenez une feuille épaisse, de la peinture acrylique, jouez avec les couleurs, les épaisseurs, laissez-vous aller, et vous direz, comme mon amie "J'en reviens pas que c'est moi qui ai fait ça !"

* Jean-Paul Toulet

 

samedi, 08 mars 2014

Y'en a pas souvent, mais elles sont belles et bonnes !

Voilà, c'est fini. 

Ne vous inquiétez pas pour moi, je ne parle que des vacances. Mais cette chanson a un lien avec le livre que je suis en train de lire, Heartbreak Hotel de Deborah Moggach. Un ancien acteur de 70 ans qui hérite d'un B&B qu'il transforme en hôtel pour gens qui viennent de rompre. Ça donne des portraits et des rencontres de personnages multiples dans une ambiance parfois grave, parfois drôle, voire très drôle, et c'est assez léger pour faire un roman de vacances idéal. 

Vous avez dit "2 semaines de vacances" ? Ça a passé tellement vite que j'ai du mal à vous croire. 

Le premier weekend, j'ai donc été dorlotée et remise en forme au spa. Ensuite, j'ai fait quelques trucs chiants mais nécessaires que je repoussais régulièrement depuis le début du trimestre. Puis, j'ai passé quelques heures (enfin, je dis quelques pour pas dire une multitude) à trier mes photos sur mon ordinateur, en renommant tous mes fichiers, et aussi à trier (oui, pendant les vacances, je me transforme en trieuse.) mes bijoux. En général, ils sont dans plein de boîtes, coffrets en tous genres et de toutes tailles, et je ne me rappelle jamais où j'ai mis telles boucles d'oreilles ou tel pendentif. A présent ils sont dans trois boîtes en plastique, dont les compartiments sont sûrement destinés à recevoir des punaises, clous et autres objets utilitaires de petite taille. Avec les couvercles transparents, je vois tout de suite le bijou que je cherche. Et pendant les vacances, ce sera plus rapidement caché, au cas où on serait cambriolées.

Pendant le deuxième weekend, j'ai glandouillé avec mon ADMV, on a regardé des films intellectuels (Le Grand Restaurant avec Louis de Funès) ; on est allé voir un spectacle absolument nullissime, dont je ne dirai pas plus ici de peur de perdre le bénéfice de mes vacances ; on est allées au marché ; bref, on a passé un bon weekend.

Lundi je jouais les guides touristiques avec un ami allemand qui venait à Paris avec 7 collègues de sa piscine pour 8 heures ! On a crapahuté de Montmartre à l'Arc de Triomphe, puis à la Tour Eiffel, en repassant par le Quartier Latin, Notre-Dame, le Centre Pompidou, les statues de Nicki de Saint-Phalle, et le Marais. Tout le monde était content, un peu trempé et fatigué, mais content.

 

DSC05736 - Copie.JPG

DSC05742 - Copie.JPG

 

Puis, ce fut le Hohe Punkt !!! Je suis allée chez Pascale et Mouche. Et croyez moi, ça a été un séjour de rêve. D'abord, le printemps a commencé à montre le bout de son nez. Et puis Mouche a revêtu sa toque invisible de chef 5 étoiles et m'a servi des plats divins tout au long des deux jours et demi.

 

20140303_214543 - Copie.jpg

 

 

Et avec Pascale, pas de blog, mais une après-midi peinture géniale qui a produit l'oeuvre ci-dessous que vous avez l'immense honneur de découvrir en exclusivité (ou presque. Car si ça tombe, elle va en parler chez elle.) 

 

20140305_155642 - Copie.jpg

DSC05791 - Copie.JPG

 

Puis je suis rentrée chez moi. J'ai essayé de travailler. J'ai un peu réussi, mais il me reste encore beaucoup à faire, et c'est très dur avec ce temps magnifique. Mais j'ai quand même fait des moyennes, rempli les bulletins sur l'ordi et commencé un paquet de copies que je finirai demain matin. Lundi, je devrais être opérationnelle et, comme d'habitude, je vais galérer à corriger mes 50 copies de bac blanc en même temps que le reste du boulot au lieu d'avoir profité de mes vacances pour les faire... Enfin, à vrai dire, "profiter de ses vacances" c'est antinomique avec "corriger les copies de bac blanc". Donc, tout va bien. Et comme je dis toujours, c'est pô grave !

Et comme c'est encore un peu les vacances, je vous propose un "cékoidon" !

Vous avez droit à une proposition, et à une question en oui ou non pour faire votre proposition suivante.

