Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 16 février 2010

ANNONCE DE DEFI D'ECRITURE

Tout est , mais pour ceux qui ont la flemme de se déplacer, voici les consignes :

Mettez-vous dans la peau d’un animal, peu importe lequel, peu importe qu’il soit de compagnie, sauvage, dans un zoo ou dans votre arbre…

J'ajouterai, peu importe que vous aimiez les animaux ou pas !

Il faudra que le tout fasse entre 300 et 500 mots, et votre texte devra être posté avant le 24 février 2010. (Si vous souhaitez devenir "auteur" sur notre blog, adressez-vous à Emma, si vous souhaitez écrire en dilettante, je peux publier votre texte ici, si vous me l'envoyez par mail, et sur le blog défi d'écriture aussi d'ailleurs.)

(Je ne sais pas pourquoi, mais Emma, qui a conçu ce défi, a sans doute dû se dire que comme j'étais en vacances, il ne fallait pas me demander quelque chose de trop difficile. Pour un cheval qui parle, un tel défi, c'est du gâteau !)

L'illustration m'a été inspirée par Harvey, un film avec James Stewart qu'on s'est regardé hier soir et qui nous a beaucoup fait rire. On avait besoin de léger pour notre soirée vu qu'ADMV repartait au boulot ce matin...

vendredi, 29 janvier 2010

بهتر است به خنده!

Au lycée on ne parle que de la réforme. J'en pleurerais. Aujourd'hui j'ai assisté à la dernière séance d'information sur des filières où on a du contenu, où les SES existent encore en tant que telles, où l'on fait des langues en ES, où l'on ne formate pas au niveau minimum.

Alors pour me changer les idées, je vous ai inventé un nouveau jeu. Pour que vous participiez, je vous le dis ici (c'était dit dans les tags, mais bon...) c'est un jeu ! Multifonction.

Les Deux dingbats à trouver. Le titre à deviner. La langue du titre à identifier.

dingbatperso1.jpgdingbatperso2.jpg

jeudi, 28 janvier 2010

สิ่งที่ทำให้คุณหัวเราะหรือไม่?

dingbatperso.jpg
Ah, et puis ça aussi : dans une lettre de motivation venue d'Outre-Manche, ADMV a relevé ça :
"Je faisais le drame à l'université et à l'école."

mercredi, 27 janvier 2010

J'HESITAIS ENTRE POURQUOI JE N'AI PAS VU SOEUR THERESE.COM ET VOUS AVEZ DIT "ABÊTISSEMENT DES MASSES" FINALEMENT VOUS AUREZ UN TEXTE

J'ai du mal à publier de nouvelles notes ces temps-ci. Si je pense, ce n'est qu'à des choses qui fâchent. Et je n'ai pas envie de devenir le blog des pensées quotidiennes d'une râleuse. Alors en attendant une idée plus souriante, je vous donne une version illustrée de ma dernière participation aux défis d'écriture du blog à nous qu'on a.

 

Entre deux cloches.

 

La cloche a retenti. Ouf. Enfin ! Dix minutes, vous imaginez ? Dix minutes de liberté. J’ai mis dehors les deux de tension qui mettent des plombes à ranger leurs affaires, répondu vite fait bien fait au lèche-cul stressé qui me posait pour la énième fois la même question, pris mon manteau accroché au coin du tableau avec mon écharpe parce que la patère a disparu depuis au moins dix ans, fermé la porte à clé, vérifié que j’avais de la monnaie, dirigé mes pas impatients vers l’étage, répondu d’un « salut » léger à tous les collègues que je n’avais pas encore vus, ai enfin aperçu la machine à café, inséré ma pièce, pris mon café court sans sucre, posé ledit café sur une table où il ne risque pas grand-chose, attendu en deuxième position (la chance !) devant les toilettes, vidé ma vessie, lavé mes mains au savon que j’ai fini par apporter moi-même parce que le distributeur était toujours vide, appuyé sur le séchoir électrique inefficace, récupéré mon café, eu le temps d’aller vérifier dans mon casier si j’avais du courrier urgent, eu le temps de poser une fesse sur un fauteuil, pas plus. La cloche a retenti.

 

 

dimanche, 24 janvier 2010

FAISONS LES PRESENTATIONS

100_7721.jpgDans une note récente où je laissais entrevoir l'intérieur de ma maison, il n'avait pas échappé à l'oeil sagace de Max. Il l'avait qualifié "d'enfant du tiers monde exploité". C'était là, malgré tout, une erreur d'identification. 100_7722.jpgCe petit homme est né des mains de mon arrière-grand-père qui était peintre-décorateur. A ses moments perdus il créait des objets en bois peint pour les membres de sa famille. J'ai connu dans mon enfance une Blanche-neige et quelques nains, les 3 petits cochons, inspirés par Disney. Mais celui qui est à présent dans mon salon, me vient de mon arrière-grand-tante, et a dû naître dans les années 20 ou 30...

