Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 21 septembre 2012

Les arènes gonflées d'une foule en délire regorgent de couleurs et d'âpre envie de sang. *

Depuis ce matin, on le sait, la corrida est "constitutionnelle". Et dans "constitutionnelle", il y a "stitutionnelle".

Quelques points de vue sur le sujet:

 Sinon, je suis rassurée. Je ne vis pas avec une psychopathe. ADMV a en effet un odorat hyper développé.

 

*Gilbert Bécaud.

 

mercredi, 19 septembre 2012

OGM? Moi, j'OGM pas.*

J'ai croisé récemment pas mal d'articles contre les produits issus de l'agriculture biologique, prétendant qu'ils n'étaient pas meilleurs pour la santé que les autres. Je ne sais pas quel lobby soutient ces articles, mais oseront-ils contredire une étude qui vient d'être rendue publique et qui dénonce la dangerosité des OGM ?

A lire dès le 26 septembre un livre "Tous Cobayes !". A voir, un documentaire sur le même sujet.

Et pour l'instant, cet article :

http://fr.news.yahoo.com/étude-choc-relance-débat-toxicit...

*moi.

vendredi, 14 septembre 2012

Il ne suffit pas de partager un patrimoine commun, encore faut-il vivre dans le même monde. *

Toute la semaine j'ai eu envie d'écrire une note. Et toute la semaine j'ai eu des trucs qui m'ont retardée. D'abord not' chat, qu'est pas vraiment not' chat, mais qui nous a adoptées, (d'ailleurs a-t-il le droit ? puisque tant de gens sont contre le droit à l'adoption des homosexuelles), car not' chat s'était battu et avait l'oeil dans un sale état. Puis j'ai eu des coups de fil. ADMV était en stage, loin, toute seule, enfin au début parce qu'après elle est allée au restau avec ses co-stagiaires, mais bon, au début, elle avait besoin de causer. Et puis j'ai eu du boulot. Après un weekend à corriger les évaluations pour faire les groupes de compétences, il a fallu taper les listes. J'ai préparé de beaux cours, mais il a fallu aller en avance au lycée pour vérifier que le vidéo-projecteur fonctionnait, trouver le bon code du portable, le bon câble qui ne donne pas une image verte sur l'écran. Mercredi j'ai mangé chez ma tante, qui aime bien que sa nièce mange chez elle. Mais bien que quittant à 11 h 50, je n'ai pu arriver chez elle qu'à 12 h 50. Bref, à 15 h, re-boulot. A 18 h, visite de E., et petites courses à faire pour manger car le frigo était vide, ou quasi. Hier, c'était presque cool, mais j'ai eu la flemme de rédiger une note. Alors là, malgré une migraine soudaine, que je suis en train d'essayer de tuer avec un zomig et du baume du tigre, je me suis dit "là, il faut faire quelque chose, ou bien ils vont tous se sauver. J'ai plus de visites. A croire que la politique ça les gonfle." Vous avez vu, aujourd'hui, je vous parle pas de politique. Pourtant là, j'avais envie de dire que Peillon, pour l'instant il a pas fait grand chose, mais il a quand même eu une réaction saine vis-à-vis des deux profs qui se sont fait agresser. Je ne résiste quand même pas à exprimer mon agacement quand le 11 septembre, les journalistes ont annoncé la visite de Ségolène Royal à l'Elysée en commençant par donner la couleur de son tailleur, et ont eu du mal à parler du fond, disant seulement qu'elle n'avait pas abordé de question d'ordre privé ! Du non-scoop donc. Autant fermer sa gueule. Mais avec tout ça, je ne connais pas la couleur du costard de François Hollande.  Ce matin, j'ai fait cours avec une de mes anciennes élèves devenues prof. On a une heure de cours à mener ensemble : dans sa matière, mais en anglais. C'est un peu bizarre, mais c'est intéressant et émouvant un petit peu. Ce soir, si ma tête me lâche un peu, je sors, car on inaugure un bâtiment rénové dans ma ville, et y'a un tas de trucs sympas organisés. J'avais rien dit de la semaine, mais je me suis rattrapée ! Merci pour votre patience, pour m'avoir attendue, puis lue.

Pour info, c'est comme ça depuis deux semaines, et pourtant je reste de très bonne humeur.

