Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 29 août 2012

Let’s stop "tolerating" or "accepting" difference, as if we’re so much better for not being different in the first place. Instead, let’s celebrate difference, because in this world it takes a lot of guts to be different*

Ce soir, c'est la cérémonie d'ouverture des Jeux Paralympiques à Londres. Ici, on en entend à peine parler, un peu au journal télévisé. Il n'y aura aucune compétition retransmise en direct sur France Télévisions. La raison ? On sera trop occupé par la rentrée pour s'y intéresser. C'est vrai que quand un match de foot se passe à la rentrée, au moment de remplir les feuilles d'impôts ou de voter, on ne le diffuse pas...

http://www.20minutes.fr/sport/991949-jeux-paralympiques-d...

Je ne sais pas ce qui m'écoeure le plus, l'indifférence de la France en général pour les handicapés et leurs difficultés à vivre le quotidien, à être des citoyens égaux aux valides, ou bien la mauvaise foi des décideurs sur cette question.

 

http://www.paralympic.org/

En Angleterre, c'est différent. Non seulement on en parle à la télévision, dans tous les autres media aussi, mais tous les jours, dans les rues de toutes les villes grandes ou petites, vous croisez de nombreuses personnes en fauteuils, souvent électriques. Trottoirs, magasins, restaurants sont accessibles. Et les gens ne les regardent pas différemment de ceux qui marchent, car ils sont habitués.

 

*Kate Bornstein

Arrêtons de "tolérer" ou d'"accepter" la différence, comme si, en premier lieu, nous étions tellement meilleurs de ne pas être différents. Au lieu de cela, célébrons la différence, parce que dans ce monde cela demande beaucoup de courage d'être différent.

 

lundi, 27 août 2012

La lune est le rêve du soleil.*

Le 20 juillet 1969 j'étais en vacances en Alsace, tout près du Haut-Koenigsbourg. J'allais avoir 11 ans, entrer en sixième, et un autre évènement occupait l'esprit de tous les gens pourtant. Les américains allaient marcher sur la lune. Mes parents nous ont réveillés vers deux heures du matin, je crois qu'on ne savait pas l'heure exacte de l'émission, et pour nous faire patienter la RTF (Je ne sais même pas s'il y avait un O devant ou non déjà) nous a passé un petit film "L'impossible Tante Clara", épisode spécial de "Ma Sorcière Bienaimée". Tous les pensionnaires de l'hôtel étaient dans la salle à manger, la télé accrochée en l'air au mur. C'était chouette, j'étais assise à côté de ma famille, mais pas loin de ma copine de vacances, Claire Baudéan. Elle est devenue journaliste à Radio France. Je me suis toujours demandé si cet évènement partagé en direct y avait été pour quelque chose. En tout cas, je n'ai jamais plus regardé la lune de la même manière. Quelques jours plus tard, on est allé regarder l'amerrissage (je n'avais jamais entendu ce mot avant), un après-midi chez des amis vignerons. Mes parents, subjugués par l'écran, n'ont pas vraiment fait attention à ce que la dame versait dans mon verre pour que je "goûte", et en sortant, je faisais des pas de cosmonautes pour passer au-dessus du caniveau au milieu de la rue.

Tout est raconté dans le détail.

Il m'est encore difficile d'imaginer que cet homme ait pu avoir 82 ans.

* Paul Klee

mardi, 21 août 2012

Mon abécédaire d'été

Les vacances se poursuivent donc, et se terminent un peu aussi comme suit:

A comme Acupuncture. (première séance pour moi. Positif)

B comme Barbecue, C comme Chaleur, D comme Dormir,

E comme Epinards dans les caillettes.

F comme Farniente et Four solaire , G comme Godiveaux,

H comme Hospitalité, I comme Idéales, J comme Jardin,

K comme Keskecébien les vacances (proposé par Hervé)

L comme Liberté, M comme Maison, N comme Nouvelles,

O comme Olives vertes et noires, P comme Piscine géniale et le Poët-Laval,

Q comme Qu'est-ce que c'est bien les vacances ! (encore Hervé !) et comme Quadrupède (proposé par Zapette).

R comme Rire, S comme Salades fraîches, T comme Tomates juteuses,

U comme Super U de Dieulefît, V comme Vélo (pas trop, il fait trop chaud)

W comme Waouh c'est beau !, X comme XL taille de mon nouveau t-shirt, Y comme Yaourt au lait de brebis,

Z comme Zéro défaut.