100_7726.jpgLa mode était encore à l'orientalisme je suppose, et sa spécificité, à mon petit indien, est qu'on peut voir un personnage différent sur chacun de ses côtés. Petite, je l'ai connu bleu, aujourd'hui, je favorise la face jaune-orangée. Il a porté la bonbonnière, puis la boîte à bijoux de ma tante Alice. Il est unique, et on s'est toujours connu. 100_7725.jpgMême s'il fait des envieux, je ne suis pas près de m'en séparer.

mardi, 19 janvier 2010

DEPAYSEMENT

Ce matin, ni les poubelles, ni Johnny n'ont réussi à me réveiller ! ADMV qui ne voulait pas rater son train a dû employer les grands moyens. Je suis excessivement crevée ces temps-ci, et j'ai décidé qu'une semaine de dépaysement me ferait le plus grand bien. Dans 18 jours, je pars là :

Enfin, je suppose qu'à certains endroits ça doit y ressembler. L'actu me déprime, et je ne voyais pas quoi vous dire d'autre.

jeudi, 14 janvier 2010

ESQUIMOS POUR TOUT LE MONDE

Je ne les publierai peut-être pas tous désormais. Je les conserve en compagnie de ceux de mes compagnons de défi sur un autre blog. Mais je sais que j'ai des fans, devrais-je dire des groupies, qui ne sont pas forcément adeptes de la lecture de ces défis collectifs, mais aiment bien me lire quand même. Et puis je trouve que notre blog d'écriture a peu de visiteurs hors participants, et si j'écris, en fait, c'est pour être lue, non ? Alors voici le dernier en date. La consigne :

jolie liste de mots à inclure dans un texte de 300 mots environ:

  • Résolution
  • victoire
  • origami
  • véranda
  • froid
  • plouc
  • vérité
  • mot
  • franc
  • entraide

Ci-dessous, ma prose, dont le titre est également le titre de ma note.

J’ai pris une grande résolution ! A partir de dorénavant, je ne veux plus être un plouc. C’est dur, ici, de ne pas rester idiot. A part la neige, la glace, le froid, les quelques heures de lumière par jour, il n’y a rien. Depuis l’arrivée d’internet (le gouvernement a connecté tous les habitants de la région gratuitement, car selon eux, c’est encore plus efficace contre le suicide que les lampes de luminothérapie ou les clubs d’origami, qui existaient jusqu’ici contre cela.) c’est plus simple de se tenir au courant. Mais pour être franc, la cyberculture, les autoroutes de la connaissance, tout cela ce ne sont que des mots, du blabla ! La vérité, c’est que ce n’est pas parce que tu liras en détails un site sur la musique que tu sauras en jouer, ou que tu vivras l’émotion d’un concert, ni parce que tu commenteras régulièrement un blog que tu pourras te sentir intime avec son auteur. La semaine dernière j’ai découvert avec curiosité les nouveaux modèles de vérandas que l’on vend même en Angleterre, et grâce auxquelles les gens peuvent non seulement agrandir leur maison, profiter de la lumière, mais aussi bronzer. Eh bien croyez-moi, sur internet c’est chouette, ici, c’est niet ! Pas assez d’ensoleillement sur votre territoire, qu’ils m’ont répondu dans un mail peu convivial. Ce qui me manque le plus, ce n’est pas les gadgets améliorateurs de confort, mais le contact humain. A part ceux qui y sont nés, et les militaires qui gardent la base de VadsǾ, personne ne vient ici. Entre nous, c’est-à-dire, Yabuk,Kouli et moi, il faut reconnaitre qu’il y a de l’entraide et que cela nous permet de survivre. Mais pour devenir un humain comme ceux dont je lis la prose sur le net, je veux rencontrer des gens. Par hasard. Ou en se donnant rendez-vous. Je veux pouvoir inviter plus de deux personnes pour manger mes roll-mops à la vodka. J’aimerais tant que ces rencontres m’apprennent des choses. J’ai lancé un projet. J’en ai parlé au chef, Yabuk. On a lancé le projet « Pas de SDF sur la banquise. » Si vous connaissez un SDF, inscrivez-le. S’il gagne le tirage au sort, il fera partie des 20 personnes à qui nous offrirons un igloo, ici, dans le Finnmark. Et nous deviendrons enfin un vrai village. Et ce sera ma victoire.

vendredi, 08 janvier 2010

RIROTHERAPIE

Hier soir pour faire partir complètement ma migraine, j'ai regardé « Les Bougons » sur la 6. J'avais croisé ce feuilleton il y a environ un an, deux épisodes à mourir de rire, puis plus rien. Ou du moins, je n'ai pas vu quand ça repassait. Là, à moins que je n'ai raté un wagon, on est reparti avec le 3, le 4, et le premier que j'avais vu l'an dernier. Toujours aussi drôle, surtout le stage de recherche d'emploi (j'ai pensé à une copine de blog...) et les 200 heures de travail d'intérêt général dans un centre pour handicapés mentaux. Ca fait du bien de voir sur une chaîne française quelque chose qui ne soit pas formaté, politiquement correct comme 99% de ce que l'on voit. J'en reveux la semaine prochaine ! J'espère qu'il y en renaura !

http://www.canoe.com/divertissement/tele-medias/nouvelles...