 

20140305_221640 - Copie.jpg

 

mardi, 25 février 2014

Je pourrais faire un bon végétarien si l’on décrétait un jour que le bacon est un légume. *

En ce moment les légumes m'inspirent. Est-ce parce que je me suis mise à acheter régulièrement un demi-panier de légumes à une association de producteurs bio ? Ou bien parce que j'ai signé la pétition soutenant ce viticulteur bourguignon poursuivi pour ne pas avoir voulu traiter ses vignes !!! 

Plus je mange les légumes, plus je les aime. 

Je leur rends hommage.

2014-02-21 16.55.03 - Copie.jpg

2014-02-21 16.55.15 - Copie.jpg

Puis je les cuisine.

Vive la vie, blog de femme, femmes, femme, légumes, cuisine, art, peinture

Et enfin, je les mange !

 *Lawrence Block

mercredi, 19 février 2014

On en apprend tous les jours.

Je souffre de plus en plus le syndrome de la page blanche. Tous les jours, je pense à un tas de trucs dont je pourrais vous parler, mais mon cerveau  n'est pas un bloc-notes, et quand je me retrouve à  mon bureau pour enfin vous parler, je ne me rappelle plus ce qui m'a fait rire ou m'a fâchée au point de me dire "tiens ! ça, j'en parlerai dans ma prochaine note."

Alors, je relis mon agenda, pour me rappeler ce que j'ai fait ces jours derniers. Je parcours rapidement les titres de yahoo en français ET en anglais, et des bribes me reviennent. Mais ça fait un peu fouillis du coup.

Cette semaine par exemple j'ai appris en lisant les copies de mes élèves que, s'il y a des conflits inter-générationnels, c'est parce que les parents et les enfants n'ont pas les mêmes "hobbits" !

A l'écoute des infos d'hier, j'ai réalisé que j'avais une voiture chinoise. Ca fait flipper.

Et ce midi, alors que la plupart des journalistes se réjouissaient avec émotion des médailles françaises aux JO d'hiver, (ben oui, c'est l'hiver, même si je vais ressortir ma pelure de printemps) des manifestants opposés à un gouvernement pro-Poutine étaient en train de se remettre de violences nocturnes, durant lesquelles un journaliste a été tué par balles, et craignaient un assaut violent (et sûrement final) de la police ukrainienne. Tout cela se passe à 20 heures de route de Sotchi, et à 24 de chez moi (Deux allers simples pour la Côte d'Azur !). J'ai entendu un manifestant dire que si les dirigeants européens voulaient intervenir, c'était "maintenant".

Je ne voudrais pas être pessimiste, mais quand on voit ce que Hollande voulait dire quand il prétendait que le changement, c'était "maintenant", on peut sans se tromper se dire qu'on va arriver trop tard.

 

mercredi, 05 février 2014

Putain : personne publique qui racole, fait des promesses, monnaie ses avantages, se fait payer d'avance et vous baise. Député : idem. *

En ce moment, les après-midi sont plus ensoleillés que les matins, au propre comme au figuré. Sauf le mardi. Le top du top ça a été samedi.

Partie le matin sous la flotte, mais ADMV m'a emmenée en voiture à la gare, je suis arrivée à Paris (avec 25 mn de retard grâce à la Seuneuceufeu) par temps sec, et à la sortie de l'exposition Brassaï à l'Hôtel de Ville, il faisait quasiment grand beau.

Vive la Vie, blog de femme, femmes, femme, féminisme, machisme, hollande n'est pas honnête.

Super timing, vu que l'après-midi je suis allée manifester en soutien aux femmes espagnoles dans les beaux quartiers de la capitale.

Vive la Vie, blog de femme, femmes, femme, féminisme, machisme, hollande n'est pas honnête.

On était bien 30 000, mais j'ai quand même rencontré deux personnes connues, et tchatché avec un tas de gens sympas, dont un mec super souriant qui tenait la banderole de l'association "Regards de Femmes" en attendant ses copines parties boire un café. S'il se reconnait en passant par ici (ben oui, pourquoi pas ?) je lui fait une grosse bise. Il y avait des personnes de tous âges, sexes, milieux sociaux, couleurs, préférences sexuelles, une belle représentation de la vraie vie, quoi. Les esprits était dynamiques, déterminés, convaincus. On a répondu comme il se doit aux insultes proférées courageusement de certains balcons du 16ème arrondissement. Plutôt fières d'être des salopes, finalement, après avoir regardé la tête de celles qui nous hurlaient dessus en secouant leurs drapeaux. On a marché trois heures et demie en contournant la Tour Eiffel, et le soir, j'étais trop fatiguée pour me faire une deuxième visite culturelle. J'ai donc vu Beaubourg, mais de l'extérieur uniquement, et je suis rentrée tranquillement par le train, à l'heure cette fois. En tout j'ai corrigé 5 copies, pas top, mais déjà pas mal. 

