Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 01 juillet 2012

Idée pour faire une carrière d'artiste conceptuel : signer les dessins d'enfants. *

Les croquées du bac 2012 :

numérisation0001.jpg

numérisation0002.jpg

*Roland Topor

vendredi, 29 juin 2012

Les boîtes de nuit, c'est une salle d'attente*

J'arrive en même temps qu'une dame brune et bronzée. Rééducation du pouce. Une espèce d'attelle lui relie le pouce au poignet. sa rééducation doit être bien entamée si j'en crois son adresse dans la manipulation du portable. Elle peut tout faire ! sauf l'éteindre. Il sonne trois fois. Il y a un ventilateur dans le couloir, sympa. C'est calme. J'aime ce moment que je perds légitimement à lire des conneries dans les magazines, à en écrire dans mon carnet, que vous lisez à présent. Un homme et une femme étaient déjà là quand on est arrivé, séparés par des chaises vides. Soudain arrive un petit garçon. Avec sa maman il s'installe entre l'homme et la femme. Fini le calme. Il est du genre "je cours partout et tout le temps en parlant très fort ; je m'allonge par terre près du ventilateur, c'est-à-dire devant mes pieds." La maman, elle, est du genre qui laisse son fils faire n'importe quoi, mais au bout d'un long moment, lui crie dessus, mais pas pour ce qui gêne vraiment. Il s'appelle Nicolas. Ah ! C'est donc ça.

Discussion :

 "Maman, c'est super, Jeudi, j'ai bowling."

"Hein ?"

"Ben oui, c'est le dernier jour d'école, alors on va au bowling." Grand sourire.

"Oui, mais toi, tu peux pas y aller. Tu pars mercredi."

"Ben, on n'a qu'à reculer le départ !"

"T'as qu'à dire ça à ta grand-mère. Tu verras comme elle va être contente !"

Silence.

Une femme sort de chez la sophrologue. L'homme se lève et s'en va avec elle. La pouçologue vient chercher sa patiente. Personne ne rentre chez la sophrologue. Mon microkiné est en retard de 10 minutes. La porte de l'orthophoniste s'est ouverte. Une dame est entrée, puis est ressortie avec son fils blondinet. Nicolas est alors entré chez l'orthophoniste. Vous suivez ? Je me retrouve toute seule avec la mère de Nicolas. C'est calme. Très calme. Ce serait peut-être le moment que je lui explique qu'un dernier jour d'école, ça ne se rate pas sans bonne raison, que c'est souvent la meilleure journée de l'année, plein de fun et d'émotion. Une grand-mère ça a du temps, ça peut bien attendre 24 heures de plus pour voir son petit-fils.

Salle d'attente couleur bd

 

http://margauxmotin.typepad.fr/margaux_motin/page/6/

Parcourez le blog, ça vaut la peine !!!

*Jacques Dutronc

jeudi, 28 juin 2012

Sur la terre tout à une fonction, chaque maladie une herbe pour la guérir, chaque personne une mission. *

Il y a un truc qui m'obsède depuis que je suis prof en lycée, c'est l'angoisse de perdre ou détruire par accident les copies de bac que j'ai à corriger. Evidemment, je ne m'amuse pas à aller au square du coin avec et les laisse à la maison si je fais la fête un soir, mais il y a deux moments où l'on ne peut éviter de les avoir avec nous dans un lieu public, et ces moments peuvent être connus par n'importe qui. Le premier, c'est quand on va chercher les copies dans une belle enveloppe marron au centre local où toutes les copies, de toutes les matières sont rassemblées. On les compte, les recompte, on montre sa carte d'identité (il y a quelques années, on ne la montrait même pas, ce qui m'avait beaucoup choquée), on signe, re-signe, et on part la peur au bide. On se gare et jusqu'à ce qu'on ait refermé la porte derrière soi, on a la sensation d'être un agent très spécial de l'état, cible potentielle de terroristes anti-bac. Le deuxième, c'est un matin, quand on part en voiture vers le lieu de délibération de notre jury. Là, on a déjà rentré nos notes sur informatique, mais on rapporte les copies. Il y a toujours la crainte d'un accident, vu qu'on corrige souvent à une distance de 100 à 200 km de chez nous. Et un car-jacking serait fatal.

En 17 ans de bac, rien ne m'est jamais arrivé, mais, néanmoins, l'angoisse m'étreint tous les ans, et ce n'est pas seulement parce que mon père était cheminot.