Ben mince ! V'là que je pense comme Le Monde dis-donc...

Bien que les vidéos trouvées sur internet ne reflètent pas vraiment ce qu'est cette série : 

samedi, 02 janvier 2010

FESTIN DE REINES

Je sais, plein de gens trouvent qu’on mange trop à Noël. La solidarité, c’est pas de se gaver pendant que d’autres n’ont rien à bouffer. Pour répondre à toutes les critiques du genre : je paye mes impôts sans tricher, je verse aux Restos du Cœur tous les ans, et à d’autres œuvres (mais pas au téléthon et aux Pièces jaunes, mais c’est un autre débat encore), espérant qu’un gouvernement digne de ce nom pourrait faire aussi des efforts de solidarité nationale. Et puisqu’arrivée à la cinquantaine, je ne suis pas sûre de pouvoir encore digérer longtemps le foie gras et le champagne, et que j’adore la cuisine un peu recherchée, j’ai décidé pour une fois, de ne pas me taper tout le boulot, ou de l’imposer à quelqu’un en disant avant de partir « ça me fait chier de te laisser tout ce chantier » et d’entendre la copine crevée me dire « mais non, t’inquiète pas, ça va aller » tout en sachant très bien que ce n’est pas vrai. J’ai donc opté pour la version « c’est quelqu’un d’autre qui cuisine, fait les courses, met la table, etc. , mais je paye. » Pas de scrupules, donc.

Je vais vous faire un compte-rendu détaillé et illustré de notre soirée de rêve. Tout à commencé par un amuse-bouche au moment de l’apéritif. 100_7684 copie.jpgNous avions décidé d’être raisonnables, c'est-à-dire de commander une bouteille de champagne, et une autre de Vittel. Pas de mélange d’alcool, pas d’abus, pas de casquette demain matin. Nous avons quand même élu comme victime de notre gourmandise une Blanc de Blancs Roederer, millésime 2004. La classe ! Et un nectar.

Autour de nous des gens en tous genres, mais tous sur leur 31. Pas loin de nous, mais assez pour qu’on n’entende pas les conversations des autres, un Dutronc junior qui fait 42 ans alors qu’il doit en avoir 35, et plus loin, un mec à la tête de comptable dans une agence d’assurance, en garde à vue dans PJ. Une musique d’ambiance qu’on oublie, légère, discrète, subtile, comme la cuisine servie. 100_7685.jpg

L'entrée offrait à nos palais un fois gras chaud, un foie gras froid et sur la même assiette, magnifique, une petite brochette de homard sur une tranche de pomme, le tout caramélisé. Ensuite, un filet de bar exotique qui vous met dans un état extatique, un sorbet fruits de soleil et Pitu du Brésil (que je 100_7690.jpgm’obstine depuis à appeler Kitu du Brésil). 100_7694.jpgLe Kitu, j'ai oublié de le prendre en photo avant, alors vous ne le verrez qu'après ! 100_7697.jpgUne tranche de filet de bœuf à la polenta aux cèpes (sans cèpes pour moi, merci pour cette délicatesse), une assiette de fromages savoureux100_7699.jpg, et une assiette de desserts, variée et douce comme son nom. 100_7704.jpgPlus assez faim pour goûter les mignardises servies avec le café, mais encore assez en forme pour les prendre en photo. 100_7705.jpg

Un grand merci à la police qui ne nous attendait pas au rond-point qu’on ne peut pas éviter en sortant du restaurant. Une soirée tranquille, mais qui nous laissera un beau souvenir et à nos papilles aussi.

18 h 50. Edit : J'ai agrandi la police pour zapette et corrigé une petite faute qui traînait...

Et une photo pour Cunégonde qui s'interroge sur le vert : 100_7692.jpg

samedi, 26 décembre 2009

LA CHASSE AUX MUSEES EST OUVERTE

Je vous ai parlé récemment du Musée Montmartre qui est en danger de mort. Je ne sais pas où il en est, mais il y en a un qui est aussi la cible des tueurs de culture : Le Musée du Luxembourg.

Pour en savoir plus et signer la pétition allez là : http://jesigne.fr/nonalafermeturedumuseeduluxembourg

Et pour savoir ce que nous allons perdre, allez visiter l'expo des oeuvres de Louis Comfort Tiffany. C'est splendide !

 

Patientez ! Je rentre bientôt.

mercredi, 23 décembre 2009

NE LES LAISSEZ JOUER AVEC N'IMPORTE QUOI

Vous hésitez encore pour les derniers cadeaux. Vous ne savez pas ce qu'aime le neveu du frère de la belle-soeur de votre belle-mère, mais il a 10 ans, et il sera là pour la dinde aux marrons. J'ai bien trouvé ça : http://www.top-blagues.com/video-detail-652-le-joue-le-plus-pourri-du-monde.html Mais je soupçonne le parti Républicain aux USA d'avoir offert ça en masses dans les années 50... Et maintenant, ils votent !