Pour certaines lettres je n'ai pas trouvé de proposition... Suggérez-moi des idées et je vous dirai si ça colle avec mes vacances ou non.

Pour le A, j'ai une réponse, mais je veux vous faire deviner. C'est un truc que j'ai fait pour la première fois, mais en général, ce n'est pas forcément une activité de vacances.

Ah, et j'oubliais, nos voisins sont charmants et discrets.

 DSC01754 (2).jpg

mardi, 14 août 2012

La nouvelle n'est pas passée à la radio, mais je suis rentrée !

Les vraies vacances sont celles où l'on se coupe du monde habituel, et surtout des "informations". J'ai sûrement encore loupé des morts. Dans l'année, je vais parler d'un vieil acteur en le pensant vivant, ou d'une chanteuse sans savoir qu'une OD l'aura décimée. Tant pis. Pour essayer de rattraper un peu mon retard, les deux premiers jours de remontée à la surface, j'écoute france inter. Aujourd'hui c'était super. Ca a beaucoup parlé d'amour, un peu de vacances, pas mal de cinéma italien et même d'yeux. Non, pas de Dieu, d'yeux. Deux phrases m'ont fait sourire, même si elles n'étaient pas destinées à le faire. D'abord une fille a dit "Mon gaz naturel est arrivé avant mes cartons." Le contexte ? Une pub pour GDF (ou ce qu'il en reste). Vu qu'elle parlait de déménagement, heureusement que le publicitaire à pensé à dire cartons et pas caisses... La deuxième phrase que j'ai mémorisée c'était "Restons encore quelques minutes sur la langue." Ca parlait linguistique, heureusement là aussi, car s'il s'était agi de position, ça aurait été difficile pour le speaker et son invité, de rester debout sur leurs langues ! Je ne sais pas s'ils vont l'annoncer dans un flash, mais je repars bientôt !

mardi, 31 juillet 2012

Aux Jeux Olympiques, les nageurs vont tellement vite dans les piscines, c’est à se demander s’ils aiment vraiment l’eau...

C'était donc mon anniversaire hier. J'ai regardé les actualités du jour de ma naissance. http://www.ina.fr/video/AFE86003630/les-actualites-franca...

Edifiant ! Qu'est-ce qui a changé finalement ? ... à part moi.

Aujourd'hui, tout en faisant les valises, j'ai regardé un peu les JO, oui, car je pars dans un monde hors technologie, hors tv, hors tout, et cela va me faire un bien immense.

J'ai donc vu une judokate se faire battre par une mongole peu connue, et un judoka perdre "sans gloire face à un obscur argentin" ! Les journalistes devraient se réécouter. Peut-être ne diraient-ils pas autant d'horreurs, comme par exemple qu'une nageuse était "entamée" parce qu'elle est arrivée deuxième derrière une véritable torpille humaine, à une seconde !

Sur leurs sièges confortables, ils ne manquent vraiment pas d'air... Je les entends à nouveau en direct. "Ces français qui ne sont rien", simplement parce qu'ils sont derrière ceux qui gagnent, bien sûr.

Je m'en vais donc, et ne sais quand je pourrai avoir accès à internet. Respirez, vous aussi, prenez des couleurs, après le printemps et le début d'été que nous avons eu, j'en vois des bien pâlots.

 

 

 
vidéo JO 2012 sélectionnée dans Sports
 
* Laurent Ruquier

lundi, 30 juillet 2012

Les idées arrivent quand on ne s’y attend pas, c’est un cadeau ! *

Aujourd'hui j'ai neuf ans de plus que l'inverse du chiffre qui est mon âge réel. C'est beaucoup mieux quand même que le palindrome que j'aurai l'année prochaine !

Je ne vieillis pas m'a dit une jeune ex-collègue sur facebook, j'avance dans la vie. Oui, ben j'aime pas trop l'idée d'avancer comme ça tout droit. C'est comme quand je me balade en forêt, j'aime mieux les boucles. Quoi que, me retrouver au point de départ... Pas trop mon trip non plus.

Le petit coup de mou du chiffre est en général compensé par les multiples intentions de tout le monde et surtout d'ADMV, des bisous, des cartes reçues dans la boite aux lettres de ma maison (de moins en moins il faut le dire), dans la boite mail de mon ordi, des sourires, des messages sur mon répondeur téléphonique, des commentaires sur mon blog, sur ma page fesse-bouc, et des cadeaux !

