Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 30 novembre 2011

A chaque fois que vous vous retrouvez du côté de la majorité, il est temps de faire une pause et de réfléchir.*

Aujourd'hui Gougueule rend hommage à un type que j'adore. C'est celui qui est à l'origine de mon intérêt pour l'histoire des USA, mais aussi pour la littérature américaine. Tout a commencé avec ces deux-là:

Je ne les voyais qu'en noir et blanc, mais quel bonheur ! Ensuite j'ai lu leurs aventures, en français. Puis en anglais. Toujours du bonheur.

Et elle ! Le sex-symbol de mes années de primaire:

Je comprenais que Tom fasse les pires bêtises rien que pour lui plaire, ou la sauver.

Alors, moi aussi, je dis Merci Monsieur Mark Twain !

Mais je suis très émue aussi, parce que cette photo, je l'ai trouvée sur le blog de Marc di Napoli, tout simplement l'acteur qui jouait Huck ! Il est devenu artiste, à plus d'un titre, et son blog a l'air de valoir la visite. Cliquez !

*Mark Twain

dimanche, 26 juin 2011

Et pour un homme de votre intelligence, monsieur, vous vous êtes empêtré jusqu'au cou dans vos mensonges. Une vraie désolation !*

C'est donc en 1971 que je l'ai vu pour la première fois !

Mais aussi dans les films de Cassavetes. Faut pas oublier.

Bye Peter Falk !

*Lieutenant Columbo, dans Jeu de Mots, 1978

 

mercredi, 11 mai 2011

Découvrir c'est bien souvent dévoiler quelque chose qui a toujours été là, mais que l'habitude cachait à nos regards.*

J'aime découvrir.

Aujourd'hui, dans un dossier, j'ai appris qu'une élève pouvait être "séreuse".

Je ne suis pas sûre que ce soit une qualité.

Et je viens de découvrir un jeu en ligne, auquel je jouais avec mes parents, en vrai, pas virtuellement. A 20 ans, j'étais une super championne. Là, je reprends avec bien du mal avec ma souris...

Hervé, je te le conseille le weekend, pour t'entraîner pour notre prochaine partie de composio !

*Arthur Koestler

samedi, 30 avril 2011

Le cadeau, c'est comme la caresse : il faut le renouveler, on ne s'en lasse pas.*

Voici tous les autres souvenirs que j'ai rapportés. Heureusement que j'avais ma voiture !

Cà c'est le chapeau que j'ai dû m'acheter à cause du soleil que j'avais pas prévu si beau. Je l'ai rapporter pour le tirer à Hervé qui va bientôt finir gagnant de la course en cinq étapes qu'il a entamée il y a déjà un bon moment. On peut pas dire que ce soit complètement sans dopage, mais c'est toléré par la fédé.

100_5631.JPG

 

Ca, c'est un sous-bois de blue-bells pour mon pote le jardinier qui reprend son blog et qu'il n'y a pas de raison qu'il croit qu'il est le seul à publier de belles photos !

100_5545.JPG

Pour Zapette, j'ai rapporté un sandwich pour quand elle a un creux pendant une de ses randos.

100_5608.JPG

Pour Cunégonde, une photo d'un marché où elle peut bien aller faire ses courses toute seule, puisqu'elle veut pas y aller avec moi.

100_5532.JPG

Pour Virgibri, ce magnifique gâteau ! Parce que son nom fait voyager, le Pavlova, et qu'un gâteau comme ça, ça remonte le moral un max, c'est pas croyable.

100_5629.JPG

Pour SilverTiger, dont je n'ai pas tout à fait suivi le conseil, mais à qui j'ai pensé quand même pendant ma balade en ferry à Bristol, ce sera cette photo.

100_5593.JPG

Pour Axel, ce rêve de voyage un peu babacool dont j'imagine qu'elle a pu rêver...

100_5616.JPG

Pour le CPE, j'avais pensé à un panneau indiquant la direction de Portishead, mais on ne s'est pas arrêté au bon endroit, alors un graffiti de Banksy pris de la voiture, et donc flou, mais le street art supporte le flou.

