Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 04 avril 2012

La propagande est aux démocraties ce que la violence est aux dictatures.*

Quand on corrige le bac blanc, on s'emmerde une quinzaine d'heures pour 45 copies, dont un absent et un qui obtient 1 parce que sa copie est quasi-vide.

On ne se marre un peu qu'à la traduction. Le reste nous anesthésie ou nous démoralise. J'ai donc lu "Elle se plainiait", "elle ne parlait que le bengalien" et (mon préféré, en hommage à Coluche) "Elle tena à parlait bengali."

Mais cette année j'ai remarqué des symptômes nouveaux qui reflètent ...

5 ans de Sharkozysme !

Et déjà l'esprit de nos élèves est embrumé, déformé, formaté.

A la question : "Quelle est l'origine ethnique de tel personnage?", ils répondent (20% des copies quand même !) "Boudhiste", "catholique" ou "hindouiste".

A la question : "Comment devinez-vous qu'elle est américaine ? Donnez un indice trouvé dans le texte." On obtient la réponse "elle se marie à l'église" ou "elle mange de la viande".

(20% des étudiants américains sont végétariens, et 55% des consommateurs commandent occasionnellement un plat végétarien ! Et le nombre des mariages n'arrête pas de baisser aux USA.)

Le pire :

Dans la traduction, il y avait la phrase suivante :

"They didn't eat beef".

Plusieurs ont traduit : "Ils ne mangeaient pas de porc".

Dans 5 ans, si les élections se passent mal, non seulement les élèves énonceront encore plus d'inepties dûes à une ignorance imprégnée d'idées reçues venant de la propagande, mais en plus il faudra qu'on les accepte comme exactes !

Trouvé sur Mediapart.

 

*Noam Chomsky

lundi, 02 avril 2012

Le destin des montagnes doit être terrible. Elles sont obligées de contempler toujours le même paysage. *

Hier nous sommes allées marcher. C'était un circuit de 15 kilomètres, très bien balisé. Il y avait de nombreux participants, mais comme chacun partait quand il voulait sur une amplitude d'une heure, on n'a pas vu grand monde durant la balade, sauf au ravitaillement où on nous a servi des oranges (car avec une orange, tout s'arrange !), des tranches de pain d'épices, abricots secs, verres d'eau et marshmallows. Il faisait un temps magnifique et à l'arrivée dans les verres y'avait autre chose que de la Criss-Tallin et c'était bien sympa. Comme j'essaye toujours de m'améliorer en photo grâce à mon appareil de noël que j'ai eu à la Toussaint, je peux vous faire profiter de quelques clichés. Dans 15 jours, c'est une boucle de 18 km, mais j'attendrai peut-être celle du 1er mai, à cause que je serai peut-être encore un peu anesthésiée. A part ça, les perles (si on peut donner un aussi beau nom aux atrocités que je lis) des copies de bac blanc m'empêchent de m'endormir sur mon labeur de correction. (La syntaxe de mes élèves déteint de plus en plus ici...) Mais je vous ferai une note spéciale, ça en vaut la peine.

2DSC01114 - Copie.JPG

DSC01120 - Copie.JPG

 

DSC01126 - Copie.JPG

*Paulo Coelho

samedi, 31 mars 2012

Le voyage est ma maison.*

Voyager à l'étranger sans bouger de son canapé et sans passeport, c'est possible. D'abord, un soir regarder un feuilleton policier suédois sur ARTE. C'est dingue, qu'ils parlent d'enquêtes, de flics ou de voyous, on dirait du Bergman. Ambiance sombre et qui rappellent les films français sur l'occupation. Il fait toujours sombre, voire, il pleut. A la fin du film, le générique apparait, et on ne sait pas si les flics ont trouvé le coupable, on n'a rien compris, même si on a vu, ressenti, aimé ou détesté. Du Bergman, je vous dis.

Pour voyager ailleurs, je vous conseille un recueil de nouvelles par Anna Moï. Vietnamienne venue en France en 1970 et qui n'est retournée dans son pays qu'en 1990. Ses nouvelles nous font voyager entre les deux pays, comme elle le fait depuis 20 ans. Mélange d'ambiances, de personnalités, d'humeurs. C'est dépaysant, poétique, subtilement cynique, nostalgique, bienveillant, selon les pages.

En attendant les vacances et les vrais voyages, ce n'est pas mal du tout.

*Muriel Rukeyser

samedi, 24 mars 2012

People who claim they don't let little things bother them have never slept in a room with a single mosquito *

Je suis dans la salle multimedia depuis dix minutes environ. J'ai appuyé sur le bouton "on" de l'ordi central et tous les postes s'allument les uns après les autres. Le premier de mes étudiants entre. Je le vois grimacer. Puis tous les autres. Ils se bouchent les oreilles. Je commence à me demander s'ils se moquent de moi, me préparent une blague, je ne remarque en effet rien du tout d'anormal (à part eux) dans la salle. Ce n'est pas le moment de déconner pourtant, ça va être l'heure de la minute de silence. Une étudiante débranche son casque. Tous les visages retrouvent leur sérénité d'un seul coup et j'entends des "oufs". Ils entendaient tous un sifflement, que mon âge m'empêche apparemment totalement d'entendre. J'avais lu un article là-dessus, mais ne l'avais pas vécu.