A Marseille, ville de tous les dangers (voir ici), un mec a dû rester tout con avec sa kalachnikov dans la main gauche tandis qu'il ouvrait avidement la sacoche de la main droite ! Au lieu du fric attendu, 34 copies de philo !!! Et comme dessus il n'y a aucun nom mais seulement des numéros, l'abruti n'a même pas la possibilité, ni de remercier celui qui l'aura le plus fait rire, ni de dézinguer celui qui l'aura le plus fait chier. Enfin, encore faudrait-il qu'il ait pris le temps de lire. Rien n'a été dit sur l'état de la prof. On s'est seulement perdu en compassion sur les 34 chéris qui doivent refaire l'épreuve. Si ça tombe, ça aura été la chance de leur vie ! Et en plus on sera encore plus "bienveillant" avec eux, cela a été précisé. Mais savoir si elle, on va être bienveillant à son égard, là, c'est un mystère.

Le sujet de remplacement ?...

*Sagesse Indienne

mercredi, 27 juin 2012

ATTENTION, NOTE METEO, ESQUIMAU, SOMBRERO ET TROMBE D'EAU.

Depuis début mai on a un temps que l'on est en droit d'appeler pourri. Tous les débuts de semaine, on nous annonce un beau weekend huit jours plus tard, et finalement, ça ne dure pas plus longtemps que le samedi. Je suppose que le lobby hôtelier et touristique y est pour quelque chose, pour qu'on n'annule pas nos petits weekends loin de chez nous. Ca pue l'arnaque.

Exemple : Depuis deux jours on a du soleil, un peu, pas beaucoup, on y croit, on nous dit qu'il va faire TRES chaud demain, et évidemment, les rabat-joie de la météo nous reparlent déjà d'orage. Malgré la pluie, le manque de lumière, les nuages envahissants, j'ai réussi à trouver quelques cerises. Et du coup, ce weekend, j'ai pâtissé. Personne ne s'est plaint.

DSC01309.JPG

DSC01313.JPG

ET les cerises au moins, elles, ont eu un peu chaud. Mais cela ne les a pas empêchées d'être délicieuses.

J'ai rien d'autre à vous raconter, car à  part réviser les noms de métiers : plombier, artisan, maçon, dentiste, gynécologue... Je ne fais pas grand-chose. Bon je sais, les gens du sud vont encore venir me dire que chez eux, c'est l'été, et gna, gna, gna. J'm'en fous, je suis d'ici, et je m'y ferais bien à ce temps, si on n'essayait pas ni de me faire croire à un weekend radieux, ni à une fête de la musique de tous les dangers, rien que pour l'annuler plus facilement.

 

mardi, 26 juin 2012

On n'est jamais satisfait du portrait d'une personne que l'on connaît bien. *

Je me souviens vous avoir promis de publier un dessin ou une peinture de temps en temps.

Aujourd'hui, un portrait peint aux alentours de 1994. Une amie actrice qui jouait dans une pièce écrite spécialement pour le bicentenaire de la révolution. J'en ai bavé sur son bras ! Si je peux m'exprimer ainsi...

Danièle Tisseurs 1994 copie.jpg

C'est de l'acrylique. Ca m'a pris des plombes d'après photo. Je n'ai plus le tableau, je lui ai offert.

*Johann Wolfgang von Goethe

dimanche, 24 juin 2012

Vivre simplement pour que simplement d'autres puissent vivre *

Dans la rubrique "Vie quotidienne" :

Les sacs poubelle. Quand on sait que ça met des siècles à se dégrader, ça fait peur. Chez nous on en utilise des grands, 50 litres, à peu près un par semaine. On est aussi du genre à dépenser plus pour dépenser bio. Alors quand j'ai vu au Carrouf des sacs "écologiques" auto-biodégradables, je n'ai pas hésité. Mais là, ça ne s'appelle même plus dépenser plus. Ca s'appelle perdre son fric. Il ne faut pas un sac, car il craque à la moindre chose dedans, mais deux, voire trois ! Alors, ne vous faites pas avoir, et comme moi, contrainte et forcée, polluez plus ! Faire des efforts, oui, être prise pour une conne, non. Quand la technologie n'est pas au point, qu'on ne vende pas le produit, sinon, ça s'appelle de l'arnaque.

Et en cherchant une illustration, j'ai trouvé quelqu'un qui pense tout comme moi :

http://bulles-de-clim.blogspot.fr/2010/05/ma-vie-en-vert....

*Gandhi

jeudi, 21 juin 2012

"Un conservateur est un homme qui reste assis et qui réfléchit ; qui reste assis surtout."

Pascal Bruckner est né en 1948, en 1997 il a co-écrit Le Nouveau Désordre Amoureux avec Finkielkraut. Du coup France Inter hier l'a invité  pour donner son avis sur "La Jalousie"... Cet homme qui est sûrement un expert en amour et qui l'an dernier n'a rien trouvé d'autre à dire à propos de l'affaire DéhessKa, que :

Cette affaire "aura révélé une bien triste image de l'Amérique".