Aujourd'hui j'en aurai sûrement quelques uns, qui reflèteront l'idée que les gens que je fréquente au quotidien ont de moi et de mes envies. ADMV m'a offert mon gros cadeau avant que je parte en Angleterre, et grâce à ça, j'ai pu vous tenir au courant de mon stage, de mes impressions, et si on trouve une connection publique en vacances, je pourrai aussi vous donner des nouvelles de la météo ! Mon cadeau, c'était ça:

 

*Dany Boon

 

jeudi, 26 juillet 2012

Mon Angleterre dans tous les sens

En Angleterre, il y a les paysages, les maisons, enseignes, objets typiques.

 

 

DSC01507.JPG

DSC01363.JPG

 

DSC01415.JPG

Il y a aussi la nourriture typique, et qui ne cesse de s'améliorer y compris hors des maisons, et pour des prix abordables. 

 

DSC01478.JPG

 Il y a les odeurs bien sûr, au bord de la mer, au restau indien.

 

DSC01542.JPG

DSC01553.JPG

 

 Et puis il y a ce qu'on entend : les mots, les bruits, les musiques.

 

 

Pour le sens du toucher cette fois-ci, c'est surtout l'humidité qui m'a marquée, et le froid parfois. J'en tousse encore !

 

DSC01486.JPG

mercredi, 25 juillet 2012

Cette note est un bonjour

En bas à gauche de ce blog, il y a une carte du monde. Presque tous les jours je clique dessus et je vois d'où viennent mes visiteurs. Je sais qu'il y en a qui viennent par hasard, mais quand une localité est citée quasiment quotidiennement, et qu'en plus deux ordinateurs se connectent de cette localité, évidemment, cela m'intrigue, et je me demande qui sont ces gens que je ne connais pas mais que mon blog semble intéresser.

Alors aujourd'hui, je salue le plus estivalement et le plus chaleureusement possible mes deux visiteurs réguliers de Mountain View en Californie !

A moins que ce ne soit la même personne qui se connecte deux fois par jour, une fois de chez elle, une fois de son lieu de travail ?

Ce qui me ferait vraiment plaisir, ce serait que ce/ces visiteurs se fassent connaître, même sous un pseudo, dans les commentaires de cette note, et qu'il/s ou elle/s nous en disent un peu plus sur leur/s vie.

Je me suis donc renseignée un peu, et je dois dire que les avis divergent à propos de Mountain View. Il suffit de lire ce forum pour s'en rendre compte.

Voilà où ça se trouve :

Et voilà à quoi ça ressemble :

mardi, 24 juillet 2012

Quelques clichés...

I'm back.

 

Et tout à l'heure j'ai rempli mon questionnaire de satisfaction concernant mon stage. Si tout le monde est aussi honnête que moi dans ses évaluations, et que l'organisme ministériel s'occupant de signer les contrats avec les écoles en Angleterre est honnête aussi, le centre où j'étais pendant deux semaines ne devrait plus figurer dans le Bulletin Officiel l'an prochain.

Si ce n'est pas le cas, j'ai imprimé tout ce que j'ai répondu, et je suis prête à envoyer toutes mes réponses au Canard Enchaîné.DSC01392.JPG

Il y a une chose dont l'école n'était pas responsable, c'était le temps. Mais bien sûr cela ne nous a pas aidé à garder le moral. Il y a quand même eu quelques lueurs,

DSC01378.JPG

et surtout un dernier weekend où tout le monde était reparti, mais où je suis allée à Colchester visiter un centre d'art contemporain récemment ouvert. Je n'avais pas le droit de prendre de photos à l'intérieur...

 

DSC01608 - Copie.JPG

 

Au musée de Brighton en revanche, qui est gratuit lui aussi, (je dis lui aussi car FirstSite à Colchester est gratuit), on peut prendre tout ce qu'on veut en photo. Et je vous recommande l'exposition temporaire "Fashion Desigh et le Flag".

DSC01583 - Copie.JPG

dimanche, 22 juillet 2012

Le rire est une bouée de sauvetage.*

Si vous cherchez un boulot d'été cool, c'est sauveteur sur une plage près de Worthing. C'est déjà un boulot relax en France, j'ai eu un copain qui faisait ça au lac de Salagou. Son problème, c'était le vent, mais ça  ne nuisait pas à son bronzage.

