Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 10 août 2011

J'ouvrirai une école de vie intérieure, et j'écrirai sur la porte : école d'art.*

De retour pour trois jours avant de repartir, je lis un peu les infos. Et puis évidemment, je m'intéresse à ce qui touche à l'éducation nationale. Depuis 2008, dans la circulaire de rentrée ministérielle, l'accent est mis sur la lutte contre l'homophobie. En toute logique, les programmes évoluent. L'homosexualité n'est plus un tabou. Mais les réactions montrent que la partie n'est pas gagnée. Ce ne sont j'espère que les derniers soubresauts de convictions arriérées. L'ignorance en est la cause, espérons-le. Et si l'école persévère dans son rôle d'informatrice, les générations à venir seront peut-être moins homophobes.

http://www.liberation.fr/societe/01012353222-l-homosexual...

*Max Jacob

mercredi, 03 août 2011

A force d'être gentil, on finit par être suspect.*

Vous avez dû vous rendre compte que je n'étais plus là... Ou tellement contente d'avoir du soleil, que je m'activais à autre chose qu'à mon ordi !

Pour vous faire patienter d'ici mon retour, voici une note sur quelques petites découvertes faites lors d'une balade à Narbonne, l'un de mes trois jours de soleil dans le sud, durant la deuxième quinzaine de juillet.

D'abord, un mur peint en hommage au Fou Chantant. J'en avais vu un autre il y a deux ans, mais celui-là était nouveau pour moi. Et puis cela vous donnera peut-être envie de rester "fidèle" à mon blog !

102_5720.JPG

Ensuite, la maison des Trois Nourrices. Je ne sais ni quand, ni qui elles nourriçaient, mais elles avaient de quoi en faire rêver plus d'un et plus d'une parmi mes bloggers aux goûts variés ! ("blogger" en anglais est unisexe !)

102_5724.JPG

Et enfin, le meilleur pour la fin, cette note affichée sur une porte d'entrée. Elle fera rêver les syndics d'ici et d'ailleurs. Et j'en connais !

102_5718.JPG

*Charles Trenet

vendredi, 29 juillet 2011

Quand on regarde attentivement un cochon d'Inde, on remarque : premièrement que ce n'est pas un cochon, deuxièmement qu'il n'est pas d'Inde, et qu'en définitive seul le "d' " est authentique.*

Exercice d'écriture : LA VISITE DE ED CHEZ ZAPETTE.

 

IMG_0020.JPG

 

 

Une photo, deux visions. L'autre est à lire là.

La mienne :

Zapette, je ne pouvais la voir que le soir. Oui, la journée, elle travaille. Du coup, j'ai eu une journée à occuper. Je suis allée dans une ville où il y avait plein de monde apparemment tiraillés entre mille spectacles à voir ou non, et comme je n'aime pas les tiraillements, que toute seule, voir une pièce choisie au hasard dans une clim' en panne ou pas qui ne ferait que faire empirer mon rhume, à peine ma salade avalée, je suis repartie vers la campagne. J'ai joué les touristes, avec pour une fois tant de soleil que j'ai eu envie de m'installer à une terrasse au bord de l'eau. Et ça a donné ça :

102_5734.JPG

En attendant Zapette.

Mais ce qu'il faut que vous sachiez, c'est que pour moi cette visite a été initiatique. J'avais déjà vécu (et même plusieurs fois) l'étape "Rencontre réelle avec un(e) ami(e) virtuel(le)". Mais je n'avais encore jamais osé celle-ci "Face-à-face avec un être vivant vous inspirant naturellement une grande répulsion, voire peur." (Ce n'était quand même pas ma phobie principale, il me reste des étapes...) C'est fait.

102_5735.JPG

Mes pieds ont supporté qu'il les renifle, mais n'auraient pas même osé imaginer que ses pattes à lui les touchent !

