Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 16 mai 2013

Une journée nuageuse ne peut rien contre un tempérament radieux.*

Lever avec un super mal de tête. Pourtant, hier, à part un petit cocktail chinois inoffensif, pas une goutte d'alcool. Ca doit être ça, le fait d'arrêter. Faut pas. Et puis je viens de faire tomber un morceau de fromage de ma tartine en trempant. C'est mauvais signe. Ou alors, c'est la pluie. En tout cas, j'ai pas envie d'y aller. Retrouver Stecie (oui, ça existe !) qui est venue se plaindre en fin de cours de Dave qui fait rien que s'asseoir à côté d'elle en classe alors qu'elle veut pas, et que c'est CA qui va lui faire rater sa seconde ! Retrouver les 8 candidats que je fais passer aujourd'hui pour l'expression orale (en fait, j'avais mal compté, y'en avait 12), épreuve du bac qui compte pour 25 % de la note, mais qui nous prend 120 % de notre temps et de nos angoisses existentielles.  Ben oui, parce que comment préparer des élèves si déjà nous, on n'a pas compris exactement en quoi consiste l'épreuve ! (J'ai quand même mis quelques bonnes notes.) Enfin, pour les 50 candidats que je vais voir d'ici mercredi 15 h, c'est pas trop pénalisant. Ce sont mes élèves et je mettrai bien la note que je veux. Mais le hic, ce sont mes pauvres littéraires (les éternels sacrifiés) qui passeront avec un prof inconnu, et qui n'ont pas eu d'épreuve de compréhension de l'oral (25 autres %) pour les rattraper. Ben oui, ça serait con qu'on évalue les bons là-dessus ! Avant de commencer les tortures je vais voir mes secondes pour leur expliquer comment remplir les feuilles jaunes d'orientation. (Sauf que ce matin j'ai pas retrouvé les fameuses feuilles jaunes... Je me suis dit qu'elles devaient être dans mon casier, mais ce soir je les ai retrouvées dans mon meuble classeur perso, alors qu'elles auraient dû être dans mon meuble classeur pédago. Comment voulez-vous que je m'en sorte, si elles se mettent à migrer !) Un casse-tête dont on change un peu les pièces tous les ans pour que les PP (profs principaux) progressent ! A midi, j'aurais pu faire une pause, mais un collègue a prévu une réunion syndicale. J'ai pas le coeur de sécher. (On n'a pas séché, tout le monde a pleuré !) Et après les tortures, y'aura un super conseil de classe de Bts, fun et tout ! (Vous voyez bien que j'essaye de me motiver.)

Le lever n'est pas top. Vivement le coucher !

C'est maintenant !

*William Arthur Ward

Ben si, elle peut !

lundi, 13 mai 2013

Le cheval-vapeur est le meilleur ami de l'homme.*

Pour être écolo et pas polluer, il faut avoir du temps. Ce matin, j'ai pris le tram, puis le bus, et je suis arrivée au lycée en 40 minutes au lieu des 12 habituelles. Le plus : j'avais de la super bonne musique sur mes oreilles. Les autres conducteurs ne m'énervaient pas et du coup je suis arrivée plus sereine. Le moins : y'a du monde (enfin moins que je ne craignais, le lundi y'en a qui dorment, moi j'vous l'dis), et les élèves ne disent pas bonjour. Une collègue me l'avait dit. J'avais pensé : "ils l'aiment pô." Bon, ben, il faut que je me rende à l'évidence, ils ne m'aiment pas non plus. Ou alors ça fait trop bollôss (je sais pas comment ça s'écrit) de dire bonjour à un prof. Aujourd'hui j'avais 5 heures de tris de dossiers pour les futurs post-bac pour une heure de cours. Du coup pour cette heure j'ai été cool, dynamique, de bonne humeur. Je vais vous la faire, moi, la prochaine réforme : une heure de cours par jour. On s'abîme pas, du coup. On est toujours au top.

En plus quand je suis rentrée tout à l'heure, ADMV avait fait toutes les courses. C'est vraiment un bon plan de pas prendre la voiture le lundi. A refaire !