Journées du patrimoine 2012* Edwy Plenel

lundi, 10 septembre 2012

"Y'a qu'la vérité qui fâche"*

D'accord, la une de Libé ne manquait pas d'insolence. Mais finalement la réaction de l'homme dont il était question, porter plainte, prouve au moins que Libé avait raison sur deux points : Premièrement, il est riche.

En attendant que cette photo soit interdite suite au procès, régalez-vous !

 

* Ma grand-mère.

mercredi, 05 septembre 2012

Un chien mord un homme, c'est un fait divers. Un homme mord un chien, c'est un scoop. *

Mince ! J'ai failli oublier de faire une note de rentrée. Pourtant comment ne pas se rappeler de cet évènement incommensurablement étonnant et exceptionnel ?

Quoi ? Ces adjectifs vous semblent exagérés, hors de propos ?

Que nenni ! Des media très sérieux en ont fait leur une. Cela doit donc être un scoop.

Lundi, ils ont publié ça.

Messieurs et Mesdames du Monde, eh! Il faut vous réveiller !!! Ca ne fait que trente ans ans ou plus que c'est comme ça. Les profs rentrent une journée avant les élèves. Un scoop qui vaut bien tous les articles gougueule a recensés ce jour-là !

Ce même lundi, France Inter, a préféré parler des enfants et a expliqué à leurs parents (oui, je ne crois pas que beaucoup d'enfants retirent leurs mp3 pour écouter le 7/9) que une fois à l'école, les enfants avaient moins de temps libre ! Là encore j'en suis restée bouche bée. Tant d'informations ! Tant d'analyse !

Le lendemain, alors que je finissais mon brushing, et vérifiais ma tenue, ils ont annoncé que, comme tous les profs, j'étais sur le pied de guerre. Pourtant dans mon cartable, pas de kalachnikov, juste une clé usb et mes photocopies.

Bref, je suis rentrée. J'ai trouvé mes 36 élèves de secondes, dans une salle où les 38 places assises tiennent plutôt mal que bien. Et depuis lundi, nous guettons chaque temps libre pour organiser les évaluations de début d'année pour les groupes de compétences, nous alignons les réunions diverses de concertation dûes à la réforme pondue par le gouvernement précédent. Tout ce que nous souhaitons c'est que ces nouveautés soient abrogées pour qu'on puisse, au lieu d'évaluer, diviser les tâches en tant de micro-tâches que ni les élèves ni nous ne savons où nous en sommes, d'essayer de vivre calmement au milieu des 1050 élèves dans des bâtiments prévus pour 700, pour qu'on puisse, tout simplement ENSEIGNER.

Non, les journalistes n'ont pas prononcé les mots en gras ci-dessus. Alors quand on n'a rien à dire sur un non-évènement, on n'a qu'à.............................. .

illustration_12099_513.jpg

C'est lui qui l'a fait, mais ce sont eux qui n'ont encore rien changé. Pourtant, le changement, ça devait pas être maintenant ???

*Lord Beaverbrook

vendredi, 31 août 2012

La poésie est mémoire, mémoire de l'intensité perdue.*

Dans le couloir de la maison de retraite, je croise toujours des gens, assis le plus souvent. Je leur dis toujours bonjour. Parfois ils répondent, parfois pas. Hier une femme errait de long en long (en large, elle rentrerait immédiatement chez quelqu'un). J'ai dit "bonjour Madame". Elle ne m'a pas répondu. Elle répétait : "Vous avez vu ma femme ? Où est ma femme ? Vous savez où est ma femme ?" En boucle. J'ai dit que non. Un homme en blanc est arrivé et l'a raccompagnée à sa chambre.

Je me suis demandé si cela m'arriverait un jour, de déambuler quelquepart, l'air perdu, en demandant où est ma femme.

humour011.gif

* Yves Bonnefoy

mercredi, 29 août 2012

Let’s stop "tolerating" or "accepting" difference, as if we’re so much better for not being different in the first place. Instead, let’s celebrate difference, because in this world it takes a lot of guts to be different*

Ce soir, c'est la cérémonie d'ouverture des Jeux Paralympiques à Londres. Ici, on en entend à peine parler, un peu au journal télévisé. Il n'y aura aucune compétition retransmise en direct sur France Télévisions. La raison ? On sera trop occupé par la rentrée pour s'y intéresser. C'est vrai que quand un match de foot se passe à la rentrée, au moment de remplir les feuilles d'impôts ou de voter, on ne le diffuse pas...

http://www.20minutes.fr/sport/991949-jeux-paralympiques-d...