A Worthing, ça bronze pas un max, mais, si t'es payé au mois, t'as des jours de relâche ! Nonobstant c'est un boulot confortable et pas violent étant donné le nombre de baigneurs.

DSC01604.JPG

Et en plus ici, comme à Malibu, ils ont de belles petites voitures à grosses roues pour pas se fatiguer. J'en ai vu un à Brighton qui s'éclatait à faire de la vitesse, il devrait se méfier justement, l'année où j'y étais à Malibu (oui, je sais ça l'fait), ya un type qui a tué deux françaises en leur roulant dessus. Il les avaient pas vues, allongées qu'elles étaient...

DSC01605.JPG

*Michel Serrault

jeudi, 19 juillet 2012

Quand les mouettes ont pied, il est temps de virer.*

Ce sont les mouettes qui gueulent nuit et jour, et c'est moi qui ai mal à la gorge !

Cette nuit, après être rentrée à 23H30 de ma "Quiz Night", j'ai relu et recopié le texte que je devais rédiger pour aujourd'hui. Et puis, j'ai essayé de m'endormir. Mais je voyais et entendais défiler des questions de quiz en anglais, et j'essayais de répondre, et cela m'empêchait de m'endormir. Et mon bras, qui me laissait peinarde depuis mon arrivée, s'est mis à me retitiller. Mais surtout à deux heures du matin, je me suis réveillée avec un super mal de gorge. Aussitôt Oscillo ! Mais le reste de la nuit a été plutôt conscient. Inutile de vous dire que la journée de cours m'a semblé longue. Néanmoins, le contenu s'est nettement amélioré, et comme on lisait nos textes et faisait nos exposés, on ne s'est pas ennuyé.

A tous :

Le travail que je vous donne pour la prochaine fois : POUVEZ-VOUS TROUVER UN RAPPORT ENTRE CHARLES DICKENS ET LA VILLE OU VOUS VIVEZ. C'EST CE QUE J'AI L'INTENTION DE DEMANDER A MES ELEVES. MAIS AUSSI DE CHERCHER A QUOI RESSEMBLAIT LE QUOTIDIEN DANS LEUR VILLE A SON EPOQUE.

1812 - 1870

Vous n'êtes pas obligés de citer le nom de votre ville, vous pouvez même choisir une autre ville si ça vous chante.

*proverbe breton

 

mercredi, 18 juillet 2012

"Vivement vendredi qu'ils s'en aillent."*

Les cours commencent à ressembler à quelque chose, et on a même des devoirs

Un oral de 5 minutes pour demain, je vais parler de Worthing au temps de Dickens. C'était la joie, les marins naufrageaient et il y avait plein de contrebandiers. Et un "creative writing", j'ai choisi le sujet : En quinze minutes, écrire à propos d'une activité que l'on aime faire, en utilisant des images concrètes, tactiles, sensuelles...

Et cet après-midi à Chichester j'ai visité un musée d'art où malheureusement je ne pouvais pas prendre de photos pour vous montrer.

Il y avait au moins 5 salles d'oeuvres de Peter Blake qui a travaillé avec The Clash, the Beatles, David Bowie, Eric Clapton, et j'en passe.

Quelqu'un a demandé ?

Oui, il refait un temps de chiotte.

*Bea, une de nos profs.

 

 

Il n'y a rien de plus salutaire que la diversion, de plus tonifiant que le changement. *

Soirée pub. Pas de quiz, mais du jazz. Changement de bière, après la bitter Harveys, l'ale London Pride.

C'est comme pour le sandwich du midi, il faut varier. Aujourd'hui cheddar/coleslow, hier poulet tikka

 

Et le temps change aussi. Pas une goutte de pluie aujourd'hui J'ai quasiment pu m'habiller en été.

 

Oui, on a un peu l'impression que c'était aujourd'hui, et pas un autre jour...

Le contenu des cours évolue également. Une révision de l'histoire de l'Angleterre ce matin, du point de vue d'un natif d'Irlande. Pas au programme, mais Hyper intéressant.

*Madeleine Ferron

mardi, 10 juillet 2012

Les jours de pluie ça ne veut rien dire*

Ce matin, malgré le temps gris et la pluie, j'ai mis mes sandales.

J'ai bien fait. Il a fait beau.