*Vahé Godel 

jeudi, 09 mai 2013

Les enfants n’ont pas d’appréhension par rapport au mystère ou à l’énigme, parce que le monde leur est énigme.*

CEKOIDON ?

DSC03612.JPG

Je veux du détail, du précis, de l'efficace. Envoyez vos propositions, que ce blog vive par blogos, le dieu des blogs !

*Jean-Pierre Siméon

vendredi, 26 avril 2013

Le pire con, c'est le vieux con. On ne peut rien contre l'expérience.*

On connaissait le Mur du çon du Canard Enchaîné, le Syndicat de la Magistrature, dans un local réservé aux adhérents, avait inventé "Le mur des cons". La loi n'étant pas respectée, depuis que je bosse, je n'ai jamais connu de local syndical. Alors pour nous défouler et éviter d'aller poser une bombe, on se contente de râler après les ministres, les parents, nos proviseurs et certains élèves dans la salle des profs, entre deux sonneries. (J'allais dire "conneries".)

Ce matin j'ai eu la joie d'entendre François Morel sur F. Inter dans ma voiture en allant... au lycée (oui, j'avais une réunion pendant les vacances !). Il a dit exactement ce que je pensais (mais tellement mieux !). Alors ne vous en privez pas, écoutez:

* Jacob Braude

mercredi, 17 avril 2013

Ma participation à ce mercredi en Angleterre

dimanche, 14 avril 2013

14 avril, pour moi, c'est ça.

Première grande nouvelle : je suis en vacances !

Pour vous, ça ne change pas grand chose, sauf que je vais peut-être pouvoir publier plus souvent. Pour moi, c'est enfin pouvoir faire des choses, le ménage, la cuisine, de la peinture (pourquoi pas !), lire, regarder des films sans me dire "tu as encore du boulot, arrête de glander". Et m'endormir sans faire x fois la liste de ce que je n'ai pas encore fait pour le boulot.

Avant les vacances, j'ai fini de remplir tous les bordereaux de bac et de bts, et fait des tableaux pour garder un double des notes, ça m'a quand même pris 5 heures ! Le double, c'est au cas où le proviseur-adjoint perdrait mes bordereaux, car c'est arrivé il y a deux ans.

Il me reste trois paquets de copies, un bilan du soutien organisé pour les secondes à rédiger, et quelques coups de fil à des parents. J'ai tellement de temps pris pour les oraux et les tâches administratives que je n'ai réussi à recevoir que 6 parents sur les 11 que je devais voir...

Bref, je suis en vacances et le printemps, que dire l'été est arrivé aujourd'hui, au lendemain d'un hiver qui m'a paru un siècle.

Jour de fête ! on est invitées, donc, je ne cuisine pas.

Et puis je ne vous quitterai pas aujourd'hui sans vous parler de cet animateur de Radio Nostalgie (oui, j'écoute ça parfois pour me détendre en voiture et chanter) qui a fait la promotion d'un bouquin ou un logiciel, je ne sais plus, qui peut "permettre à tout le monde de résolver tous les problèmes de rédaction". Je pense qu'il en a été le premier acheteur.

Et ce matin par hasard, je suis passée devant un "artisan fumisterie". C'est peut-être une voie pour ma potentielle reconversion... je crois bien avoir les compétences pour une Validation des Acquis et de l'Expérience !

Ah ! et j'ai gagné mon pari : voici une photo de l'arbre dont j'avais photographié les fleurs le 9 avril en 2012 ! Le 14 avril en 2013, ça donne ça...

DSC03580.JPG

On est loin des jolies fleurs de l'an dernier ! Bien triste, malgré le ciel bleu. Allez, un petit sprint, les cerisiers !

 

vendredi, 05 avril 2013

Le monde est une caricature perpétuelle de lui-même ; à chaque instant il moque et contredit ce qu'il prétend être.

J'entends tout au long de la semaine des trucs dont je me dis, il faudra que j'en parle dans mon blog, et puis j'oublie. Je me rappelle quand même une pub radio émanant d'un club de foot qui demandait à ses supporters d'envoyer de l'argent pour les aider ! Je me suis dit "il y avait déjà le denier du culte, il y a maintenant le denier des cons."