C'est dommage, j'ai oublié de photographier le gratin, car le récit de ma visite aurait été complet, avec ses moments conviviaux, effrayants, et délectables.

*François Cavanna

mardi, 26 juillet 2011

On ne rencontre que ceux qu'on a déjà rencontrés.*

4ème rapport d'activités.

Question activité, je suis plutôt au niveau zéro... j'avais plein de projets aujourd'hui, mais je me suis réveillée fiévreuse, et la tête bizarre. Bref, je me repose pour être fraîche et sympa ce soir.

En effet, le grand évènement, c'est que je suis chez Zapette ! J'ai presque trouvé du premier coup. et je ne voudrais pas que ma réputation de bavarde soit anéantie ce soir et qu'elle soit obligée de causer tout le temps. Chez Zapette c'est beau autour : c'est une belle région, j'y étais venue en 1988, j'ai aimé, je suis revenue ! :-) Dans sa ville, y a plein de restaus pour les touristes, et il vaut mieux connaitre les bons. Hier, elle a bien choisi ! et il y a aussi des princesses.

Et c'est beau dedans aussi chez Zapette ! Elle a un joli appart' qu'elle a aménagé superbement. En plus c'est hyper bien rangé. Quand elle viendra à la maison, faudra qu'elle me prévienne deux ans à l'avance !

Zapette, elle est exactement comme sur son blog. Sympa, accueillante, pas compliquée, d'humeur apparemment égale. Bon, je sais je ne suis arrivée qu'hier soir... On s'était tellement parlé par blogs interposés depuis 2006 que j'ai l'impression de la connaître déjà depuis longtemps.

Chez elle, y a pas de photos de pieds (au début que je la connaissais, elle publiait des photos de ses pieds), mais y'a une blague sur les chevaux dans la salle de bain, et j'ai pris ça comme un cadeau de bienvenue. Y'a aussi Crunch, qui est resté sagement dans sa cage, et même ce matin, eh ben, il doit me faire un peu la tête, il sort pas de sa petite maison en plastique.

Rectificatif, je viens d'aller vérifier, il est sorti !

Donc, il ne m'en veut pas tant que ça.

*Topor

dimanche, 17 juillet 2011

Aimer c'est s'engager, c'est travailler, c'est être intéressé, c'est créer.*

Premier rapport d'activités :

Drôme - Ardèche, ça ne fait pas si loin que ça. Une heure trente quand même. Mais quand on aime on ne compte pas. Et j'ai eu, en avance, un très beau cadeau d'anniversaire. Je suis allée à Antraigues sur Volane, et j'ai assisté au spectacle de Francesca Solleville et François Mathouret intitulé "Merci Jean".

Ils étaient accompagnés par Nathalie Fortin au piano, et Patrick Reboud à l'accordéon et à un truc qui ressemble à un melodica un peu sophistiqué.

Un régal, de force, de conviction, d'amour et de talent. Avec en fond un magnifique portrait de Jean Ferrat.

On a eu de la chance, il a venté, nuagé, mais pas plu. Aujourd'hui, en revanche, la nappe phréatique est contente.

101_9388.JPG

101_9392.JPG

*Lina Wertmuller

vendredi, 08 juillet 2011

L'homme énergique et qui réussit, c'est celui qui parvient à transformer en réalités les fantaisies du désir.*

Ouf, c'est fait. Les délibérations, les résultats, les oraux de rattrapage (quand c'est possible !), les allers-retours pour rien, vu qu'aucun candidat ne choisit l'anglais. Les idiots ! Expériences de covoiturage avec des collègues dont je viens de faire connaissance, et qui sont bien sympas. Des imprévus et des ratages.

Comment je m'emmêle les pinceaux, et n'enregistre qu'un quart d'heure de l'émission Mot de Passe où joue un copain.