Je vous assure, le coup de vieux que vous prenez à ce moment-là est radical. Quelques minutes plus tard, vous vous dites qu'il faut retenir le n° de l'ordi pour rebrancher le casque un jour où une classe est un peu trop pénible.

*ThinkExist.com

mercredi, 21 mars 2012

On a été obligé de mettre la grand-mère à l'hopital, remarque, elle est mieux là-bas qu'à la cave ! *

Allo pital ?, c'est pas cool. On a rendez-vous à 15 h 00, on arrive 40 minutes avant pensant que ça suffira pour faire les démarches d'enregistrement, et puis on arrive finalement en retard de 10 minutes chez un jeune mec, qui vous pose tout un tas de questions indiscrètes, alors que vous, ben vous n'avez même pas le droit de lui demander son numéro de téléphone, alors qu'il est pas trop mal pour un médecin de l'hôpital public. Pas de panique, c'est juste pour un contrôle, mais comme je ne tiens pas en place, il faut qu'on m'endorme. Je ne sais pas si c'est ses questions ou l'attente en bas, au milieu de 50 personnes toutes plus mal en point les unes que les autres, mais il m'a trouvé 17/9 de tension ! J'ai jamais eu ça, sauf peut-être après une opération. Il n'a pas eu l'air de s'affoler, mais pour me remercier de mes réponses, il m'a envoyée faire une prise de sang et la dame m'a piquée sur le côté du coude, parce que dans le creux, on voyait pas mes veines il parait. Elle n'était pas tellement sympa au début, mais comme j'ai été hyper chaleureuse, elle a même blaguée à la fin et m'a souhaité bon courage pour dans trois semaines.

Un peu plus tôt, donc, dans la partie du hall où on attendait devant les guichets, les yeux rivés sur le petit écran qui affiche le numéro qui doit passer, il y avait un mec trachéotomisé, quand il parlait, on aurait cru un dessin animé où 6 Donalds se seraient mis à parler en même temps. Je sais, c'est pas sympa de se moquer. Mais c'est le seul truc qui m'a fait rire à ce moment-là. Parce que sinon, tu peux même pas lire, car si jamais tu loupes ton numéro d'un quart de seconde, la dame, elle a déjà rebuzzé, et ton tour, tu peux lui dire adieu ! Pour le moral des troupes, il y a un patient tous les deux numéros. Du coup au début, tu te dis, merde ! il y a 60 personnes avant moi... Et puis au bout du deuxième affichage, tu comprends qu'il n'y en a que 30 et tu es drôlement content ! Y'en a, tu sais pas s'ils sont morts, s'ils sont partis pisser ou autre chose, mais quand leur n° s'inscrit, ils y vont pas. Et là aussi t'es drôlement content.

En rentrant je me suis autorisée à glander sur ma terrasse, à lire un peu. Tant pis pour mes copies de bac blanc...

*Brève de comptoir de JM Gourio.

dimanche, 18 mars 2012

"pour la République, pour la civilisation, je veux reconstruire l’école dans les cinq ans qui viennent"*

Semaine de reprise, sans surprise, sans véritable crise, mais de grosses valises...

Sous les yeux !

Et du coup, mon blog est resté muet. Envie de vous parler de ma journée d'hier, car c'était la journée "Portes Ouvertes" au lycée, comme dans beaucoup de lycées polyvalents de mon académie. Malgré tout ce que le gouvernement a fait contre l'éducation nationale, et particulièrement contre les sections technologiques, cette journée a encore lieu et permet aux élèves qui ont choisi l'option "Kültürdisaïllegn" [Arzaplikés si vous préférez] de présenter des merveilles. Un peu moins que les autres années, car les heures de cours ont fondu, pourtant il n'y a pas tant de soleil que ça par chez moi parait-il, mais toujours d'une grande qualité car les enseignants ont envers et contre tout garder leur passion et leur envie de développer compétences et envies chez les ados. Pour les futurs élèves qui montrent un peu de curiosité concernant leur prochain lycée, les différents pôles avaient des stands pour présenter les spécificités, les locaux: en sciences, lettres, langues vivantes, sciences économiques et sociales. La section théâtre présentait trois scènes jouées par chaque niveau de classe, un jazz band composé d'élèves et de profs intervenait aussi en intermède. Par ailleurs le CDI, la salle multi-media et le gymnase étaient ouverts, avec des adultes pour répondre aux questions. Ca et là on pouvait acheter des crêpes, des gâteaux africains, des bijoux, des cartes postales, tout cela fait "maison" et pour soit aider des associations internes au lycée, mais ouvertes sur le monde, soit pour aider au financement de voyages qui, pour nos étudiants qui ont de plus en plus de problèmes d'argent, deviennent difficiles d'accès. A la fin de cette journée, le lycée offrait des boissons fraîches lors d'un moment de retrouvailles avec les anciens élèves. J'ai bavardé non-stop pendant une heure trente avec des élèves qui sont passés dans ma classe, une année au moins, réussissant plus ou moins en anglais à l'époque, mais ayant aujourd'hui tant de choses à nous dire, nous les profs, sur leur vie, leurs études, leurs rêves, leurs difficultés, leurs succès...