Désolée pour la faute dans le titre. Rassurons-nous en nous disant que c'est peut-être un américain qui l'a écrit.

lundi, 21 décembre 2009

AUSSI DELICIEUX QU'UN PLAT DE SPAGHETTI !

Honnête. Militante. Puissante. Emouvante. Battante. Tendre. Impressionnante.

Ces adjectifs qualifient une femme que j'ai vue hier après-midi, une heure et demie sur scène. Francesca Solleville. J'ai pleuré. J'ai ri. J'ai aimé. J'ai adoré. Elle est belle ; elle est droite et nous regarde dans les yeux quand elle chante Al Dente, Ma France et tant d'autres titres qu'elle a été retrouver dans ses 50 ans de carrière. Du 16 au 20 décembre elle a donné 5 concerts, avec un programme différent chaque soir à La Maison de la Poésie à Paris. Un défi d'émotion qu'elle s'est lancé et un pari qu'elle a tenu. J'ai rencontré des spectateurs qui étaient venus à tous les concerts ! Celui d'hier m'a fait regretter de ne pas avoir pu faire de même. Ses textes, ses 77 ans, sa conviction et son sourire, m'ont fait penser tour à tour à mon père, ma mère, mon enfance, une autre Francesca qui me l'avait fait connaître puis était repartie avec ses disques vinyl. Elle a chanté des textes et des musiques de tant de chanteurs que j'aime : Ferrat, Leprest, Dautin, Le Forestier, Pierron, Laffaille, Hélène Martin, et j'en oublie. On aurait cru qu'elle s'était servi dans ma discothèque...

Je voudrais dire un mot de la pianiste qui l'accompagne : Nathalie Fortin. Elle joue magnifiquement, comme toujours, mais elle était là pour soutenir Francesca, la rassurer, lui souffler si un mot lui échappait, magnifier ses chansons tout en restant discrète. La qualité de son jeu, de ses interprétations et improvisations, n'a d'égal que sa générosité.

Merci Francesca et Nathalie, pour ce moment magique ! Ce concert qui m'a fait me promettre que j'allais continuer à me battre. En plus à l'aller comme au retour, dans le train, je lisais du Benoïte Groult. Quel à propos !

samedi, 12 décembre 2009

DEFI D'ECRITURE N°8

Le temps passe, et il devient urgent de l'écrire !

Quoi donc ? Votre lettre au Père Noël !!!

Si vous souhaitez qu'il ait une chance d'être dans les délais pour vous faire plaisir, il faut que votre lettre soit publiée au plus tard Vendredi soir prochain, le 18 décembre !

Vous avez le droit de ressortir une vieille lettre de votre enfance, de ne pas croire au Père Noël, d'être optimiste ou pessimiste, en ces temps de guirlandes électriques et de marrons chauds, tout est permis !

lundi, 07 décembre 2009

LE DEFI DE ZAPETTE N°7

 

On y pensait depuis longtemps. Il y a vingt ans ce n'était qu'un rêve, que l'on remodelait un peu à chaque vacances : une idée agréable, une odeur de vent marin et de vinaigre de malt, une couleur ambrée de bitter locale, l'image d'un petit cottage à la campagne, l'humour des amis qu'on s'imaginait retrouver au quotidien. Plus la retraite approchait, plus l'on se renseignait : la sécurité sociale, la banque, le prix des loyers, les régions les plus abordables. Bloggeuse acharnée, j'avais contacté des expatriés pour obtenir des témoignages. Certains nous confortaient dans notre projet et nos espoirs. D'autres nous faisaient peur. Des déçus congénitaux essayaient de nous dissuader. Enfin, le 1er juillet 2023 je fus en retraite. Ce fut une belle journée. Il faisait soleil, et dès le lendemain nous avons commencé à vider la maison, trier, empaqueter. Nous n'emporterions que les plus beaux souvenirs. Des photos, des livres, nos disques durs. Le reste, nous l'achèterions sur place. Les meubles anglais ont du charme, si l'on se passe du feu artificiel. Les nouveaux propriétaires voulaient s'installer le 1er septembre, date à laquelle nous aurions nos clés pour notre nouvelle maison. Quel timing ! Je regrettais parfois de vieillir, mais ce jour-là, j'ai senti que l'âge m'aidait à bouger « léger ». Plus jeune, je m'accrochais aux objets, aux lieux. Cette fois, je partais sans déchirement. Et aujourd'hui, je ne regrette rien. Cela fait dix ans déjà. J'ai des nouvelles des amis et de ma famille par internet. Certains font même le voyage parfois. La vie ici nous convient. Le champagne et le foie gras sont un peu chers, mais j'y pense parce que c'est noël. Le reste du temps, le thé, la bière et le stilton me suffisent. Ca valait la peine de rêver.