Comment j'ai dû annuler ma soirée avant-première d'Harry Potter avec projection de l'avant-dernier opus avant la magistrale fin :

La Fnac annonce que c'est en VO, mais après vérification, Gaumont ne s'améliore pas et projette ses films en VF... (alors qu'il y a deux lieux de projection !) Heureusement la Fnac a reconnu son erreur et m'a remboursé mes billets.

Du coup, on ira mercredi, à la séance de 18 heures, car je ne veux pas manquer le feu d'artifice !

Autres réjouissances à venir, et réussies celles-ci, j'espère : un concert des Percussions de Strasbourg, un repas brésilien, un son et lumière parait-il génial sur un monument qui m'est cher, des balades, des barbecues, et une dernière réunion de collègues ce soir !

Comment voulez-vous que je trouve le temps de vous écrire des choses intéressantes ?

Il y a des jours comme ça :

 

Et heureusement d'autres comme ça :

 

Et faut pas être parano, des fois ça finit bien ! Bon, je pars boire un pot en ville !

*Sigmund Freud

dimanche, 26 juin 2011

Et pour un homme de votre intelligence, monsieur, vous vous êtes empêtré jusqu'au cou dans vos mensonges. Une vraie désolation !*

C'est donc en 1971 que je l'ai vu pour la première fois !

Mais aussi dans les films de Cassavetes. Faut pas oublier.

Bye Peter Falk !

*Lieutenant Columbo, dans Jeu de Mots, 1978

 

mercredi, 22 juin 2011

La grande supériorité de l'examinateur est de se trouver du bon côté de la table*

Tous les ans je suis là, 4 heures, voire 5, trois fois au moins. Tous les ans ils se rongent les ongles, mangent des galettes st-michel ou des granolas, font tomber leurs cheveux devant leurs yeux jusque sur le papier. Tous les ans leurs chaussures sont le reflet de la mode adolescente du moment. Les ballerines et les converses perdurent. Elles sont humides cette année. Tous les ans, que les cheveux soient coupés ras, frisés, attachés ou non, colorés ou naturels, ils et elles se concentrent, se tordent, s'appliquent, essayant soit de valider le travail régulier d'une année, soit, dans un dernier élan, après avoir bachoté comme des fous pendant une semaine, de prouver qu'ils peuvent déchirer leur race et l'avoir ce putain d'bac. Hier (oui, j'ai écrit ce texte mardi) c'était l'épreuve de langue vivante 1, un peu comme une récré entre philo-Histoire/Géo et SES-Maths. C'est vrai, c'est même pas la honte de n'avoir rien compris : c'est dans une langue étrangère, et les vieux sont encore plus nuls qu'eux. Pas comme en maths ou en sciences-éco. Les pères se feront un plaisir de leur dire que c'était facile, qu'ils auraient dû faire ça, démontrer ça ou parler de ça. Tous les ans pendant que nous speedons comme des malades pour corriger nos 64 copies (110 en philo !) ils s'angoissent, extrapolent, consultent les corrigés sur le web, recherchent les listes de textes oubliées et froissées au fond du sac Eastpack depuis le dernier cours. Ils s'imaginent qu'ils ont raté, exorcisent leurs peurs en rédigeant des statuts provocateurs sur facebook. Tous les ans ils viennent aux résultats blêmes, tremblants ou grandes gueules, puis s'effondrent de rire ou de pleurs, hurlent, ravalent leur déception. Et tous les ans je suis là et je n'arrive pas à me retenir de pleurer. Et tous les ans, je vous écris une note sur ce fameux bac dont on dit tous les ans qu'il va disparaitre, et qui reste.

*Edouard Herriot

 

lundi, 20 juin 2011

Police : a toujours tort.*

Bon, je résume. y'en a des qui se sont fait arrêter pour avoir chanté "Hécatombe" de Brassens. Pour protester, y'en a ds qui ont été le chanter devant le commissariat. Moralité, arrêtés aussi.