Déterminées, en colère et insultées, je pense que les femmes, surtout les homosexuelles présentes par solidarité samedi, le sont encore plus aujourd'hui. Voir le gouvernement revenir en arrière sur des promesses de progrès en matière de famille et de droits égaux pour tous, pour une manifestation de plus de tarés fascistes racistes réactionnaires, cela suffit à donner envie de vomir.

http://www.luipresident.fr/toutes-promesses

http://www.huffingtonpost.fr/2014/02/04/loi-famille-pma-gpa-statut-beau-parent-loi-prevoyait_n_4721467.html?utm_hp_ref=tw

* Régis Hauser (Les Murs se Marrent)

 

jeudi, 30 janvier 2014

Dieu est à la mode. Raison de plus pour le laisser aux abrutis qui la suivent.*

Je suis vachement étonnée. Je viens de me servir du moteur de recherche sur ce blog, et je m'aperçois que je ne vous ai jamais écrit ma citation préférée. "Beethoven était tellement sourd que toute sa vie il a cru qu'il faisait de la peinture."

La même personne a écrit dans un de ses derniers livres que je n'ai malheureusement pas lu : "Tout le monde ne peut pas naître orphelin, mais on le devient à force de courage, d'abnégation, de patience; ou a défaut, d'une bonne tronçonneuse." 

Il a aussi écrit des romans, best-sellers en leur temps, où il nous parlait de son enfance de rital à Paris, puis de ses amours avec Maria. Hier, il a lâché prise, après quelques années d'une maladie chiante qui l'avait obligé à arrêté d'écrire. Quand on sait que dans un de ses derniers livres il avait aussi écrit : "Tant que je pourrai écrire une ligne, je serai présent parmi les vivants.", on se dit que 90 ans, ça a dû lui paraître long.

Je l'ai connu vers mes 18/20 ans, et les vieux de sa génération, ils me faisaient vraiment marrer. (alors qu’aujourd’hui, j'ai fait de l'humour en classe, et les jeunes en face de moi, ils se demandent encore ce que j'ai bien voulu dire.) 

De toutes les photos qui traînent sur le net, je trouve que celle-ci est la plus belle. Un insolent intelligent, c'est rare de nos jours.

FRANCOIS CAVANNA.jpeg

* François Cavanna, 1994.

vendredi, 17 janvier 2014

Avec un visage aussi commun que le mien, on ne passe pas inaperçu. Deux yeux, un nez, une bouche, ça rappelle forcément toujours quelqu'un à quelqu'un. *

Cette année encore je me suis inscrite à mon cours de peinture. Mais le jour et l'heure ne sont pas idéaux. Bref, parfois je manque des cours, où je n'arrive pas à y oublier mon boulot. Mais mardi dernier, lors d'une séance de croquis préparatoire à un nouveau projet, j'en ai fait dont je suis assez contente. Nous avons dessiné dans une quasi-obscurité et la prochaine fois, ce sera idem, mais à la peinture. Cette fois je n'oublierai pas ma bougie pour m'éclairer un peu plus.

numérisation0002.jpg

* Joël Egloff

mercredi, 15 janvier 2014

Non seulement Dieu n'existe pas, mais essayez d'avoir un plombier pendant le week-end! *

Une semaine, très occupée soit, mais une semaine quand même ! Sans note, je veux dire. Au milieu, il y a eu un super weekend. Avec une terrine au foie gras et au pain d'épices et des joues de porc dont je vous parle même pas, y'a risque d'émeute tellement c'était bon !

Et puis j'ai vu mes potes Pascale et Mouche, qu'on s'était pas vus depuis le mois de mai. Si, si, Pascale, j'ai vérifié, mes photos datent du 20 mai. 

On a joué à des tas de jeux, et j'ai souvent gagné. Le truc, c'est que je ne peux pas vous parler trop du jeu parce que je ne connais pas son nom, en bref, au début on a droit à autant de mots qu'on veut pour faire deviner un mot . En seconde étape, seulement un mot, et à la fin, on mime ! Et c'est là surtout que c'est drôle. 

Depuis notre retour on a Jean-loup Chiflet dans nos toilettes et j'envoie des gifs que j'ai faits avec mon nouveau téléphone, mais c'est pas facile à envoyer ces trucs, et il ne faut surtout pas les compresser, sinon ils arrivent statiques, et un gif qui bouge pas, comme m'a dit Hervé, ben, c'est une photo !

Une belle photo de ma copine Pascale, en mode super-beauté !

2014-01-11 13.41.11.jpg

*Woody Allen

mercredi, 08 janvier 2014

J'aime le cinéma, mais pas tout.

J'ai rentabilisé mon pass comme j'ai pu. 5 films. C'est tout ce que j'ai pu voir. Peut-être un sixième demain...