Parce que la triste image des hommes français, non, ça ne le dérange pas, cela ne l'effleure même pas.

Du coup, sur cette radio moderne qu'est France Inter, j'ai entendu que la jalousie est "normale", que même on peut aller jusqu'à dire qu'il n'y a pas d'amour sans jalousie (!!!)  et que "l'amour, c'est-à-dire entre un homme et une femme", se construit depuis la naissance dans la relation avec la mère. J'ai entendu un mini-reportage sur les moyens technologiques d'espionner son conjoint, et le vendeur dire que chaque émission sur ce thème faisait grimper les ventes (il n'a même pas dit merci à FI...), et que c'était surtout les femmes qui utilisaient ces méthodes. (Salopes ! Perfides !)

Quel avant-gardisme ! La radio nationale pourrait sûrement faire l'économie de tels invités et de tels poncifs.

Décidément, je préfère France Inter quand ils sont en grève.

* Thomas Woodrow Wilson

mardi, 19 juin 2012

Je me surmène de paresse.*

Déjà deux jours de surveillance ! Hier, philo, où j'ai vu un ancien élève, qui a passé 5 ans dans notre lycée, sans jamais fournir le moindre effort, choisir le sujet sur le travail.

Un peu comme si Gaston Lagaffe avait sorti un dossier sur le moyen de remotiver les employés de chez Spirou au travail...

Aujourd'hui une promo d'élèves de 1ères qui pourront se targuer d'être les seuls élèves de S à avoir passé l'HG en épreuves anticipées, puisqu'une des premières décisions de Peillon (il l'a annoncé) sera de remettre l'enseignement de l'histoire et de la géographie en terminale S.

Après l'effort, le réconfort. Hier, je suis allée au cinéma, grâce à Pascale. J'ai vu Sur la Route. (Merci, même si je ne vais pas qu'en dire du bien, j'ai été contente de le voir !) J'avais lu le livre en fac, et l'avais trouvé un peu chiant. Eh bien, comme le disent les critiques, le film est très fidèle au livre. Néanmoins, et malgré la fatigue (au début je tombais carrément de sommeil, et un des personnages n'arrêtait pas de chantonner et ça me tapait sur le système) j'ai tenu jusqu'au bout, et ça devient plutôt plus intéressant pendant la dernière heure (ça dure deux heures vingt !). L'avantage par rapport au livre, c'est qu'il y a des vues des USA magnifiques, et différentes de ce qu'on voit d'habitude, l'Amérique profonde parfois. Ce film a pour moi un peu valeur de documentaire. Où en étaient les USA quand les jeunes ici reconstruisaient leur société après la guerre...Mais les personnages, égoïstes, que ce soit dans leur soif de jouissance sans jamais se responsabiliser vis-à-vis d'eux-mêmes ou des autres, ou du "héros" qui semble jouer les voyeurs, ne jamais s'impliquer, mais n'oublie jamais de prendre des notes, et d'ailleurs finira par écrire un livre qui parle de celui à qui il a tourné le dos alors qu'il était dans la panade complète et que lui-même semblait avoir atteint une certaine opulence. Finalement, je ne l'avais peut-être pas fini, ce livre, à la fac...

Ce soir, pas de cinéma, mais une coupe de champagne en terrasse avec des amies, juste avant que la pluie ne s'abatte sur Maville.

Comme dirait l'autre, jusqu'ici, donc, tout va bien. Il me reste deux surveillances, puis.... Vacances !!! Je suis privilégiée, ne le dîtes pas trop à mes collègues.

* Jules Renard

samedi, 16 juin 2012

Nous avons peut-être une leçon à entendre de la présence muette et immobile des objets. *

Ce matin, j'ai vu ça sur la table...

DSC01307 - Copie.JPG

Et je me suis dit : "Tiens ! Ca doit être la Sainte Zapette !"

Et de vous raconter ça, ça me rappelle que ces temps-ci on revisionne avec délice les épisodes de Téléchat. Zapette va encore me dire qu'elle était pas née, mais vous ? Mon copain Vil Coyote, y faisait souvent allusion.

 

* Roger-Pol Droit

mercredi, 13 juin 2012

Dis ta prof d anglais, elle parle anglais?*

Ca sent la fin des cours. Demain, je donne ma dernière heure. En fait deux élèves vont nous montrer des photos de leurs voyages aux USA et on se fera un goûter américain. Je compte apporter Coca, marshmallows, doughnuts (si j'en trouve) et chips de couleurs. Leurs parents vont me bénir.