Je ne sais pas ce qui m'écoeure le plus, l'indifférence de la France en général pour les handicapés et leurs difficultés à vivre le quotidien, à être des citoyens égaux aux valides, ou bien la mauvaise foi des décideurs sur cette question.

 

http://www.paralympic.org/

En Angleterre, c'est différent. Non seulement on en parle à la télévision, dans tous les autres media aussi, mais tous les jours, dans les rues de toutes les villes grandes ou petites, vous croisez de nombreuses personnes en fauteuils, souvent électriques. Trottoirs, magasins, restaurants sont accessibles. Et les gens ne les regardent pas différemment de ceux qui marchent, car ils sont habitués.

 

*Kate Bornstein

Arrêtons de "tolérer" ou d'"accepter" la différence, comme si, en premier lieu, nous étions tellement meilleurs de ne pas être différents. Au lieu de cela, célébrons la différence, parce que dans ce monde cela demande beaucoup de courage d'être différent.

 

lundi, 27 août 2012

La lune est le rêve du soleil.*

Le 20 juillet 1969 j'étais en vacances en Alsace, tout près du Haut-Koenigsbourg. J'allais avoir 11 ans, entrer en sixième, et un autre évènement occupait l'esprit de tous les gens pourtant. Les américains allaient marcher sur la lune. Mes parents nous ont réveillés vers deux heures du matin, je crois qu'on ne savait pas l'heure exacte de l'émission, et pour nous faire patienter la RTF (Je ne sais même pas s'il y avait un O devant ou non déjà) nous a passé un petit film "L'impossible Tante Clara", épisode spécial de "Ma Sorcière Bienaimée". Tous les pensionnaires de l'hôtel étaient dans la salle à manger, la télé accrochée en l'air au mur. C'était chouette, j'étais assise à côté de ma famille, mais pas loin de ma copine de vacances, Claire Baudéan. Elle est devenue journaliste à Radio France. Je me suis toujours demandé si cet évènement partagé en direct y avait été pour quelque chose. En tout cas, je n'ai jamais plus regardé la lune de la même manière. Quelques jours plus tard, on est allé regarder l'amerrissage (je n'avais jamais entendu ce mot avant), un après-midi chez des amis vignerons. Mes parents, subjugués par l'écran, n'ont pas vraiment fait attention à ce que la dame versait dans mon verre pour que je "goûte", et en sortant, je faisais des pas de cosmonautes pour passer au-dessus du caniveau au milieu de la rue.

Tout est raconté dans le détail.

Il m'est encore difficile d'imaginer que cet homme ait pu avoir 82 ans.

* Paul Klee

mardi, 21 août 2012

Mon abécédaire d'été

Les vacances se poursuivent donc, et se terminent un peu aussi comme suit:

A comme Acupuncture. (première séance pour moi. Positif)

B comme Barbecue, C comme Chaleur, D comme Dormir,

E comme Epinards dans les caillettes.

F comme Farniente et Four solaire , G comme Godiveaux,

H comme Hospitalité, I comme Idéales, J comme Jardin,

K comme Keskecébien les vacances (proposé par Hervé)

L comme Liberté, M comme Maison, N comme Nouvelles,

O comme Olives vertes et noires, P comme Piscine géniale et le Poët-Laval,

Q comme Qu'est-ce que c'est bien les vacances ! (encore Hervé !) et comme Quadrupède (proposé par Zapette).

R comme Rire, S comme Salades fraîches, T comme Tomates juteuses,

U comme Super U de Dieulefît, V comme Vélo (pas trop, il fait trop chaud)

W comme Waouh c'est beau !, X comme XL taille de mon nouveau t-shirt, Y comme Yaourt au lait de brebis,

Z comme Zéro défaut.

Pour certaines lettres je n'ai pas trouvé de proposition... Suggérez-moi des idées et je vous dirai si ça colle avec mes vacances ou non.

Pour le A, j'ai une réponse, mais je veux vous faire deviner. C'est un truc que j'ai fait pour la première fois, mais en général, ce n'est pas forcément une activité de vacances.

Ah, et j'oubliais, nos voisins sont charmants et discrets.

 DSC01754 (2).jpg

mardi, 14 août 2012

La nouvelle n'est pas passée à la radio, mais je suis rentrée !