DSC00937.JPG

 

DSC01011.JPG

 

Je me suis demandé pourquoi les journalistes, les politiques, les blablateux des blogs, les gens que je connais et qui parfois pensent avoir tout compris de l'éducation nationale, ne parlaient jamais de ce genre de journée qui fait pourtant aussi partie de notre quotidien. Parmi ces profs qui sont arrivés à ce résultat, il y en a qui ont été malades, en stage, en grève, qui refusent de rentrer leurs notes et leur cahier de textes sur le net par opposition au flicage, qui font plus de 26 h de présence au lycée, sans passer par la case "banque" et toucher 500 euros, qui vont voter Hollande... ou pas. Ils n'ont donc pas encore réussi à tuer l'éducation nationale complètement. Mais ça vient. Une collègue, qui, plus persévérante que moi continuait d'organiser des voyages parce que, quand même, pour les élèves, etc., m'a annoncé hier que ce serait sans doute le dernier ! Une collègue est au bord de la dépression et la hiérarchie s'en moque. Un collègue entre dans la salle des profs. Il me semble le connaitre, ah oui, il a déjà fait un remplacement il y a trois ans. Là, il remplace partiellement un collègue. Ca fait déjà 6 ans qu'il fait ça. Au pied levé, efficace, mais un peu moins souriant aujourd'hui. Combien de temps tiendra-t-il encore avant de jeter l'éponge?

Moment de détente en soirée : DVD de Lucky Luke avec Jean Dujardin, Alexandra Lamy, Michael Youn, Daniel Prévost, Jean-François Balmer. Beau casting pour un samedi soir.

* Le comique qui vient donc de ne rien foutre pendant 5 ans, ou bien pire, aime détruire son château de cartes pour les réempiler n'importe comment et remettre un grand coup de pied méprisant dedans aussitôt.

samedi, 10 mars 2012

Certains déchets nucléaires produits dans les années 60 resteront dangereux pendant un demi million d'années. Pour ceux qui sont produits maintenant, il faudra compter 30 ans de plus.*

Je ne peux pas descendre dans le sud demain. Mais si vous êtes par là, ça vaut le coup de participer. Il faut 200 000 personnes pour joindre les deux bouts !

Un an que Fukushima a eu lieu, un an qu'on nous raconte des conneries sur le nucléaire dans notre pays.

 

* philippe Gelück

Devine, si tu peux ; et choisis, si tu l'oses.*

QUI A DIT ?

1. "Il y a beaucoup de questions avec qui je suis d'accord, [Baisse de la voix + pause] avec M. Bayrou !"

Trouvé par Axel pour qui la syntaxe n'a pas de secret. "La syntaxe présidentielle" comme a dit une chroniqueuse d'Europe 1 hier en nous faisant entendre la phrase en question.

2. "Nous sommes des gens modestes."

Trouvé par Zapette. La femme étrangère du président français. Lire: http://nyamat2012.com/2012/02/13/nicolas-sarkozy-sen-prend-aux-couples-mixtes-a-faible-revenus/ (Ca c'est sûr que pour ce qui est des revenus, son couple n'est pas en danger !)

3. "On s'est abstenu. C'était la meilleure solution. Sinon on aurait eu l'impression qu'on ne prenait pas de décision."

4. [Les profs ne sont pas remplacés] "Parce que (cette année !) de nombreux professeurs sont malades en janvier et février."

5. qu'il possédait cette sculpture chez lui (dans son salon ou sa chambre à coucher, l'histoire ne le dit pas), car il l'avait achetée à un antiquaire, mais que celui-ci n'avait pas pu lui donner le nom de l'auteur ?

6." En raison d'agressions verbales dont certaines ont été victimes, un membre de l'équipe de direction leur a proposé d'adopter une autre tenue."

Trouvé par Axel. En effet un chef d'établissement a puni les filles qui étaient venues en jupe, il les a exclues, carrément ! Alors qu'on ne parle d'aucune sanction en direction de ceux qui les agressaient verbalement. Porter une jupe est donc hors la loi de nos jours....

7. "Alors je me suis emportée et j'ai crié à l'hôtesse de cesser de râler"

Je ne sais pas ce que vous allez gagner... Un dessin ?

*Pierre Corneille

jeudi, 08 mars 2012

Le féminisme n’a jamais tué personne, le machisme tue tous les jours *

Vive nous !

Depuis quelques temps le féminisme occupe un peu plus la toile. Oui, les femmes savent écrire, réussissent mieux à l'école, même si, après, des tas de choses leur rognent un peu les ailes. Du coup on a récemment obtenu qu'on nous appelle officiellement Madame, je réclamais ça depuis que je bosse et paye des impôts. Le droit de ne pas recevoir une appellation diminutive, juste parce que je n'étais pas mariée, le droit de ne pas être appelée "Mademoiselle" quand j'aurais 80 ans, comme c'était le cas pour ma voisine d'en face. Je l'appelais Madame, et elle faisait de même pour moi, mais tous les beaufs de la rue, s'obstinaient à utiliser du Mademoiselle. Avec ADMV, ils ont comme un blême. Dire "Mesdemoiselles" ? Ca doit être pour ça du coup qu'ils ne lui disent pas bonjour du tout.