En parlant de cons, je ne résiste pas à vous faire profiter d'une vidéo que j'ai vue sur facebook. Les gens qui sont moqués ne sont pas seulement cons, mais dangereux. Un ancien élève a trouvé ça "un peu radical". Pauvres petits jeunes qui ne savent même plus être radicaux...

Pourtant ce n'est qu'une caricature. On ne va pas en faire un scandale dans un pays démocratique ! Ce n'est certes pas aussi radical que les menaces envers les homos faites par les opposants au mariage pour tous ! Cliquez sur ça:

 

Capture d’écran 2013-04-03 à 11.49.04

 

* George Santayana

samedi, 30 mars 2013

L'amour de la démocratie est celui de l'égalité. *

Cette photo a été prise dans mon jardin garanti sans pesticides l'an dernier le 9 avril 2012.

vive la vie,blog de femme,femme,femmes,égalité,homophobie,mariage pour tous

 

Je lance les paris. Pourrai-je reprendre la même photo le 9 avril 2013 ? Personnellement, je dis non.

Je vous encourage à participer à la protection de notre planète en n'utilisant aucun pesticides. Les jardins des particuliers sont malheureusement source de pollution de manière inexcusable et importante !

Pour montrer que vous soutenez ce comportement et cet engagement, allez inscrire votre jardin, balcon, rebord de fenêtre sur ce site :

 

Et puisqu'on est dans les signatures, et que les gros cons défilent en rose bonbon derrière une hyène homophobe au look de barbie vieillissante, signez là aussi :

et ici, pendant que vous y êtes :

http://tempsreel.nouvelobs.com/mariage-gay-lesbienne/2013...

Merci pour tout.

*Montesquieu

 

 

dimanche, 24 mars 2013

CA VA BIEN FINIR PAR ALLER MIEUX

Y'en a qui râlent. Et elles ont raison ! Une semaine sans rien écrire, c'est une honte. Mais pas une semaine sans rien faire !

J'ai commencé à faire passer le bac. Oui, cette année on innove. Une réforme d'il y a trois ans, concoctée par les sbires de Châtel, qui n'avaient sans doute jamais mis les pieds dans une salle de langue, réforme donc, maintenue telle quelle par notre nouveau ministre, Peillon, qui, lui, a pourtant été prof. (9 ans seulement pour rappel). On a déjà fait passer l'épreuve de compréhension orale juste avant les congés de février. Et cette semaine, j'ai commencé à interroger mes élèves de bac STI qui suivent un enseignement professionnel en anglais, donné par moi-même (qui n'y connait absolument rien dans le domaine, mais il parait que c'est sans importance) en collaboration avec une jeune collègue de la matière en question, mais qui n'avait jamais enseigné avant cette année, et n'a reçu absolument aucune formation ni avant, ni pendant, puisqu'elle est contractuelle. Bref, que du bonheur et de la facilité. On doit interroger en anglais chaque élève 5 minutes sur leur projet individuel. Ce n'est pas un examen, c'est de l'abattage. Je me réjouis donc. Sur les 140 oraux que je dois faire passer d'ici le 29 mai, j'en ai déjà fait passer 5 !

Et j'ai allégé le travail du Ministre, des Inspecteurs Généraux, des Inspecteurs Pédagogiques Régionaux, des Recteurs, des secrétaires du ministère et du rectorat qui n'ont ni sujets à concevoir ou taper et imprimer, sans parler des grilles d'évaluation à photocopier, du personnel d'entretien de mon lycée qui n'a pas de salle à préparer, de mon chef d'établissement qui n'a pas de planning à concevoir (il doit quand même donner des convocations !). Je n'ai pas allégé le porte-monnaie du Ministère (M. Hollande sera content) puisque nous ne serons pas payés pour tout ce travail. Nous organisons donc 50 % du baccalauréat en langues vivantes. Nous l'évaluons aussi. Nos propres élèves ! Tout cela sans que l'opinion publique ne frémisse d'un poil.