Pas le Premier Soir. Eh bien, pas le deuxième et les suivants non plus ! Ca aurait pu être drôle, bien que le sujet ne brille pas par son originalité. Des filles trentenaires qui ont du mal avec leurs mecs. Mais, malgré les efforts des acteurs, au mieux quelques sourires (dans le noir, j'ai pas pu vérifier), mais de rires dans la salle, aucun.

Le Manoir Magique. J'adore le cinéma d'animation. Peut-être pas un chef-d'oeuvre, mais sympa quand même. Du suspense, de l'humour, des sentiments, un peu de frayeur, tous les ingrédients sont là et dans la salle, les marmots sont sages comme des images et rigolent.

Le Casse-Tête Chinois. Un peu comme des retrouvailles avec des potes, un surtout, Klapich. C'est pas son meilleur, mais peut-être la quarantaine n'est-elle pas la période la meilleure de sa vie ? En tout cas, j'ai vue New York USA, et rien que pour ça, j'ai aimé. Tautou reste Tautou, mais heureusement, de France reste de France. Qu'elle est belle !

La Vie Rêvée de Walter Mitty (The Secret Life of Walter Mitty). Là, je dis : vaut le détour ! Un acteur qui me plait décidément beaucoup. Une mise en scène (de l'acteur en question) intelligente et en finesse. Des images magnifiques. Et à part une musique un peu énorme qui nous rappelle que c'est un film américain, vraiment, que du bonheur ! En VO, en plus. Vraiment, là, je dis Merci Gaumont ! (c'est eux qui m'ont offert le pass quand même) Ah, et puis on revoit New York aussi.

Enfin, La Reine des Neiges. Vais-je en parler ? La bande annonce ne montre que quelques gags qui nous font croire qu'on va oublier le graphisme rappelant affreusement les mangas : gros yeux chez tous les personnages. Mais dès les premières images, on réalise que 80 % du film est chanté ! Je n'ai pas d'autre mot, à cette heure avancée de la nuit, mais chanté, ça ne correspond pas vraiment. Beuglé, sur une musique de merde. Il parait que les américains adorent. J'écouterai la BO originale par curiosité, mais vraiment, moi, je l'ai trouvé ultra-nul ce film. Et je pèse mes mots.

Demain, si j'ai le temps dans mon mercredi surbooké, j'irai voir le film sur YSL. Je ne suis pas fan des biopics, mais là au moins, c'est un personnage que je connais assez peu pour avoir besoin d'un biopic. Pas comme pour Coluche ou Gainsbourg, ou aucun acteur n'aurait pu me faire oublier "les vrais".

Voilà, c'était ma rubrique "critique ciné". Et vous qu'avez vous vu récemment ?

samedi, 07 décembre 2013

Un homme qui prive un autre homme de sa liberté est prisonnier de la haine, des préjugés et de l'étroitesse d'esprit.

Mandela.jpg

Je me suis rappelé mon premier exposé tout en anglais, en 1973, sur l'Apartheid et Nelson Mandela qui était en prison, le boycott des produits en provenance de l'Afrique du Sud en Angleterre l'année où j'étais assistante, puisque le gouvernement britannique encourageait les échanges commerciaux avec la dictature et ça m'a rappelé aussi le concert de Johnny Clegg dans Maville, en 1987 ou 8, je ne sais plus. 

Il n'a jamais baissé le poing.

 


 

 

 

lundi, 25 novembre 2013

Le moins que l'on puisse demander à une sculpture, c'est qu'elle ne bouge pas. *

En cette période de marathon des dernières copies du trimestre et des bulletins à corriger, je n'ai pas grand chose à vous raconter, à part la superbe bronchite que je me suis chopée au lycée, vu que l'intendance fait un embargo sur le chauffage. A mon avis, ils coupent le chauffage à 14 h, et les deux heures de devoir mardi de 15 h à 17 h ont eu raison de moi.

Bref, je tousse, ça empêche ADMV de dormir, mais ça ne m'empêche pas de corriger mes copies, ce qui a été mon occupation 5 heures ce weekend et 3 h 30 aujourd'hui ! Pour ne pas y prendre goût et me changer les idées, ainsi que les vôtres, je vous offre une vidéo qu'ADMV m'a fait découvrir et qui m'a enchantée. Enfin, de la poésie, dans ce monde où même la page "insolite" de Yahoo news ne m'a pas donné la moindre truc drôle à vous raconter.  

 

Il y a aussi cette magnifique vidéo que j'ai pu intégrer grâce à Pascale. Si, si, elle peut être gentille des fois !


Après une journée de boulot, ça me calme.

* Salvador Dali

Qui n'aurait donc pas considéré Théo Jansen comme un sculpteur...