Les féministes d'aujourd'hui ont d'autres moyens d'expression et sont plus remarquées, entendues, tant mieux. Un peu de lecture si vous le souhaitez, mais ma liste n'est pas exhaustive !

http://www.osezlefeminisme.fr/

https://www.facebook.com/pages/Le-Mouvement-F%C3%A9minist...

http://encorefeministes.free.fr/

http://femmesenmouvement.over-blog.com/

Alors, oui, encore une journée de quelque chose me direz-vous, mais nous sommes seuls responsables, pas les organisateurs de cette journée, si nous ne pensons pas aux problèmes le reste du temps. Critiquons notre indifférence, pas les journées symboliques et d'alerte.

Quand j'avais 20 ans, le mot "féministe" était quasiment une insulte, synonyme dans la bouche de ceux qui le prononçaient de "mal baisée". Si aujourd'hui il a une autre connotation, c'est que les mentalités ont évolué. Sinon, tout le boulot reste à faire !

journée de la femme.jpg

 

J'ai cherché plus original comme dessin, mais je n'ai pas trouvé...

*Benoîte Groult

 

 

 

mardi, 06 mars 2012

L'art contemporain n’amène que peu de certitudes.*

Il y avait Toulouse la ville rose, j'ai découvert Metz la ville jaune. La pierre de la cathédrale et de la majorité des bâtiments du centre ville, les bus (petits et grands), les voitures de la poste (pour ça, c'est comme partout). C'est d'un beau jaune ! J'ai aimé. DSC00823.JPGEn plus, (et ça, c'est pas comme partout), l'employée de l'office de tourisme est charmante et efficace. Bien que ce fût un lundi, nous avons trouvé un bon restau, aux couleurs sympas (et pourtant pas de jaune) et où les pommes de terre sont utilisées à des fins originalement savoureuses.DSC00830.JPG

 

 

 Le champagne était bon, la compagnie rigolarde et sympathique, que demander de plus me direz-vous ? De la culture. Pascale armée du plan, et moi au volant, nous avons trouvé sans presque aucun problème le chemin vers Le Centre Pompidou Metz. DSC00836.JPGDésolée, je n'ai pas pris de notes et ils ont tous des noms compliqués, et les œuvres demandent souvent qu'on les observe en se posant beaucoup de questions, alors autant que vous alliez directement vous renseigner ici.

 

Les plus : Un espace vaste, clair, où les œuvres sont mises en valeur. Des choses surprenantes, invitant au voyage, ou au moins au déplacement en leur intérieur.DSC00845.JPG Un personnel sympa et ayant le sens de l'humour, surtout au vestiaire. (Bonjour à Stephan l'ardennais s'il me lit !) Un petit magasin de souvenirs où l'on trouve de jolies choses comme dans beaucoup de magasins de musées. Un parking juste à côté. Des toilettes à tous les étages. Le choix entre ascenseur et escalier pour ceux qui ont le vertige. Et on a le droit de prendre des photos !

Les moins: Beaucoup de courants d'air à chaque entrée d'étage, et un hall quasiment réfrigéré. Une cafétéria minuscule et vite remplie, dès qu'un groupe du 3ème âge s'y arrête boire un chocolat. Pourquoi si petite, et avec si peu de tables alors que l'espace est ce qui manque le moins dans ce musée et autour ????? En revanche ils ont prévu une immense terrasse extérieure ce qui dénote la connaissance aiguisée que l'architecte avait du climat lorrain.

DSC00859.JPG

Le plus des plus, c'est de faire la visite avec Pascale et son mari Mouche, alias Superman, alias Hervé. Les qualités humoristiques, musicales, ludiques (et j'en passe) de tout ce qui est présenté sautent alors aux yeux et cela rend la journée pétillante.

* Fabrice Hergott

 

dimanche, 04 mars 2012

Une image trompeuse ne vient-elle pas abuser mes yeux ?*

La dernière fois que je suis allée à Londres, j'ai adoré mon séjour parce que je n'ai visité que des musées où je n'étais jamais allée avant comme la Serpentine Gallery dans Hyde Park et le Victoria and Albert Museum. Comme j'avais une journée à passer à Paris, j'ai voulu découvrir un lieu aussi et je suis allée à la Gaité Lyrique. Il y a une expo très surprenante où l'on passe son temps à s'émerveiller comme des enfants. D'ailleurs les lieux permanents de ce musée inhabituel sont remplis de jeunes et d'enfants. Jeux vidéos à volonté, leur paradis.

Dégustez cette petite vidéo http://www.gaite-lyrique.net/experience/ puis, visitez le site, vous en saurez plus.

DSC00791 - Copie.JPGDSC00792 - Copie.JPG

Ma salle préférée a été sans conteste celle où une vingtaine d'écrans proposaient des portraits d'animaux qui se transformaient si on s'en approchait. C'est ludique, sûrement un peu inutile, mais tout le monde restait scotché, les adultes encore plus longtemps que les enfants.