Enfin, comme disent nos inspecteurs, nous serons bienveillants. (Même si eux ne le sont pas envers nous...)

Photo : merci à Titi pour l'anecdote

Merci au CPE qui a trouvé ce dessin qui me va comme un gant.

Cette semaine c'est des gants de boxe que j'ai eu envie d'enfiler pour taper sur une IPR qui a dans l'idée de modifier les règles du jeu de ce fameux bac, en nous en informant deux mois avant l'épreuve en question !!! J'en connais qui font appel au peuple pour se payer des vélos électriques, moi, je lance un Ed-thon pour l'achat d'un punching ball !

Ah, j'ai oublié : cette semaine j'ai passé deux heures et demie à rentrer des appréciations sur mes élèves de terminales et post-bac sur le site APB, et il fallait que je devine (c'était pas écrit sur le mode d'emploi...) que je devais me rendre sur "Accès aux AEL".

Pour couronner cette semaine de rêve, je me suis réveillée toutes les nuits entre 2 h 30 et 4 heures. J'étais un cheval fourbu. Ce weekend je me suis "myolastanisée" et j'ai enfin pu faire une nuit de 7 heures. Merveille !

lundi, 18 mars 2013

Les portes de l'avenir sont ouvertes à ceux qui savent les pousser.*

Encore un lundi. Avant de repartir pour de nouvelles aventures educnatiennes, un petit mot. Quelles sont les news depuis mardi ? Eh bien, j'ai cuisiné 21 nems vendredi pour des amis qui ont besoin de réconfort. Et ça a semblé faire effet !

DSC03356.JPG

Puis, hier, j'ai travaillé, ou du moins j'ai passé une bonne partie de ma journée sur mon lieu de travail, car c'était la Journée Portes Ouvertes. Une journée où l'on oublie un peu les mesquineries du quotidien, qu'elles viennent des élèves, des collègues ou de la hiérarchie, pour ne montrer et voir que le positif. Car c'est ce positif que toutes les contraintes administratives, les corrections de copies, les rendez-vous avec les parents, les visites d'inspecteurs, les organisations d'examens que nous prenons maintenant en charge, les sujets à trouver pour ces-dits examens, nous cache. Ce que les élèves et nous faisons de bien devient trop souvent invisible. Il y a eu des concerts, des extraits de pièces de théâtre, des salles où l'on informait sur les diverses options spécifiques à mon lycée et une magnifique expo. Il y a eu, me semble-t-il moins de visiteurs que d'habitude. Pourquoi ? je l'ignore. L'entrée est gratuite, donc on ne peut pas imputer cela à la crise. Le lieu n'a pas changé. Le temps était redevenu "normal". Il est resté beaucoup de crêpes et de brownies invendus !

DSC03530.JPG

* Coluche (conf. de presse 1980)

mardi, 12 mars 2013

La semaine du travailleur a sept jours, la semaine du paresseux a sept demains. *

Le moment de la semaine où j'ai le plus rigolé.

Quand le candidat a répondu à Nagui qui lui demandait quel était le prénom de Vivaldi, "Cash ! Luwgang !!!"

Le moment de la semaine où j'ai le plus flippé.

Quand j'ai cru que j'avais perdu mon passeport, alors que je l'avais caché dans mon armoire en partant un weekend pour qu'on ne le trouve pas en cas de cambriolage.

Le moment de la semaine où je me suis le plus dit que si ça continue faudra qu'ça cesse.

Quand je me suis réveillée à 4 h du matin en m'étant couchée à 22 h 30 et que j'ai su que je ne me rendormirais pas.

Le moment de la semaine où mon estomac s'est le plus réjoui.

En mangeant mon crumble dimanche après-midi. Pomme et rhubarbe de mon jardin (congelée !)

Le moment de la semaine où j'ai le plus espéré.

Quand j'ai vu la neige tomber à 11 heures et que je me suis dit que le préfet allait nous faire arrêter les cours à midi. Mon espoir n'a pas duré longtemps.

 

DSC03348 - Copie.JPG

Le moment de la semaine où j'ai été le plus jalouse.