 

Aujourd'hui, c'est mon conseil de classe de prof principal. Toujours une petite angoisse avant d'y aller. Pourvu que je n'aie pas oublié un papier important à remplir ! Cette élève qui a perdu deux points en physique, mais qui a la moyenne sur l'année dans les trois moyennes scientifiques, pourvu qu'ils la laissent passer en S... On ne va quand même pas la faire redoubler pour un trimestre amoureux sur toute une scolarité ! Ensuite, il faut rendre les feuilles jaunes qui doivent revenir demain signées, accompagnées du dossier de réinscription. Autre angoisse. Et la dernière, pourvu que tous les parents soient d'accord car je hais la commission d'appel. Une vingtaine de personnes qui mettent à mal tout le travail fait sur l'année avec l'élève, les rendez-vous avec les parents, les entretiens divers avec l'élève, la Conseillère d'Orientation, etc. Tout ça, pfff ! envolé en dix minutes.

La semaine prochaine, ce sont les surveillances pour nous, les épreuves écrites du bac pour nos élèves. Les épreuves orales ont déjà commencé depuis quelques jours, même si Pujadas va se réveiller comme d'hab' le jour de la philo, en disant "c'est la première épreuve du bac !" Et ensuite, le 22, si aucun prof d'anglais ne passe sous un rouleau compresseur dans Maville, je serai "en vacances" !!!!! Génial. Je pourrai ainsi préparer comme il faut mon stage en Angleterre (je ne sais plus si je vous en ai parlé) car je serai logée dans une famille avec trois ados, et je dois penser aux cadeaux. Il y en a même une qui trouve le moyen d'avoir son anniversaire pendant mon séjour. Les trois enfants : 15, 16 et 17 ans ! Ca va quand même me rappeler un peu le boulot... Si vous avez des idées pour les cadeaux, je suis preneuse : sympas, pas trop chers, et un peu français.

http://elliotho.canalblog.com/archives/2012/06/02/2438706...

* "Ma petite soeur", trouvé sur ce site : http://citation.waluu.com/d/citation/dis-ta-prof-d-anglai...

dimanche, 10 juin 2012

Je veux qu'il n'y ait si pauvre paysan en mon royaume qu'il n'ait tous les dimanches sa poule au pot.*

Cette nuit, on était Jean-Paul et Bernard. Je m'explique. On était invitées à une grande fête où on devait dormir parce que c'était à une heure trente de chez nous en voiture. Pour qu'on trouve les chambres notre hôtesse avait mis de jolies étiquettes sur les chambres. Certaines chambres étaient des dortoirs. Quand nous sommes arrivées, on nous a dit que finalement on dormirait dans un autre gîte. ADMV était un peu contrariée, parce qu'elle aime pas pas savoir, et puis les autres ils savaient où ils dormaient, et pas nous. C'était pas grave puisqu'on a mangé, bu, tchatché, chanté et dansé jusqu'à 4 heures du matin. Et là, on a eu un nouveau changement de programme, deux garçons étaient partis et on nous a donné leurs places. On n'a pas regretté car c'était une jolie chambre rien que pour nous ! Ce matin, on est rentrées par le chemin des écoliers bientôt en vacances, sous le soleil et en évitant gendarmes et radars, nombreux en cette période de floraison.

A 13 h, la faim nous a reprises malgré un bon petit-déj ce matin, à base de brioche et pain viennois, et ADMV nous a fait une merveilleuse tarte salée dont elle a le secret. J'ai vu le début de ce qui aurait pu être du tennis, mais qui était en fait deux ou trois mecs qui causaient en attendant que ça commence, sans vraiment savoir quoi dire, mais en le disant quand même, et une nana qui est plutôt jolie, mais qui ne dit rien en attendant qu'on ne lui passe pas la parole. J'ai cru que cette année on faisait jouer les singes, car ils n'arrêtaient pas de parler de Jocko !

Puis, nous sommes allées voter. Contrairement à ce qu'annonçaient les journalistes qui savent toujours tout, j'ai trouvé qu'il y avait du monde. Bon peut-être qu'après l'après-café ça s'est calmé. La dame de l'accueil m'a demandé si je voulais bien revenir pour le dépouillement et, portée par l'enthousiasme d'une fête autour d'une copine très militante, j'ai dit oui, me disant que tout ce champagne valait bien que je montre un peu de sens civique. J'y vais donc pour 18 heures, mais pour l'instant je bois un café pour ne pas avoir de coup de barre pendant que je déplierai les petits papiers.

Pour "dépouillement", sur gougueule images, on trouve ça :

Et ça :

Vous croyez qu'on sera tous à oualpé ?