Le lendemain je me suis promenée à Saint-Germain-en-Laye, jolie ville où chaque piéton pourrait être un touriste, où l'on n'entre dans aucun magasin ou ascenseur sans qu'on vous dise "Bonjour Madame", où même la police municipale est polie, mais où les affiches ne font pas la promotion de Poutou ou Arthaud, mais de mouvements anti-islam ou autres idées pas toujours très propres, en tout cas moins propres que les rues environnantes.

 

DSC00810 - Copie.JPG

 

Néanmoins je n'ai pas craché sur leurs éclairs au chocolat, chocolatés comme jamais je n'en avais goûté, ni sur la quiétude d'un joli salon de thé, "Chez Alice", où nous avons mangé entourées de clients tous anglais. La veille, à Montreuil, j'avais mangé coréen, dans un tout petit restaurant, tenu par Madame Li, qui y fait tout, de la cuisine au service, et où il n'y a qu'un menu, qui change chaque jour, et dont on ne sait pas ce que l'on mange, enfin pas tout, et c'est littéralement délicieux. Deux repas, entrée, soupe, plat, dessert et thé au sarrasin inclus, 27 euros pour 2 ! A St Germain, deux repas, 4 thés (on ne rempote pas !) et un dessert pour deux, 62 euros ! (ça ne se fait pas de dire le prix quand on offre, mais tant pis, si tu passes ici mon invitée, ne lis pas la phrase précédente!)

On m'a encore dit récemment à propos de Montreuil "ah, la ville des bobos branchés" avec une certaine moue ironique dans la voix, sûrement parce que la maire est une femme, et de surcroît écologiste, mais pour élire la ville la plus "bourgeoise", pas besoin de beaucoup réfléchir.

*Fénelon

 

 

mercredi, 29 février 2012

J'ai le cuir du dinosaure et la fraîcheur du nouveau-né.*

Les vacances c'est  l'occasion de jouer en ligne à Questions Pour Un Champion. J'adore ce jeu, et que tous ceux qui sont déjà prêts à se foutre de moi cliquent sur "fermer" tout de suite! Tant que je gagne, je rejoue, et ces trois derniers jours, j'ai fait entre 12 et 15 parties par jour. Je n'achète pas de parties, c'est un principe. Vous me reconnaissez sans doute sur cette photo. Si vous me croisez envoyez moi un mail, je ne connais pas vos pseudos ! Le mien, Edounnette, vient d'un diminutif affectueux que m'avait donné Zoui, une bloggeuse lycéenne devenue grande, et qui, maintenant qu'elle est (presque)  adulte, ne traîne plus ici.

DSC00781.JPG

Pour gagner, il faut jouer vite, répondre du tac au tac. A égalité, c'est le temps de réflexion qui fait la différence. Du coup parfois on a droit à des réponses tordantes. Ce matin, j'ai vu : Qui est la mère de Carlos ? Réponse : Sylvie Vartan !

Mais j'ai aussi appris quelque chose. Quel était le dieu romain des pets, gaz et autres flatulences ? Crépitus ! Ca ne s'invente pas, et ça réjouit de se sentir cultivée.

Post-scriptum : je viens de retrouver Zoui !!! Elle n'avait rien publié depuis 2010, mais en janvier de cette année, elle est revenue, je vais aller re-hanter son blog. Vous aussi, elle est sympa.

*Julien Lepers

mardi, 28 février 2012

La poubelle est le meilleur des accessoires de rangement.*

Du plus loin qu'il m'en souvienne j'ai été désordonnée. Ado, je faisais mes devoirs de lycée sur la moquette de ma chambre et laissais tout en plan à l'heure du repas familial. Cela créait avec mes parents des conflits, petits, mais récurrents. Ils supposaient que cela passerait. Mais pourquoi cela passerait-il ? Le désordre s'est amenuisé à mesure que ma demeure augmentait en surface et en meubles. Mais ma nature n'a pas changé. Alors à chaque vacances j'organise une grande séance de tri, de rangement, souvent par le vide.

DSC00779.JPG

Ces vacances ne font pas exception. J'ai pu libérer un rayon complet, mais ai dû créer un nouveau dossier : PV. L'année qui vient de s'écouler a renfloué les caisses de l'état. Je viens de récupérer un point, mais n'en ai quand même que 9. Heureusement que je ne pars pas souvent en weekend, car de devrais finir l'année à pied, c'est sûr.

*Frédéric Dard

Et, parce que je ne vais quand même pas faire une note là-dessus, mais que ça aurait fait plaisir à mon copain Vil Coyote de savoir que la boue, l'obscurité, les odeurs nauséabondes allaient bientôt disparaitre, cliquez ici :

dimanche, 26 février 2012

J’ai pris mon rhume en grippe.*

Vous l'avez compris, les virus nous attaquent. Samedi dernier déjà, j'ai dormi tout l'après-midi pour oublier les douleurs aux articulations et dans les muscles, et la fièvre qui me guettait. Depuis, j'ai alterné éternuements, toux diverses, sensations de vertige parfois, maux de têtes, fatigue... J'ai tenté un traitement préventif homéopathique, ai dû avoir recours à l'ibuprofène et au paracétamol quand ma tête m'empêchait de penser ou de dormir. Et depuis hier, nous avons entamé une cure à la brésilienne (enfin, la recette nous a été donnée par une brésilienne) : le miel d'oignon.