 

100_0073.jpg100_0292.jpg
100_0158.jpg100_0161.jpg
 

dimanche, 06 décembre 2009

OYEZ AMIS ECRIVAINS DU DIMANCHE

Depuis quelques temps avec Zapette, nous lançons des défis d’écriture, sans prétention, juste pour nous faire plaisir, et éventuellement faire plaisir à ceux qui nous lisent. Nous nous sommes dit que nous aimerions retrouver nos textes à un seul endroit du web, le défi, suivi de tous les textes publiés pour y répondre.

Emma s’est prise au jeu et nous a même créé un blog ! Si vous acceptez que j’y publie vos textes (ceux que vous m’aviez envoyés par mail, ou en commentaire ici), dîtes le moi. Je me charge de les publier. Je vais poster des notes « rétro-actives » !

Si vous avez envie de lancer des défis vous-même, et de faire partie intégrante de l’aventure, écrivez-moi ou à Zapette et Emma, et vous pourrez poster vous-même vos textes, et publier à l’occasion vos consignes.

Comme je l’ai dit à mes deux acolytes, j’ai envie que ça reste un blog de copains, ce n’est pas que je n’ai pas envie de connaître de nouveaux bloggers, mais il existe déjà des blogs d’écriture, où il y a tellement de membres, que j’ai fui dès que j’y ai mis les yeux. Cela semblait à la fois trop peuplé, et d’un autre côté lourd et peu accueillant. Le nombre de participants jusqu’ici me convenait. C’est juste un moyen de conserver les textes pour les lire plus facilement.

Les défis pour rire continueront donc d’apparaître sur nos blogs respectifs.

En attendant le dernier défi en date est chez Zapette !!! Précipitez-vous, c'est pour demain soir !

Et pour finir en se marrant, voici la phrase d'un "journaliste" de télévision entendue hier soir (SAMEDI !!) :

"Continuez à donner pendant tout le weekend, jusqu'à ce soir."

mercredi, 02 décembre 2009

S . O . S

Un jour sur mon blog, j'ai écrit cette note-là :

http://whatamistilldoinghere.hautetfort.com/archive/2007/11/02/vous-donner-envie-de-voir-une-exposition.html#comments

Et une autre fois, celle-ci :

http://whatamistilldoinghere.hautetfort.com/archive/2008/02/14/sourires.html

J'ai lu dans le jdd qu'on abandonne ce musée pour un sombre projet immobilier. Il faut agir d'urgence ! Le Musée Montmartre est un des endroits les plus merveilleux de Paris. Les expos y sont toujours de qualité, et il est le symbole de toute une époque qui a bien plus de valeur que tous les élus et promoteurs véreux.

Pour agir, il faut aller signer la pétition là :

http://www.petitionduweb.com/LAISSERONS_NOUS_DISPARAITRE_LE_MUSEE_DE_MONTMARTRE-5434.html

Je veux pouvoir retourner flâner là, quand je veux !

 

samedi, 21 novembre 2009

REFLEXION D'UN SAMEDI MATIN

Je profitais de mon samedi matin après un petit marathon de trois jours pour finir à temps toutes mes copies, calculer mes moyennes et rentrer tout ça sur le logiciel ultra-nul qui nous sert de kalamazoo (anciens bulletins papiers pour les profanes), quand j'ai eu l'occasion d'entendre le disque d'un couple de pianistes qui jouaient magnifiquement. J'ai dit à ADMV : "Ces deux-là, ils ne pourront pas se plaindre de ne pas avoir 4 mains !"

vendredi, 20 novembre 2009

JE PENSE QUE C'EST LE SIXIEME

Il y a longtemps que nous avons interrompu nos défis d'écriture. Y'en avait qui étaient en vacances, d'autres qu'avaient des soucis, plein de grosses excuses bidons, mais le fait est que nous n'avons pas écrit depuis une éternité. Les règles restent les mêmes : les participants publient leur texte sur leur blog ou me l'envoient par mail et je le publierai ici. Le texte doit être publié vendredi prochain au plus tard (ou me parvenir par mail la veille). Il faut tant soit peu respecter les consignes, et assumer tous les commentaires colorés que l'on trouve ici. Allez-y ! Lancez-vous ! Comme diraient mes élèves, c'est fun !

Ecrire un texte de maximum 300 mots où l'on retrouve ici et là des détails inspirés par ces quatre photos prises pendant mes vacances en Angleterre et que je ne vous avais pas encore montrées :

100_7475.jpg100_7457.jpg
100_7520.jpg100_7604.jpg
 

jeudi, 12 novembre 2009

MON EXERCICE CINEMATOGRAPHIQUE

Je vous préviens, cette note va être longue, et peut-être chiante. Parler de cinéma, ce n'est pas ma spécialité, mais Pascale m'a "taggée". Et comme je suis un cheval obéissant...