Et pour finir, y'en a qui réagissent et qui propose de le chanter à 18 heures demain pour la fête de la musique.

http://www.lettredesete.fr/index.php/echos/452-hecatombe-...

et aussi là :

https://www.facebook.com/home.php#!/event.php?eid=1751063...

L'objet de cette colère dans la police :

Au marché de Briv'-la-Gaillarde
A propos de bottes d'oignons
Quelques douzaines de gaillardes
Se crêpaient un jour le chignon
A pied, à cheval, en voiture
Les gendarmes mal inspirés
Vinrent pour tenter l'aventure
D'interrompre l'échauffourée

Or, sous tous les cieux sans vergogne
C'est un usag' bien établi
Dès qu'il s'agit d'rosser les cognes
Tout le monde se réconcilie
Ces furies perdant tout' mesure
Se ruèrent sur les guignols
Et donnèrent je vous l'assure
Un spectacle assez croquignol

En voyant ces braves pandores
Etre à deux doigts de succomber
Moi, j'bichais car je les adore
Sous la forme de macchabées
De la mansarde où je réside
J'exitais les farouches bras
Des mégères gendarmicides
En criant: "Hip, hip, hip, hourra!"

Frénétiqu' l'un' d'elles attache
Le vieux maréchal des logis
Et lui fait crier: "Mort aux vaches,
Mort aux lois, vive l'anarchie!"
Une autre fourre avec rudesse
Le crâne d'un de ses lourdauds
Entre ses gigantesques fesses
Qu'elle serre comme un étau

La plus grasse de ses femelles
Ouvrant son corsage dilaté
Matraque à grand coup de mamelles
Ceux qui passent à sa portée
Ils tombent, tombent, tombent, tombent
Et s'lon les avis compétents
Il paraît que cette hécatombe
Fut la plus bell' de tous les temps

Jugeant enfin que leurs victimes
Avaient eu leur content de gnons
Ces furies comme outrage ultime
En retournant à leurs oignons
Ces furies à peine si j'ose
Le dire tellement c'est bas
Leur auraient mêm' coupé les choses
Par bonheur ils n'en avait pas
Leur auraient mêm' coupé les choses
Par bonheur ils n'en avait pas

Moi, Brassens, j'adore, je ne m'en lasse pas, à toutes les heures du jour et de la nuit, vous pouvez m'en faire écouter, je chante avec lui, et me régale de ses mots ou de la manière dont il chantait ceux des autres.


*Gustave Flaubert

samedi, 18 juin 2011

Ce sont toujours dans des petites choses inattendues, des détails, des gestes ou des faits divers que nous apprenons tout.*

Quatre jours un peu plus cools avant de repartir pour 15 jours un peu speed. Cela fait du bien et me donne envie de vous présenter une rencontre inattendue dans Paris il y a une semaine. Elle aussi semblait faire une pause dans ce Paris du XXIème siècle.

101_9379.JPG

Edit : 19/06/11 à 17.09

A vue de nez, j'avais situé cette dame vers 1915. Mon arrière-grand-tante Alice, était née en 1893. Je ne me suis pas trompée. Voici une photo trouvée sur ce site.

*Suzanne Daigle (Fly, Baby, Fly, 1979)