Côté péda, c'est un poil mieux.

Sauf le cours sur la planification de séance qui avait sûrement été pompé sur celui de mon formateur du CPR de 1983.

Ensuite, on a été au pub, à Lewes, sympa, une pale ale au léger goût de miel, puis on a visité la maison d'Anne de Cleeves, une des heureuses épouses d'Henry VIII, une des rares à ne pas avoir perdu la tête. J'ai pris quelques photos de l'endroit.

 

DSC01330.JPG

DSC01340.JPG

DSC01354.JPG

*Véronique Sanson

samedi, 07 juillet 2012

Les films sont plus harmonieux que la vie. Il n’y a pas d’embouteillage dans les films, il n’y a pas de temps mort. *

C'est les vacances. Vous le savez tous maintenant, ou bien vous êtes des extra-terrestres, car tous les media de ce pays, et même de la planète, nous gavent avec cette nouvelle, vraiment extraordinaire à laquelle on ne s'attendait pas.

On nous fait également prendre conscience de notre chance de partir si on part, car de plus en plus de français ne partent plus, ou moins. C'est vrai que si on n'a pas une vieille tantine à Palavas-les-Flots, il nous reste la belle-soeur (avec un peu de chance, postière !) à Villers-Cotterêt ou à Hagondange.

Mais les media veulent aussi consoler et même compenser la frustration de ceux qui ne partent pas. Hier, sur BFMTV ils avaient dépensé des sous pour envoyer pendant toute la journée une "reporter" qui faisait des kilomètres sur l'autoroute (celle du sud je suppose) et interviewait les gens au péage, qui vous racontaient les bouchons comme si vous y étiez. Alors, de quoi ils se plaignent les pauvres, puisqu'on leur faisait vivre la galère qu'ils ne peuvent pas s'offrir cette année "en temps réel" !

Personnellement je suis chanceuse, puisque je pars demain, dans le sens inverse des bouchons (je serai du côté gauche de la photo) ! Je me dirigerai vers l'Angleterre où je vais suivre un stage didactique et linguistique, payé par l'educnat (sauf le trajet aller/retour). Je vais revenir avec un statut de "superteacher", bien mérité cette fois, et le bon côté est que pour une fois vous savez où passent vos impôts !

Comme je suis prof dans un "éco-lycée", je co-voiture, pour qu'il y ait moins de CO2 dans votre atmosphère. Je vous tiendrai au courant j'espère assez régulièrement de mes activités, rencontres, découvertes, etc.

*François Truffaut

 

dimanche, 01 juillet 2012

Idée pour faire une carrière d'artiste conceptuel : signer les dessins d'enfants. *

Les croquées du bac 2012 :

numérisation0001.jpg

numérisation0002.jpg

*Roland Topor

vendredi, 29 juin 2012

Les boîtes de nuit, c'est une salle d'attente*

J'arrive en même temps qu'une dame brune et bronzée. Rééducation du pouce. Une espèce d'attelle lui relie le pouce au poignet. sa rééducation doit être bien entamée si j'en crois son adresse dans la manipulation du portable. Elle peut tout faire ! sauf l'éteindre. Il sonne trois fois. Il y a un ventilateur dans le couloir, sympa. C'est calme. J'aime ce moment que je perds légitimement à lire des conneries dans les magazines, à en écrire dans mon carnet, que vous lisez à présent. Un homme et une femme étaient déjà là quand on est arrivé, séparés par des chaises vides. Soudain arrive un petit garçon. Avec sa maman il s'installe entre l'homme et la femme. Fini le calme. Il est du genre "je cours partout et tout le temps en parlant très fort ; je m'allonge par terre près du ventilateur, c'est-à-dire devant mes pieds." La maman, elle, est du genre qui laisse son fils faire n'importe quoi, mais au bout d'un long moment, lui crie dessus, mais pas pour ce qui gêne vraiment. Il s'appelle Nicolas. Ah ! C'est donc ça.

Discussion :

 "Maman, c'est super, Jeudi, j'ai bowling."

"Hein ?"

"Ben oui, c'est le dernier jour d'école, alors on va au bowling." Grand sourire.

"Oui, mais toi, tu peux pas y aller. Tu pars mercredi."

"Ben, on n'a qu'à reculer le départ !"

"T'as qu'à dire ça à ta grand-mère. Tu verras comme elle va être contente !"

Silence.