Les vraies vacances sont celles où l'on se coupe du monde habituel, et surtout des "informations". J'ai sûrement encore loupé des morts. Dans l'année, je vais parler d'un vieil acteur en le pensant vivant, ou d'une chanteuse sans savoir qu'une OD l'aura décimée. Tant pis. Pour essayer de rattraper un peu mon retard, les deux premiers jours de remontée à la surface, j'écoute france inter. Aujourd'hui c'était super. Ca a beaucoup parlé d'amour, un peu de vacances, pas mal de cinéma italien et même d'yeux. Non, pas de Dieu, d'yeux. Deux phrases m'ont fait sourire, même si elles n'étaient pas destinées à le faire. D'abord une fille a dit "Mon gaz naturel est arrivé avant mes cartons." Le contexte ? Une pub pour GDF (ou ce qu'il en reste). Vu qu'elle parlait de déménagement, heureusement que le publicitaire à pensé à dire cartons et pas caisses... La deuxième phrase que j'ai mémorisée c'était "Restons encore quelques minutes sur la langue." Ca parlait linguistique, heureusement là aussi, car s'il s'était agi de position, ça aurait été difficile pour le speaker et son invité, de rester debout sur leurs langues ! Je ne sais pas s'ils vont l'annoncer dans un flash, mais je repars bientôt !

mardi, 31 juillet 2012

Aux Jeux Olympiques, les nageurs vont tellement vite dans les piscines, c’est à se demander s’ils aiment vraiment l’eau...

C'était donc mon anniversaire hier. J'ai regardé les actualités du jour de ma naissance. http://www.ina.fr/video/AFE86003630/les-actualites-franca...

Edifiant ! Qu'est-ce qui a changé finalement ? ... à part moi.

Aujourd'hui, tout en faisant les valises, j'ai regardé un peu les JO, oui, car je pars dans un monde hors technologie, hors tv, hors tout, et cela va me faire un bien immense.

J'ai donc vu une judokate se faire battre par une mongole peu connue, et un judoka perdre "sans gloire face à un obscur argentin" ! Les journalistes devraient se réécouter. Peut-être ne diraient-ils pas autant d'horreurs, comme par exemple qu'une nageuse était "entamée" parce qu'elle est arrivée deuxième derrière une véritable torpille humaine, à une seconde !

Sur leurs sièges confortables, ils ne manquent vraiment pas d'air... Je les entends à nouveau en direct. "Ces français qui ne sont rien", simplement parce qu'ils sont derrière ceux qui gagnent, bien sûr.

Je m'en vais donc, et ne sais quand je pourrai avoir accès à internet. Respirez, vous aussi, prenez des couleurs, après le printemps et le début d'été que nous avons eu, j'en vois des bien pâlots.

 

 

 
vidéo JO 2012 sélectionnée dans Sports
 
* Laurent Ruquier

lundi, 30 juillet 2012

Les idées arrivent quand on ne s’y attend pas, c’est un cadeau ! *

Aujourd'hui j'ai neuf ans de plus que l'inverse du chiffre qui est mon âge réel. C'est beaucoup mieux quand même que le palindrome que j'aurai l'année prochaine !

Je ne vieillis pas m'a dit une jeune ex-collègue sur facebook, j'avance dans la vie. Oui, ben j'aime pas trop l'idée d'avancer comme ça tout droit. C'est comme quand je me balade en forêt, j'aime mieux les boucles. Quoi que, me retrouver au point de départ... Pas trop mon trip non plus.

Le petit coup de mou du chiffre est en général compensé par les multiples intentions de tout le monde et surtout d'ADMV, des bisous, des cartes reçues dans la boite aux lettres de ma maison (de moins en moins il faut le dire), dans la boite mail de mon ordi, des sourires, des messages sur mon répondeur téléphonique, des commentaires sur mon blog, sur ma page fesse-bouc, et des cadeaux !

Aujourd'hui j'en aurai sûrement quelques uns, qui reflèteront l'idée que les gens que je fréquente au quotidien ont de moi et de mes envies. ADMV m'a offert mon gros cadeau avant que je parte en Angleterre, et grâce à ça, j'ai pu vous tenir au courant de mon stage, de mes impressions, et si on trouve une connection publique en vacances, je pourrai aussi vous donner des nouvelles de la météo ! Mon cadeau, c'était ça:

 

*Dany Boon

 

jeudi, 26 juillet 2012

Mon Angleterre dans tous les sens

En Angleterre, il y a les paysages, les maisons, enseignes, objets typiques.

 

 

DSC01507.JPG

DSC01363.JPG

 

DSC01415.JPG

Il y a aussi la nourriture typique, et qui ne cesse de s'améliorer y compris hors des maisons, et pour des prix abordables. 