100_5559.JPG

Je sens bien que j'ai oublié plein de monde... S'il y a des réclamations, n'hésitez pas, j'en ai encore plein ma valise !

* François Cavanna

jeudi, 21 avril 2011

La vie est, en quelque sorte, un pèlerinage.*

Conversation :

"Vous cherchez quel numéro exactement ?"

"Le 24"

"C`est là-bas."

Je regarde, je m`approche, je reconnais un peu, mais nous n`entrons pas.

"Mais vous cherchez qui exactement."

"Personne. En fait mon amie Ed a habité là."

"Oui, vous m`avez peut-être vue, il y a 30 ans avec mon vélo français..."

"Oh vous savez, en ce temps-là, j`étais un gros buveur ! (a heavy drinker)"

 

J`ai failli répondre "Moi aussi."

*Platon

Post-scriptum : Il va falloir être patient pendant le weekend pascal (nan, y a pas de e!), je pars dans l`ouest du pays...

samedi, 12 mars 2011

Très vite, un professeur devient un vieux professeur.*

Aujourd'hui, comme dans beaucoup de lycées de France, c'était la Journée Portes Ouvertes. Pour moi qui me suis amusée à aller photographier ma salle de classe pour vous, c'était plutôt "Entre les Murs"...

042.JPG

Je vous fais cadeau des deux plus beaux panneaux confectionnés par des élèves sur l'histoire de l'Angleterre, pour accompagner des exposés. Chacun dans leur style, ils avaient été faits avec amour, et ça se sentait.

040.JPG

041.JPG

Après les expositions, j'ai rencontré pas mal d'anciens élèves. J'ai revécu comme chaque année le traumatisme de ne pas me rappeler de plus de 10 % des noms, et c'est extrêment gênant, même si je fais tout pour que ça ne se voit pas, alors qu'eux semblent super contents de me revoir. Moi aussi, je me rappelle d'un sourire, d'un visage, mais je ne peux plus dire qui c'est, ni quelle année c'était. Le dernier, K, que j'avais... l'an dernier. Là, c'était le summum de la honte. Mais bon, aussi, il a retiré sa casquette de titi parisien, qu'il traînait partout, et il s'habille comme un vrai étudiant adulte. En plus, il ne prononce plus 150 mots à la minute. Il y a de quoi se tromper !

Au détour d'un couloir, une autre rencontre surprise :

017.JPG

 

La réponse, enfin !

*Daniel Pennac

lundi, 24 janvier 2011

Y'A PAS DE HONTE

Je suis née en 1958. Les goûts changent, mais il ne faut avoir honte d'aucun.Alors, je vous laisse deviner :

1. Quel fut mon premier 33 tours ? (en décembre 1968)

Bonne réponse pour Hervé ! hip hip hip....Hourrah !

2. A quel journal j'étais abonnée jusqu'à 10 ans ?

Et une bonne réponse pour Agathe ! Bravo !

3. Quel fut le premier concert live auquel j'ai assisté ? (en hiver 1971 - 1972)

EMY a trouvé ! Mais ça n'en fait pas une gentille...

4. Quel beau mec j'avais en poster dans ma chambre à 13 ans ? (1971) Axel a presque trouvé, mais il manque le nom de ce coureur automobile aux beaux yeux, mort trop tôt !

François Cevert, trouvé par Axel et zeepaardje.  Bravos !!!

5. Quel vêtement j'ai été fière de mettre à la boum où je suis sortie pour la première fois avec un garçon ? (printemps 1973)

Une jupe salopette !!! mais j'ai pas trouvé de photo qui corresponde...

Re-bravo Hervé !!!!!

6. Sur quelle chanson j'ai donné mon premier vrai baiser ? (février 1973)

INDICE : les initiales du chanteur: DG

Allez, un effort, la face B de La Tendresse ! 100 fois mieux !

7. Et à peu près à la même époque à quel film mon petit ami m'a emmenée ? (début 1973)

INDICE : y'avait Trintignant dedans ! N'oubliez pas l'année du film. Et puis c'était pas un mélo intello, j'avais 14 ans !