Une femme sort de chez la sophrologue. L'homme se lève et s'en va avec elle. La pouçologue vient chercher sa patiente. Personne ne rentre chez la sophrologue. Mon microkiné est en retard de 10 minutes. La porte de l'orthophoniste s'est ouverte. Une dame est entrée, puis est ressortie avec son fils blondinet. Nicolas est alors entré chez l'orthophoniste. Vous suivez ? Je me retrouve toute seule avec la mère de Nicolas. C'est calme. Très calme. Ce serait peut-être le moment que je lui explique qu'un dernier jour d'école, ça ne se rate pas sans bonne raison, que c'est souvent la meilleure journée de l'année, plein de fun et d'émotion. Une grand-mère ça a du temps, ça peut bien attendre 24 heures de plus pour voir son petit-fils.

Salle d'attente couleur bd

 

http://margauxmotin.typepad.fr/margaux_motin/page/6/

Parcourez le blog, ça vaut la peine !!!

*Jacques Dutronc

jeudi, 28 juin 2012

Sur la terre tout à une fonction, chaque maladie une herbe pour la guérir, chaque personne une mission. *

Il y a un truc qui m'obsède depuis que je suis prof en lycée, c'est l'angoisse de perdre ou détruire par accident les copies de bac que j'ai à corriger. Evidemment, je ne m'amuse pas à aller au square du coin avec et les laisse à la maison si je fais la fête un soir, mais il y a deux moments où l'on ne peut éviter de les avoir avec nous dans un lieu public, et ces moments peuvent être connus par n'importe qui. Le premier, c'est quand on va chercher les copies dans une belle enveloppe marron au centre local où toutes les copies, de toutes les matières sont rassemblées. On les compte, les recompte, on montre sa carte d'identité (il y a quelques années, on ne la montrait même pas, ce qui m'avait beaucoup choquée), on signe, re-signe, et on part la peur au bide. On se gare et jusqu'à ce qu'on ait refermé la porte derrière soi, on a la sensation d'être un agent très spécial de l'état, cible potentielle de terroristes anti-bac. Le deuxième, c'est un matin, quand on part en voiture vers le lieu de délibération de notre jury. Là, on a déjà rentré nos notes sur informatique, mais on rapporte les copies. Il y a toujours la crainte d'un accident, vu qu'on corrige souvent à une distance de 100 à 200 km de chez nous. Et un car-jacking serait fatal.

En 17 ans de bac, rien ne m'est jamais arrivé, mais, néanmoins, l'angoisse m'étreint tous les ans, et ce n'est pas seulement parce que mon père était cheminot.

A Marseille, ville de tous les dangers (voir ici), un mec a dû rester tout con avec sa kalachnikov dans la main gauche tandis qu'il ouvrait avidement la sacoche de la main droite ! Au lieu du fric attendu, 34 copies de philo !!! Et comme dessus il n'y a aucun nom mais seulement des numéros, l'abruti n'a même pas la possibilité, ni de remercier celui qui l'aura le plus fait rire, ni de dézinguer celui qui l'aura le plus fait chier. Enfin, encore faudrait-il qu'il ait pris le temps de lire. Rien n'a été dit sur l'état de la prof. On s'est seulement perdu en compassion sur les 34 chéris qui doivent refaire l'épreuve. Si ça tombe, ça aura été la chance de leur vie ! Et en plus on sera encore plus "bienveillant" avec eux, cela a été précisé. Mais savoir si elle, on va être bienveillant à son égard, là, c'est un mystère.

Le sujet de remplacement ?...

*Sagesse Indienne

mercredi, 27 juin 2012

ATTENTION, NOTE METEO, ESQUIMAU, SOMBRERO ET TROMBE D'EAU.

Depuis début mai on a un temps que l'on est en droit d'appeler pourri. Tous les débuts de semaine, on nous annonce un beau weekend huit jours plus tard, et finalement, ça ne dure pas plus longtemps que le samedi. Je suppose que le lobby hôtelier et touristique y est pour quelque chose, pour qu'on n'annule pas nos petits weekends loin de chez nous. Ca pue l'arnaque.

Exemple : Depuis deux jours on a du soleil, un peu, pas beaucoup, on y croit, on nous dit qu'il va faire TRES chaud demain, et évidemment, les rabat-joie de la météo nous reparlent déjà d'orage. Malgré la pluie, le manque de lumière, les nuages envahissants, j'ai réussi à trouver quelques cerises. Et du coup, ce weekend, j'ai pâtissé. Personne ne s'est plaint.