J'ai trouvé une recette un peu similaire ici.

Mais chez nous, ADMV a carrément haché un gros oignon dans un pot de 500 g de miel liquide (Chief, don't panic, it isn't yours !) et nous prenons consciencieusement nos trois cuillers à soupe par jour. On ne mange que le miel, pas les oignons, mais le goût est déjà assez étrange. Pas détestable cependant. J'y ajouterais un peu de curry, ça ferait penser à du chutney.

DSC00770.JPGDSC00768.JPGDSC00774.JPG

 

 

Espérons que ça marche, car en fin de semaine j'ai quelques projets. Pour l'instant, c'est repos et un peu de boulot, mais pas trop !

 

 

 

*Sacha Guitry.

mardi, 21 février 2012

Le football américain, c'est comme la guerre nucléaire, il n'y a pas de vainqueur, il n'y a que des survivants.*

Demain je suis en stage toute la journée dans un musée. Chouette ! J'aime ces journées où on me fait voir des choses qui n'ont rien à voir avec mon boulot, où l'on me demande de réfléchir autrement, avec des profs d'autres matières. Le hic, c'est que c'est à deux heures de route de chez moi et donc de la grande ville. J'espère que je ne m'endormirai pas en chemin, car ma tête et mes bronches maintenant ne me laissent pas beaucoup de repos. J'espère aussi que cela ne me rendra pas trop sensible aux radiations, car je ne serai pas loin d'une centrale nucléaire, et l'educnat ne fournit pas de pastilles d'iode avec l'ordre de mission...

En fait, je suis sûre que je ne m'endormirai pas, puisque j'écouterai dans ma voiture le dernier disque de Francesca Solleville, reçu hier ! J'ai participé à la souscription qui a permis la réalisation de cette oeuvre, et j'en suis très fière. 

Jeudi, au programme, en plus de quelques cours, j'ai des copies à finir de corriger pour pouvoir remplir le logiciel des bulletins dans les temps, mais c'est toujours mieux que les conseils de classe comme hier et ce soir. (J'en ai encore 4 à la rentrée, quelle joie !) Et vendredi, toute une journée d'oraux de bac blanc et de surveillance. C'est pas que je veux vous emmerder avec tout ça, mais y'a une de mes lectrices qui se demande ce que j'ai tant à faire que je ne publie pas de notes plus souvent.

Allez, vendredi soir je serai en vacances, et ma tête plus légère saura de nouveau vous concocter quelques blagues, jeux ou autres news surprenantes.

*Frank Guilford

lundi, 20 février 2012

La fin du monde est pour demain ! Je vous le confirmerai la semaine prochaine.*

La phrase du jour a été prononcée hier par ADMV.

Alors que nous étions sorties prendre de l'essence, le soleil nous a fait de l'oeil et elle a dit : "Ca sent le printemps. Chic, maintenant, il va faire beau jusqu'à la fin du monde."

Adrien Quan : http://bonjourdessin.blogspot.com/

*Frédéric Deville (peintre et graphiste belge)

mardi, 14 février 2012

Une lèvre douce vous promet une éternité de baisers*

Ce soir c'est la soirée idéale pour les parents qui veulent se faire un petit repas en amoureux ! Ils peuvent laisser les gosses devant la télé : Retour Vers le Futur, Stuart Little ou Bogus !

Personnellement je vais me laisser tenter par Je Crois que Je l'Aime. Je ne l'ai jamais vu, et puis c'est pas parce qu'ADMV est à 160 km de moi que je vais cesser d'être fleur bleue. Le resto on se le fera ce weekend, on se l'est dit au téléphone.

Et pour ceux qui trouvent que la St Valentin, c'est ringard, un cartoon :

saint valendinde.jpg

*Ben Jonson

dimanche, 12 février 2012

Même si le propos de l'auteur est de donner la représentation la plus complète de son objet, il n'est jamais question qu'il raconte tout, il sait plus de choses encore qu'il n'en dit. C'est que le langage est ellipse.*

J'avais aperçu le titre de la dernière note de Pascale "Another Happy Day", mais je savais que j'allais le voir le soir, alors je l'ai pas lue sa note qui doit de toutes façons être beaucoup plus pro que la mienne. Elle connait tous les acteurs, alors que moi, à part Demi Moore, je connaissais personne. Enfin si, le père de la fille, je l'avais déjà vu, et c'est dans SpiderMan 3 d'après AlloCiné. C'est bizarre, je pensais ne pas avoir vu le 3.

Bref, Pascale elle avait mis deux étoiles, sauf pour Demi et un autre que je ne connaissais pas. Depuis, je sais que c'est l'ado qui avait le deuxième rôle principal. Le premier rôle, je pense que c'est celui de la mère, Lynn. L'actrice je me suis dit tout le long du film que j'avais déjà dû la voir, mais comme toutes les femmes qui se font siliconer les lèvres et tirer la peau du cou et du menton, elle ne ressemble plus à rien, et surtout plus à elle. A part le physique, elle joue bien la mère paumée, qui a toujours été victime, à cause d'une mère qui joue les fortes, mais qui l'est pas tant que ça et le fait payer aux autres.