mardi, 14 juin 2011

Chaque fleur attire sa mouche.*

Ma journée de solidarité ayant été effectuée un samedi de mars, j'ai pu profiter du ouikainde de la Pentecôte. Je suis partie deux jours à Paris rejoindre mon ami le warrior et son coach, dont je n'ose pas dire qu'elle est mon amie, car ça la fâche. Tout en douceur et sans précipitation, nous avons quand même arpenté pas mal de kilomètres, du Chemin-Vert au Père Lachaise (pour apprécier la photo, agrandissez la !), 101_9344.JPGdu Palais-Royal aux Tuileries, de la Place Vendôme au Palais-Royal (oui, on l'aime bien). D'ailleurs, on y a super bien mangé, dans le jardin plus exactement, mais on a moins aimé la galerie du Carousel du Louvres, sauf pour faire des essais de voix portée. Ca peut paraître un itinéraire banal, mais cela ne l'était pas. Quand on n'a pas pu se promener avec ses copains depuis neuf, presque 10, mois, le moindre pas est agréable. On a évidemment testé quelqu101_9339.JPGes bancs, et on connait les trajets de bus par coeur. On a croisé des tags plus ou moins fins, qui nous ont en tout cas fait causer. On a apprécié trois très bon restaus rue du Bac, au jardin du Palais Royal donc, et rue Saint-Martin. Pascale, elle a fait plein de trucs 101_9356.JPGrigolos pour me faire marrer, et ça a marché. 101_9362.JPG101_9358.JPG  101_9375.JPG101_9383.JPGEt puis j'étais tellement émue de dire au revoir que, comme prévu par ADMV, j'ai oublié de rendre l'Amélie Nothomb à Pascale. C'est comme qui dirait bêta de l'avoir traîné dans mon sac toute la journée. J'ai fait d'autres choses bêtas ce weekend. J'ai pris le parapluie le jour où il n'a pas plu, et pas l'autre. J'ai failli rater mon train de retour parce que j'avais mal mémorisé l'heure du train. J'ai fait quelques photos floues. Mais dans l'ensemble, on peut dire que ces deux jours étaient ultra-réussis ! Et le plus beau de ces deux jours, c'est sans aucun doute lui, le warrior ! Il nous a épatées.101_9343 copie.jpg

 *Jules Renard

samedi, 28 mai 2011

N'importe quel objet peut être un objet d'art pour peu qu'on l'entoure d'un cadre.*

Envie de commentaires. Mais pas envie d'écrire une note longue. Je passe déjà tous mes temps libres un stylo à la main, rouge ou vert, pour corriger les dernières, mais pas les moins pénibles, copies de l'année. Alors je me suis dit, pour qu'on me réponde, il faut que j'interroge.

Quels sont les trois dernières acquisitions (non consommables), les trois objets, qui sont entrés dans votre chez vous ?

Pour ma part, il s'agit

d'un parasol,

d'une veste en pur coton bleu marine,

101_9279.JPG

et d'un CD que j'ai envoyé en Angleterre.

 

*Boris Vian

lundi, 23 mai 2011

La surprise est l'épreuve du vrai courage.*

 

Samedi nous sommes sorties masquées. Une amie fêtait son anniversaire, mais ne le savait pas. Elle pensait être elle-même invitée, et s'arrêtait sur le lieu de travail de son mari, avec lui pour chercher un truc quelconque qu'il avait oublié, et là, il lui demande de la suivre, et elle entre dans cette salle mal éclairée, pense qu'ils se sont trompés, aperçoit du monde au fond, la lumière s'allume et nous sommes tous là, masqués.

Elle a eu un vrai choc. Finalement elle était contente, émue, mais nous étions plusieurs à nous demander si on aurait aimé. Personnellement, sûrement que oui, mais j'aurais encore plus pleuré qu'elle. Quand c'est émouvant, je suis une vraie madeleine.

Il n'y a pas eu de concours, c'est dommage, je m'étais éclatée à préparer ces masques avec les moyens du bord, j'y ai mis tout mon coeur et 1 heure 40 !

000_0192 copie.jpg

*Aristote

 

lundi, 09 mai 2011

Je ne fais que des photos sans intérêt, l'avantage c'est que quand elles sont ratées je m'en fous !*

Vous signale qu'elle a publié un nouvel album photo en bas dans la colonne de droite, intitulé "England April 2011".

Vous êtes priés d'aller y jeter un coup d'oeil et de revenir le commenter, poser des questions sous cette note, si vous le souhaitez.

Aujourd'hui, c'est l'anniversaire de Roger. Google  nous l'a rappelé. Encore une occasion de faire la fête...