Quand j'ai su qu'une copine était restée coincée un jour de plus à Amsterdam parce que le Thalys ne circulait pas à cause de la neige.

Le moment de la semaine où je ne me suis même pas sentie ridicule.

Quand ADMV est entrée tout à l'heure dans mon bureau et a fait des yeux ronds parce que je portais le sweat-shirt acheté pour renflouer les caisses de la Maison des Lycéens de mon lycée en ayant mis la capuche.

Vous souvenez-vous de ces 7 moments dans votre semaine ?

* Proverbe français

 

vendredi, 08 mars 2013

When God created man, she was only experimenting.*

Vous avez dû le remarquer, j'ai traversé une semaine un peu chargée. Pas une minute pour écrire ici. J'ai écrit en rouge sur pas mal de copies, en noir sur les feuilles où je prenais les notes pour mes collègues des groupes de compétences pendant les conseils de classes, à l'ordi sur le merveilleux logiciel où l'on rentre les notes et les moyennes, et les appréciations, mais ici, rien. Désolée.

Comment faire une entrée aujourd'hui sans parler de la Journée Internationale des droits des femmes. Je n'ai rien de plus à en dire que les autres années, rien de plus à rappeler, si ce n'est que ces journées qui paraissent inutiles à certains, sont le minimum nécessaire pour symboliser un certain respect et obliger les media à se rappeler qu'il existe encore des inégalités et que des gens se battent contre celles-ci.

Pour illustrer cette note et dire merde à France Inter qui s'est sans doute cru moderne en intitulant cette journée "la journée des filles" et qui à 14 h faisait une émission hyperchiante sur les politiciens italiens, propos d'hommes sur les hommes, voici deux vidéos. La deuxième est directement adressée à ma copine Pascale.

 

* Graffiti

 "Quand Dieu créa l'homme, elle était encore en train d'expérimenter."

dimanche, 03 mars 2013

Le poète se souvient de l'avenir *

94

C'est le nombre de copies que j'ai corrigées pendant les vacances. Il m'en reste 108, dont 46 de bac blanc (3 heures d'épreuve !).

Mais on ne va pas que se plaindre ! Il y a des bons moments. Quand vous demandez de repérer sur une page de site web les symboles du Canada. Et que l'on vous répond :

"The shit" !

En fait, c'est pour désigner la feuille d'érable. Mes élèves ne connaissent pas le mot "leaf", mais le mot "sheet" pour dire une feuille de papier. Enfin ils sont censés le connaître, car le rendu orthographique est surprenant.

J'ai aussi eu droit à celle qui préfère aller travailler au Canada qu'à Londres, parce que comme ça elle pourra "speak French a little beet".

(Pour les non anglicistes, ça donnerait une phrase du genre : parler français une petite betterave).

Je me marre ! comme disait mon ami Coluche.

Pour me détendre, j'ai essayé la lecture de l'avenir dans la cire de bougie fondue.

DSC03328.JPG

Mais tout ce que cela m'a dit, c'est que demain, ce ne serait pas le pied !

*Jean Cocteau

vendredi, 01 mars 2013

Un soir, l'âme du vin chantait dans les bouteilles.*

Je n'avais jamais réalisé que la réincarnation existait aussi pour les monuments historiques...

pour blog 2.jpgpour blog.jpg

 

* Charles Baudelaire

jeudi, 28 février 2013

CA NE S'INVENTE PAS

Vu et entendu à la télé aujourd'hui, dans un programme qui se voulait sérieux :

Monseigneur Podvin a dit que pour succéder à Ratzinger il fallait un pape qui inspire la confiance.

Mais oui, bien sûr. On va le croire...

Que dites-vous de celui-ci ?

mardi, 26 février 2013

Pour moi, le Dakar, c'est dîner tous les soirs avec cinq cent garagistes. Pas vraiment mon truc.*

Ma voiture est partie passer un examen. J'espère qu'elle sera reçue ! Mais elle a des petits points faibles ces temps-ci. Rien de grave. On lui a changé une sonde récemment et depuis ce weekend de grand froid, la vitre avant ne remonte plus d'un seul coup. Il faut que je l'aide en appuyant plusieurs fois sur le bouton, jusqu'à ce qu'elle soit en haut.