En attendant, je cours de cette foulée enregistrer QC1P.

*Henri IV

vendredi, 08 juin 2012

Le dialogue paraît en lui-même constituer une renonciation à l'agressivité.*

Aujourd'hui l'ambiance s'est tendue au lycée. C'est normal, il y a plein de conseils de classe, et les réflexions qui s'y entendent qu'elles viennent des élèves, des parents ou de la hiérarchie, tendent à nier le travail des enseignants, leur pédagogie. On ne les consulte quasiment même plus  pour mettre les "avis" pour le bac, mais on demande aux parents de se prononcer ! Etre exigeant est vu comme un défaut.

Ces dysfonctionnements des relations humaines, hiérarchiques et sociales ont même causé des larmes chez des collègues pourtant chevronnés, réputés solides.

Depuis deux ou trois ans, je me suis éloignée des agressions et attitudes méprisantes diverses. J'adopte une attitude détachée qui déroute, mais m'évite du stress. Parfois je m'en veux, car l'envie d'entreprendre (projets pédagogiques divers et innovants) est réduite dans les mêmes proportions. Je me fais penser à des anciens collègues auxquels je n'aurais pas voulu ressembler. Mais bon, ce n'est que pour huit ans.

Photo trouvée là : http://www.scienceshumaines.com/_education

Et pour moi les choses vont égoïstement plutôt bien. J'ai la chance de ne pas être de bac. Je vais faire un stage en Angleterre en Juillet (ça, c'est une chance, mais aussi, il y a peu de profs qui le demandent vu que ça prend deux semaines de vacances. Les maris, les gosses, tout ça, c'est très exigeant !). Et puis j'ai reçu un mail d'une copine dont je n'ai pas eu de nouvelles depuis au moins 12 ans. En plus, j'ai aussi eu un mail me disant que je serais dans une famille en Angleterre, et pas dans une cité U impersonnelle. En plus ce soir j'ai vu une pièce de théâtre jouée magnifiquement par des ados.

Moins cool, j'ai un paquet de copies à finir avant demain 15 h, pour pouvoir rentrer les notes sur l'ordi, avant de partir faire la fête à la campagne.

La première gorgée de bière, c'est peut-être quelque chose, mais la dernière copie corrigée, c'est une jouissance qui ne se décrit même pas.

*Jacques Lacan

lundi, 04 juin 2012

Son whisky était si extraordinaire que quand il en buvait, il parlait écossais. *

Pour participer à un concours qui permettait de gagner un séjour en Ecosse, je suis devenue membre de The Ardberg Committee. Ardberg, c'est le nom d'une distillerie de Single Malt whisky sur l'Ile de Islay en Ecosse.

Et aujourd'hui j'ai reçu un courrier me reconnaissant officiellement membre et qui était accompagné d'un livret contenant les règles (Rules and Regulations) qu'un membre doit suivre.

Il y a aussi des citations, comme celle-ci:

"This is smart stuff", prononcé par John Keats après avoir goûté à son tout premier verre d'Ardberg.

A ce propos, ils parlent de "dram" qui est un mot gaélique écossais et qui veut dire, d'après les dictionnaires que j'ai trouvé sur le net, "petite quantité d'alcool, de whisky". S'agit-il d'un petit verre ou d'une gorgée ?

En fait, je n'ai jamais goûté à ce whisky, mais je sens que je vais combler cette lacune le plus tôt possible et s'il est aussi subtil et distingué que le courrier, le papier et l'enveloppe reçus ce jour, je deviendrai forcément une inconditionnelle.

Et les photos qui ornent leur publicité me font penser que cet endroit pourrait bien devenir notre prochaine destination de vacances (en 2013 ?)

*Mark Twain

samedi, 02 juin 2012

Of the various forms of government which have prevailed in the world, an hereditary monarchy seems to present the fairest scope for ridicule

La télé française ne sait plus où donner de la tête entre le tennis, la natation en début de semaine, le foot comme d'hab', mais en plus la Reine qui fait la fête Outre-Manche pour fêter ses 60 années de boulot. Avec le buzz que ça fait, ça va leur faire une sacrée Fête des Voisins aux anglais, et quelques dépenses dont ils se seraient sûrement passé en cette période de crise.

Ce qui m'agace surtout, c'est la fascination que les français peuvent avoir pour ce genre d'évènement, le mariage de William, le Jubilee, et autres, alors que nos ancêtres ont jeté dehors tout ce qui pouvait y ressembler. Sûrement un peu la même bêtise béate qui leur fait aimer les émissions de télé-réalité.

Moi, en tout cas, si j'étais là-bas, j'irais à une Republican Party, et je m'éclaterais !

https://www.facebook.com/home.php#!/pages/Republican-Stre...