*Le chat de Gelück

dimanche, 01 mai 2011

Il ne faut pas tant regarder ce que l'on mange que celui avec lequel on mange.*

Tout le monde voulant partager le gâteau avec Virgibri, il ne lui en restera plus beaucoup quand elle sera revenue de son weekend. Oui, parce qu'elle est partie se balader et c'est pour ça qu'elle passe pas le manger. Donc, pour faire face à la demande, voici la recette du gâteau, le pavlova, et en prime une vidéo (en anglais pour ceux qui ne lisent pas le français...)

Cliquez sur le cartoon :

Et comme Hervé se plaignait d'avoir soif, voici pour lui :

100_5603.JPG

Bon, et c'est pas tout ça, mon médecin m'a dit de faire du sport, alors, je pars à la manif !

*Epicure

samedi, 30 avril 2011

Le cadeau, c'est comme la caresse : il faut le renouveler, on ne s'en lasse pas.*

Voici tous les autres souvenirs que j'ai rapportés. Heureusement que j'avais ma voiture !

Cà c'est le chapeau que j'ai dû m'acheter à cause du soleil que j'avais pas prévu si beau. Je l'ai rapporter pour le tirer à Hervé qui va bientôt finir gagnant de la course en cinq étapes qu'il a entamée il y a déjà un bon moment. On peut pas dire que ce soit complètement sans dopage, mais c'est toléré par la fédé.

100_5631.JPG

 

Ca, c'est un sous-bois de blue-bells pour mon pote le jardinier qui reprend son blog et qu'il n'y a pas de raison qu'il croit qu'il est le seul à publier de belles photos !

100_5545.JPG

Pour Zapette, j'ai rapporté un sandwich pour quand elle a un creux pendant une de ses randos.

100_5608.JPG

Pour Cunégonde, une photo d'un marché où elle peut bien aller faire ses courses toute seule, puisqu'elle veut pas y aller avec moi.

100_5532.JPG

Pour Virgibri, ce magnifique gâteau ! Parce que son nom fait voyager, le Pavlova, et qu'un gâteau comme ça, ça remonte le moral un max, c'est pas croyable.

100_5629.JPG

Pour SilverTiger, dont je n'ai pas tout à fait suivi le conseil, mais à qui j'ai pensé quand même pendant ma balade en ferry à Bristol, ce sera cette photo.

100_5593.JPG

Pour Axel, ce rêve de voyage un peu babacool dont j'imagine qu'elle a pu rêver...

100_5616.JPG

Pour le CPE, j'avais pensé à un panneau indiquant la direction de Portishead, mais on ne s'est pas arrêté au bon endroit, alors un graffiti de Banksy pris de la voiture, et donc flou, mais le street art supporte le flou.

100_5559.JPG

Je sens bien que j'ai oublié plein de monde... S'il y a des réclamations, n'hésitez pas, j'en ai encore plein ma valise !

* François Cavanna

mercredi, 27 avril 2011

Comme une mère, une ville natale ne se remplace pas.*

Quand on part en vacances, on rapporte des souvenirs un peu à tout le monde. Le premier, c'est évidemment pour Pascale, qui, elle, n'est pas en vacances, loin s'en faut !

Un jeu, donc. Qui est-ce ? Où l'ai-je pris en photo ?

100_5585.JPG

GAGNE PAR PASCALE DU PREMIER COUP, ET LA PREUVE :

vive la vie,blog de femme,femme,femmes,cinéma,devinette,mystère,statue

*Albert Memmi

lundi, 25 avril 2011

Le "tendre penchant" peut se manifester à tout moment et en tout lieu, au bal, à la fête foraine, dans l'autobus, plus rarement au cours d'une mêlée ouverte dans le Tournoi des cinq nations.*

J`y étais tout à l`heure, mais pas dans la mêlée ! Une belle ambiance, beaucoup plus de soleil cette anné que sur cette photo. J`en reparlerai.