Le film que mes parents m'ont empêchée de voir :

Aucun, sauf ceux interdits aux moins de 18 ans, quand je n'avais pas 18 ans, ou de 16 quand je n'avais pas 16 ans. Il y en a de moins en moins. Vous vous rendez compte, Vol au-dessus d'un nid de coucous était interdit aux moins de 16 ans. On m'a demandé ma carte d'identité. Plus tard, c'est d'ailleurs avec ma maman que je suis allée voir, j'avais 23 ans, "Les Valseuses" sorties en salle (si je puis m'exprimer ainsi) lorsque j'avais seulement 16 ans.

Une scène fétiche qui me hante :

Le gâteau bleu chez les aristocrates chez qui le héros de The Go-Between de Losey a été invité un été. Il regarde, puis déguste ce gâteau en transpirant, car sa maman lui a fait elle-même un costume élégant, mais dans un tissu trop épais. Quand on est pauvre, on n'a qu'un costume pour toutes les saisons.

Vous dirigez un remake, lequel ? :

Aucun. Je n'aime pas les remakes. Tous ceux que j'ai vus m'ont déçue. Je pense à Rollerball par exemple. En général, remake rime avec assassinat. Remake, pour moi, c'est comme reprise par la starac !

Le film que vous avez le plus vu :

Le Dernier Métro. Pour l'ambiance, pour le message, pour Deneuve, pour Truffaut.

Le film que vous êtes la seule à connaître :

Tumultes, de Van Effanterre. A chaque fois que je demande aux gens, ils ne l'ont pas vu. Je ne l'ai pas encore en DVD, mais ça ne saurait tarder. Avec Bleu, c'est le plus beau film que j'ai vu sur le deuil.

Qui ou qu'est-ce qui vous fait rire ? :

Le dessin animé d'ouverture et la rupture avec le début du film dans Who Framed Roger Rabbit ?, Bernard Blier dans tous les films comiques dans lesquels il a joué.

Votre vie devient un biopic... :

Qu'est-ce que c'est encore que ce truc ? Je file sur google, mais j'ai bien peur, rien que pour le nom, que ce soit un truc de naze.

J'avais raison. Pouvez pas parler français comme tout le monde. D'ailleurs ce genre de film, c'est tellement nul que c'est sans doute pour ça qu'on lui a pas donné de nom. Les biographies, je les préfère en documentaires. Le seul biomachin que j'ai regardé, c'est celui sur Sagan. Heureusement, je l'ai vu à la télé. Pour moi, ce n'est pas une œuvre cinématographique. Et par ailleurs je ne suis pas sûre que tout ce qu'on m'a raconté là-dedans soit vrai. Donc, problème. C'est bien joué, mais il manque un scénario original. Et forcément, une vie, c'est long, et ça tire en longueur. Mais à chacun ses choix.

Le cinéaste absolu :

Il y en a que j'adore. « Absolu », c'est sans doute trop. Je ne vénère personne. Mais j'aime énormément et quasiment sans exception, Kieslowski, Truffaut, Ozon, Varda et Kurys.

Une citation de dialogue que vous connaissez par cœur :

« Tu vois la fille, là. Elle a des bas. Eh bien, cette fille, elle est dans ma classe. » (il se peut que ce ne soit pas tout à fait exact mot pour mot.)

L'actrice que vous auriez aimé être :

Isabelle Huppert ou Miou-Miou. (elle a quand même vécu avec Coluche et avec Julien Clerc !)

 

Le dernier film que vous ayez vu :

Sin Nombre. Un chef-d'œuvre. Encore sur vos écrans.

Un livre que vous adorez, mais impossible à adapter :

Les Météores de Tournier.

Le Monde Selon Garp, et tous les romans de Irving. La preuve que c'est inadaptable, toutes les adaptations tentées jusqu'ici sont des navets.

Quelque chose que vous détestez dans un film :

Quand quelqu'un se croit original et fait en réalité quelque chose de pontifiant, artificiel, et cousu de fil blanc.

Le film disparait, une épitaphe :

Adieu la vie. Quel est le con qui a brûlé la bobine ?

Sur cette image, je passe le flambeau à Virgibri, zapette, Emma, Axel et Max. J'aurais bien aimé demander à emy, mais avec ses arachides, elle a pas une minute à elle.

mercredi, 11 novembre 2009

UN JEU, C'EST UN JEU

Je pose pas mal de questions ici, propose des jeux, et parfois, vous en laissez un en plan. C'est le cas du jeu que je vous avais offert pendant mon absence. Toutes les réponses ont été trouvées, sauf le point commun entre toutes les réponses. J'y tiens ! A vous de jouer !

1. Le venin 2. Une bombe atomique 3. Le vaudou 4. Le Dernier Métro 5. L'argent 6. Jacques Coeur 7. Le titre de Miss Monde 8. New York 9. Cendrillon 10. La Cité Interdite

REPONSE : le point commun, c'est le groupe Téléphone, toutes les réponses rappellent une de leurs chansons.