Le garagiste m'a dit ce matin, quand je l'ai laissée, qu'elle avait perdu la mémoire !

Heureusement que je n'oublie pas un truc de plus à chaque fois qu'il gèle. Ca serait radical cette année. Encore quelques jours comme ça, et je ne saurai même plus que j'ai un blog.

Adham, http://www.centre-lecture.com/home/spip.php?article1130

* Florence Arthaud

vendredi, 22 février 2013

Le travail, c'est le refuge des gens qui n'ont rien de mieux à faire.*

84 % des français sont heureux au boulot. J'ai du mal à croire à ce chiffre.

La journaliste qui l'a annoncé a donné quelques critères de "bonheur sur son lieu de travail" :

- La machine à café

- Le fond d'écran personnalisé sur l'ordi sur lequel les gens interrogés travaillent.

- La cafet' à midi.

- Les objets persos sur le bureau.

Je comprends mieux pourquoi je ne suis pas heureuse à mon travail.

Au lycée, la machine à café nous demande 45 centimes, et n'a le plus souvent pas de monnaie à nous rendre. Moralité, la plupart des récrés sont sans café. Nous partageons 6 ordinateurs pour 90 profs, alors vous imaginez bien que nous ne personnalisons pas le fond d'écran ! De plus nous sommes en réseau, et n'avons le droit de ne toucher à rien quant aux propriétés de l'ordi. La cafet' le midi, fait ce qu'elle peut, mais elle s'appelle cantine, et a tellement peu de sous par assiette, qu'on se contente des spaghetti bolognaise au cheval et des carottes en boîte qu'elle nous sert. Quant aux conversations, serrés à 10 par table, parfois, je m'en passerais. Les objets persos sur le bureau. Oui, je vois, pour moi c'est ma trousse, mon cahier d'appel, mes photocopies, mon cahier de préparation, et je range tout ça à chaque fin d'heure. J'imagine la tête de mes élèves si je posais un cadre avec la photo d'ADMV à chaque début de cours !

En revanche, l'enquête demandait aussi ce qui était insupportable. Et là, je ne suis pas épargnée : Le voisin qui pue (en l'occurrence, ce sont parfois les ados qui puent), et les blagues à deux balles, là, à la cantine, on est servi. (Sans jeu de mots)

*Oscar Wilde

jeudi, 21 février 2013

Pour tout peindre, il faut tout sentir.*

N'ayez pas peur pour moi. Je vais bien. Ma migraine est passée, mais c'est vrai que c'est à son début que j'ai commencé cette peinture. Le Sujet : Représenter les 5 sens, en ayant un miroir pour observer chez soi leurs différents organes. Toutes lumières éteintes dans la salle (de 18 h à 20 h la semaine dernière il faisait nuit noire) et une bougie sur un tabouret haut près de nous. Du coup, on voit les formes que l'on dessine, enfin à peu près, mais on ne peut que deviner les couleurs, les imaginer plutôt, en essayant de se rappeler où on les a déposées sur la palette. C'est assez étonnant comme expérience, agréable, et très drôle et scotchant quand on rallume la lumière. J'ai continué ma composition cette semaine, à la lumière cette fois. Ce n'est pas vraiment terminé, mais ça valait le coup que je vous montre ça.

 

copie 2.jpg

* Alphonse de Lamartine 

jeudi, 14 février 2013

On ne se coupe pas une cuisse parce qu’on veut manger de la viande. *

Vous imaginez bien que ce blog est bouleversé par l'actualité !

Mais avec notre habituel souci d'équité, nous publions tous les points de vue :

* Proverbe Mongol

dimanche, 10 février 2013

Conduire dans Paris, c’est une question de vocabulaire*

Avant de tenter une manoeuvre, cet italien

 


Le conducteur d'une Fiat tente de se garer et... par Gentside

aurait dû lire l'article ci-dessous !