Et j'adhère à ce logo :

queen never read my blog.jpg

*Edward Gibbon 

mardi, 29 mai 2012

La fête des pères est comme la fête des mères, sauf pour le cadeau qui coûte moins cher. *

Contrairement à M'dame Lagarde, je paye mes impôts, et je ne gagne pas 380.939 € par an, mais ma vie vaut d'être vécue, moi, j'vous l'dis !

Voici ce que j'ai eu en cadeau ce weekend, alors que je n'ai même pas d'enfants !!!

DSC01285.JPG

DSC01289.JPG

DSC01288.JPG

DSC01287.JPG

*George Herbert 

dimanche, 27 mai 2012

Disons que je suis un spécialiste dans tous les domaines.*

numérisation0002.jpg

numérisation0001.jpg

 

BRAVO ET MERCI SUPERTEACHER !

* Mac Gyver

vendredi, 25 mai 2012

Ne pas oublier le sous-titre de mon blog en haut à gauche !

Voici donc mes pensées du jour...

J'ai toujours eu du mal avec les nobles.

Je m'explique : dans mes listes de classes, je ne sais jamais où les ranger, selon que le De est avec un grand D ou un petit d, et du coup je n'ai jamais la même liste que l'administration. Je ne vous raconte pas le bin's pour saisir les notes sur ordinateur. C'est sûr, de la Mallette de la Trousse en Bois, va se retrouver avec les notes de l'élève Delarue !

J'ai trouvé une perle que j'aime bien : "We explained our point of you."

Et une, moins classe, mais dont l'élève se souviendra assez je pense pour ne pas refaire la faute:

"On the first shit I drew the bag I had chosen and on the second shit I listed the requirements given to make this bag."

Je l'ai trouvé trois fois sur la même "sheet" !!!

(Pour les non anglicistes, se référer à http://www.lexilogos.com/anglais_langue_dictionnaires.htm C'est le meilleur site de dictionnaires bilingues. Essayer Wordreference pour vos recherches, c'est top. Mes élèves s'en servent, croyez-le ou non, mais pas toujours comme il faut.)

Et pour terminer, ces mots vous font penser à quoi ?

"Impact / On Target / Missions "

mardi, 22 mai 2012

La leçon de choses de Tante Ed

Mon ignorance me rejaillit à la figure parfois. Comme moi, je voudrais que vous vous couchiez moins ignorants ce soir.

Je connaissais le sketch. Je connaissais les parasites de nos boîtes email. Mais je n'avais jamais réalisé le lien qu'il y avait entre les deux.

Je vous laisse rire quelques minutes:

Pour info le SPAM, au moment du sketch, c'était ça :

On peut comprendre qu'ils n'en aient pas voulu...

samedi, 19 mai 2012

"On va quand même pas aller verbaliser ceux qui passent à 90 devant la sortie du lycée !"*

Désolée, j'étais cassée. Je suis presque réparée, je reviens.

Le soleil aussi.

L'inspiration, c'est déjà plus dur.

C'est vrai, je n'ai rien fait depuis lundi. Il ne m'est rien arrivé.

Ah, si.

J'ai réussi à émerger le 16 mai à 16 heures, alors que j'avais plus de 38 de fièvre, pour changer ma voiture de côté. Trop tard. la police municipale m'avait déjà déposé un pv de 17 euros. Ils s'étaient sûrement levés aux aurores, les braves gens.

* M. Moudugenou, policier municipal.

dimanche, 13 mai 2012

"Le dimanche, on débranche."*

Avez-vous remarqué comme le dimanche est propice aux discussions à propos de problèmes existentiels ? Ce matin, j'en suis venue à me demander quelle était la véritable motivation des gens qui fabriquent nos vêtements. Nous faire acheter, dépenser plus, ça, je le sais. Nous convaincre que suivre la mode est une nécessité, là encore c'est évident. Mais une fois que nous avons cédé à toutes leurs pressions, pourquoi nous punir ?

Je veux parler, certains l'auront peut-être deviné, des étiquettes. C'est un supplice inhumain qui nous est imposé depuis des années quelle que soit l'évolution des tissus. J'ai déjà acheté des vêtements en micro-fibre, en soie, en coton, en tencel et d'autres textiles ultra-doux dont les noms m'échappent, mais à chaque fois, l'étiquette tue. Et quand ce n'est pas l'étiquette elle-même, c'est le fil à pêche utilisé pour la coudre ! Evidemment, comme tout le monde, j'essaye de la découdre, la fameuse étiquette tortionnaire, mais le vice des fabricants (quel que soit le pays d'origine de la fabrication !) les pousse à mêler le fil de couture de l'étiquette à celui du vêtement lui-même, ce qui fait que quand vous réussissez par miracle à ne pas faire de trou dans le tissu, vous vous retrouvez avec un vêtement décousu, dont l'ourlet pend, ou le col, ou que sais-je encore !