8. Quel 45 tours il m'a offert à Noël 1972 ?

INDICE : C'est un groupe français dont un membre au moins est déjà mort. (les autres, je ne sais pas trop ce qu'ils sont devenus.)

Un truc d'Il Etait Une Fois, leur premier et seul écoutable,(parce que ma madeleine) tube.

Faites vos propositions, je vous dirai si "vous avez bon", si ça aurait pu se faire, ou si y'avait aucune chance ! C'était avant ça :

vendredi, 29 octobre 2010

PAS POUR CETTE FOIS

C’est les vacances de Toussaint et il fait beau. Dans le nord en tout cas, il fait beau, et chaud ! (Sans contrepet). Un merveilleux temps pour aller en Angleterre. Mais cette année, on n’y est pas. Des jours de grève, des dépenses annoncées, et une décision qu’il a bien fallu prendre. J’avoue que même si j’apprécie de traîner dans ma maison, de pouvoir aller en vélo en ville, de me dire que demain on ira à la piscine, j’ai quelques regrets, quelques images qui me passent par la tête.

Je n’irai donc pas dans mon restau thaï préféré.100_7462.jpg100_7468.jpg

 

 

 

 

 

Je ne marcherai pas le long des belles bâtisses si British.100_7570.jpg

 

 

 

 

 

Je ne ferai découvrir à personne le Royal Pavilion.

100_0154.jpg

 

 

 

 

 

 

 Je n'admirerai pas les murs peints à Brighton.100_0104.jpg

 

 

 

 

 

Je ne dépenserai pas mes pièces de 20 pence dans les machines à sous de la jetée100_0180.jpg.

 

 

 

 

 

Je ne mangerai pas de Fish and chips100_7524.jpg ou d'English breakfast. 100_7563.jpg

 

 

 

 

 

Je ne prendrai pas de belles photos de gâteaux aux couleurs improbables.100_7615.jpg

 

 

 

 

 

Je ne verrai pas les vitrines déjantées d’Halloween.100_7557.jpg 100_0232.jpg

 

 

 

 

 

Je ne boirai pas de bière au pub.100_7611.jpg

 

 

 

 

 

Je ne goûterai pas à l’humour anglais. menneeded.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Traduction approximative de cette carte datant d'après la première guerre mondiale, et trouvée au musée d'Eastbourne. Les Britanniques sont pragmatiques. Pas de langue de bois à cette époque !

URGENT !

On recherche des milliers de jeunes hommes bien

A Eastbourne.

Plus de 8000 filles soupirent après ce qu’elles ne peuvent pas avoir – des maris.

Quelle honte !

N’hésitez pas – Venez immédiatement

Si vous ne pouvez pas venir, envoyez vos frères.

 

La demande est si grande que tout ce qui porte pantalon a sa chance.

 

EXCEPTIONNEL

 

Aucune objection aux kilts.

On recherche de nouvelles recrues

Célibataires ne soyez pas timides.

 

Aucune offre raisonnable ne sera refusée.

 

Elles sont timides, mais volontaires.

On gagne à tous les coups,

Il y a des filles froides et des filles piquantes.

 

Excursions fréquentes

Carte de candidature spéciale de la part de…

 

D’après les autorités médicales il y a plus de 8000 femmes de plus que d’hommes à Eastbourne.

 

Je ne vous raconterai pas mes vacances rien que pour vous faire envie.

Nous remettrons ça à l'année prochaine, ou à Pâques... Mais les couleurs et les odeurs seront différentes.

Ce qui me fait le plus regretter, c'est que deux de mes potes y sont (mince, avec "potes iront", c'est plus drôle!) : emy et Alex. M'en fous, z'ont même pas de blogs pour me faire rêver.