DSC01309.JPG

DSC01313.JPG

ET les cerises au moins, elles, ont eu un peu chaud. Mais cela ne les a pas empêchées d'être délicieuses.

J'ai rien d'autre à vous raconter, car à  part réviser les noms de métiers : plombier, artisan, maçon, dentiste, gynécologue... Je ne fais pas grand-chose. Bon je sais, les gens du sud vont encore venir me dire que chez eux, c'est l'été, et gna, gna, gna. J'm'en fous, je suis d'ici, et je m'y ferais bien à ce temps, si on n'essayait pas ni de me faire croire à un weekend radieux, ni à une fête de la musique de tous les dangers, rien que pour l'annuler plus facilement.

 

mardi, 26 juin 2012

On n'est jamais satisfait du portrait d'une personne que l'on connaît bien. *

Je me souviens vous avoir promis de publier un dessin ou une peinture de temps en temps.

Aujourd'hui, un portrait peint aux alentours de 1994. Une amie actrice qui jouait dans une pièce écrite spécialement pour le bicentenaire de la révolution. J'en ai bavé sur son bras ! Si je peux m'exprimer ainsi...

Danièle Tisseurs 1994 copie.jpg

C'est de l'acrylique. Ca m'a pris des plombes d'après photo. Je n'ai plus le tableau, je lui ai offert.

*Johann Wolfgang von Goethe

dimanche, 24 juin 2012

Vivre simplement pour que simplement d'autres puissent vivre *

Dans la rubrique "Vie quotidienne" :

Les sacs poubelle. Quand on sait que ça met des siècles à se dégrader, ça fait peur. Chez nous on en utilise des grands, 50 litres, à peu près un par semaine. On est aussi du genre à dépenser plus pour dépenser bio. Alors quand j'ai vu au Carrouf des sacs "écologiques" auto-biodégradables, je n'ai pas hésité. Mais là, ça ne s'appelle même plus dépenser plus. Ca s'appelle perdre son fric. Il ne faut pas un sac, car il craque à la moindre chose dedans, mais deux, voire trois ! Alors, ne vous faites pas avoir, et comme moi, contrainte et forcée, polluez plus ! Faire des efforts, oui, être prise pour une conne, non. Quand la technologie n'est pas au point, qu'on ne vende pas le produit, sinon, ça s'appelle de l'arnaque.

Et en cherchant une illustration, j'ai trouvé quelqu'un qui pense tout comme moi :

http://bulles-de-clim.blogspot.fr/2010/05/ma-vie-en-vert....

*Gandhi

vendredi, 22 juin 2012

"Une moitié de l’espèce humaine est hors de l’égalité, il faut l’y faire rentrer : donner pour contrepoids au droit de l’homme, le droit de la femme."*

Pas de femme pour présider l'Assemblée nationale en France. J'ai lu cette info en premier ce matin. Je suis d'autant plus déçue que Guigou est une femme pour qui j'ai beaucoup de respect. Mais la France n'est pas prête. Les femmes, elles sont jolies, intéressantes, instruites, utiles, amusantes même, mais on ne va quand même pas les laisser prendre les vrais postes à responsabilité !

Mais la deuxième info que j'ai lue est encore bien plus grave pour les femmes. Au Pakistan une chanteuse a été assassinée. Je vous laisse lire l'article :

http://fr.news.yahoo.com/chanteuse-pakistanaise-ghazala-j...

Dans cet article en anglais http://www.ibtimes.com/articles/353901/20120619/ghazala-j...

les faits sont un peu plus développés et analysés. On comprend bien qu'il ne s'agit pas d'un simple fait-divers familial.

En respectant et en mettant au pouvoir les femmes dans les démocraties où c'est possible, ne serait-ce pas un moyen de banaliser une autre image de la femme, et de faire évoluer aussi des pays où les hommes sont aujourd'hui carrément barbares ?

*Victor Hugo

 

jeudi, 21 juin 2012

"Un conservateur est un homme qui reste assis et qui réfléchit ; qui reste assis surtout."