Bottle-kicking in Hallaton :

*Pierre Desproges (quoi que ds la melee ouverte du bottle-kiciking, le tendre penchant doit parfois se produire... surtout apres quelques bieres.)

 

dimanche, 24 avril 2011

Une île, c'est un peu un bateau, non ?*

J`yétais, et sous un soleil de plomb en plus !

Ici l`occupante est bien une chatte de sexe féminin (je ne sais pas pourquoi, mais avec une phrase pareille, je crains qu`un tas de mecs arrivent ici par le hasard de chez gougueule...), elle s`appelle Shelby et a 18 ou 19 ans. Alors que chez moi, j`ai laissé une chatte sympa, et vais retrouver un mec ! Faut pas partir de chez vous, ça fout les jetons.

A mon retour, promis, je publie un album photo de mon séjour.

*Serge Brussolo

jeudi, 21 avril 2011

La vie est, en quelque sorte, un pèlerinage.*

Conversation :

"Vous cherchez quel numéro exactement ?"

"Le 24"

"C`est là-bas."

Je regarde, je m`approche, je reconnais un peu, mais nous n`entrons pas.

"Mais vous cherchez qui exactement."

"Personne. En fait mon amie Ed a habité là."

"Oui, vous m`avez peut-être vue, il y a 30 ans avec mon vélo français..."

"Oh vous savez, en ce temps-là, j`étais un gros buveur ! (a heavy drinker)"

 

J`ai failli répondre "Moi aussi."

*Platon

Post-scriptum : Il va falloir être patient pendant le weekend pascal (nan, y a pas de e!), je pars dans l`ouest du pays...

mercredi, 20 avril 2011

Certains dîners gratuits sont tellement ennuyeux qu'un sandwich payant est, de loin, préférable.*

Un peu de pub comparative :

J`ai voyagé avec P&O plutôt que SeaFrance à cause du prix et je ne regrette pas. Le confort est identique. Les sandwiches pas trop chers et j`ai même trouvé un expresso !

Pour prendre le ferry, je n`avais pas de billet, juste un code dont je n`ai pas eu à me servir. A peine arrivée devant la guérite, la jolie dame m`a dit : "Madame Quiparle, c`est ça ?" Rien qu`en voyant ma tête !!! (bon, non, je sais. ils regardent la plaque d`immatriculation...)

Je n`ai pas été fouillée. Ils n`ont embêté qu`un bulgare. Ils cherchaient peut-être un parapluie ?

Et à 13 heures je me suis arrêtée dans un petit village, oú j`ai mangé en terrasse, en plein soleil, un sandwich cheese and tomato excellent.

La route fut bonne malgré la circulation dense et le bouchon traditionnel au tunnel de Dartford. Je suis arrivée vers 17 h. Les bavardages de la fin de la journée m`appartiennent.

 

*José Artur

mardi, 19 avril 2011

Ils peuvent tuer toutes les hirondelles, ils n'empêcheront pas la venue du printemps.*

A l'heure où vous lirez cette note je serai sur le bateau, ou aurai déjà atteint l'Angleterre. Mes projets précis ?

Comme j'arrive vers 11 heures, me trouver un coin sympa pour manger à la campagne, pas loin de Canterbury. Pas de bière, je suis seule au volant. Mais quelque chose de léger et inventif comme les anglais en ont le secret pour leurs "lunches".

 

 

 

 

 

 

 

 

Puis direction le Northamptonshire. Un petit village près de Corby. Des balades à pied, et puis le weekend du tourisme à Bristol que je n'ai jamas visitée. Des vacances à l'intérieur de mes vacances. A part ça, j'irai sans doute flâner du côté de Peterborough, Uppingham, Leicester, peut-être même Cambridge ou Londres. Je suis ravie de retrouver mes amis qui ont rendu une certaine année entre septembre 81 et novembre 82 absolument savoureuse.