 

DSC01478.JPG

 Il y a les odeurs bien sûr, au bord de la mer, au restau indien.

 

DSC01542.JPG

DSC01553.JPG

 

 Et puis il y a ce qu'on entend : les mots, les bruits, les musiques.

 

 

Pour le sens du toucher cette fois-ci, c'est surtout l'humidité qui m'a marquée, et le froid parfois. J'en tousse encore !

 

DSC01486.JPG

mercredi, 25 juillet 2012

Cette note est un bonjour

En bas à gauche de ce blog, il y a une carte du monde. Presque tous les jours je clique dessus et je vois d'où viennent mes visiteurs. Je sais qu'il y en a qui viennent par hasard, mais quand une localité est citée quasiment quotidiennement, et qu'en plus deux ordinateurs se connectent de cette localité, évidemment, cela m'intrigue, et je me demande qui sont ces gens que je ne connais pas mais que mon blog semble intéresser.

Alors aujourd'hui, je salue le plus estivalement et le plus chaleureusement possible mes deux visiteurs réguliers de Mountain View en Californie !

A moins que ce ne soit la même personne qui se connecte deux fois par jour, une fois de chez elle, une fois de son lieu de travail ?

Ce qui me ferait vraiment plaisir, ce serait que ce/ces visiteurs se fassent connaître, même sous un pseudo, dans les commentaires de cette note, et qu'il/s ou elle/s nous en disent un peu plus sur leur/s vie.

Je me suis donc renseignée un peu, et je dois dire que les avis divergent à propos de Mountain View. Il suffit de lire ce forum pour s'en rendre compte.

Voilà où ça se trouve :

Et voilà à quoi ça ressemble :

mardi, 24 juillet 2012

Quelques clichés...

I'm back.

 

Et tout à l'heure j'ai rempli mon questionnaire de satisfaction concernant mon stage. Si tout le monde est aussi honnête que moi dans ses évaluations, et que l'organisme ministériel s'occupant de signer les contrats avec les écoles en Angleterre est honnête aussi, le centre où j'étais pendant deux semaines ne devrait plus figurer dans le Bulletin Officiel l'an prochain.

Si ce n'est pas le cas, j'ai imprimé tout ce que j'ai répondu, et je suis prête à envoyer toutes mes réponses au Canard Enchaîné.DSC01392.JPG

Il y a une chose dont l'école n'était pas responsable, c'était le temps. Mais bien sûr cela ne nous a pas aidé à garder le moral. Il y a quand même eu quelques lueurs,

DSC01378.JPG

et surtout un dernier weekend où tout le monde était reparti, mais où je suis allée à Colchester visiter un centre d'art contemporain récemment ouvert. Je n'avais pas le droit de prendre de photos à l'intérieur...

 

DSC01608 - Copie.JPG

 

Au musée de Brighton en revanche, qui est gratuit lui aussi, (je dis lui aussi car FirstSite à Colchester est gratuit), on peut prendre tout ce qu'on veut en photo. Et je vous recommande l'exposition temporaire "Fashion Desigh et le Flag".

DSC01583 - Copie.JPG

dimanche, 22 juillet 2012

Le rire est une bouée de sauvetage.*

Si vous cherchez un boulot d'été cool, c'est sauveteur sur une plage près de Worthing. C'est déjà un boulot relax en France, j'ai eu un copain qui faisait ça au lac de Salagou. Son problème, c'était le vent, mais ça  ne nuisait pas à son bronzage.

A Worthing, ça bronze pas un max, mais, si t'es payé au mois, t'as des jours de relâche ! Nonobstant c'est un boulot confortable et pas violent étant donné le nombre de baigneurs.

DSC01604.JPG

Et en plus ici, comme à Malibu, ils ont de belles petites voitures à grosses roues pour pas se fatiguer. J'en ai vu un à Brighton qui s'éclatait à faire de la vitesse, il devrait se méfier justement, l'année où j'y étais à Malibu (oui, je sais ça l'fait), ya un type qui a tué deux françaises en leur roulant dessus. Il les avaient pas vues, allongées qu'elles étaient...