Je sens qu'on va me dire que ce sont des stéréotypes, n'empêche en face de chez moi, il y a un espace où deux voitures peuvent se garer entre deux garages, si on fait un peu attention. Il m'arrive souvent d'interpeller la personne au volant à la fin de la manoeuvre si je vois que la voiture prend les deux places à elle toute seule. Il est vrai que 8 fois sur dix, cette personne est un homme. Pressé, sans doute.

 * Michel Audiard

jeudi, 07 février 2013

Une phrase, c'est comme un vêtement. Il ne faut pas qu'elle gratte dans le dos, qu'elle gêne aux emmanchures ni qu'on s'y sente endimanché, ou tarte.*

JE LANCE UNE GRANDE CAMPAGNE D'INTERÊT PUBLIC.

STOP AUX ETIQUETTES QUI GRATTENT !

Dites NON au fil à pêche pour coudre les étiquettes de nos t-shirts, chemisiers, jeans et autres.

A force d'essayer de les découdre, je finis par avoir deux trous en haut de chacune de mes fringues. Je ne supporte plus, et je ne vois pas pourquoi, au prix où l'on paye tout cela, nous devrions souffrir. Connaissez-vous une pétition que je puisse signer pour montrer leur ineptie aux fabricants ?

Pouvez-vous relayer cette grande cause sur vos blogs ?

*Marie Nimier

lundi, 28 janvier 2013

Si les lentilles vous font péter, portez des lunettes.*

Il y a des matins où quand on ouvre les yeux, la vie ressemble à ça :

opticienflou.jpg

Mais même si la lunetterie n'est pas un commerce en train de péricliter,

opticien fukushima.jpg

 il est parfois difficile de trouver monture à son nez.

opticien.jpg

ADMV est pourtant parvenue à trouver la monture dont elle rêvait et qui s'ouvre à l'avant, si, si ! Je n'ai pas trouvé de photo, mais dès qu'elle les aura, je vous promets un cliché.

Elle est parvenue également à me faire m'esclaffer, quand elle a répondu à l'opticien, qui lui fournissait moult explications techniques et tarifaires : "Mais j'entends bien !"

* Gelück

vendredi, 25 janvier 2013

Etre nu n'est pas inconvenant.*

Je tousse, je ressens comme de la fièvre par moments, et je me suis endormie devant mon ordi en rentrant du boulot.

Pourtant, j'ai mangé une succulente part de galette des rois bio avant de reprendre la route. Un collègue récemment retraité pense encore à nous et nous a offert des galettes des rois pour cette récré du vendredi après-midi qui voit souvent les têtes allongées de ceux qui ont encore deux ou trois heures de cours à faire le jour même, voire encore quelques-unes le lendemain. Cette galette fourrée orange/thé noir était délicieuse et j'ai réussi à en emporter deux parts pour ADMV et moi, car le collègue, il faut le dire, m'a à la bonne. Il n'y a pas que moi qui suis fatiguée, ma voiture cale aux démarrages. Je dois bientôt lui faire passer le contrôle technique. Il faudrait que je fasse un peu de ménage, mais j'ai la flemme. Je vais mettre en route Robert, lui, ne râle jamais. Sauf si j'oublie de le recharger. La semaine dernière, mes étudiants ont fait des exposés sur le design associé aux sciences et nous ont présenté des robots. Le plus sophistiqué était utilisé comme professeur ! Vivement qu'on me remplace. Robert est beaucoup moins beau mec que la petite robote japonaise ! Mais coûte sûrement moins cher.

Ce matin, j'ai travaillé sur une vidéo extraite d'un site scientifique, qui parlait de la mémoire. On la regarde, puis on attend une minute, puis on la re-regarde, comme ça trois fois. Seulement une fois la vidéo finie, si on ne ferme pas la page, la vidéo suivante s'annonce. Et aux ricanements de mes élèves, j'ai senti qu'il fallait vite que je change d'image. Car en plus, la vidéo démarrait :

On voyait cette photo là:

Je vous laisse imaginer les gloussements.

Puis ces premières images là :

http://video.nationalgeographic.com/video/science/weird-s...

Heureusement qu'il y a la caution du national geographic, qui par ailleurs fait de belles vestes, et que j'ai fermé la page vite fait, sinon j'aurais fait les gros titres des media pour avoir passé des images inconvenantes à mes élèves...