Pascal Bruckner est né en 1948, en 1997 il a co-écrit Le Nouveau Désordre Amoureux avec Finkielkraut. Du coup France Inter hier l'a invité  pour donner son avis sur "La Jalousie"... Cet homme qui est sûrement un expert en amour et qui l'an dernier n'a rien trouvé d'autre à dire à propos de l'affaire DéhessKa, que :

Cette affaire "aura révélé une bien triste image de l'Amérique".

Parce que la triste image des hommes français, non, ça ne le dérange pas, cela ne l'effleure même pas.

Du coup, sur cette radio moderne qu'est France Inter, j'ai entendu que la jalousie est "normale", que même on peut aller jusqu'à dire qu'il n'y a pas d'amour sans jalousie (!!!)  et que "l'amour, c'est-à-dire entre un homme et une femme", se construit depuis la naissance dans la relation avec la mère. J'ai entendu un mini-reportage sur les moyens technologiques d'espionner son conjoint, et le vendeur dire que chaque émission sur ce thème faisait grimper les ventes (il n'a même pas dit merci à FI...), et que c'était surtout les femmes qui utilisaient ces méthodes. (Salopes ! Perfides !)

Quel avant-gardisme ! La radio nationale pourrait sûrement faire l'économie de tels invités et de tels poncifs.

Décidément, je préfère France Inter quand ils sont en grève.

* Thomas Woodrow Wilson

mardi, 19 juin 2012

Je me surmène de paresse.*

Déjà deux jours de surveillance ! Hier, philo, où j'ai vu un ancien élève, qui a passé 5 ans dans notre lycée, sans jamais fournir le moindre effort, choisir le sujet sur le travail.

Un peu comme si Gaston Lagaffe avait sorti un dossier sur le moyen de remotiver les employés de chez Spirou au travail...

Aujourd'hui une promo d'élèves de 1ères qui pourront se targuer d'être les seuls élèves de S à avoir passé l'HG en épreuves anticipées, puisqu'une des premières décisions de Peillon (il l'a annoncé) sera de remettre l'enseignement de l'histoire et de la géographie en terminale S.

Après l'effort, le réconfort. Hier, je suis allée au cinéma, grâce à Pascale. J'ai vu Sur la Route. (Merci, même si je ne vais pas qu'en dire du bien, j'ai été contente de le voir !) J'avais lu le livre en fac, et l'avais trouvé un peu chiant. Eh bien, comme le disent les critiques, le film est très fidèle au livre. Néanmoins, et malgré la fatigue (au début je tombais carrément de sommeil, et un des personnages n'arrêtait pas de chantonner et ça me tapait sur le système) j'ai tenu jusqu'au bout, et ça devient plutôt plus intéressant pendant la dernière heure (ça dure deux heures vingt !). L'avantage par rapport au livre, c'est qu'il y a des vues des USA magnifiques, et différentes de ce qu'on voit d'habitude, l'Amérique profonde parfois. Ce film a pour moi un peu valeur de documentaire. Où en étaient les USA quand les jeunes ici reconstruisaient leur société après la guerre...Mais les personnages, égoïstes, que ce soit dans leur soif de jouissance sans jamais se responsabiliser vis-à-vis d'eux-mêmes ou des autres, ou du "héros" qui semble jouer les voyeurs, ne jamais s'impliquer, mais n'oublie jamais de prendre des notes, et d'ailleurs finira par écrire un livre qui parle de celui à qui il a tourné le dos alors qu'il était dans la panade complète et que lui-même semblait avoir atteint une certaine opulence. Finalement, je ne l'avais peut-être pas fini, ce livre, à la fac...

Ce soir, pas de cinéma, mais une coupe de champagne en terrasse avec des amies, juste avant que la pluie ne s'abatte sur Maville.

Comme dirait l'autre, jusqu'ici, donc, tout va bien. Il me reste deux surveillances, puis.... Vacances !!! Je suis privilégiée, ne le dîtes pas trop à mes collègues.

* Jules Renard

samedi, 16 juin 2012

Nous avons peut-être une leçon à entendre de la présence muette et immobile des objets. *

Ce matin, j'ai vu ça sur la table...

DSC01307 - Copie.JPG

Et je me suis dit : "Tiens ! Ca doit être la Sainte Zapette !"

Et de vous raconter ça, ça me rappelle que ces temps-ci on revisionne avec délice les épisodes de Téléchat. Zapette va encore me dire qu'elle était pas née, mais vous ? Mon copain Vil Coyote, y faisait souvent allusion.

 

* Roger-Pol Droit