DSC01605.JPG

*Michel Serrault

mercredi, 18 juillet 2012

"Vivement vendredi qu'ils s'en aillent."*

Les cours commencent à ressembler à quelque chose, et on a même des devoirs

Un oral de 5 minutes pour demain, je vais parler de Worthing au temps de Dickens. C'était la joie, les marins naufrageaient et il y avait plein de contrebandiers. Et un "creative writing", j'ai choisi le sujet : En quinze minutes, écrire à propos d'une activité que l'on aime faire, en utilisant des images concrètes, tactiles, sensuelles...

Et cet après-midi à Chichester j'ai visité un musée d'art où malheureusement je ne pouvais pas prendre de photos pour vous montrer.

Il y avait au moins 5 salles d'oeuvres de Peter Blake qui a travaillé avec The Clash, the Beatles, David Bowie, Eric Clapton, et j'en passe.

Quelqu'un a demandé ?

Oui, il refait un temps de chiotte.

*Bea, une de nos profs.

 

 

Il n'y a rien de plus salutaire que la diversion, de plus tonifiant que le changement. *

Soirée pub. Pas de quiz, mais du jazz. Changement de bière, après la bitter Harveys, l'ale London Pride.

C'est comme pour le sandwich du midi, il faut varier. Aujourd'hui cheddar/coleslow, hier poulet tikka

 

Et le temps change aussi. Pas une goutte de pluie aujourd'hui J'ai quasiment pu m'habiller en été.

 

Oui, on a un peu l'impression que c'était aujourd'hui, et pas un autre jour...

Le contenu des cours évolue également. Une révision de l'histoire de l'Angleterre ce matin, du point de vue d'un natif d'Irlande. Pas au programme, mais Hyper intéressant.

*Madeleine Ferron

lundi, 16 juillet 2012

Ce qui est mouillé ne craint pas la pluie*

Worthing, la flamme olympique passe ici en ce moment. Elle aura beau me chercher parmi le public, elle ne me verra pas. Elle ne verra pas non plus les deux ados de la famille.

Il fait un temps à ne laisser personne dehors, pas même une flamme. Une quantité d'eau, un bruit, une absence de lumière indescriptibles.

Du coup, j'ai "séché" la sortie à Brighton, qui avait d'abord été prévue, puis annulée, puis réinscrite au programme ce matin ! En train au lieu d'en bus. Du coup, un tour à la bibiliothèque et retour at home, où j'ai bu deux mugs de thé en regardant Monk.

Hier, au musée de Southampton, j'ai vu un tableau dont je ne retrouve malheureusement pas la trace sur internet, qui disait : "Winter, then Autumn, then Winter again !" Cela semble si vrai cette année.

J'ai en tout cas passé un bon weekend, avec un petit garçon de deux ans à qui je disais "If you don't speak clearly to me, I'll speak French to you." Et cela marchait !

 *Proverbe grec moderne.

 

vendredi, 13 juillet 2012

Ministère Amer

30 personnes vont avoir un travail de rédaction à faire bientôt. Les contraintes:1. Respecter les règles de la voie hiérarchique, les formules de politesse adaptées. 2. Etre concis sans oublier de fait et arguments importants.

Vincent ne va en effet pas forcément être content d'apprendre que, malgré l'austérité ambiante, une école anglaise est en train de gaspiller l'argent du ministère et le temps et l'énergie de 30 enseignants. La deuxième semaine risque d'être assez houleuse si aucun effort n'est fait pour que le stage ressemble un temps soit peu au descriptif du Bulletin Officiel.

 

Le seul moment où j'ai eu l'impression de sentir qu'on stimulait mon cerveau et qu'on me poussait à utiliser mes compétences, quitte à les défier, ça a été hier soir, au pub, lors d'une soirée "quiz". Deux demi-pintes de Sussex Best Bitter et des "dry roasted peanuts" (cacahuètes grillées à sec), des questions lues au micro, avec humour, par un patron de pub sympa, entouré d'environ huit équipes animées, rien de mieux pour être stimulé intellectuellement.

Heureusement ce weekend je vois des amis, et cela va me changer les idées. Car ce n'est pas le temps qui me remonte le moral. Partie sous le soleil ce matin, sandales et pantalon blanc, je suis rentrée trempée jusqu'aux os, après avoir passé 4 h 45 dans le bus ou à pied, tout ça pour voir un château, beau, certes, mais dont l'intérêt dans ma formation pédagogique continue m'a échappé.