Une seule question pour un jeu, ça fait pas beaucoup. Alors je vous en propose une deuxième pour départager les ex-aequos ou pour consoler ceux qui seront arrivés trop tard.

Pouvez-vous me dire de quel film est extraite cette photo ? Donnez le titre, la date du film et le nom des acteurs.

1990d.jpg
REPONSE : Ce n'est pas extrait d'un film ! Cette photo a été prise en 1990 avec mes amis allemands de l'Est. On aperçoit leur Trabant. L'actrice de face, c'est moi !
En question subsidiaire, il y a toujours : "quelle différence voyez-vous entre les deux Portes de Brandebourg de ma note précédente ?"
REPONSE : Sur la photo en noir et blanc on aperçoit deux petits trucs de chaque côté des chevaux , et ça doit être des militaires et des mitraillettes.
N'oubliez pas de Voter pour moi au Very Nice Blog. C'est chaud ! A l'heure où je vous parle, Pascale me bat d'un tout petit point. Voir mon message dans la colonne de droite.
Et bientôt, ma réponse au tag de ma copine Pascale, parce que, moi, je suis gentille !

lundi, 02 novembre 2009

100 % DES GAGNANTS ONT TENTE LEUR CHANCE

Je ne sais pas pourquoi, mais ces temps-ci mes amis et ma famille m'inondent de jeux "quiz de culture générale". Je n'ai pas encore testé le "Time's Up", mais ça ne saurait tarder.
Le dernier en date s'appelle "La Boîte à Quiz". Voici une des cartes qui nous a donné du fil à retordre. Le but du jeu est évidemment de répondre au maximum de questions parmi les 10, l'objectif minimal étant 6, puis une fois les réponses trouvées, découvrir le point commun ! Là, je vous souhaite bien du plaisir.
quizcultugé.jpg
Post-scriptum : évidemment, nous jouions sans Gougueule !

dimanche, 01 novembre 2009

DECOUVERTES

Une contesse m'a fait découvrir deux librairies que je ne connaissais pas, honte à moi, et j'entends déjà emy se gausser, "quoi ! Ed, la vieille prof d'anglais, elle connaissait même pas ça !"

Alors voilà, il y a celle-ci, anglaise, tout près de Notre Dame. C'est un plaisir de se perdre à l'intérieur. Et je vous invite à aller signer leur pétition contre l'ouverture d'une porte vers le café du coin, qui ferait sortir les clients dudit café directement sur leurs étals de livres, où il fait bon flâner actuellement.

100_7448.jpg100_7451.jpg
Vous voyez, y'aurait une porte, là, à droite, en plein où il y a des livres contre le mur...
La deuxième librairie que je ne connaissais pas est Canadienne, dans une petite rue pas loin, perpendiculaire à la rue St Jacques, derrière le square de l'église, dans une rue qui donne rue de la Harpe.
100_7452.jpg
Les nourritures intellectuelles, c'est bien, mais les nourritures terrestres, c'est pas mal non plus, et en échange, je lui ai fait découvrir un restaurant chinois où tout est délicieux, semble assez authentique, et où vous vous ferez mal voir si vous dites "y'a pas de rouleaux de printemps ou de nems ?" Mais il y a tant d'autres choses...

samedi, 31 octobre 2009

RUBRIQUE CINEMA

     A Paris, j’ai fait du ciné-zapping. En début d’après-midi, on était allé voir "Inglourious Basterds", tellement on m’avait dit que c’était un chef-d’œuvre. Je ne remets pas le jugement en doute, je ne me suis pas ennuyée, les acteurs jouent excellemment bien leurs rôles, les allemands parlent allemand et les américains anglais, ça change des anciens films de guerre, mais j’ai regretté d’avoir à manquer 25 % des images à cause de la violence chirurgicale. Ca me fait ça à chaque film de Tarentino, je vais finir par abandonner.

     Pour nous remettre du choc, contentes malgré tout de l’avoir vu, on avait ensuite choisi un film léger mais dont j’avais lu qu’il n’était pas mal, à part la fille, je ne me rappelais plus pourquoi. Nous avons donc acheté un ticket pour « 500 jours ensemble ». Mais nous avons tenu six ou sept jours, pas plus, ce qui est peut-être dommage, mais tant pis, vu qu’aucune de ces séquences n’avait réussi à nous faire rire ou nous émouvoir le moins du monde. Ayant eu confirmation que ma voisine n’était pas plus séduite que moi par le dessin que nous allions revoir 493 fois si nous restions, avec des évènements dans le désordre, mais tournant tous autour d’un grand ado « allo-maman-bobo », qui allait vite m’énerver, nous avons décidé d’aller voir ce qui se jouait à côté. Je ne vais pas souvent au ciné, j’ai envie d’y voir des films qui valent la peine. Je ne saurai donc jamais ce que je pense de la fille. Ce qui a achevé de nous décider, c’est que c’était une salle de rongeurs boutonneux.