Pour me donner un aperçu du printemps je me suis promenée dans Maville hier avec ADMV et sur le chemin d'un parc, j'ai trouvé ce graffiti. Je n'ai pu m'empêcher de le photographier.

100_5509.JPG

*Proverbe afghan.

dimanche, 17 avril 2011

Il vaut mieux donner à son fils le nom d'un chanteur vivant que celui d'un général mort.*

 

Dans la série (Je sais Pascale, tu n'aimes pas ça !) "artistes que j'adore et que vous ne connaissez pas", je vais vous parler aujourd'hui de Joseph Racaille.

 

Je l'ai d'abord découvert grâce à un album à lui, puis en me renseignant un peu plus j'ai appris qu'il avait été l'arrangeur de Thomas Fersen et de Bashung, excusez du peu !

 

Puis je me suis acheté la musique qu'il avait composée pour un ballet de Decouflé. Et enfin grâce à ma médiathèque j'ai dégusté ses petits délires musicaux, et j'ai particulièrement adoré son cd hawaïen. Il est un des plus grands joueurs de ukulélé. Si vous le croisez chez votre disquaire, ou sur les sites de ventes par internet, ne vous privez pas. Il est discret, a une tête de Deschiens, mais c'est une perle rare !

 

Lisez ce qu'en disent les évolutionnaires, et vous n'hésiterez plus.

 

http://lesevolutionnaires.free.fr/pages/RACAILLE/racaille.htm

 * Groucho Marx

mardi, 12 avril 2011

Il n'y a de bons professeurs que ceux en qui subsiste la révolte de l'élève.*

Je suis en train d'écouter une émission sur France Culture qui parle de ces membres de l'éducation nationale qui ont rendu leurs palmes académiques. Cette émission me rassure un peu en me disant que je ne suis pas toute seule à penser ce que je pense.

http://www.franceculture.com/podcast/2589801

Les palmes, je ne les ai pas eues, et je sais que je ne les aurai pas. Cette année, pour la première fois, j'ai fait la demande d'obtention de l'agrégation sur liste d'aptitude. Je savais que je ne l'aurais pas du premier coup. C'est comme ça pour tout le monde. Mais que mon inspectrice me mette un avis "réservé", alors qu'il y avait trois autres solutions au-dessus, ça m'a montré que ma prise de décision en mai dernier, de ne pas accepter d'être conseillère pédagogique cette année, et ma lettre qui expliquait clairement les raisons qui me faisaient refuser : un nouveau système de formation qui allait à l'encontre de l'intérêt tant des élèves que du professeur stagiaire, sont responsable de cet "avis". Je suis punie. Fière de l'être finalement.

*Edmond Gilliard

Post-scriptum qui n'a rien à voir : Quand j'étais petite, et que j'étais dans la lune, mon papa m'appelait "Gagarine". :-)

lundi, 11 avril 2011

Le Temps est l'image mobile de l'éternité immobile.*

ADMV m'a fait un TRRRRRRRRRRRRRREEEEEEEEEEEEEEEES beau cadeau. Il est maintenant sur ma terrasse. Celui qui l'a fabriqué est un oncle à moi. Un véritable artiste, capable de créer n'importe quoi à partir de n'importe quelle matière.

100_9249.JPG

L'idée m'est venue de lui demander cette création après notre voyage en Allemagne il y a tout juste un an. Des photos, des descriptions, beaucoup de recherches pour trouver les grosses billes de couleur, et j'ai exactement ce dont je rêvais. Il tourne lentement, au gré du vent.

 

100_9238.JPG

Comme c'est le seul du quartier et que le cuivre est très prisé ces temps-ci par les gens malhonnêtes, nous le rentrerons dès que nous partirons, et même la semaine. J'aurais trop peur de perdre ce bijou.

 

*Platon