Pour la semaine prochaine, les profs ont trouvé une autre excuse pour glander : lundi à 16h30 la flamme olympique passe, du coup, suppression d'une excursion qui sera reportée bien sûr à la place d'un cours ! Et hier déjà, au lieu d'un débriefing, analyse d'une observation de cours, ils nous avaient fait faire deux heures de bus A/R rien que pour aller dans une librairie !!!  A l'heure d'internet et d'Amazon, on croit rêver. On ne rate pas une visite, mais une heure de boulot, no sweat !

 

mardi, 10 juillet 2012

Les jours de pluie ça ne veut rien dire*

Ce matin, malgré le temps gris et la pluie, j'ai mis mes sandales.

J'ai bien fait. Il a fait beau.

Côté péda, c'est un poil mieux.

Sauf le cours sur la planification de séance qui avait sûrement été pompé sur celui de mon formateur du CPR de 1983.

Ensuite, on a été au pub, à Lewes, sympa, une pale ale au léger goût de miel, puis on a visité la maison d'Anne de Cleeves, une des heureuses épouses d'Henry VIII, une des rares à ne pas avoir perdu la tête. J'ai pris quelques photos de l'endroit.

 

DSC01330.JPG

DSC01340.JPG

DSC01354.JPG

*Véronique Sanson

lundi, 09 juillet 2012

Eau chaude, douche froide, impression mitigée.

Bonsoir !

Réveil une heure en avance... Oublié de changer l'heure de mon portable (j'en ai un exceptionnellement pour ce séjour) qui était resté sur le fuseau français.

Petit-déjeuner rapide et léger, repas froid du midi, encore plus !

Journée de stage décevante.

Impro et pagaille totales.

Heureusement, il a fait plutôt beau, et le café était meilleur que prévu.

Ce soir, repas délicieux.

J'ai une petite chambre où je me sens bien, et un grand stage, vide.

DSC01325.JPG

DSC01324.JPG

Comme les voyages, la technologie n'a pas d'âge.*

Première note sur mon netbook et sur mon lit, ça va être rock'n'roll !

Il fait beau ?  Pas vraiment.

T'es bien arrivée ? Oui, mais ce fut dur à cause d'un manque flagrant de plan.

T'as vu des chouettes trucs aujourd'hui ? Oui ! Rye est toujours une aussi belle ville et en plus  il y avait du soleil.

T'as bien mangé ? Oui, comme d'hab' en Angleterre.

Et tes hôtes ? Sympas, cools, qui font tout  pour que ça se passe au mieux alors que leur ado 15 ans part à Berlin cette nuit à  3 heures.

Bon il estchouette mon netbook, mais je gère encore mal le clavier. Le curseur se barre n'importe où parfois, et je n'ai pas encore compris pourquoi...

*Ed à la fin du premier jour.

samedi, 07 juillet 2012

Les films sont plus harmonieux que la vie. Il n’y a pas d’embouteillage dans les films, il n’y a pas de temps mort. *

C'est les vacances. Vous le savez tous maintenant, ou bien vous êtes des extra-terrestres, car tous les media de ce pays, et même de la planète, nous gavent avec cette nouvelle, vraiment extraordinaire à laquelle on ne s'attendait pas.

On nous fait également prendre conscience de notre chance de partir si on part, car de plus en plus de français ne partent plus, ou moins. C'est vrai que si on n'a pas une vieille tantine à Palavas-les-Flots, il nous reste la belle-soeur (avec un peu de chance, postière !) à Villers-Cotterêt ou à Hagondange.

Mais les media veulent aussi consoler et même compenser la frustration de ceux qui ne partent pas. Hier, sur BFMTV ils avaient dépensé des sous pour envoyer pendant toute la journée une "reporter" qui faisait des kilomètres sur l'autoroute (celle du sud je suppose) et interviewait les gens au péage, qui vous racontaient les bouchons comme si vous y étiez. Alors, de quoi ils se plaignent les pauvres, puisqu'on leur faisait vivre la galère qu'ils ne peuvent pas s'offrir cette année "en temps réel" !

Personnellement je suis chanceuse, puisque je pars demain, dans le sens inverse des bouchons (je serai du côté gauche de la photo) ! Je me dirigerai vers l'Angleterre où je vais suivre un stage didactique et linguistique, payé par l'educnat (sauf le trajet aller/retour). Je vais revenir avec un statut de "superteacher", bien mérité cette fois, et le bon côté est que pour une fois vous savez où passent vos impôts !

Comme je suis prof dans un "éco-lycée", je co-voiture, pour qu'il y ait moins de CO2 dans votre atmosphère. Je vous tiendrai au courant j'espère assez régulièrement de mes activités, rencontres, découvertes, etc.