mercredi, 21 avril 2010

UN MERCREDI SOURIANT

Ce matin, je suis collée. En fait avant les vacances quatre élèves n'avaient pas fait un travail simple, mais qui demandait un peu de recherches suite à une sortie (oui, j'en organise encore quelques unes malgré tout ce que je dis...) et j'avais rendu un deuxième sujet avec un nouveau délai en prévenant bien, sur l'énoncé, que tout travail non rendu avant les vacances vaudrait une colle un mercredi matin. Un seul s'est amusé à ne rien me rendre. Il vient donc ce matin faire ce boulot...Comme je veux que ce travail soit fait au CDI, et que les surveillants surveillent les collés uniquement l'après-midi, je m'y colle ! (ah! ah! ah!) En fait, moi, pendant ce temps-là, je vais faire mes devoirs aussi, sans tentations diverses comme mon blog, un thé, mes mails, facebook, un jeu... Cet après-midi, je vais voir un monsieur qui me dira quel carrosse je peux m'acheter en échange de mon tank actuel plus une modique somme. Ca va discuter sec ! Entretemps j'espère pouvoir manger sur ma terrasse. Il fait si beau. Et bouquiner un peu au soleil me fera du bien. Bizarrement, je prends bien cette rentrée. Les aléas des transports ont animé les conversations et cela a mis une ambiance un peu moins sinistre en salle des profs. On envie ceux qui sont coincés au Sénégal, en Egypte ou en Grèce, mais on rêve aussi, et les effectifs un peu réduits des classes nous font du bien. On connait le nom de notre prochain chef. Cela ne nous apprend pas chose, mais ça permet de bavarder quand même, d'espérer que ce sera mieux... Les profs sont naïfs. Mes 13 premières heures se sont bien passées. J'ai fait à peu près tout ce que j'avais prévu, et dans une ambiance correcte. Vendredi nous allons au restau pour dire au revoir à notre assistante américaine. Les assistants semblent passer de plus en plus vite ! Leur année scolaire ne va que de début octobre à fin avril, et je regrette pour eux autant que pour nous qu'ils ne puissent rester plus longtemps. J'ai été assistante en Angleterre d'un premier septembre à un 16 juillet, et ai ensuite eu la chance d'assurer un intérim du 1er septembre suivant jusqu'au 1er novembre, et j'avais vraiment eu l'impression de m'intégrer. En sept mois, c'est plus illusoire !

lundi, 12 avril 2010

SPECIALE PHOTOS

Je ne photographie quand même pas QUE des fesses de rhinocéros ! Voici quelques instantanés de mon petit passage outre-Rhin.

100_7922.JPG 100_7955.JPG
100_7931.JPG 100_7940.JPG
100_7989.JPG 100_7990.JPG
100_8006.JPG 100_8080.JPG
100_7992.JPG 100_7974.JPG 
100_8051.JPG 100_7938.JPG

 Pour que notre vieille amie Pascale puisse voir mes photos, je les ai mises en format "moyen", mais vous pouvez encore les agrandir. Il suffit de cliquer dessus. Je les ai disposées deux par ligne, car je n'aime pas les notes qui  n'en finissent pas de dérouler...

 

mercredi, 17 mars 2010

I USED TO READ, I READ, I WILL READ

Dana m'a taggée.