Le premier quart d'heure, je me suis dit que Pascale avait été sévère. J'aimais bien le parti pris du film du gamin qui fait parallèle avec le vrai film et qui nous apprend des trucs que certains personnages ne savent pas, nous donne un deuxième point de vue, etc. Mais parfois, le réalisateur a dû oublier qu'il avait choisi de faire ça, et on voyait plus de caméra amateur. Pis d'un coup, il s'en rappelait, et il nous en remettait une couche, sans que ça soit absolument nécessaire (je pèse mes mots).

L'histoire, ou la tranche de vie, était plutôt intéressante, nous montrait comment les gens aux USA comme ailleurs, privilégient les apparences plutôt que les problèmes plus profonds, que l'argent n'empêche pas la beaufitude, et les beaufs aux USA, ils valent le jus ! Mais le hic avec le cinéma américain, c'est que même quand il aborde un problème hyper intéressant, il faut toujours qu'on nous explique. Alors, ça dure, ça dure, et on se dit, oui ben, oui, là on a compris : qui va mal, pourquoi, de quand ça date, ce qui va se passer après, etc. L'ado désaxé avait fait la remarque la plus subtile et la plus vraie du film, eh bien il faut que le réalisateur nous le prouve par l'image et l'histoire à la fin du film !

Il faudra un jour leur apprendre l'ellipse, le sous-jacent, le symbole, la métaphore... Il y a quand même un truc que je n'ai pas compris : l'apparition d'un personnage secondaire à poil dans la cuisine en train de se faire un café. Ca vient comme un poil sur la soupe, et là, pour le coup, on nous explique pas, et comme on n'est plus habitué, on reste perplexe.

Je ne m'attarderai pas sur le personnage hyper convenu et classique incarné, très bien il est vrai, par Demi Moore, malgré les problèmes perso qu'elle traverse en ce moment (il m'arrive de lire un peu d'articles "pipole").

Et je ne serai pas trop négative, j'ai quand même rigolé parfois, mais ce n'était peut-être pas prévu pour, et comme je suis une fille simple, deux heures en anglais, je ne crache jamais dessus, et je ne me suis pas ennuyée, ce qui est un plus pour un weekend où ADMV m'a abandonnée...

Maintenant je vais aller lire l'article de Pascale, et cet après-midi, je récidive avec le cinéma américain en allant voir The Descendants. Là il y a Clooney, et encore des histoires de familles d'après la bande annonce, je vous dirai si c'était mieux !

"Another Happy Day Poster"

*Jean-Paul Sartre

samedi, 11 février 2012

Le premier homme qui est mort a du être drôlement surpris.

Mardi 14 février sera la journée nationale de prévention du suicide. Cette journée est organisée depuis 15 ans. Divers articles paraissent ce weekend sur le sujet, mais ne disent pas si ces campagnes de sensibilisation ont influencé les suicidaires potentiels et leur entourage;

Vous pouvez lire:

http://3.bp.blogspot.com/-fdnXl6z5q3w/TpzMmhs2BDI/AAAAAAA...

Je ne connaissais pas cette date avant de consulter comme chaque weekend Yahoo news ce matin. Et pourtant au réveil, après avoir remis le chauffage en route et rejoint mon lit en attendant que la chaleur revienne, j'ai pris et commencé le livre du haut de la pile de ceux qui attendent d'être lus, et c'était:

Etgar Keret, La Colo de Kneller. (Babel)

Si lire un texte un peu humoristique en même temps que grave sur le suicide ne vous dérange pas, si le point de vue d'un Israëlien sur la question vous intéresse, alors pour 5.50 Euros, vous obtiendrez 89 pages insolites. J'en suis pile à la moitié et irai le finir dès que j'aurai terminé cette note.

*Georges Wolinski

jeudi, 09 février 2012

- De quel groupe dépend le verbe "descendre"? - Des Beatles.*

Il y en a au moins un qui présente des excuses. Même si c'est un peu tard, et même si finalement, c'est pour limiter le manque à gagner.

http://www.liberation.fr/societe/01012388951-guerlain-reg...

 

Mais l'autre, qui avait sûrement moins de fric à y perdre, persiste et signe. Pour lui, donc, une civilisation et un régime politique sont la même chose.

C'est que dans le cas de Guéant, il ne s'agit pas d'imbécillité, mais de dangerosité.

Et le "philosophe" de défendre le triste individu !

http://lci.tf1.fr/filnews/politique/luc-ferry-toutes-les-...

Tous les Ferry ne se valent donc pas.

https://fbcdn-sphotos-a.akamaihd.net/hphotos-ak-ash4/3958...

* Question posée dans Questions pour un champion Online, et réponse donnée par une candidate !

Pour ceux qui ne verraient pas le point commun entre mon titre et ma note, c'est la connerie.

dimanche, 05 février 2012

Les prédictions pour la semaine qui vient. Poisson, vendredi est votre jour. Taureau évitez les voyages en Espagne. Cancer, faites un dépistage. Balance, essayez de perdre du poids.*

Pour certains c'est VDM, pour moi, ça a été SDM.