*François Truffaut

 

mercredi, 04 juillet 2012

La télévision, c'est comme la poste, ça transmet. *

Grâce à Zapette, j'ai pu refréquenter un lieu que j'avais réussi à éviter depuis quelques semaines... La Poste.

Depuis qu'ils ont mis des majuscules et sont devenus une entreprise, c'est vrai que se rendre dans leurs bureaux est une épreuve. Pourtant évoquée depuis longtemps par Dany Boon, je crois qu'ils sont en train d'atteindre des sommets. 

Il y a quelques années ils avaient pourtant adopté le principe de la file d'attente unique qui faisait passer les gens dans l'ordre chronologique de leur arrivée et tous les guichets pouvaient tout faire. Cela demandait la polyvalence des agents, mais ils l'avaient puisqu'auparavant ils changeaient régulièrement de guichets, et pour l'usager, c'était équitable.

Il y a une dizaine de jours Zapette m'a demandé tellement gentiment de me procurer une pièce de 10 euros en argent à l'effigie de ma région. Cette pièce, très prisée des collectionneurs, était en vente dès le lundi 25 juin. Mais divers rendez-vous et réunions ont fait que je n'y suis allée que le jeudi... Ma poste étant en travaux, je me suis rendue dans une poste proche du centre ville. Là, je me retrouve dans un immense espace, où sont disséminés des plots, au-dessus desquels se trouvent des panneaux, soit jaune, soit bleu, sur lesquels il est écrit des mots comme : Envoyer, Recevoir, Payer ses Achats, Conseiller bancaire... (je ne suis plus sûre des termes exacts, mais c'est dans ce goût-là). Y'en a pas qui dise : "Acheter une pièce de 10 euros en argent". Donc je dois avoir l'air intelligent d'une poule qui a trouvé un couteau, et comme je vois une dame derrière le plot "Payer ces achats", je m'approche. Pas le temps, elle me hurle presque : "C'est fermé!", là, ce n'est plus un sketch, mais la chanson de Pierre Perret qui me revient à l'esprit. 

Je demande timidement à la grosse dame :"Je peux vous poser une question ? Je voudrais acheter une pièce pour ma copine Zapette". "On n'en a plus!!!" Je ne demande pas mon reste et sors.  Je reprends ma voiture (finalement, malgré le soleil j'ai bien fait de ne pas y aller en vélo, car il est 11 h 30 et ça va bientôt fermer) et je me rends dans ma poste de remplacement, située dans un quartier un peu plus périphérique, et un peu plus défavorisé. Ah, mais désolé Madame, mais il n'y a plus de pièces nullepart dans Not'ville, et de toutes façons ici, on n'en a pas eu. Moi : ahhh...???!!! Il y a des gens qui n'ont pas le droit d'en acheter des pièces ? Ou bien les gens intéressés, faut pas qu'ils viennent par ici ? Mais là, c'est encore une file d'attente unique, et la dame est très gentille et me dit, "votre poste rouvre demain après-midi, et je crois qu'ils mettront en vente les pièces lundi." Ouf ! Lundi matin, j'y vais donc, mais le store est à moitié baissé, et en fait après vérification la poste n'ouvre que l'après-midi.  Donc, j'y retourne à deux heures, et victoire !!! Ils ont des pièces, les gens ne sachant pas que la poste est rouverte ne les ont pas achetées, et pour ne rien regretter, j'en achète deux. Cette visite me permet de comprendre le pourquoi des travaux qui ont duré trois semaines ou un mois dans une poste toute neuve, ouverte il y a à peine deux ans : ils nous ont mis des plots !!! Les gens ont tous l'air hagard, errant d'un plot à l'autre ne sachant lequel choisir, et une employée circule de l'un à l'autre en les renseignant en souriant encore, ce n'est que le deuxième jour ! Mais je suppose qu'elle doit être contente de rentrer chez elle le soir après avoir piétiné toute la journée dans son bureau de poste en répétant non-stop les mêmes explications. Je me suis demandée après ces trois visites à des bureaux de Maville si La Poste n'était pas en train de nous concocter d'autres suicides dont ils ont le secret. Après les facteurs auxquels on a imposé des missions impossibles à remplir dans le temps imparti, les postiers que l'on oblige à prendre les "clients" (et plus "usagers" surtout !) pour des cons. La Poste a donc un autre point commun avec la télévision.

* Jean-Luc Godard