Petite j’étais fan de Caroline, Martine, et le jeudi, le journal de Mickey arrivait avec Tic et Tac et Pim Pam Poum, mes préférés. Ce fut aussi Fripounet, abonnement offert par ma grand-mère catho, poursuivi par J2 magazine, puis Christiane. Elle ne s’est jamais découragée dans son entreprise d’évangélisation. Pourtant… L’enfance, c’est aussi la bibliothèque rose Milimalimalou la toute petite fille ; le club des cinq, le clan des 7, Fantômette…, puis la promotion en bibliothèque verte ! Alice, les 6 compagnons. Parallèlement la Comtesse de Ségur est venue m’inonder de bons sentiments et de notions telles que la pénitence et le pardon, que je ne connaissais pas à la maison, et plus je ressentais la désapprobation de mon père, plus je lisais ces romans, dans une collection ancienne, reliée rouge, quasiment sans illustrations. Mon préféré ? Un bon petit diable, même si Les petites filles modèles, premier vrai beau livre reçu à 7 ans, est resté un must. A 10 ans j’ai découvert Astérix, en même temps que mes parents, et par la même occasion, les BD. Les titres cités ci-dessus auraient pu faire peur, mais cela ne m’a pas empêchée de lire entre 14 et 18 ans, l’Ecume des Jours, l’Arrache-cœur, Les Fleurs Bleues, la poésie de Prévert, d’Eluard, Aragon, Rimbaud. En anglais, je ne lisais que Peanuts de Schulz. Je ne parle que de ce que je lisais pour le plaisir, pas de ce que le lycée m’imposait. Oui, je n’aimais pas la littérature en cours, moi qui adorais lire !!! Ensuite il y eut ma période Editions des Femmes. J’ai lu des merveilles de lucidité et de sens critique qui sont toujours malheureusement d’actualité aujourd’hui. A la fin de mes études où la fac n’avait toujours pas réussi à me donner des cours de littérature qui me plaisent (à la Sorbonne, les profs de littérature étaient si vieux à l’époque, que je croyais toujours les voir s’effondrer sur leurs micros), j’ai découvert la littérature contemporaine anglophone. Pendant encore quelques années, la lecture était une véritable partie de moi. Jusqu’à une espèce de dépression qui n’a pas dit son nom, et qui m’a fait devenir insomniaque, accro aux mots croisés, puis aux sudokus et autres jeux sur ordis. Je vais mieux, je dors plus que je ne joue à des jeux stériles, mais la lecture de romans est revenue comme une activité de vacances. Entre-temps, j’ai trop de boulot, et peu d’occasions où je puisse me plonger dans un livre pendant des heures. J’associe donc « lecture » à « plage », ou « train », ou « chaise longue sur terrasse », les jours où aucun coup de fil, aucune correction urgente, préparation de cours en attente, ne viendra interrompre mon plaisir. J’aime avoir quelqu’un qui fasse la même chose à côté de moi. Faire une pause de deux minutes le temps d’aller chercher une boisson fraîche, et repartir dans l’autre univers, échanger une impression. Mes auteurs d’adulte, je ne peux pas les citer ici. Si j’en dis un ou deux, cela semblera réducteur, si je les dis tous… eh bien, c’est impossible. Je continuerai donc à parler d’eux au fil de mes notes sur ce blog. En dehors de ces moments privilégiés des vacances où je peux dévorer les livres achetés depuis des mois, je lis des journaux, des magazines, des nouvelles parfois quand même, des BD, des extraits de livres pour mes cours, beaucoup d’articles sur internet, et vos blogs. L’avenir, je ne le vois pas radieux tant que je travaillerai. Mais ensuite, (à 65 ans, si mes comptes sont exacts) j’aurai le droit d’avoir le temps. Et comme il me semble que je ne serai peut-être plus aussi encline à la bougeotte, je rêve de pouvoir rester chez moi, confortable, et lire tout ce que je n’aurai pas encore lu. Chez moi, ici, ou en Angleterre, puisque mon rêve est d’y vivre à mi-temps pour mes vieux jours, et que c’est un pays où l’on ne manque pas de livres et où l’on trouve des salons de thé dans les librairies.

 

 

Voilà Dana, j’espère que j’ai répondu à ton tag. Je me sentais prête à partir dans d’autres directions, mais j’aurais lassé mes lecteurs.

 

A mon tour de tagger :  Lire, hier, aujourd’hui, demain. Où, comment ?

Je désigne Virgibri, Zapette, Catherine, Emma, Agathe et Imposture (ces deux dernières pourront écrire leur texte en commentaire ou me l’e-mailer. Imposture, demande mon adresse à zabugonde !)

 