 

Evidemment, pour les mecs, y'en a qui ont pensé à mettre l'étiquette à l'extérieur... http://ahpardi.com/2012/03/les-boxer-king-dagobert-marque...

Ce matin donc, avec ADMV, nous avons eu une réflexion sur les étiquettes. Mais ce dimanche nous avons eu également un fou rire commun en retrouvant sur Youtube un moment de "Guignols de l'info" que je trouve savoureux. En lien ci-dessous.

 Et un autre fou rire sur la difficulté de reproduire l'accent local, survenu à la suite d'un malentendu. ADMV m'a annoncé qu'elle avait lavé ses "sok". Comme elle venait de se racheter des chaussettes, j'ai cru que pour me faire plaisir, elle parlait anglais. J'ai corrigé : "non, tes socks!, avec un s". Mais en fait elle avait lavé ses "sacs", et imitait l'accent local. Mais là, elle avait tout faux. Il y a une subtilité subtile entre le a déformé régionalement en o, et le o de dog en anglais, ou le o de pot ou de comme. Evidemment à l'écrit, c'est dur à rendre, d'autant plus que l'alphabet phonétique international ne rend pas compte de ce "o" que j'adore. 

Ce sont donc là nos discussions du dimanche. Les vôtres sont-elles plus profondes ?  

 *Henri Proglio (Encore pdg d'2DF...)

jeudi, 10 mai 2012

La bande dessinée, c'est comme le cinéma, même si c'est un cinéma de pauvres. *

Activités culturelles de la semaine :

Au cinéma, j'ai vu Barbara, et j'ai aimé. Je ne raconterai rien de ce film, car le peu que j'avais déjà entendu sur France Inter, et lu sur AlloCiné m'a déjà fait perdre quelques effets de surprise. Pour ceux qui ont adoré Avengers, je ne conseille pas ce film. Des jeunes qui sortaient nous ont dit qu'ils avaient trouvé ça "long" ! Comment ont-ils pu ? Lent, oui, mais long, non. En temps réel ou presque. C'est tout. Un film où le cerveau du spectateur doit rester actif, où on n'explique pas tout. Ca se passe en RDA en 1980, ça je peux le dire, c'est écrit à la première image du film. Ensuite, je ne peux de toutes façons pas vous dévoiler le tout début des dialogues car des c*x!ds qui sont arrivés en retard, ont mis des plombes à s'asseoir et m'ont fait rater les sous-titres. Si vous allez le voir, je suis preneuse des trois premières répliques du script, d'accord !

Aujourd'hui, entre mes cours et mes devoirs à la maison, lecture de BD sur chaise longue sur ma terrasse. Je ne peux même pas me réjouir autant que l'anglais de la blague.

Un Homme est Mort, de Davodeau.

"Un anglais dit : "cette année on a eu de la chance, l'été, c'est tombé un dimanche."

Nous, on n'a pas eu cette chance, l'été c'est tombé un jeudi, et je bossais...

* Hugo Pratt

 

lundi, 07 mai 2012

"Sauter devant les caméras, moi aussi je sais faire."

Je suis d'humeur sautillante, du coup je vous offre la première vidéo que j'ai mise en ligne chez youtube. J'avoue qu'en tant que camerawoman je ne suis pas très fière, je bougeais beaucoup, mais les petits flocons de polystyrène sautillant sur un lit de corn flakes, dans la salle du fond du Centre Culturel Wallonie-Bruxelles, ça m'a mise en joie ! Et la joie, ça se partage.

* Skippy.

dimanche, 06 mai 2012

"Il était temps."*

OUIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII !

JE SUIS ENFIN SOULAGEE.

Pour la première fois on reparle de valeurs républicaines.

Quant à l'économie, bien sûr que la crise sera un adversaire de grande taille, mais ce serait la même chose avec Sarko, avec en plus le mépris, les mesures anti-sociales, et l'arrogance.

http://www.cestquandquilpartsarko.fr/

Je bois la dernière bouteille  de mes 50 ans, et jamais une flûte ne m'a paru aussi bonne.

*Moi !

"De l'art, de l'art... Quand ma femme chante, ça c'est de l'art !"*

Hier un grand artiste aurait eu 54 ans. Vous connaissez tous ses oeuvres, car sa volonté était que son art soit accessible à tous, et en même temps, il en vivait. C'est à dire qu'il vendait ses oeuvres à des magasins, au métro de New York, et j'en passe, et le public, lui, le voyait gratuitement. Il était doué, innovant, mais le SIDA ne l'a pas laissé poursuivre, et il est mort à 31 ans.