     A côté, nous avons vu, je l’ai assez vite deviné, les dernières images de « Whiteout » que j’avais éliminé de mes options le matin même de peur de m’ennuyer. Vu qu’on est presque sorti avant d’être entré dans le noir, y’a pas eu de mal. No problem, dans ce coin retiré du Gaumont parisien, il y avait une troisième salle.

     A nouveau, nous nous sommes assises, sans savoir ce que nous allions voir. Et là, nous n’avons pas été déçues. Sin Nombre est un chef d’œuvre. J’ai été tenue en haleine tout le long du film par un réalisme et une émotion sans artifice, de la violence, mais pas esthétisante. Ca valait le coup de se tromper !

     Le lendemain nous avons fait dans le classique. On avait choisi un film, et c’est celui-là qu’on a vu, jusqu’au bout. Il s’agissait de « La Balade Sauvage » de Terrence Malik. J’ai regardé internet depuis, et ce type-là n’a fait que 4 films. Et il y en a un que j’avais vu : « Les Moissons du Ciel. » Celui d’hier datait de 1974. Bien sûr ça a vieilli un peu, mais quand on a comme moi 51 ans, on est ému par ce qu’il dégage. Il y a de l’humour, du suspense, de la violence, mais sans s’en repaître, et comme c’est un film rare, je remercie mon hôtesse de me l’avoir fait connaître.

     Je vais maintenant attendre mes vacances de noël pour retourner au ciné... En attendant je regarde des dvd. La semaine dernière on a vu Gloria avec Geena Rowlands. Quelle merveille ! Quand je pense que je l'avais toujours raté. Là encore on nous parle d'un monde violent sans se complaire dans l'hémoglobine. J'adore.

vendredi, 30 octobre 2009

MOT D'EXCUSE

Mesdames et Messieurs les bloggeurs (si, il y a sûrement quelques hommes, même s’ils restent étonnamment silencieux),

 

Veuillez excuser Ed pour son absence de 48 heures qu’elle a passées à Paris, prise en charge par une amie noble connue par l’intermédiaire de Virgibri qui lui a fait rattraper le retard intellectuel et cinématographique pris depuis le début de cette année scolaire.

 

Elle a déjà rattrapé le travail non fait concernant les réponses aux nombreux commentaires, et reprendra son service normalement le 4 novembre, après être allée faire une immersion linguistique et touristique, pas trop arrosée espérons-le, dans la région de Brighton.

 

Son état général nécessitait un radical changement d’environnement et une dose journalière de bavardage à propos d’autre chose que de l’éducation nationale.

 

En attendant son retour définitif de ses cures de réenthousiasmation, Ed fera paraître quelques notes auxquelles elle ne répondra peut-être qu'en différé, mais qui seront là pour pallier l'ennui et le désoeuvrement causés par l'absence de votre dada préféré.

 

Comptant sur votre compréhension,

 

Le Vétérinaire généraliste en charge de Ed le Cheval qui Parle.

lundi, 26 octobre 2009

JEU TELEVISE

Certaines émissions de télé, bien que leur concept soit parait-il novateur et de qualité, n'ont pas une espérance de vie bien conséquentes. D'autres perdurent. Ce qui ne veut pas dire qu'on les regarde. Parmi la liste à trouver, il n'y en a qu'une que je regarde, mais ma redevance sert à pas mal d'autres.

Trouvez les titres des émissions qui sont apparues pour la première fois en :

1954 : Le jour du Seigneur

(Bravo Axel, mais moi, j'avoue, je suis mécréante, et ne regarde jamais !)

1972 : Des Chiffres et Des Lettres

(Bravo Imposture ! regarde pas trop, ou ça va t'endormir...)

1975 : Thalassa

(Encore Bravo Axel ! Mais ce n'est pas celle-là que je regarde, la mer me rend malade... Non, c'est pas vrai, mais le vendredi c'est le soire où ADMV revient, et on aime quelque chose de plus fun pour animer la soirée !)

1977: Téléfoot

(Bien joué l'imposture !J'ai jamais regardé, encore moins que LJDS, mais bon, il parait qu'il en faut pour tous les goûts.)

1985 : Télématin

(Réponse trouvée par Imposture, qui a quand même 3 bonnes réponses, je vais être obligée de lui trouver un lot... bon, va falloir attendre un peu! @Axel : moi, leymergie, c'est pas ma mug de thé du matin)

1988 : Questions Pour Un Champion

(Bravo emy ! Mais bon, tu me connais bien.)

1998

 Une mention spéciale d'encouragement à Cunégonde, Virgibri et Zapette qui doivent encore apprendre à lire les consignes...

Mais les félicitations du jury à Pascale et Axel pour leurs interprétations toutes personnelles des photos, avec un gros avantage pour Axel qui était apparemment aidée par ses lunettes bonnes à renouveler !

Et n'oubliez pas que l'émission née en 1998 et qui existe encore (!) n'a pas été trouvée.