lundi, 01 mars 2010

A PROPOS DE CELLES QUE CERTAINS HAÏSSENT

On arrive un jour dans une famille (les moyens sont variés aujourd'hui.) où tout le monde nous malaxe, nous modèle et nous propulse dans une vie où l'on se débrouillera plus ou moins bien, avec leurs valeurs, leurs critères et leur amour parfois. Au cours de cette vie, d'autres familles deviennent les nôtres. Celles des gens que nous choisissons pour construire tout ou partie du parcours. De nos jours il y a souvent des étapes, des cassures et éventuellement des sprints pour ne pas se perdre. Les gens  que l'on a aimés disparaissent parfois totalement de notre décor, et d'autres restent, autrement. Mais leurs familles, à ce que je peux observer autour de moi, n'ont pas toujours cette envie ou ce besoin de garder les liens. Cela dépend évidemment de ce qu'on a vécu ensemble, du temps qu'a duré notre passage, de l'âge aussi de ces gens qui comptaient pour nous parce qu'on aimait leurs fils, soeur, cousine ou père... Il y a deux jeunes ados aujourd'hui jeunes adultes qui manqueront toujours plus à mon présent qu'ils ne peuvent l'imaginer. Et puis il y a une famille qui m'avait adoptée sans que ma relation avec leur soeur, cousine, fille et nièce n'ait été à l'époque énoncée. Bien qu'à 600 kilomètres de chez moi, ils ne m'ont jamais laissée les oublier. Et cette semaine j'étais heureuse d'accueilir chez moi la grande soeur. Ensemble on est allé voir celle qui nous a fait nous connaitre, prendre des risques sur scène. Nous étions aussi émues l'une que l'autre. Je lui ai montré mon univers de maintenant. Les années et un autre amour n'ont pas modifié les complicités, les fous rires et les envies de partager. C'est chouette. Je l'ai sentie heureuse de me voir heureuse, dans une autre maison, avec une autre.

 

lundi, 26 octobre 2009

JEU TELEVISE

Certaines émissions de télé, bien que leur concept soit parait-il novateur et de qualité, n'ont pas une espérance de vie bien conséquentes. D'autres perdurent. Ce qui ne veut pas dire qu'on les regarde. Parmi la liste à trouver, il n'y en a qu'une que je regarde, mais ma redevance sert à pas mal d'autres.

Trouvez les titres des émissions qui sont apparues pour la première fois en :

1954 : Le jour du Seigneur

(Bravo Axel, mais moi, j'avoue, je suis mécréante, et ne regarde jamais !)

1972 : Des Chiffres et Des Lettres

(Bravo Imposture ! regarde pas trop, ou ça va t'endormir...)

1975 : Thalassa

(Encore Bravo Axel ! Mais ce n'est pas celle-là que je regarde, la mer me rend malade... Non, c'est pas vrai, mais le vendredi c'est le soire où ADMV revient, et on aime quelque chose de plus fun pour animer la soirée !)

1977: Téléfoot

(Bien joué l'imposture !J'ai jamais regardé, encore moins que LJDS, mais bon, il parait qu'il en faut pour tous les goûts.)

1985 : Télématin

(Réponse trouvée par Imposture, qui a quand même 3 bonnes réponses, je vais être obligée de lui trouver un lot... bon, va falloir attendre un peu! @Axel : moi, leymergie, c'est pas ma mug de thé du matin)

1988 : Questions Pour Un Champion

(Bravo emy ! Mais bon, tu me connais bien.)

1998

 Une mention spéciale d'encouragement à Cunégonde, Virgibri et Zapette qui doivent encore apprendre à lire les consignes...

Mais les félicitations du jury à Pascale et Axel pour leurs interprétations toutes personnelles des photos, avec un gros avantage pour Axel qui était apparemment aidée par ses lunettes bonnes à renouveler !

Et n'oubliez pas que l'émission née en 1998 et qui existe encore (!) n'a pas été trouvée.

 

samedi, 29 août 2009

PLEURE PASCALE, PLEURE

Dès que Pascale entend un prof parler de vacances, elle pleure. Ben oui, elle, elle ne bosse que quand nous sommes en vacances... Alors, mon titre est faux. Ris, Pascale, ris ! Tu es bientôt en vacances.

Pour avoir le moral mardi, j'ai envie de rassembler quelques souvenirs, de belles images croisées cet été. Et je vous les fais partager.

100_7024.jpg100_6971.jpg100_7000.jpg100_7057.jpg100_7081.jpg100_7137.jpg100_7198.jpg100_7147.jpg

vendredi, 10 juillet 2009

WHO ARE THEY ?