Un hommage en quelque sorte, une suite à ma note d'hier sur l'art contemporain : Au Palais de Tokyo, une salle était consacrée à un artiste qui s'est attaché à montrer que, au-delà des différences d'époques, de cultures, de religion, les humains restaient les mêmes.

DSC01252 - Copie.JPG

DSC01253 - Copie.JPG

 

DSC01254 - Copie.JPG

 

DSC01255 - Copie.JPG

Et par hasard, j'ai fait un peu le même genre d'exercice. Le Matin, près du Centre Culturel Wallonie-Bruxelles, j'ai photographié ça :

 

DSC01226 - Copie.JPG

Et l'après-midi, au Palais de Tokyo, dans La Triennale, j'ai découvert ça :

 

DSC01236 - Copie.JPG

Bon, aujourd'hui, je vais à un happening. Vous pouvez tous participer ! Dans des salles publiques dans tout le pays, des urnes ont été installées, de jolis rideaux verts pour choisir un papier, et ensuite, souriez vous êtes peut-être filmés !, vous mettez votre papier dans l'urne transparente. C'est de l'art vivant ou je me trompe. Et ce soir on peut peut-être réalisé un chef-d'oeuvre.

*Le nain sortant.

jeudi, 03 mai 2012

A Paris, y'a vraiment des trucs qu'on trouve pas chez nous ! *

A cause de la météo nous avons annulé un séjour de trois jours en Normandie et l'avons remplacé par une journée à Paris, dominée par l'art. Comme à mon habitude, quasi-rituelle, j'ai rendu visite au Centre Culturel Wallonie-Bruxelles, situé juste en face de Beaubourg entre un salon de thé - glacier italien sublimissime et le Dailymonop'. Ce centre culturel c'est un bijou parce qu'il change assez ses expositions pour qu'à chaque visite je fasse une découverte. C'est toujours de l'art contemporain, mais les styles et les thèmes sont très variés.  

DSC01225 - Copie.JPG

Hier il y avait de l'art vidéo, des scultptures étonnantes, mais le clou du spectacle ce fut l'auto-portrait de Pascale, que par modestie sans doute elle est allée faire connaître en Belgique, mais on a bien reconnu ses lunettes !

DSC01223.JPG

 Ensuite, après avoir déjeuné dans un petit restau Italo-portugais situé rue Saint-Martin, à côté du magasin d'affiches de ciné et de marionnettes,  on est parti chez les riches, dans le 16ème. Musée Marmottan, proche du Bois de Boulogne, à l'orée d'un square près du métro La Muette, où les enfants du centre aéré portaient des cravates à 6 ans, et du bleu marine, non, je ne caricature pas. Nous avons vu l'exposition Berthe Morisot, un bonheur reposant, une sérénité et une lumière qui font rêver. Mais un commentaire sur les regrets de Berthe Morisot à la fin de sa vie sur la scolarisation des filles, qui lui faisait perdre des modèles, car ces petites n'avaient plus le temps de poser oisivement, m'a interpellée.

Eugène Manet (frère d'Edouard et mari de Berthe) à l'Ile de Wight.

Les musées français manquant cruellement de convivialité (pas de cafétéria, des toilettes au compte-gouttes [excusez l'expression !] et quasi-impossible à trouver, et quand on les trouve, dix personnes attendent déjà...), nous avons trouvé un café. Et quel café, un lieu très classieux, qui fait restaurant et que nous testerons un jour et qui se situe M° La Muette.

DSC01231 - Copie.JPG

 

DSC01234 - Copie.JPG

Ensuite, nous nous sommes dirigées vers la station Iéna, là où je n'aime pas traîner car l'architecture me pèse, mais où il y a quelques musées que je retrouve avec plaisir (La Cité de l'architecture, le Palais de l'Architecture, et le Palais de Tokyo !)

On a donc choisi le troisième et on a visité la Triennale : des découvertes là aussi bien sûr, des expériences grandeur nature, car l'espace s'y prête, de l'humour, du pessimisme, du cynisme, de l'esthétique parfois, mais pas forcément, de l'audace et de la clairvoyance en tout cas. Je vous refais une note demain pour illustrer mon propos.

DSC01242 - Copie.JPG

Puis il a fallu reprendre le train, dans une vraie gare cette fois, et nous avons apprécié à sa juste valeur le retour "preum's première", qui nous avait été proposé par l'ordinateur.

*M'dame Lebrun qui n'habite pas à la Muette...