Réunion sur la Dotation Globale Horaire de l'an prochain, annonce de restrictions..., un enterrement, des copies, un samedi bossé pour la solidarité nationale (d'autres que moi font-ils cette journée, ça m'intrigue), un ongle de pouce retourné et arraché, des copies, un démarrage en côté difficile à cause du verglas, des copies, un couloir dégueu à laver à cause de la neige, fatigue générale.

L'humeur du jour est donc:

Là, maintenant, vous vous dîtes: "Finalement, on aurait pu se passer d'une note encore quelques jours."

*Gelück

lundi, 30 janvier 2012

On ne peut pas tous être beaux et savoir téléphoner.*


J'ai beau être plutôt douée pour les langues étrangères (je parle anglais couramment, idem pour l'allemand mais avec des fautes, en russe et en italien je ne mourrais pas de faim, et j'ai su écrire coca-cola en arabe après une semaine en Tunisie), j'ai reçu un message sur mon répondeur téléphonique qui me laisse plus que perplexe.

Pouvez-vous m'aider ???????????????????????????????????

Tout au plus au milieu ai-je reconnu "étude de marché".

C'est sûrement sans intérêt, et pour me pomper mon fric, mais si je pouvais signaler à cette boîte qu'elle perd des sommes monstrueuses en télé marketing pour rien, je le ferais volontiers. Rien que pour les remercier de m'avoir fait marrer.


Il vaut mieux qu'ils investissent dans un livre plein de bon conseils et dans ce panneau !

 

*Proverbe Québequois.

samedi, 28 janvier 2012

La télévision, c'est comme la poste, ça transmet.*

ENVERS ET CONTRE TOUT...

 

J'avais fait un joli  paquet vert 

Mais la dame de la poste m'a dit 

"Il est trop p'tit, faut l'refaire ! 

Nous on vend des boîtes, dis."

"Ben chez moi c'est gratuit", j'ai répondu. 

Et en fait j'suis allée en ville 

Avec le même paquet vert, 

car faut pas m'la faire, 

A une poste où les employés sont plus 

Aimables et du cerveau plus agiles. 

Là, pas de boîte coûtant une fortune. 

On m'a pris mon paquet,

Je demandais pas la lune !

Y'a des jours où on se sent refait...

 

*Jean-Luc Godard

(Et comme pour les chaînes à la télé, si un bureau vous emmerde, changez !)

mercredi, 25 janvier 2012

Les objects inanimés peuvent être classés en trois catégories : ceux qui ne fonctionnent pas, ceux qui tombent en panne et ceux qu’on ne retrouve jamais. *

Eh oui, on ne me voit plus beaucoup ici, ni chez vous ces temps-ci. Le fait que 5 personnes m'aient fait remarquer mon air fatigué hier a-t-il un rapport avec cette absence ? Ou le fait que Strepsil Miel-Citron soit devenu mon meilleur ami depuis deux jours ? Sûrement un peu.

 Les 4 heures de boulot passées hier à préparer mes trois heures de cours en salle multi-média ce matin aussi sans doute. Tout ça pour que tout soit niqué par une panne de deux heures et demie qui a interrompu le premier groupe d'une classe au bout de 25 minutes, et empêché le deuxième groupe de commencer quoi que ce soit. WonderEd a improvisé une compréhension de l'oral en allant emprunter un lecteur au CDI. Un document jamais entendu, script jamais lu, totale impro je vous dis ! Quant à la troisième heure, ma série d'exercices sur le net sur les idioms et le vocabulaire, avec un joli thème sur le Nouvel An Chinois, on pourra peut-être la faire dans un mois ; c'est une heure qui n'a lieu que toutes les 4 semaines. Celle de ce matin, ça a été garderie ! Et cet après-midi, sur 20 ordinateurs il n'y en a eu que 12 où audacity a fonctionné normalement. Heureusement c'était une heure avec mes étudiants majeurs, et sensés.

Mais quand même mon micro-kiné m'a trouvée tendue tout à l'heure. Mon bras va-t-il surmonter tout ça alors que ma tête a bien du mal ?

Un truc qui me déscotche de mon boulot, j'en rêve. J'ai essayé de faire une note avec un jeu qui vous fasse reconnaître des bouches de femmes pas sympas. Mais c'est pas drôle, je n'ai trouvé que des femmes politiques. Et encore, les pires peaux de vaches arrivent à sourire au photographe !

Cette note arrivera. Un jour.

Et si vous voulez faire laver votre voiture gratuitement, beugnez-la !

Je ne sais plus quelle marque c'est, Meuhmeuhma peut-être, mais ils proposent ça ! Avec nous, si vous avez un accident, on vous rend votre voiture réparée et lavée. Mes oreilles en rigolent encore. Je vais téléphoner à mon assureur militant pour lui demander de me laver la mienne, sans la réparer. Ils y gagneraient finalement !

*Russell Baker

dimanche, 22 janvier 2012

Je t'aime, tu t'aimes, on sème.*

Ce n'est pas si souvent que je vous offre de la musique. J'ai entendu cette chanson dans la voiture et ai eu envie de la partager.

 


Arthur H et -M- : Est ce que tu aimes ? par matw

La prochaine fois, je vous écrirai plus longuement. En attendant, aimez !

*Maurice Chapelan