Au mois d'août j'ai réussi à trouver une location là où j'étais allée en colo quand j'avais 13 ans. A l'époque mes goûts musicaux étaient surtout ceux de ma mère (Brassens, Barbara, Ferrat, Moustaki, etc) et je commençais à peine à posséder mes propres disques (souvent des 45T) et mes propres goûts. Voici les yeux de ceux dont je me souviens. Certains sont TRES faciles à reconnaitre, d'autres moins, surtout que trois d'entre eux sont d'ailleurs les yeux d'un seul membre du groupe concerné ! Il n'y a qu'une photo d'artiste étranger. L'anglais, ça ne me disait rien à l'époque.

1

mystère3.jpg
FrontBlog.jpg

2
mystère6.jpg
indice :
mystère 8.jpg
nouvel indice :
slade copie.jpg
Puisque personne ne semble avoir trouvé le nom du groupe, voici la réponse en vidéo :
Et la photo complète :
slade.jpg
3

dimanche, 26 avril 2009

UN JOUR NOS SERIES SE SONT APPELEES FEUILLETONS

De quels feuilletons sont extraites ces photos ?

  

N°1 : 1964       L'Abonné de la ligne U                        N°2: 1965 Les Saintes Chéries

                      

N°4: de 1967 à 1975  Mannix                                N°5 : 1972 La Demoiselle d'Avignon

vendredi, 20 mars 2009

MYSTERE-VILLE

Mais quel est le nom de cette ville où j'ai passé plusieurs fois 3 semaines avec ma maman et mon frère quand j'étais petite ? Je crois même qu'une année j'ai passé une semaine dans l'hôtel à gauche ! Les voitures étaient un peu plus modernes que ça, mais à peine...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pas loin de cette ville il y a un plan d'eau où j'allais nager et autour duquel je faisais du vélo, qui a un rapport avec moi. Les premières années, on louait un meublé chez Mme Monsillon. Ses descendants reconnaitront peut-être cette bourgade. J'y suis passée il y a quelques temps, et ça n'a pas beaucoup changé.

Ah ! J'oubliais, c'est dans cette ville que j'ai vu les premiers films des Charlots ! Autant dire des chefs-d'oeuvre...

mardi, 10 mars 2009

ON N'EST PAS SERIEUX QUAND ON A MOINS DE DIX-SEPT ANS

Pendant les vacances deux élèves m’ont demandé que je devienne leur amie sur fesse-bouc. J’ai refusé. Et hier je leur ai dit qu’on pouvait devenir mon amie virtuelle uniquement après voir quitté le lycée et obtenu son bac, avec mention bien au moins ! Où ne va-t-on pas chercher les moyens de les motiver ?????

 

Gloussements dans la classe…

 

Ca me rappelle quand avec des copains on avait appelé chez notre prof d’allemand (après moult recherches dans l'annuaire, hésitations, on l'fait, on l'fait pas, allez, va-z-y toi ! elle reconnaitra pas ta voix), on entendait la sienne, (de voix) et on raccrochait. Je sais, c’est con. Ce n’était même pas pour lui nuire, on l’adorait. On avait 13 ans, et on ne pouvait pas voir sur l’appareil qui appelait. Heureux temps !

 

Une autre fois, on était allé voir où habitait notre prof de maths en faisant tous les étages de la tour toute neuve près du CES, d’au moins 15 étages ! On ne l’a jamais croisée, mais on a fait des tours d’ascenseurs fantastiques.

 

Et vous, vous avez aussi essayé de percer à jour le mystère de la vie privée de vos profs quand vous étiez élèves ? Ou vous leur avez fait des farces pendables ?

jeudi, 26 juin 2008

J'ai encore le disque noir !

De temps en temps j'aime vous présenter des chanteurs que j'ai adorés et que l'on n'entend plus assez, ou qui ont préféré un public réduit, mais de qualité. En 1980, une chanson me faisait rire et inconsciemment (ou  non), elle m'a inspirée quand j'ai écrit cette note :

Si vous allez sur le site d'Alexandre Révérend, non seulement en cliquant sur le titre de la chanson : "Swimming Poule" vous pourrez en lire les paroles, mais si vous cliquez sur l'oreille à côté, vous aurez le son. L'intro est longue, mais ça vaut le coup d'attendre. Allez, un clic sur la photo et vous y serez ! (Quel dommage qu'il ait arrêté, ça m'éclate toujours.)