J'ai vraiment besoin d'un weekend.

*Mahomet

Mais Francis Bacon a dit également :

 "La nudité est inconvenante, celle de l'âme comme celle du corps."

lundi, 21 janvier 2013

Le récit de la fête est la moitié de la fête *

Reprise ce matin. Ce n'est pas facile de se remettre au boulot quand dans la tête on a des décos, des fous rires, des chansons, de la guitare, du coq au vin, du vin français, espagnol, de la bière Smithwicks, du fish and chips, de la neige en pagaille, des sourires même pas forcés, des retrouvailles, des badges, du patchouli, des petites nuits, de l'anglais, du thé, des dry-roasted peanuts, des jeans délavés, des punks, des souvenirs d'il y a 30 ans, du disco.

DSC03037.JPG

Il a bien fallu que je me retrouve face à mes élèves cet après-midi, après avoir préparé mes cours ce matin, et ce fut un peu dur de se motiver à parler du port d'armes aux USA, de regarder et écouter plusieurs fois le discours d'Obama, juste après la tuerie de Newtown, de faire avec mes collègues le barême du dernier devoir commun, de noter dans mon agenda la prochaine réunion avec ma proviseure, de ne pas sortir en courant de la salle des profs juste avant que ça sonne.

Pour retrouver ma bonne humeur, un cékoidon :

 

DSC02983.JPG

Vous êtes hyper trop forts ! Vous avez trouvé mon cékoidon dans la minute... Pour vous prouver que vous aviez raison voici une autre photo :

 

vive la vie,blog de femmes,femme,anniversaire,party,petit nuage

L'inspiration de ce design culinaire était du papier peint des années 70. J'aime les couleurs des gâteaux anglais, introuvables en France. Cela me rappelle toujours un de mes films préférés, où le héros mange un jour d'anniversaire dans la famille de son ami riche, un gâteau bleu ! Cela avait été un choc pour moi, et pour lui aussi apparemment. Ce film c'est "The Go-Between" de Joseph Losey. Un chef-d'oeuvre, sans violence ni effet spéciaux pourtant.

 

vive la vie,blog de femmes,femme,anniversaire,party,petit nuage

* Proverbe Tadjik.

 

lundi, 14 janvier 2013

Autant de bonnes journées en janvier, autant de mauvaises en mai.*

J'aime bien le mois de janvier. Moi qui fête peu noël à la date normale, car c'est une fête familiale, et chez moi la famille, ça se réduit à peu de chose, et c'est tant mieux finalement, ça laisse du temps pour se promener pendant les vacances, je profite souvent de janvier pour poursuivre les petites réjouissances genre échange de cadeaux, et petites bouffes sympathiques. Samedi, le repas fut du plus haut niveau, et ADMV et moi avons reçu un cadeau auquel nous ne nous attendions pas, et qui risque de faire baver d'envie Pascale et sa collec' !

DSC02942 - Copie.JPG

Quand nous aurons le droit, nous pourrons nous marier et mettre une belle photo de nous en mariées sous la neige. C'est marrant, quand j'étais jeune, le mariage, fallait pas m'en parler. Je pense que l'image des couples de la génération de mes parents, ça ne me provoquait pas de grands rêves, et puis le mariage ça voulait dire vivre tout le temps avec un mec. A l'époque, je ne savais pas vraiment pourquoi cela ne me paraissait pas adéquat, mais j'aurais pas pu. Maintenant, je sais pourquoi, et je me dis que je connais ADMV depuis assez longtemps pour que l'on puisse se marier. Je sais qu'il y en a parmi vous qu'en ont pas envie, mais avoir le droit de dire qu'on n'a pas envie, c'est pas mal non plus. Mais quand même, une belle boule de mariage qui neige, ça vous fait pas envie ?

Ce soir-là, moi, j'ai offert ça :

DSC02937 - Copie.JPG

Et je sais déjà qu'on ira au Musée Grévin, au Louvres et à la Gaité Lyrique, si on a le temps.

*Dicton